Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot



MONT AGEL

( Ouvrage d'artillerie )









Secteur Fortifié
SFAM - SF Alpes-Maritimes

Sous Secteur
Corniches

Quartier
Saint Agnes

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
Commune
PEILLE (06440)

Lieu-dit / Parcelle
Mont Agel

Coordonnées
43.772484 - 7.422364

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Construit

Etat actuel
Incomplet





Notes et informations



ARMEMENT, Artillerie

Les tourelles portent les numéros 202 (Sud) et 201 (Nord)


CONSTRUCTION, Cout

Le coût de construction de l'ouvrage s'élève à 21 851 000 Frs de l'époque


CONSTRUCTION, Description

L'ouvrage du Mont Agel est un ouvrage d'artillerie CORF composé de trois blocs d'entrée et de 4 blocs de combat.

Entrées:
- B 1 : entrée des hommes
- B 2 : entrée des camions
- B 3 : entrée téléférique

Blocs de combat:
- B 4 : 2 FM sous béton, 1 cloche GFM
- B 5 : 1 tourelle de 75 Mle 33
- B 6 : 1 tourelle de 75 Mle 33
- B 7 : 1 cIoche GFM

L'observatoire Est du Mont Agel est un observatoire d'artillerie CORF isolé. Il est souvent considéré comme le bloc 8 du Mont Agel. Il fait l'objet d'une fiche à part sur wikimaginot.eu

La solution du téléphérique a été adoptée au Mont-Agel car la route d'accès, longue et sinueuse ne permettait pas d'obtenir le débit imposé par l'importance de l'ouvrage.


CONSTRUCTION, Mission, ou Fonction de l'objet

Interdiction lointaine frontale des routes de bord de mer et de la basse Roya. Couverture de la LPR entre Menton et Sospel.


CONSTRUCTION, Phase ou tranche de construction

La construction de deux blocs supplémentaires était prévue, une tourelle de 145 et un observatoire nord.

Ces blocs ne seront jamais construits


DENOMINATION, Dénominations alternatives

Aussi connu avec la codification MAG ou EO11, ou encore AG après guerre.


EFFECTIF, Commandement et/ou unité

L'équipage de l'ouvrage du Mont Agel est composé de 8 officiers, 37 sous-officiers et 196 hommes (1), principalement issus de la 58° DBAF pour l'infanterie et de la 10° Bie du 157° RAP pour l'artillerie.

Cdt d'ouvrage : CE BECQ Baptistin (157° RAP), puis Cne David à compter du 1er mai 1940
Cdt l'artillerie : Cne David puis ?
Cdt l'infanterie : Adj Blain
Major d'ouvrage : SLt Juvernay

Cdt le SRA : Lt Bensa
Tourelles : Lt Grapinet et Arnoulx (part le 16 mai 40), Asp Masson
Source(s) :
(1) Source : SHD - Carnet d'ouvrage du MONT-AGEL



EQUIPEMENT, Electrique

L'ouvrage était connecté au réseau civil par un cable aérien de la Turbie au Golf de Mt Agel puis un cable souterrain jusqu'à l'entrée téléférique. Deux lignes basse tension alimentaient de là en souterrain le bloc 8 (obs. isolé) et par voie aérienne le Réduit du vieux fort. En cas de rupture d'alimentation, l'usine électrique de l'ouvrage prenait le relai.

L'usine électrique était équipée de trois groupes électrogènes à moteur Alsthom DF7/2 diesel 2 temps de 140 CV nominaux (128 réels), tournant à 375 tr/mn et accouplés à des alternateurs AlsThom AP.7.97 de 88 kW/114 kVA.

Le groupe auxiliaire était un CLM 1 PJ 65 (série 8-LH n°48) avec dynamo Ateliers d'Orléans ATG-5 (n°139.855) de 5 kVA, converti en PS 65 au moment du démontage de 1955. Il a été ensuite installé au Barbonnet (pour preuve, le n° de dynamo identique).

L'usine était alimentée en gasoil à partir de 4 réservoirs de 13.000 litres délivrant dans 3 réserves journalières de 450 litres. L'eau de refroidissement était stockée dans 3 citernes de 33.000 litres et une de 250 litres pour le CLM. 2 réservoirs d'huile de 1.000 litres chaque assuraient la lubrification. L'eau de refroidissement était contrôlée par un aérorefroidisseur F. Fouché de 20 CV au moteur AlsThom.

Deux Groupes convertisseurs identiques sont installés pour les tourelles et le téléférique. En 1954 il n'en reste plus qu'un seul : moteur Schneider-Westinghouse (SW) asynchrone type M50A (n°10.862) de 35 CV à 970 tr/mn entrainant une génératrice SW type U.110 (n° 22.704) de 30 kW en 115V continu.

Gros postes de consommation Force :
- chaque bloc tourelle était doté d'un monte-charge Roux-Combaluzier type B de 2.500 kg (n° 271 et 274 respectivement), avec moteur AlsThom à deux vitesses (17,5 CV/4 CV)
- téléférique : moteur AlsThom B.7.37 a courant continu 115 V 1600 tr/mn d'une puissance de 43/52 CV dans le bloc de station haute.

Ces moteurs ont été démontés dans le cadre de la modernisation de l'ouvrage et sa conversion en centre de détection de l'armée de l'Air en 1955-1956. Au moment de ce démontage, le groupe convertisseur tourelle a lui aussi été démonté ainsi que les réservoirs d'eau de refroidissement. Les réserves de gasoil étaient encore en place en 1955.
Source(s) :
SHD - Carnet d'ouvrage du Mt Agel (1955)


Les moteurs d'origine de l'usine électrique portaient les numéros de série suivant :
1 - 25.179
2 - 25.175
3 - 25.178
Source(s) :
Liste des moteurs mai 1940 - Association Edelweiss



EQUIPEMENT, Hydraulique

L'ouvrage était alimenté en eau par la station moto-pompe de captage du Golf de Mt Agel, qui alimentait par ailleurs les citernes du réduit du fort Séré de Rivières.

L'alimentation de secours pouvait se faire soit par gravité à partir de ces mêmes citernes du réduit, soit par camion citerne (poste de dépotage dans l'entrée véhicules).

L'eau était stockée dans 2 citernes de réserve de 26.000 litres et une de service courant de 9.400 litres, une citerne de service courant de 3.800 litres et deux citernes de consommation journalière de respectivement 1.900 litres et 300 litres. La distribution intérieure desservait :
- 1 réservoir de 1.900 litres à la cuisine.
- 2 réservoirs de 4.000 litres en pied et dans le B5 et deux de 2.800 litres dans le bloc.
- 2 réservoirs de 4.000 litres en pied et dans le B6 et deux de 2.800 litres dans le bloc.
- 1 réservoir de 100 litres dans le poste de secours
Source(s) :
SHD - Carnet d'ouvrage du Mt Agel (1955)



EQUIPEMENT, Mobilier et second œuvre

L'ouvrage était équipé de la quantité de lits suivante :
- 7 pour officiers, 12 pour sous officiers et 100 pour hommes
- 8 pour hommes dans chacun des blocs 1 et 3
- 1 au bloc 4 et 2 au bloc 5.
Soit de quoi coucher 138 personnes.

Le cuisinière était au charbon de 250 rations.


EQUIPEMENT, Ventilation

L'ouvrage était équipé air-pur et air-gazé. La ventilation se faisait au moyen de 9 ventilateurs électriques SW pulsant pour un total de 44 CV dont les plus puissants étaient les ventilateurs air-gazé principal (15 CV) et ceux des B5 et B6 (8 CV chaque).

La filtration se faisait par une batterie de 8 filtres SP36 dans le local de l'issue de secours (casernement), par une batterie de 4 filtres dans chacun des blocs tourelle et par un filtre dans les blocs de flanquement d'entrées, pour la cloche GFM et l'observatoire détaché (B8).

L'extraction d'air vicié (latrines, usine, cuisine, magasins à douilles vides B5 et B6) et de fumées (cuisine) nécessitait 5 ventilateurs de tirage SW pour un total de 2,2 CV.

Chauffage :
- il existait des radiateurs électriques dans les PC centraux et ceux des blocs 5 et 6.
- l'eau de refroidissement des moteurs passait par une batterie chauffante sur l'air pulsé dans le casernement.
- une dérivation du circuit de refroidissement alimentait des radiateurs en fonte dans les endroits importants (poste de secours, etc...)
Source(s) :
SHD - Carnet d'ouvrage du Mt Agel (1955)



GENERALITES, Spécificités

L'ouvrage du MONT AGEL est le seul exemple, avec l'ouvrage du SAPEY en Maurienne, du concept d' "ouvrage d'artillerie" au sens sud-est du terme, tel que théorisé par la CORF en 1929.

Il s'agit d'un ouvrage dominant, devant à la fois assurer des interdictions frontales et une protection de la ligne de résistance des autres ouvrages. Ce concept est en fait une application "moderne" du fort de protection du triptyque Séré de Rivières des forts d'arrêt, de protection et de surveillance propre aux Alpes.

Outre MONT-AGEL et SAPEY, un ouvrage moderne similaire devait être construit à la tête de LAVINA en arrière de Sospel, et on prévoyait la modernisation du fort de TOURNOUX en Ubaye. Ces deux derniers projets n'aboutirent pas.


ETAT ACTUEL , Etat - utilisation actuelle

2009-07 - La cérémonie officielle de dissolution de la base aérienne 943 « Capitaine Aubert » et de restitution des couleurs de la 23e escadre de bombardement s’est déroulée le 16 juillet 2012.
Le centre de detection continue son activité mais ne nécessite plus qu'un effectif réduit du fait d'une automatisation poussée


HISTORIQUE, Chronologie

Les deux tourelles de l'ouvrage on participé activement aux combats de menton en juin 1940. Elles ont contribué à maintenir les troupes italiennes et détruit entre autres la gare de vintimille et un convoi d'artillerie au niveau du tunnel de la mortolla

le 22 juin 1940, l'ouvrage détruit au Cap Mortola un train blindé italien de 4 tourelles de 152 qui s'apprêtait à tirer sur le Cap Martin.
Source(s) :
Guide de la ligne Maginot des Ardennes au Rhin, dans les Alpes - HOHNADEL Alain - TRUTTMANN Michel
Collection 39-45 Magazine, n° Hors série, HOHNADEL Alain - TRUTTMANN Michel - Heimdal



HISTORIQUE, Construction

La construction de l'ouvrage d'artillerie du MONT-AGEL est approuvée le 19 Mars 1930. Le marché de gros-œuvre est passé à l'entreprise THORRAND & Cie de Nice le 29 Novembre de la même année. Cela fait de cet ouvrage l'un des premiers à être achevé sur le front des Alpes Maritimes.

Fin Aout 1932, les deux blocs tourelle sont coulés et prêts à recevoir les tourelles de 75/33. Les autres blocs, bien que partiellement terrassés, ne sont pas encore coulés. Les locaux souterrains sont fouillés à 80% mais seulement 15% d'entre eux sont revêtus. L'avancement global du gros-œuvre est estimé à 70%. Fin Septembre, le bloc de flanquement d'entrée (B4) est coulé.

L'ouvrage est classé par décret dans la 1e série des places de guerre le 3 mai 1934. Les servitudes sont appliquées à partir du 3 juin.

Les tourelles de l'ouvrage sont réceptionnées en décembre 1935. Ces mêmes tourelles seront modernisées entre mai et septembre 1937 (culasse semi-automatique, norias améliorées, etc).

Des travaux de finition auront encore lieu jusqu'en septembre 1939, incluant l'installation de PC de tourelles et du PC central de l'ouvrage.
Source(s) :
SHD - 6V11100 (avancement travaux et marchés)



DIVERS (Sans critère)

L'artillerie de l'ouvrage du Mont Agel utilise les observatoires rattachés O25, O26 (Mont Agel Est), O27 (Mont Gros principal), O28 (Mont Agel Abri Nord) et O29 (Cime de Cabanelles)


Page n° 13177 mise à jour le 31/07/2022 - © wikimaginot.eu 2022




La visite de ces constructions peut se réveler dangereuse, Mise en garde

Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu