Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot



CC n°35 + Abri relié

Lié à la page suivante de la partie Constructions :
35 (Chambre de coupure)


Fil ouvert par fabrice.thomassin ( 38 ) - Posté le 27/02/2020
Dernière modification par fabrice.thomassin le 27/02/2020.
Bonjour à tous,
Voici un plan de la chambre de coupure atypique visitée hier. Elle a la particularité d'être reliée à un abri qui dispose d'une entrée avec galerie très travaillée, ce qui lui donne un accès "horizontal".
On peut se poser la question de l'utilité du puits d'accès "vertical", très profond (6 m) qui semble n'avoir jamais reçu d'échelle (aucune trace de support en tout cas). On a là deux issues possibles, ...comme dans un PC.

M'ont également intrigué :
-la taille de la chambre 3m50 x 2m50...on est très au dessus des dimensions d'une CC de type "B", modèle réputé avoir été installé. N'est-ce pas plutôt un central ? Un point de raccordement au réseau téléphonique civil ?
-la présence de 5 conduits d'aération verticaux, à rapprocher, peut-être, des exigences d'un séjour permanent du personnel posté dans ces locaux profondément enterrés ?
-la présence de deux sections de câbles (c'est rare d'en voir) qui débouchent dans la galerie de liaison et non dans la Chambre de coupure elle-même.

Au final, j'en viens à me demander s'il ne faut pas traiter la CC et l'Abri comme un tout (une seule fiche) plutôt que comme deux entités séparées ??
Pouvez-vous m'éclairer sur cette construction singulière, plus importante qu'annoncé. Je pourrai ainsi trier et ordonner la mise en ligne de mes photos et les légender en évitant de tâtonner sur les appellations.

Un grand merci d'avance.
Fabrice



Réponse de SCHOEN ( 892 ) - Posté le 27/02/2020

Bonjour,
Je vous rejoins dans vos interprétations. Le puits devait servir d'issue de secours à l'abri.
Ce dernier devait effectivement être un central d'observation, relié à un observatoire de campagne situé non loin, peut être sur la colline au nord.
Au regard du nombre de scellements, dans la "chambre de coupure", celle-ci devait inclure, un central téléphonique.
Si je comprends bien, la "chambre de coupure téléphonique" est profondément enterrée. Ce n'est donc pas une chambre de coupure indépendante.
J'approuve le fait qu'il n'y ait qu'une seule fiche. Mais je laisse le soin aux autres administrateurs de nous faire connaitre leurs avis.
Bien cordialement
Antoine SCHOEN


Réponse de jolasjm ( 4458 ) - Posté le 27/02/2020

Bonjour Fabrice

C’est atypique, pour le moins !

Je ne crois pas trop à l’option central d’observation. On est très loin en arrière de la LPR et de tout sommet avec une quelconque visibilité. Peut-être est-ce un central téléphonique de PC important d’unité de campagne. Je vérifierai en rentrant dans mes pénates : j’ai quelques docs sur les GU de la 2e Armée.

A ce point de la rocade téléphonique arrière, on ne peut exclure une liaison avec le réseau civil. Mais je ne suis pas spécialiste de téléphonie :-). Voyons ce que Pascal en dit.

Je suis d’accord avec Antoine. Cela devrait être une seule construction sur wiki. Reste a en définir le type.

Amicalement
Jean-Michel


Réponse de fabrice.thomassin ( 38 ) - Posté le 27/02/2020

Bonsoir Antoine, bonsoir Jean-Michel,

Merci beaucoup pour vos réponses. Je m'intéresse aux chambres de coupure depuis très peu de temps et l'avis de Pascal nous sera très utile.
Là, tout se passe comme si on avait renoncé à l'accès en puits pour finalement se relier à l'abri tout proche afin de bénéficier d'une entrée plus commode et mieux protégée.

Je vais donc alimenter la fiche du CC n°35 avec mes photos dans un premier temps et y ajouter le plan relevé, une fois redessiné. OK pour supprimer la fiche de l'abri.
Bonne soiré.

Bien amicalement
Fabrice


Réponse de Pascal ( 3094 ) - Posté le 28/02/2020
Dernière modification par Pascal le 28/02/2020.
Re

Après une analyse des documents du réseau téléphonique de ce secteur et des photos jointes , j'en arrive à ces conclusions :

La chambre de coupure 35 est une chambre de la rocade arrière (chambres 34 et 36) dans laquelle aboutissait l'une des radiales provenant de la rocade avant (chambre 27). Un total de 3 câbles à 38 paires et trois câbles à 14 paires y aboutit.

Son emplacement en bordure d'un axe routier et des rames téléphoniques qui le longeait en fond une position idéale pour un central téléphonique arrière , comme ceux de Joppécourt ou d' Altroff.
Il convient donc de rajouter au nombre de circuits donnés ci avant un certain nombre de circuits aériens permettant les liaisons vers l'arrière.

Les indications données par les photos indiquent l'existence sur le mur du fond d'un central téléphonique composé de deux panneaux à 32 abonnés (partie gauche) et deux panneaux pour 16 abonnés (partie droite)

Le mur à droite comporte en partie haute les fixations pour les quatre boitiers de protection du central ainsi que pour les répartiteurs nécessaires (type 4 ou 5) et en partie basse les fixations pour les câbles reliant ces boitiers entre eux puis aux panneaux d'abonnés du central, sur une couche au début puis sur deux couches en approchant du standard qui était raccordé par 12 câbles à ses boitiers de protection, eux mêmes reliés aux boitiers répartiteurs par manchons et câbles.
Un téléphone étanche semble avoir existé à droite de la porte d'accès du central ainsi qu'un boitier répartiteur type 4 ou 5.

En faisant le compte du nombre de circuit nécessaires au niveau du répartiteur, il apparait impossible que celui ci ait pu accueillir en sus des circuits du central, ceux de la rocade arrière et de la transversale, cette affirmation étant basée sur la composition maximale de ce répartiteur en fonction de la longueur de mur disponible qui ne correspond pas à ce qui serait requis.
Un examen des écartements de perforations des barres support permettait de définir avec précision le matériel qui avait été mis en place

Seuls deux câbles semblent le relier au réseau souterrain, les tubes remontant vers la surface pouvant être utilisés pour la descente des câbles depuis les boitiers de protection aéro souterrains qui étaient placés sur les poteaux du réseau téléphonique aérien extérieur ou d'évacuation de fumées pour un éventuel poêle

A mon sens, ce central est un central du type isolé, et la chambre de coupure 35 à laquelle il est relié par les deux câbles à 38 paires visibles sur les photos est située à proximité.

Amicalement, Pascal


Réponse de fabrice.thomassin ( 38 ) - Posté le 28/02/2020

Merci Pascal pour tous ces détails experts.
Voilà qui pose bien les choses et permet d'avancer.

Il ne s'agit donc pas de la Chambre de coupure n°35, laquelle était supposée être de type B (et elle l'est sans doute). Il va donc falloir la rechercher ailleurs. La première hypothèse étant à 50 m de là, en contrebas immédiat de la route. C'est à dire exactement là où vous l'aviez initialement placée ! Les photos aériennes donnent une forme à cet endroit qui est actuellement occupé...par un tas de terre. D'ici à ce qu'elle soit dessous... J'irai vérifier en avril.

Sinon, je confirme que les deux tubes en galva émergeant à l'air libre pouvaient servir à un raccordement avec le réseau aérien. Ils ne sont pas coudés.
Passionnant ce réseau téléphonique.

A dans quelques semaines pour de nouvelles reco' dans le Nord-Meusien.
Bien amicalement.

Fabrice


Réponse de SCHOEN ( 892 ) - Posté le 28/02/2020

Hello
Pour vérifier la présence d’un chambre de coupure, j’utilisais un bout de fer à béton de 6.
Ça marche bien s’il n’y a pas trop de cailloux.
Antoine


Vous ne pouvez pas participer à ce fil de discussion, seuls les membres peuvent y répondre ou y contribuer. S'inscrire est gratuit, rapide et sans engagement.