Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot



Correction de la fiche sur le canon de 75

Lié à la page suivante du Dico :
Canon de 75 mle 1897(75/97) dans la catégorie Armement - Artillerie


Fil ouvert par VincentA ( 42 ) - Posté le 18/01/2020

Bonsoir
Dans le paragraphe "Production Déploiement", vous indiquez "Bien que rattrapé par les progrès faits en matière d'artillerie entre les deux guerres, prés de 4 500 pièces étaient encore en dotation dans l'armée française en 1939 sous la dénomination matériel de 75mm modèle 1897/33."
Il restait effectivement dans les 4500 pièces de 75 en dotation en 1939 (et près d'un millier encore en stock ou sur déployés dans les TOE), mais la très grande majorité était du modèle 1897. Une première modification avait été effectivement envisagée au début des années 30 pour passer de l'affût monoflèche à champ de tir latéral très réduit à un affût biflèche, ce qui donna la version 1897 modifiée 1933 (abrégée en 97/33). Cette version biflèche produite à environ 300 exemplaires de mémoire (à vérifier dans le Ferrard, mais je ne suis pas chez moi, donc pas la doc sous la main) ne donna pas satisfaction en terme de robustesse et de stabilité au tir. A noter néanmoins que l'affût modèle 1933 fut réutilisé pour l'obusier de 105 court modèle 1935 des Etablissements de Bourges, et qu'il sembla donner satisfaction sur cette pièce. Le dernier développement du 75 fut le modèle 97/38 (modèle 1897 modifié 1938, produit à environ 800 exemplaires), la modification consistant en la monte de pneumatiques en remplacement des roues bois-fer d'origine, ce qui compliquait la manoeuvre à bras et l'abattage, mais permettait la traction automobile à vive allure sans devoir utiliser de train rouleur.
Cordialement


Réponse de VincentA ( 42 ) - Posté le 18/01/2020

En complément sur la version 97/33, on peut indiquer que cette version a été utilisée comme matériel antichar de transition dans les BDAC divisionnaire (6 à 10 pièces de 75 mile 97/33) en attendant la mise en service des 47 AC mle 37. Puis une partie de ces pièces ont été utilisées dans des casemates STG d'artillerie complémentaire (et là je pense que vous avez mieux la liste en tête que moi).


Réponse de jolasjm ( 3300 ) - Posté le 19/01/2020

Bonjour Vincent

Merci de ces précisions. Je vais amender la fiche en conséquence en ajoutant une section sur les variantes ultérieures au Mle 1897.

Amicalement
Jean-Michel


Réponse de VincentA ( 42 ) - Posté le 19/01/2020

Bonsoir Jean-Michel

Rentré chez moi, je viens de ressortir "1940 L'armement terrestre" (Stéphane FERRARD, ETAI 1998) d'où je tire les compléments suivants :
- l'affut d'origine du 75 mle 1897 ne permettait qu'un champ de tir de 6° en azimut, que l'affût biflèche adopté en 33 permettait de porter à 58°
- les pièces de 75 mle 97/33 équiperont les Batteries Divisionnaires AntiChar (BDAC constituant la 10e batterie des RAD) des grandes unités à partir de 1935. Mais l'obus perforant prévu (OR modèle 1910 M pouvant percer 50mm d'acier à blindage à 1000m) ne pouvait plus espérer détruire qu'à 600 / 900 m les nouveaux chars allemands Pz III et PZ.IV apparaissant en 1936 et blindés à 35/40mm. C'est alors que les services de l'artillerie reviennent vers le canon de 47 mm APX (dérivé du 47 mle 1902 de Marine) refusé par l'infanterie en 1935 à cause de son poids.

Autres données
- disponibilités en 75 : 5600 à 8700 exemplaires selon les sources (Mémoires de Gamelin, "Programmes d'armement 1919-39" P.Hoff)
- pièces de 75 mobilisées : 3996 pièces en service au 30/09/1939; 4500 au 30/04/1940 (chiffres de S.Ferrard)
- matériels de 75 modernisés : environ (source non retrouvée...) 300 pièces de 75 passeront sur affût biflèche mle33; environ 700 matériels de 75 mle 97/38 sur pneumatiques


Réponse de jolasjm ( 3300 ) - Posté le 20/01/2020

Bonjour Vincent

Eléments pris en compte et intégrés dans la page. Encore merci.

Amicalement
Jean-Michel


Réponse de VincentA ( 42 ) - Posté le 05/02/2020

Bonsoir

Je propose des corrections complémentaires sur les variantes au 75/97 sur le paragraphe "Variantes" qui serait à réécrire comme de suite:

"Variantes ultérieures au Mle 1897

Une variante modernisée sur affut biflèche est développée sous la dénomination matériel de 75mm modèle 1897/33.
Cette modification - produite à environ 300 exemplaires - présentant un affut à flèche ouvrante (mais conservant les roues bois-fer) offrait une plus grande amplitude en pointage horizontal (58°) avait pour but de constituer une "réserve" de pièces antichar "lourde" au niveau divisionnaire, face à la faiblesse des pièces d'infanterie de 37 TR mle 1916, le 25 AC Hotchkiss n'étant adopté que l'année suivante. Les pièces de 75 mle 97/33 équiperont ainsi les Batteries Divisionnaires Anti-Char (10e batterie des RAD, avec 6 à 10 pièces) des grandes unités à partir de 1935. Mais l'obus perforant prévu (OR modèle 1910 M pouvant percer 50mm d'acier à blindage à 1000m) ne pouvait plus espérer détruire qu'à 600 / 900 m les nouveaux chars allemands. Ceci poussa les services de l'artillerie à revenir vers le canon de 47 mm APX (dérivé du 47 mle 1902 de Marine) refusé par l'infanterie en 1935 à cause de son poids. Par ailleurs, la version Mle 1897/33 était intrinsèquement insatisfaisante car l'affût biflèche développé par Puteaux faisait pivoter les roues en même temps que les flèches (solution bâtarde prévue pour contourner le brevet Schneider concernant un affût où seules les flèches étaient ouvrantes, l'essieu restant fixe). C'est cette version qui sera dés lors ré-utilisée à poste fixe dans les casemates STG d'artillerie existant dans le Nord-Est (SF Montmédy, Ardennes…), les roues étant démontées en posant les axes sur des chaises fixes.

Le dernier développement du 75 fut le modèle 97/38 (modèle 1897 modifié 1938, produit à environ 700 - 800 exemplaires) en revenant à l'affut monoflèche d'origine mais en remplaçant ses roues bois-fer par des pneumatiques, ce qui compliquait la manœuvre à bras et l'abattage, mais permettait la traction automobile à vive allure sans devoir utiliser de train rouleur.

Le canon de 75 s'est révélé très efficace lors de la campagne de 1940, les simples obus explosifs s'avérant capables de percer tous les blindages allemands de l'époque. La pièce sera ensuite réutilisée par les allemands sous la dénomination 7,5 cm FK 231(f)

Il sera utilisé par l'armée française jusqu'en 1963, date de sa décommission."


Réponse de VincentA ( 42 ) - Posté le 05/02/2020

En complément j'ai qq photos, pas perso, mais tirées d'internet ou du livre de Ferrard qui pourraient permettre d'illustrer le propos si cela vous dit ?


Réponse de jolasjm ( 3300 ) - Posté le 06/02/2020

Bonjour Vincent

J'ai repris ton texte correctif, qui est en ligne. Concernant les photos "tirées d'internet" ou de livres, attention aux droits d'auteur. Dans le doute, préciser "droits réservés".

Bonne journée
Jean-Michel


Vous ne pouvez pas participer à ce fil de discussion, seuls les membres peuvent y répondre ou y contribuer. S'inscrire est gratuit, rapide et sans engagement.