Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Groupe électrogène à moteur CLM 1 PJ 65

(1 PJ 65)






Les groupes électrogènes à moteur CLM 1PJ65 ont été produits en deux versions pour l'équipement de la fortification Maginot.

La première version était destinée à l’alimentation des casemates d’infanterie et des observatoires isolés et elle était dotée d'un alternateur délivrant une puissance de 5 KVA sous 110/220V triphasé avec neutre ;


Groupe électrogène à moteur CLM 1 PJ 65
Dans la version avec alternateur pour observatoire ou casemate




La seconde version était elle destinée à être utilisée comme groupe auxiliaire dans les usines électriques des gros ouvrages. Elle était dotée d'un compresseur permettant le gonflage des bouteilles de lancement des groupes électrogènes principaux ainsi que d'une génératrice délivrant 3.5 KW sous une tension de 110V continus permettant d’assurer l'éclairage de l'usine électrique lorsque les groupes électrogènes ne tournaient pas et que le réseau public était indisponible. Le compresseur était débrayable afin d'éviter de le faire tourner une fois les bouteilles de lancement de moteurs principaux gonflées.


Groupe électrogène auxiliaire à moteur CLM 1PJ65
On distingue le compresseur attelé à gauche et la génératrice à droite



Ces deux versions étaient basées sur le moteur fabriqué par la Compagnie Lilloise des Moteurs , 1PJ 65 signifiant moteur à 1 cylindre type Peugeot fabriqué sous license Junkers, chemise/piston de 65mm d'alésage.



Le moteur CLM 1 PJ 65


Le moteur CLM 1 PJ 65 est un moteur diésel 2 temps monocylindre à deux pistons opposés sur-alimenté en air. La suralimentation est obtenue par un troisième piston servant de compresseur placé en partie supérieure du moteur.

Ce moteur de construction simple ne comporte pas de soupapes (1), l'admission de l'air et l'évacuation des gaz d'échappement se faisant au travers de lumières pratiquées dans la chemise, ouvertes ou fermées par le passage des pistons. L'utilisation de deux pistons opposés présentait l’inconvénient de nécessiter un embiellage complexe et couteux à réaliser mais permettait en contrepartie d'équilibrer les efforts sur le vilebrequin (ce qui annule pratiquement les efforts au niveau des paliers et les vibrations au niveau du bâti) et d'obtenir un rendement peu commun grâce à un parfait mélange air/gas-oil et à une évacuation 'parfaite' des gaz brulés.

Le gazole est pulvérisé par un injecteur alimenté par une pompe commandée par une came montée sur le vilebrequin, le moteur étant lubrifié en circuit fermé par une pompe à engrenages entrainée par le vilebrequin.

Son refroidissement est assuré par la circulation d'eau au niveau de la chemise assurée par une pompe auxiliaire entrainée par courroie. Une bâche (cuve) d'environ 1 m3 contenait l'eau de refroidissement.

Dans certains ouvrages comme les observatoires de Boust ou du Haut-Avant (Hochwald), un caisson rempli d'eau est inséré dans le conduit d'échappement du moteur, ce qui permet de 'laver' les gaz d'échappement et de les rendre ainsi moins visibles pour l'ennemi.



Observatoire du Haut-Avant (Hochvald)
Caisson de lavage des gaz d'échappement




Caractéristiques:


- Poids du bâti seul :
- Alésage : 65 mm
- Course du piston inférieur : 120 mm
- Course du piston supérieur : 90 mm
- Cylindrée : 700 cm3
- Régime angulaire normal : 1000 tr/min
- Régime angulaire maximum : 1200 tr/min
- Puissance nominale 12 CV à 1400 tr/min
- Consommation moyenne de gazole :




(1) Il comporte toutefois en partie haute des clapets nécessaires au fonctionnement du compresseur assurant la suralimentation en air du moteur.



© wikimaginot.eu - Rédaction Pascal LAMBERT



© 2015 / 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 07/05/2017