Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot


Aide pour légendes

Lié à la page suivante de la partie Constructions :
VIRMING (Dépôt de Munitions)


Fil ouvert par DK_Antoine4 ( 150 ) - Posté le 19/03/2021

Bonjour à tous,

Je suis passé par hasard par ce dépôt en fin d'année dernière sans savoir que c'était une construction de la ligne Maginot (il n'y avait rien sur SFS, sur lequel je croyais être... mais en fait c'était le SFF !)

J'ai pris quelques clichés, mais n'ayant aucune connaissance des différents types de bâtiments, et de la manière de fonctionner de ce dépôt, je ne saurai les légender.

Pouvez-vous m'aider ?

Je note 4 types de bâtiments :

- A l'entrée, des ruines avec certains murs en briques, sans doute une maison de gardien / logement pour la troupe

- Non loin de l'entrée, un bâtiment étrange, plutôt long avec un toit en forme d'arc de cercle

- Dans le dépôt, environ 8 (ou plus) bâtiments de taille importantes, toujours debouts, sans toiture , possédant un étage, avec de nombreuses ouvertures carrées au niveau du plafond (voir photos). Un des ces bâtiments est réutilisé par un particulier.

- Dans le dépôt, à certains endroits, il ne reste que des murs de soutènement, mais sans le bâtiment. S'agit-il d'hangars métalliques ou peu solides qui se sont effondrés avec le temps ?

Il y a aussi des réseaux de tranchée, ce qui semble plutôt inhabituel...

Merci d'avance de vos infos sur la fonction des bâtiments !

Cordialement,

Antoine



Réponse de jolasjm ( 5255 ) - Posté le 20/03/2021
Dernière modification par jolasjm le 20/03/2021.
Bonjour Antoine

Ce qu'on sait de ce dépôt c'est qu'il a été étendu (c'est bien le terme utilisé dans les archives) dans le cadre du programme de défense des frontières des années 30 et qu'il a été utilisé entre 1938 et 1940. Ce n'est à mon avis pas une construction d'origine Maginot en tant que tel, mais plus probablement une installation allemande de la période d'annexion qui a été réutilisée ou une diversification d'un dépôt de campagne français antérieur. L'origine allemande serait assez logique dans la mesure où cet endroit n'est pas si loin de l'ancienne frontière et de la Grenze Stellung de 1914-18.

Il faut donc selon moi examiner ces traces à l'aune d'une possible triple utilisation (dépôt de guerre allemand, dépôt de munitions pour troupes de campagne française, dépôt de munitions de fortification - en l'occurrence exclusivement des mines de réseau et piquets antichar Ollivier -, ce qui rend les choses plus compliquées.
A noter que ce dépôt est pour sa part Maginot un satellite tardif du grand dépôt à mines et piquets antichar central du bois de Lorraine à Sarralbe-Keskastel, qui lui est antérieur. Si je reprends vos points

- A l'entrée, des ruines avec certains murs en briques, sans doute une maison de gardien / logement pour la troupe
Oui, très certainement un logement de gardiens + bureaux administratifs.

- Non loin de l'entrée, un bâtiment étrange, plutôt long avec un toit en forme d'arc de cercle
Ce bâtiment me parait être un casernement à l'usage du personnel de gestion du dépôt. Qu'y a t-il dedans ou quelle est son organisation intérieure ?

- Dans le dépôt, environ 8 (ou plus) bâtiments de taille importantes, toujours debouts, sans toiture , possédant un étage, avec de nombreuses ouvertures carrées au niveau du plafond (voir photos). Un des ces bâtiments est réutilisé par un particulier.
Ce sont clairement des bâtiments de stockage, sans doute indépendants de l'utilisation Maginot, mais plutôt des bâtiments de stockage de munitions banales nécessitant un abri (caisses de poudre, etc). Le plafond alvéolé a une fonction d'éclairage pour éviter l'usage de ce qui pourrait provoquer des étincelles. Le toit supérieur devait comporter des ondulines translucides pour permettre l'éclairage naturel. La taille est néanmoins très inhabituelle : les standards de dépôts à munition imposent une dispersion des munitions importantes en petits bâtiments, sauf pour les munitions légères d'infanterie. Ainsi un bâtiment de stockage de caisses de cartouches pourra facilement faire 30 à 40 m de long. Les hangars ateliers pouvaient aussi être passablement vastes.

- Dans le dépôt, à certains endroits, il ne reste que des murs de soutènement, mais sans le bâtiment. S'agit-il d'hangars métalliques ou peu solides qui se sont effondrés avec le temps ?
Possible. Cela me parait être des hangars dont la structure métallique aura été tout simplement récupérée. L'extension Maginot du dépôt devait comporter deux hangars pour le stockage de ce qui ne craint rien et un bâtiment étanche unique pour ce qui craint (typiquement les fusées, détonateurs...)

Il y a aussi des réseaux de tranchée, ce qui semble plutôt inhabituel...
Je suis d'accord sur le caractère à priori inutile de tranchées ici, sauf si on confirme l'origine allemande du site. Là, la proximité du front aurait pu justifier cela. Mais au total j'y crois très peu : selon moi il s'agit plutôt d'anciens caniveaux de drainage d'eau. Les plans types de dépôts de munition français comportent ce genre de dispositifs.

Notons aussi que les photos aériennes anciennes du dépôt montrent clairement en partie sud-ouest le très classique alignement d'alvéoles ouvertes avec merlons de séparation en terre, desservi par deux voies routières parallèle à cet alignement, permettant le stockage de munitions plus dangereuses en petits hangars légers protégés.

Mais pour mettre des certitudes sur ce qui n'est qu'hypothétique à ce stade, il faudrait trouver le dossier de ce dépôt et son plan de stockage. Je ne l'ai pas pour celui-là.

Cordialement
Jean-Michel


Réponse de DK_Antoine4 ( 150 ) - Posté le 20/03/2021
Dernière modification par DK_Antoine4 le 20/03/2021.
Bonjour Jean-Michel,

Merci beaucoup pour ces tous ces éléments !

Peut-être faudrait-il préciser dans "HISTORIQUE, Construction" de la fiche que le dépôt a été étendu et non construit en 1938-39 du coup ?

Concernant les grands bâtiments alvéolés, après vérification, c'est un élément que j'ai vu aussi sur un autre dépôt de munitions Maginot, mais de forme légèrement différente.

Une autre question : Ce dépôt était géré par le Génie, une unité spécifique l'avait sous son aile ?


Réponse de jolasjm ( 5255 ) - Posté le 21/03/2021

Bonjour Antoine

Les dépôts de munitions sont gérés par l'artillerie, sous responsabilité de la Région Militaire en temps de paix (en l'occurrence la 20° RM), puis sous responsabilité des services de parc d'artillerie de corps d'armée en temps de guerre - il y a des parcs d'armée, mais ils sont plutôt orientés maintenance de matériel). C'est le rôle des compagnies ou sections de munitions et des compagnies d'ouvriers de parcs/dépôts. Chose peu connue en général, c'est que l'artillerie gérait par délégation aussi les armes individuelles, et les armes et munitions d'infanterie...

Le Génie gérait de son côté ses propres parcs ou dépôts de matériel ainsi que les parcs mobiles de fortification, concept créé au moment de la conception de la ligne Maginot, ce qui était déjà pas si mal. Les transports de munitions par train étaient aussi gérés par le Génie.

Pour savoir quelle unité était en charge de ce dépôt : bonne chasse !

La note historique a été précisée.

Cordialement
Jean-Michel


Réponse de DK_Antoine4 ( 150 ) - Posté le 21/03/2021

Bonjour,

Ah oui, bien vu, je ne sais pas pourquoi j'avais en tête que c'était un dépôt du génie alors que c'est un dépôt de munitions "classique"

Merci , à nouveau, pour ces détails



Vous ne pouvez pas participer à ce fil de discussion, seuls les utilisateurs inscrits peuvent y répondre ou y contribuer.
S'inscrire sur le site est gratuit, rapide et sans engagement.