Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot



Boitiers répartiteurs LMRT dans les Alpes


Fil ouvert par Pascal ( 989 ) - Posté le 19/07/2018
Dernière modification par Pascal le 19/07/2018.
Fil retranscrit à partir d'échanges courriels.

Salut les talibans de la fortif.


En matière de téléphonie TM32, je ne jurais que par les répartiteurs fonte/alu en me basant sur la bible de la téléphonie TM32 (écrite par Pascal Lambert).

Il y a certes au Hochwald et au Schoen des répartiteurs téléphoniques de marque L.R.M.T. Marseille, mais c'est du vil après guerre.

Oui mais, voilà que je me rend compte que dans les Alpes Maritimes les ouvrages sont équipés de répartiteurs L.R.M.T. Marseille dans les galeries et en fonte/alu dans les P.C.

Visiblement se sont des installations avant guerre qui n'on subies aucune transformation depuis.

La question étant alors au Schoen, au Hochwald, de quelle époque date les installations L.R.M.T. ?

On peut aussi concevoir que L.R.M.T. à fournit avant et après guerre.

Amitiés, Jean-Marc BIRSINGER



Réponse de Pascal ( 989 ) - Posté le 19/07/2018

Salut Jean-Marc

Sur la base des photos soumises, il apparait que certains de ces boitiers sont indiscutablement d'origine. Il est donc vraisemblable que , comme tu le suggères, les marchés du Sud-Est aient été passés avec LMRT et ceux du NordEst avec une autre société.
LMRT a existé longtemps après guerre et fournissait du matériel pour les réseauxfilaires, ce qui explique certainement que ses matériels aient été réemployés, les boitiers TM32 de fabrication spéciale n'étant plus disponibles et ayant montré leurs faiblesses.

Amicalement, Pascal


Réponse de Pascal ( 989 ) - Posté le 19/07/2018

Origine : Jean-Marc Birsinger

Merci pascal pour ta réponse.

Tout cela me laisse dubitatif. Le dernier répartiteur LMRT que j'ai repéré dans le SFAM se trouve dans le chambre de coupure de Plan Caval.

Pour le Schoen il y avait 17 répartiteurs (en mauvais état) dans le PC et 31 (à réviser) dans l'ouvrage. Faudra qu'a l'occasion je regarde l'existant de près.

Amicalement, Jean-Marc


Réponse de Pascal ( 989 ) - Posté le 19/07/2018

Bonjour à tous

Pour ce qui est de la modernisation du réseau du Nord Est, les seuls ouvrages intégralement traités sont ceux du mole Molvange-Rochonvillers dans les années 50 pour leur réutilisation par l'OTAN. Cela explique que l'on y trouve ces boitiers. Des boitiers ont été remplacés dans quelques autres ouvrages dans le cadre de l'entretien, mais cela a été chose rare.

Amicalement, Pascal


Réponse de Franck ( 16 ) - Posté le 19/07/2018
Dernière modification par Pascal le 19/07/2018.
Bonjour,

Cette supposée histoire de boîtiers L.R.M.T avant-guerre me laisse perplexe et je n'y crois pas trop.
- Les nouveaux front étaient encore tous équipés de boîtiers TM et LTS "anciens modèles", hors les travaux d'achèvement sont bien postérieurs aux anciens front des Alpes Maritimes.
- On note encore la présence de boîtiers anciens modèles dans les Alpes Maritimes, qui plus est à l'emplacement des centraux principaux d'ouvrage (Agaisen entre autres...), je ne vois donc pas de logique à installer des boîtiers de modèles différents dans un même ouvrage.
- Les ouvrages des Alpes Maritimes ont subi maintes modifications après-guerre, certains ouvrages ayant même beaucoup souffert des combats.
J'ai longuement observé l'Agaisen durant mon séjour dans le Sud et on peut dire que les travaux d'après-guerre ont été particulièrement soignés (Conduites de ventilation intégralement repeintes en aluminium par exemple alors qu'elle étaient en vert, rouge ou jaune à l'origine, pour ne citer que cet exemple).
- Enfin, et ce n'est là que mon avis personnel, les boîtiers L.M.R.T. ont un design trop "après-guerre", on est déjà loin des années des 1930.

Franck


Réponse de Pascal ( 989 ) - Posté le 19/07/2018

Message d'origine : Jean-Marc Birsinger

Salut Franck

Oui cela me laisse aussi dubitatif.

Je constate que tous les gros ouvrages du SFAM (et uniquement le SFAM) ont des répartiteurs LMRT dans les galeries et des TM32 dans les PC et centraux.

Ce qui est flagrant et bizarre c'est que les niches collent avec les boitiers, voir PJ.

La chambre de coupure de Plan Caval est équipée en LRMT.

Je note aussi la proximité, LMRT est de Marseille. Peut être un appel d'offre limité. Ou l'incapacité de LRMT de fournir plus (c'était comme cela avec les moteurs).

Dans tous les cas il y a des choses à tirer au clair....


Jean-Marc



Réponse de Pascal ( 989 ) - Posté le 19/07/2018

Bonsoir à tous

Pour ce qui est de la CC de plan Caval; elle a manifestement été ré-équipée si l'on se fie aux traces dans le béton. Je note que sur les photos de l'Agaisen, on voit un boitier LMRT et au dessus de celui ci, des prises correspondant à un modèle utilisé dans les années 50 pour le rééquipement d'une partie du mole Rochonvillers-Molvange.
Le point qui m'embarrasse et m'empêche de dire que les boitiers LMRT ont été posés après guerre et qu'ils correspondent exactement aux niches dans lesquelles ils sont posés, et qu'à capacité égale, les répartiteurs TM 32 sont plus volumineux....

Amicalement, Pascal


Réponse de Franck ( 16 ) - Posté le 19/07/2018
Dernière modification par Pascal le 19/07/2018.
Lors de mon passage au Mont-Cénis, j'ai également constaté la présence d'un boîtier LMRT dans une ancienne batterie d'artillerie italienne.
Réutilisation française après-guerre?

Curieux tout ça

A+


Réponse de Franck ( 16 ) - Posté le 19/07/2018
Dernière modification par Pascal le 19/07/2018.
En ce qui concerne le dimensionnement des niches, ça ne me choque pas, le travail de maçonnerie a pu être soigneusement exécuté après-guerre, si modification de ces niches il y a eu...

La preuve au Schoenenbourg, où la galerie entre la gare arrière et l'entrée des hommes disposait de rigoles pour le passage des câbles, aujourd'hui,

après les modifications des années 1950, on ne voit plus rien. Idem pour les installations téléphoniques où seuls les tiges filetées d'un répartiteur 4 directions de la gare avant étaient encore apparentes ainsi que l'emplacement de certains TM 32 étanches.

Jean-Marc, as-tu des photos de l'ouvrage de Col de Brouis (non modernisé car ferraillé) avec ces niches visibles (invisibles sur ton site)? les traces au mur parleront peut-être plus...

Franck


Réponse de Franck ( 16 ) - Posté le 19/07/2018
Dernière modification par Pascal le 19/07/2018.
J'ai quand même trouvé une photo d'une de ces niches au Col de Brouis sur lignemaginot.com, au bas d'un bloc.

L'écartement entre les 4 tiges filetées semble plus correspondre à du TM années 1930 qu'à du LMRT, qu'en penses-tu Pascal?

A+



Réponse de Pascal ( 989 ) - Posté le 19/07/2018

Salut Franck

Effectivement, ces tiges sont celles correspondant aux boitiers TM 32, pas aux boitiers LMRT (diamètre plus faible). Reste la question de la taille des alvéoles qui semble trop exiguës pour les boitiers TM 32 au vu du nombre de câbles , sauf si le réseau a été revu après guerre et leur nombre augmenté.

A++


Réponse de Pascal ( 989 ) - Posté le 19/07/2018

Réponse de Jean-Marc Birsinger

Salut les Jeunes


Je vais mettre tous le monde d'accord, Franck a bien raison.
Sur les photos jointes, le répartiteur LRMT va pile poil dans la niche, mais il y a un mais.
En regardant de prés tous les câbles on été manchonnés.
Sur les autres répartiteurs LRMT il y a toujours aussi un manchonnage en amont.
C'est vachement bien fait au point que cela fait illusion.


Jean-Marc


Réponse de Pascal ( 989 ) - Posté le 19/07/2018

Et bien non, cela ne va pas mettre tout le monde d'accord ;-)

En fait, les manchons comme ceux de la photo Castillon 2 sont techniquement nécessaires pour assurer la liaison entre les cables isolés au papier et les terminaisons isolées au caoutchouc aboutissent aux répartiteurs (Cf. https://wikimaginot.eu/_documents/_wiki_docs/1-1387144608.pdf page 32) . Leur existence ne présage donc en rien d'une adaptation de l'installation.
Pour ceux présents sous forme de boule sous les boitiers LMTR, il s'agit de la liaison technique entre le câble et le boitier même qui était alors lors réalisée par soudage de la gaine du câble sur une un fourreau plomb rattaché au boitier, alors qu'avec les boitiers TM32, il était fait usage d'entrées de cable emplies de brai pour assurer l'étanchéité.
C'est là une simple évolution technologique.

A noter que dans le Nord Est, la 'modernisation' du réseau a été entreprise différemment. La majorité des cables extérieurs ont été bouclés par épissures souterraines réalisées en dehors des chambres de coupure rendant ces dernières inutiles et pour ce qui est des bouclages dans les ouvrages, les boitiers TM ont été réutilisés la plupart du temps tels que ou parfois après modernisation avec le rajout de têtes de cables semi étanches ou tout simplement remplacés directement par des épissures sous plomb lorsque les conditions le nécessitaient (humidité trop importante).

Autre région, autre moeurs .....

Si dans le sud-est il a été procédé à un remplacement des boitiers TM32 par des boitiers LMRT, cela aurait été quasi systématique et aurait occasionné en parallèle d'importantes reprises de maçonnerie à en juger par les niches réalisées puisque celles ci correspondent en général aux dimensions des boitiers LMRT, lesquelles sont clairement inférieures à celles de boitiers TM 32 que ces boitiers auraient remplacé.

Je suggère que l'on transpose notre discussion dans les fils de discussion de wikimaginot, cela permattrai à tout le monde de réagir et peut-être être de trouver la solution de l'énigme . A vous de me le dire, si cela vous va, je recrée cet échange sur wikimaginot.

Désolé de n'avoir pas fait avancer le schmilblick ;-)

Bonne journée à tous.

Amicalement, Pascal


Réponse de Pascal ( 989 ) - Posté le 19/07/2018

Réponse de Jean-Marc Birsinger :

Bonjour à tous,

Pascal tu m'as devancé, car je me suis rendu compte hier soir qu'ils ont strictement utilisés la même technique avec les répartiteurs TM32.
Les mêmes niches (adaptées à la taille), les mêmes manchonnages.

De visu, il n'y a aucune différence entre les installations TM32 et LRMT.

Ok pour l'échange sur Wiki, plus on est de fous.....

Amicalement Jean-Marc


Réponse de jolasjm ( 1777 ) - Posté le 20/07/2018
Dernière modification par jolasjm le 20/07/2018.
Bonjour à tous,

N'étant pas un spécialiste de téléphonie, je ne commenterai pas sur cet aspect. Par contre, je voudrais rebondir sur une affirmation faite plus haut. Ces quelques réflexions pourront peut-être alimenter le débat sur l'origine de ces boitiers LRMT.

Il se trouve que les ouvrages "anciens fronts" du sud-est ont pour un grand nombre d'entre eux été achevés et équipés BIEN APRES les nouveaux fronts du Nord-Est (et a fortiori les "anciens fronts"). Aussi bizarre que cela puisse paraitre, entre les créneaux de chantiers écourtés du aux conditions météo et le moratoire de presque deux ans sur les constructions entre 1935 et 1937 du fait des suites de la conférence de Stresa avec l'Italie, et la modicité des budgets alloués à un front considéré comme secondaire, les choses ont largement trainé en longueur, pouvant expliquer des changements de fournisseurs au milieu pour les ouvrages ayant vu un début d'installation avant 1935 et une finalisation entre 1938 et 1939 après la reprise des travaux. En 1937, ni les ouvrage de haute Ubaye, ni les ouvrages du quartier des cols du Sud de Maurienne, ni Buffere-Granon, ni tout ce qui se situe entre Restefond et Monte-Grosso, Authion compris, n'avaient vu la moindre installation de réseau téléphonique. Pour ne prendre que quelques exemples, l'ouvrage du Lavoir a connu des dépenses importantes sur le poste "télécom" jusque fin 1938, le Pas du Roc a vu son installation téléphonique interne finalisée partiellement en 1940. Meme chose - à l'échelle limitée de ce qui a été réalisé - au Plan-Caval.

Parlant de Plan-Caval, tout ceci est aussi vrai bien sur pour les autres ouvrages au standard CORF dont la construction a débuté en 1938-39 (Cave à Canon, Chatelard, Baisse de St Véran,…), ou les ouvrages dont des blocs individuels avaient été reportés jusque cette même période 1938-40 (bloc 1 du Pas du Roc, entrée du Granges Communes, etc).

Le états de travaux montrent par ailleurs que même les ouvrages ayant connu une installation téléphonique avant 1935 continuent à avoir des dépenses d' "amélioration du réseau téléphonique" après 1937. Dans ce contexte, et si il n'y a pas d'impossibilité technique, des installations de fournitures hétérogènes peuvent s'expliquer.

Ajoutons qu'à partir de fin 1935 la CORF disparait, ce qui laisse une bien plus grande autonomie de décision aux responsables des Régions Militaires, qui sont tenues de reprendre à leur compte la responsabilité de finaliser le travail de la CORF. Cette autonomie des Directions et chefferies de travaux a pu jouer sur les politiques de choix de fournisseurs.

A toutes fins utile.

Amicalement
Jean-Michel

Sources : état des lieux d'avancement de chantiers 14° et 15° RM, états NN1 d'investissements sur comptes spéciaux forteresse 14° et 15° RM 1935-1939.


Vous ne pouvez pas participer à ce fil de discussion, seuls les membres peuvent y répondre ou y contribuer. S'inscrire est gratuit, rapide et sans engagement.