Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot





Ligne Maginot - Histoire et combats - Mentonnais, Sospel et sa région


TRUCHET Jean Marc




Ligne Maginot - Histoire et combats - Mentonnais, Sospel et sa région - TRUCHET Jean Marc




6eme édition
Si la ligne Maginot est particulièrement célèbre en Europe et même dans le monde, en revanche, peu de personnes savent qu’elle s’étendait jusqu’au Cap Martin situé à proximité de Menton dans les Alpes maritimes et qu’une autre, construite à la fin du siècle dernier sur les plans du général Séré de Rivière, l’avait précédée.
Cette ligne de forts, modernes et puissamment armés, était destinée à interdire tout franchissement de la frontière par des troupes arrivant des Alpes, voire par le littoral ou par la mer. De nos jours, tous sont désaffectés sauf un, le Mont Agel, qui surplombe la baie de Roquebrune-Cap Martin. Si ce fort fut réaménagé par la Défense Nationale et fait aujourd’hui partie du CASSIC (Commandement Air des Systèmes de Surveillance et de Communication), quelques autres ont fait l’objet d’actions de sauvegarde par des associations composées de bénévoles passionnés. Ainsi, des ouvrages fortifiés comme celui de Sainte-Agnès au-dessus de Menton, Saint Roch situé à Sospel, Cap Martin, peuvent-ils être avec grand intérêt visités. Particulièrement quant à Saint Roch et Ste Agnès, animés par de solides équipes de bénévoles, ces derniers renferment de plus, de précieuses collections et des vidéo-sons qui valent vraiment le détour.
Après un rappel concernant les deux types d’ouvrages, Séré de Rivière et Maginot, suivant les documents disponibles complétés par des témoignages locaux de personnes ayant vécu cette période, l’ouvrage retrace tant l’ambiance du moment que les événements locaux durant ce dernier conflit mondial.
Le livre s’enrichit aussi de nombreux compte-rendus d’avant-postes français, retraçant heure par heure durant juin 1940 les combats contre les chemises noires italiennes qui subiront de très lourdes pertes et dont pas un seul élément ne passera durablement la frontière. Contrairement aux idées reçues, l’Armée des Alpes ne baissera les armes que sur ordre du gouvernement de Vichy et tant les forts du mentonnais que ceux de la région de Sospel joueront un rôle décisif puisqu’ils interdiront toute avance italienne jusqu’à la signature de l’armistice en juin 1940.
Une question se pose alors : cette Armée des Alpes invaincue et motivée aurait-elle pu continuer le combat ? Si oui, quelle aurait alors pu être l’orientation prise par ce second conflit mondial ? Après un large tour d’horizon politico-stratégique remontant jusqu’au début du XIXè siècle, cette importante question est étudiée dans un autre ouvrage à paraître à l’été 2005.



Editeur : La Plume du Temps - Année : 2008 - ISBN ou EAN : 978-2-913788-51-0 - 225 pages




Cette parution est disponible en ligne pour les membres de wikimaginot.eu