Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Société Française de Constructions Mécaniques (Anciens Établissements Cail)

(SFCM (ex CAIL))






Les origines de la Société des Anciens Établissements Cail remontent à la création d'un petit atelier de production de distillateurs en 1812 à Paris par Charles DEROSNE. Celui-ci embauche Jean-François CAIL comme chaudronnier, qui gravit rapidement les échelons de l'entreprise jusqu'à devenir associé de DEROSNE (Société DEROSNE et CAIL). L'entreprise se développe alors rapidement en s'étendant aux équipements de l'industrie sucrière. En 1840, elle se lance dans la construction métallique, avec en mire le marché ferroviaire. L'usine de Denain est construite en 1844; à son apogée elle compteré jusqu'à 5500 employés.

En 1850, Jean-François CAIL récupère l'ensemble des parts et la société prend le nom de Société JF CAIL et Cie.

En 1870, ell se lance dans la construction de pièces d'artillerie, en support de l'effort de guerre français, puis s'associe au Lt-Col RAGON de BANGE pour produire les canons de son système. Après le retrait de CAIL (il décède en 1871), l'entreprise se renomme Société Anonyme des Anciens Etablissements CAIL en 1881. De BANGE en deviendra au passage le directeur jusqu'en 1889. En 1896, elle change de dénomination pour devenir la Société Française de Constructions Mécaniques (SFCM).

Ses activités sont la chaudronnerie, le travail du fer et des forges, la construction des chaudières et des roues de locomotives à l'Atelier de Douai, l'Atelier de Valenciennes et l'usine de Denain. A l'approche de la guerre, l'essentiel de la production se concentre à Denain, autour d'un vaste portfolio de produits de construction métallique et de forge. L'usine est prise par les allemands et occupée de 1914 à 1918. L'occupant la vide et en détruit les bâtiments.

Après le 1er conflit mondial, la production est très rapidement remise sur pied. L'usine de Denain sort ses premières locomotives dés 1920 tout en contribuant à la reconstruction du nord de la France dévasté par la guerre.

La SFCM est à la fois complémentaires et concurrentes de Fives-Lille, mais plusieurs tentatives de rapprochement échouent. L'entreprise étend son marché aux générateurs de vapeur et démarre un laminoir. Durant les années 30, elle produit pour l'armée des blindages, des tubes lance-torpilles, des affuts de canon (Marine) des moyeux d'hélice (Aviation) et des blindages de chars et cuirassements pour la ligne Maginot.



Plaque du constructeur Cail
Photo BURSCHER Jean-Louis



Après la 2nde guerre mondiale, la SFCM reprend ses activités d'avant-guerre. C'est en 1958 que Fives-Lille absorbe les anciens établissements Cail pour former la société Fives-Lille–Cail, qui ne s'appellera plus que Groupe Fives-Lille en 1983. Puis le groupe sera absorbé par Usinor. Mais le choc pétrolier et l'effondrement de la sidérurgie française font qu'en 1978, l'usine de Denain met la clé sous la porte.

Source : BURTSCHER Jean Louis
- Mise à jour et correction le 12/12/2017 - Jean-Michel Jolas. Sources : historique du groupe Fives, Ville de Denain, Revue Historique des Armées, diverses sources internet.




© 2015 / 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 12/12/2017



Fils de discussion



Fives - Cail
4 messages, le dernier est de jolasjm le 04/02/2017






Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu