Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot


Frontière entre le 153° RIF et le 37° RIF

Lié à la page suivante de la partie Constructions :
FREUDENBERG (Quartier Schiesseck - I/37° RIF) (Abri)


Fil ouvert par jolasjm ( 5255 ) - Posté le 21/12/2016

Bonsoir à tous,

J'ai un doute concernant l'appartenance de l'abri et de l'observatoire du FREUDENBERG, alimenté par une incohérence dans les sources, et en particulier dans le T3 d'"Hommes et Ouvrages...".

La carte page 123 montre cette frontière entre les deux sous-secteurs entre les LEGERET et les FREUDENBERG, ce qui mettrait les constructions du FREUDENBERG sous le 37° RIF. Or, page 126 du même livre, les abri et observatoire du FREUDENBERG, et même l'abri de REYERSWILLER, sont mis dans le sous-secteur du Légeret, soit au 153° RIF.

Sachant que le titre de la fiche de l'abri précise qu'il était probablement le PC du I/37° RIF (quartier Schiesseck) et que les notes de la même fiche confirment qu'il était tenu par le 153° RIF, une petite clarification s'impose.

Merci d'avance de toute information permettant de lever ce doute.

Cordialement
Jean-Michel


Réponse de SCHOEN ( 1007 ) - Posté le 21/12/2016

Bonsoir Jean-Michel,

Les casemates du Légeret sont encore du 37ème RIF, les dernières.

Antoine



Réponse de SCHOEN ( 1007 ) - Posté le 21/12/2016

Je trouve la limite dessinée sur une carte :



Réponse de jolasjm ( 5255 ) - Posté le 21/12/2016

Merci beaucoup Antoine,

C'est très clair. La limite du 37° RIF est encore plus à l'ouest que je ne pensais. Je vais corriver les fiches correspondantes.

Bonne soirée
Jean-Michel


Réponse de Lt-C (H) DW ( 1 ) - Posté le 26/09/2021

Bonjour Messieurs,

au cours de recherches récentes, j'ai eu la chance de pouvoir consulter l'Etat signalétique et des Services militaires ainsi que les notes prises par un soldat ayant combattu sur la Ligne Maginot. Il s'agit des documents du Caporal Raymond Lauffenburger, n° matricule au Corps 9806, 37ème Régiment d’Infanterie de Forteresse, 1er Bataillon,
1ère Compagnie d’Equipage de Casemates. Il a annoté laconiquement à partir de 1939 le « Calendrier du Soldat » qui lui a été remis à son arrivée au Corps :
- 9 avril, « Légeret »
- 11 avril, occupation complète
- 23 juillet, « Cas. Freudenberg »
- 30 juillet, « Cas Freudenberg »
- 21 août, « alerte arivé au Legeret à 2H »
- 25 au 27 août, « garde de la barrière » (sur le Barrage de Route du Légeret, au niveau du réseau antichar, qui était protégé par un petit blockhaus-abri disposant d’un créneau de tir pour un fusil-mitrailleur ?)
- 2 septembre, « 17 H déclaration de la guerre à l’Allemagne »
- 4 septembre « l’Allemagne nous déclare la guerre »
- 23 février, « Légeret »
- 23 juin, « 10 H 40 Armistice »

Ses indications semblent aller dans le sens de vos conclusions : le I/37 RIF aurait bien eu son PC à l’Abri du Freundenberg et couvrait avec ses Compagnies le compartiment de terrain à l’Est du Légeret, mais dont les limites avec celui du 153ème RIF étaient bien plus à l'Ouest… [les notes de Lauffenburger s’arrêtent à l'annonce erronée de la date de l'Armistice… Il arriva à Strasbourg le 30 juin 1940 : un document atteste qu’il a été libéré du Kriegsgefangenlager « Mathislager », un camp de prisonniers de guerre qui fonctionnait dans l’emprise de l’Usine Mathis à Strasbourg-Meinau. Il s’agissait d’un Durchgangslager, Dulag en abrégé, un camp de transit où il avait été enregistré sous le n° 550. Son Etat signalétique et des Services précise qu’il a été en captivité aux mains des Allemands du 24 juin au 10 juillet 1940, subissant le sort inique des combattants de la Ligne Maginot invaincue !]

Espérant vous avoir été d'une quelconque utilité, je vous adresse mes cordiales salutations, M. Dominique Wind.



Vous ne pouvez pas participer à ce fil de discussion, seuls les utilisateurs inscrits peuvent y répondre ou y contribuer.
S'inscrire sur le site est gratuit, rapide et sans engagement.