Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot



Utilisation de la Ligne par les Allemands


Fil ouvert par molvange ( 52 ) - Posté le 03/03/2017

Bonjour à tous

Je suis à la recherche d'informations sur l'utilisation des ouvrages de la Ligne, et tout particulièrement du SF Thionville, par les Allemands, pendant l'occupation.

Je sais par exemple que Molvange a été transformé avec la mise en place de bureaux (cf le premier livre de JY Mary). Mais guère plus ...

Quelqu'un aurait-il trouvé une source d'informations sur ce sujet ?

Michel


Réponse de SCHOEN ( 381 ) - Posté le 03/03/2017

Bonjour,

Il y a des dossiers sur cela aux archives militaire de fribourg. Mais il faut maîtriser l'allemand.

Sinon il y a des choses dans un livre de klopp sur les installations secrètes allemande de Lorraine.

Antoine


Réponse de jolasjm ( 2065 ) - Posté le 03/03/2017

Bonsoir

Le sujet est abordé dans plusieurs références:
- "La ligne Maginot de 1945 à nos jours" dans lequel M. Seramour introduit son livre sur la période d'occupation.
- "Comprendre la ligne Maginot" de MM Soudagne et Mansuy aborde aussi l'occupation, pp 89 à 94.
pour n'en citer que 2.
Certaines monographies d'ouvrages, comme le livre de J-B. Wahl sur le HOCHWALD, ou de MM Hohnadel et Varoqui sur le HACKENBERG apportent aussi des éléments.

Quelques éléments: Il y a eu quatre types d'utilisation.
- Initialement les ouvrages et casemates ont servi de mine à équipements, armes et munitions. Tout ce qui s'y trouvait et était facilement démontable, transportable et de valeur l'a été. On notera dans cette logique le début de ferraillage des cuirassements, notamment dans le nord et en TPM, l'enlèvement de moteurs (FAC, etc)...
- Une autre utilisation est connue et s'est traduite parfois par de sérieux dégâts : l'utilisation à des fins de propagande. Plusieurs films dont le célèbre "Sieg im Westen" ont été tournés pendant l'occupation, avec forces explosions et pétardages, dont celui de la T75 du BILLIG qui a servi à reproduire la chute de la FERTE.
- La ligne Maginot a servi aussi de terrain d'expérimentation aux nouveaux développements de techniques anti-béton ou anti-cuirassements (charges creuses). On peut voir ces traces au FOUR à CHAUX, à LEMBACH et au BILLIG (essais d'explosifs intérieurs dont certains gazeux), HOBLING (essais de gazage), METRICH, BILLIG (charges creuses).
- Enfin, et à mesure que la guerre tournait mal pour eux, les allemands ont utilisé certains gros ouvrages à "entrée facile" - donc de plain-pied ou en plan incliné - pour y abriter des installations de production ou de stockage. On connaît sept cas d'utilisation : le HACKENBERG a accueilli l'entreprise Deutz pour faire de la construction mécanique, au HOCHWALD, c'est Daimler AG qui installe une usine de moteurs Messerschmitt, les METRICH, ANZELING et MICHELSBERG connaissent des usages similaires, et le Mt des WELSCHES devient stockage de la Reichpost et le SIMSERHOF, un entrepôt. Trois autres ouvrages, moins facilement accessibles, deviennent des bureaux et PC: Le ROCHONVILLERS est nommé Anlage Brünhilde à partir de 1943 - PC de guerre inutilisé de Hitler -. Le MOLVANGE voit aussi ses arrières utilisées comme bureaux. Certaines sources mentionnent que le SOETRICH avait connu un début de travaux du même type.

Rajoutons que des camps de sureté ont été aussi utilisés comme cantonnements de prisonniers et de travailleurs : VECKRING, BAN St JEAN (monument), ou encore MORFONTAINE et ERROUVILLE.

A la libération, certains projets de retournement d'ouvrages Maginot ont été préparés par les allemands, sans concrétisation. On connaît ceux du HOCHWALD, du ROCHONVILLERS et du SIMSERHOF. Les allemands utiliseront des blocs du HACKENBERG et du groupe SIMSERHOF/SCHIESSECK pour canonner les troupes US.

Cordialement
Jean-Michel


Réponse de molvange ( 52 ) - Posté le 17/03/2017

Merci pour vos réponses.

J'ai en effet l'ouvrage Klopp mentionné par Schoen (essentiellement consacré au camp de Thil et aux usines de V1 dans les mines de fer du coin, avec un plan intéressant de "retournement" de Rochonvillers en construisant les EM et EH au nord) et celui de Seramour dont parle Jean-Michel.

Sans doute les archives de Fribourg me donneraient des réponses plus précises sur l'utilisation des ouvrages du SFT et tout particulièrement Molvange, mais c'est un peu loin ... et mon allemand est bien rouillé !

Est-ce que vous auriez vu une liste reprenant les numérotations des ouvrages par les Allemands ?

Michel


Vous ne pouvez pas participer à ce fil de discussion, seuls les membres peuvent y répondre ou y contribuer. S'inscrire est gratuit, rapide et sans engagement.