Haut de la page
Bas de de la page


SOLLIERES (Sous-Secteur HAUTE-MAURIENNE - 281°RI)

( PC de Sous-Secteur )






Informations générales



Secteur fortifié

Sous secteur

Quartier

Statut

SFS - SF Savoie

Haute Maurienne

Non Verifié


Maitre d'ouvrage

Constructeur

Plan type


MIL - Commandement

MOM


Commune

Lieu-dit

Coordonnées

SOLLIERES SARDIERES (73500)

6.789526 - 45.254459 (WGS 84)




Cartographie




La localisation sur carte et photo aérienne vous est proposée grace à Géoportail et l'IGN
Vous pouvez changer de fiche directement depuis la cartographie en cliquant sur les icones représentées .




Notes et informations




EFFECTIF, Commandement et/ou unité


Le Lt-Col ROUSSEL (281° RI) commande le sous-secteur. Ce régiment fait partie de la 66° DI du Gal BOUCHER, unité de renforcement du SF Savoie.

On trouve sous ses ordres, le 281° RI, des éléments du 71° BAF, des SES du 99° RIA et du 281° RI et de divers BCA, et pour ce qui concerne l'artillerie, des batteries du 164° RAP, une batterie du 114° RALH et deux du 209° RALD (canons de 155 C Mle 1917 ou L Mle 77 selon les sources)

L'artillerie du sous-secteur était sous les ordres du Cpt HAURE-PLACE.


Note n° :35996

GENERALITES, Localisation précise


La localisation précise sur Sollières de ce PC reste à préciser. Il est positionné "... sur le plateau entre Sollières et Aussois..."


Note n° :35997

HISTORIQUE, Chronologie


Suite à la déclaration de guerre, le 3 Septembre 1939, c'est initialement la 5° DBCA (Col BETHOUART), élément de la 28° DIA, qui prend possession du sous-secteur, composée des 13°, 53° et 67° BCA et du III/99° RIA - avec ses 3 SES - et des éléments du 164° RAP.

L'attitude plutôt neutre de l'Italie et l'arrivée de l'hiver entrainent le transfert de la 28° DIA (sauf ses SES) vers l'Est de la France, laissant seulement les troupes de forteresse et le seul 47° BCA au contact de la frontière.

Au début de 1940, les BCA de la 28° DIA récupèrent leurs SES en vue de la future campagne de Norvège.

Fin Avril, la 66° DI (Gal BOUCHER) arrive en Maurienne pour remplacer la 28° DIA. Ceci permet aux troupes du SFS de se concentrer sur les vallées de Tarentaise et Beaufortain.

C'est le 281° RI (Col ROUSSEL) de cette division qui prend en charge le sous-secteur de Haute-Maurienne.

On trouve :
- Quartier du Mont-Cenis:
le III/281° RI du Cdt SUDRIE, avec aux avant-postes les SES du 47° BCA (Bessans), du 11° BCA (Arcelles Neuves) et 15° BCA (Tomba-Pas de la BECCIA), et des éléments du 71° BAF et 164° RAP à la TURRA.

- Quartier d'Ambin:
Une partie du I/281° RI, avec aux avant-postes, les SES du 99° RIA et les SE du 281° RI aux chalets de Bramanette, Mt Froid et col des Archettes.

L'artillerie est apportée par le IV/209° RALD et plusieurs batteries du 114° RAL et 164° RAP.

Le 10 Juin 1940, l'Italie déclare la guerre. Sur ordre du Gal BOUCHER, les populations de Haute-Maurienne sont évacuées vers Modane dans une certaine confusion. Les dernies civils quittent la zone entre le 11 et le 13. La période qui suit est très calme, avec seulement quelques échanges de tir sporadique, par exemple au col de la BECCIA le 17 Juin.

Tous les observatoires constatent une recrudescence d'activité italienne le 20 Juin. Le 20 Juin dans la journée, une patrouille italienne aventurée dans le vallon d'Ambin est surprise et faite prisonnière par la SES du 99° RIA. Vers 15h, un court échange de tir avec l'ennemi aux granges de SAVINE se solde par 2 tués, 2 blessés et 10 prisonniers transalpins.

L'offensive débute le 21 Juin, par des attaques coordonnées vers le col du Mont-Cenis, la Tomba, le col de Sollières, le vallon d'Ambin et Rochemelon.

Cette première journée se solde par un échec ennemi vers le Mont-Cenis grace à la défense énergique de l'AP des REVETS et du Fort de la TURRA. Par contre, une bonne partie du vallon d'Ambin est prise, entrainant la décision par la 66° DI de replier les troupes d'intervalle du sous-secteur vers la LPR à Modane. Seuls les occupants des fortifications du Mont-Cenis restent sur place pour retarder l'avance ennemie. Par ailleurs le fond de la vallée (Bessans, Bonneval...) est occupé par les italiens descendus du glacier de Rochemelon.

La situation dans le vallon d'Ambin étant tendue, le PC de Sous-secteur se déplace de Sollières à Bramans dans la soirée pour se rapprocher de l'action, puis se replie vers la Praz en aval de Modane dans la nuit, en accompagnement du repli des troupes d'intervalle. Les ponts de la haute vallée sont dynamités dans le nuit, rendant le repli des retardataires et des SES avancées plus compliqué.

- 22 Juin :
Les forts et AP du Mont-Cenis tiennent toujours, et bloquent la RN6, en particulier une tentative de passage par des blindés légers. Dans l'après-midi, les blockhaus A2 des ARCELLINS, puis les A1 et C du MOLLARD sont pris par surprise à la faveur du brouillard, par des éléments italiens descendus de la zone de la TOMBA.

Parallèlement, les italiens finissent par prendre Bramans à la faveur du repli des SES françaises dispersées dans le vallon d'Ambin.

- 23 Juin :
L'AP des REVETS est attaqué dés l'aube, mais repousse ses assaillants. Dans l'après-midi, une colonne de chars légers italiens est détruite par les 75 du fort de la TURRA. Le fort est contrebattu par les 149mm de la batterie cuirassée italienne du Paradis, de l'autre côté du Mont-Cenis.

Profitant de la chute des blockhaus à l'est du col et de la météo execrable, de petits groupes d'italiens parviennent à s'infiltrer vers la vallée en passant sous l'Ouillon.

Les italiens descendus de Rochemelon entrent dans Bessans et se livrent aux premiers pillages.

- 24 Juin :
Les alpini occupent maintenant Lanslebourg et Lanslevillard, alors que l'AP et le fort tiennent toujours au Mont-Cenis. La batterie du Paradis bombarde pendant plus de 5 heures le fort de la TURRA, et des attaques successives sont menées sans succés contre les deux ouvrages, tant en provenance du col que de la BECCIA.

La division Calgari, passée en aval de Bramans, engage une attaque frontale vers l'Esseillon et les avant-postes de Modane. Cette attaque est stoppée sous un déluge d'artillerie des ouvrages Maginot de Modane et de l'artillerie de position. L'attaque est arrêtée et la division se replie vers Bramans.

De multiples attaques successives vers les REVETS et la TURRA sont repoussées malgré le mauvais temps et l'isolement des défenseurs, qui restent sur le qui-vive jusqu'à l'armistice du 25 Juin 0h35.

- 26 Juin:
Mussolini passe le col du Mont-Cenis pour visiter ses troupes en Maurienne et ne peut ignorer la présence du drapeau français flottant au sommet de la TURRA...

Les occupants de la TURRA et des REVETS resteront sur place jusqu'au 1er Juillet, date à laquelle il recevront l'ordre de repli et quitteront les lieux avec armes et bagages et avec les honneurs de l'adversaire, comme cela sera le cas à la REDOUTE RUINEE.


Note n° :36077




Bibliographie



Hommes et ouvrages de la ligne maginot - Tome 5 - Page(s)12
Hommes et ouvrages de la ligne maginot - Tome 5 - MARY Jean Yves, HOHNADEL Alain, SICARD Jacques
MARY Jean Yves, HOHNADEL Alain, SICARD Jacques - HISTOIRE & COLLECTIONS - 2009 - ISBN : 978-2-915239-127-5 - 182 pages
Voir en page(s) 12

Les fortifications du Mont Cenis - 1890-1945 - Page(s)155
Les fortifications du Mont Cenis - 1890-1945 - DEMOUZON Laurent
Le livre décrit les fortifications françaises du col du Mont-Cenis ainsi que l'histoire des unités et des hommes qui les ont occupées. Les combats de 1940 et de 1944-45 sont précisément décrits
DEMOUZON Laurent - DEMOUZON laurent - 2007 - ISBN : 2-9519691-4-7 - 200 pages
Voir en page(s) 155




Pages web



Auteur : Savoie-fortifications.com

Référence lien :  42544











Vous aussi participez à l'enrichissement de cette page.

Ouvrir une discussion, apporterz des compléments ou corrections et poser une question ???.
C'est facile, il suffit pour cela de vous inscrire, c'est gratuit et sans engagement.