Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot



Ligne Maginot et guerre chimique


Fil ouvert par DRAGLOR ( 24 ) - Posté le 05/03/2018

Il existe dans les archives du Génie (Archives de l’Organisation des Régions fortifiées) un document secret, a priori daté de 1931, et intitulé « Avant-projet de distribution de gaz asphyxiants émis par les ouvrages de première ligne de la frontière de l’Est ».

Le procédé proposé consistait à reproduire le principe d’attaque par vagues gazeuses dérivantes sur un front fixe en utilisant des réservoirs de gaz de très grande capacité, protégés par du béton, et des tuyaux métalliques, eux-mêmes protégés par enfouissement, amenant à des postes d’émission fixes camouflés et protégés.

Le réseau devait comprendre une canalisation d’alimentation (feeder) enterrée à grande profondeur dans le voisinage de l’ouvrage fortifié émetteur puis à 1,20 m de profondeur sur tout son parcours. Les conduits de distribution devaient être constituées par 3 connecteurs perpendiculaires au feeder et raccordées à celui-ci par des tés réalisés par piquage à la soudure autogène. Les conduits de distribution, enterrés à 1,20 m de profondeur, devaient être écartés de manière à couvrir sensiblement toute la zone d’action. Les postes d’émission étaient constitués par une tubulure verticale piquée de place en place sur les conduits de distribution et viendraient déboucher à la surface du sol. Un pavé en béton creux, facilement camouflable, permettrait ainsi le passage des gaz par trois orifices.

L’avant-projet ne rentrait pas dans les détails de réalisation et son auteur considérait que le dispositif final dépendait de certains facteurs ne pouvant être fixé que par les services techniques compétents. Rien ne permet d’identifier l’origine de cet avant-projet et il ne semble pas que les services chimiques en aient été saisis par la suite.



Réponse de jolasjm ( 2065 ) - Posté le 05/03/2018

Bonjour

Document intéressant en effet, bien que la date de 1931 paraisse sujette à caution (écrite à la main et avec un point d'interrogation). Par contre, cela a été dument classé dans les archives du service éléctro-mécanique du Génie, preuve à tout le moins d'une forme de considération.

Pouvez-vous nous préciser la cote de ce document ?. Un service du Génie, dépendant de la STG, était en charge de la centralisation des "inventions proposées au Ministre" par l'extérieur à fin d'évaluation et de suite à donner : peut-être cela vient-il de là ?. Si vous connaissez la cote de ce document, lors d'un prochain passage au SHD on le lira avec intérêt ainsi que ceux classés autour pour mise en contexte.

D'un point de vue strictement technique, mettre des tuyaux de gaz à 1,2m de profondeur ne les met pas vraiment à l'abri d'un quelconque bombardement (par comparaison, les cables téléphoniques de forteresse étaient, dans la zone fortifiée, enterrés à minima à 3 mètres de profondeur - et 2 mètres en arrière - et les galeries d'ouvrages étaient à minima à 15-18 mètres en sol meuble). Le premier obus bien placé devait singulièrement réduire l'efficacité de distribution d'un tel système.

Cordialement
Jean-Michel


Vous ne pouvez pas participer à ce fil de discussion, seuls les membres peuvent y répondre ou y contribuer. S'inscrire est gratuit, rapide et sans engagement.