Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Canon antichar de 47 mm modèle 1934

(47 34)






Généralités


Le canon de 47 mm modèle 1934 est un canon antichar français spécifiquement développé pour équiper les casemates et blocs d'ouvrage CORF de la ligne Maginot. Cette arme construite par les Ateliers de Puteaux (APX) est dérivée de la bouche à feu de 47 mm Mle 1902 de marine de 50 calibres.

Cette arme, l'un des meilleurs canons à usage antichar en dotation dans l'armée française en 1940 et à même de percer tous les blindages ennemis, à cependant connu une phase de développement et de déploiement particulièrement longue (début du développement en Mars 1931 et installation sur site entre mi 1937 et fin 1938).



Canon de 47 mm sur son birail




Description de l'arme


Le canon antichar de 47mm modèle 1934 est constitué d'une bouche à feu sur laquelle munie de clavettes latérales lui permettant de glisser dans un manchon-guide qui lui sert de berceau.
Le manchon-guide tourillonne verticalement dans un cadre mobile tourillonnant lui même horizontalement dans un cadre fixe inséré dans la trémie en façade du bloc, cette disposition permettant le pointage en hauteur et en dérive.

La bouche à feu est reliée au manchon- par deux freins de tir hydrauliques placés de part et d'autre permettant le recul de la pièce lors du tir. Le retour en position de la bouche à feu est assuré par un ressort récupérateur placé entre la bouche à feu et le manchon-guide.

Un manchon-culasse est vissé en partie arrière de la bouche à feu, ce manchon-culasse est doté d'une culasse à vis.

Deux dispositifs de sécurité empêchent la mise à feu lorsque le chargement n'est pas terminé, culasse verrouillée (sécurité de chargeur) ou tant que le pointeur n'actionne pas le levier de sécurité placé sur la poignée du volant de pointage en hauteur (sécurité de détente)

Ces dispositifs sont complétés par deux mécanismes interdisant la mise de feu lorsque la pièce n'est pas verrouillée dans la trémie ou est en position d'effacement (pas en place dans le créneau)

Le chargement de la munition et l'extraction de la douille après le tir sont manuelles, la douille est recueillie par le dispositif d'évacuation des douilles (entonnoir) qui est emmanché dans le conduit traversant la façade de bloc et tombe dans le fossé.



Caractéristiques de l'arme


Il convient de préciser que cette arme a été produite en deux versions, l'une avec un tube doté de rayures approfondies et la seconde avec de rayures non approfondies.


  • Calibre : 47 mm

  • Longueur de l'arme : 2,475 m

  • Pointage en direction : 50 grades

  • Pointage en hauteur : 28 grades

  • Longueur du tube : 2,35 m

  • Poids du tube : 330 Kgs

  • Rayures du tube : 20 à droite à 6°

  • Culasse Nordenfeld

  • Frein hydraulique (Huile / Azote)

  • Cadence de tir : 15 à 20 coups par minute

  • Profondeur des rayures : 0,4mm (non approfondies) - 0,6 mm (approfondies)



Munitions


La munition utilisée était la cartouche à boulet de rupture APX modèle 1936 qui est un obus perforant à coiffe de magnésium

  • Vitesse du projectile : 880 m/s

  • Perforation à 1 000 m : 56 mm de blindage

  • Perforation à 500 m : 77 mm de blindage sous incidence 30°

  • Poids du boulet (avec coiffe et fausse ogive) : 1,670 Kg

  • Poids de la charge : 610 Gr


Cette munition livrée tardivement était la seule à pouvoir être utilisée par le type à rayures approfondies, les pièces à rayures non approfondies étant auparavant approvisionnées soit avec les munitions de 47mm Mle 1902 de marine (1), soit avec la cartouche à obus Mle 1888 M (à l'exercice) et les obus de rupture Mle 1892 G et Mle 1911 G. Il est à noter qu'aucun projectile explosif n'est disponible pour le 47 modèle 1934.

(1) La perforation à 400 mètres passe à 30 mm avec la munition de 47mm mle 1902.



Installation


La pièce était suspendue à un chariot qui coulissait dans une poutre bi-rail installée au plafond de la chambre de tir. Elle était interchangeable avec un jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31 qui s'effaçait pour pemettre le verouillage du canon dans la trémie type 4 (1932) spécialement adaptée pour cette arme.

Ouvrage de la FERTE


Canon de 47 mm mle 34 en place dans son créneau



Un système d'indicateur visuel destiné à confirmer le verrouillage du canon dans la trémie et éviter tout incident du au recul de l'arme était disposé de chaque coté de la trémie (Cf photo ci après).

Ouvrage de la FERTE


Indicateur de verrouillage du canon



Il est à noter que cette opération ne pouvait pas être effectuée au cours du combat, le créneau étant laissé ouvert et sans protection aucune durant l'opération. En temps normal, le canon est en place dans le créneau, il n'est remplacé par le jumelage que lorsque les circonstances le nécessitent.
La question ne se posait pas dans les casemates d'intervalle ou les blocs d'ouvrage CORF dotés de deux embrasures, la première étant équipée en permanence du canon avec le jumelage éclipsé et la seconde du jumelage de mitrailleuses. Cette particularité pouvait toutefois s'avérer gênante dans les blocs dotés d'une seule embrasure comme les entrées des ouvrages

A l'extérieur, le tube du canon dépassait nettement de l'embrasure. Un renforcement se présentant sous la forme d'un manchon-glissière blindé entourant la bouche à feu permettait de rétablir une protection suffisante au niveau du créneau.


Ouvrage de la FERTE


Le canon de 47 mm mle 34 en position dans son créneau
La bouche à feu et son manchon de protection dépassent de l'embrasure



En sus des outillages standards communs à l'armement de l'ouvrage, le canon est livré avec trois outils spécifiques:

  • Un extracteur permettant d'extraire les douilles de la culasse lorsque celles ci ont gonflé ou en cas de défaillance du dispositif d'éjection de la douille,

  • Un dispositif permettant de reculer la bouche à feu dans son manchon gaine,

  • Un remplisseur à vis permettant de compléter le niveau d'huile des freins de recul.



Service de la pièce


La pièce était servie en temps normal par une équipe de trois hommes servant aussi le jumelage de mitrailleuses alternant avec le canon.
Ils remplissaient les fonctions suivantes:

  • Un pointeur-tireur (chef de pièce)

  • Un chargeur

  • Un aide-chargeur

L'aide-chargeur assure en même temps la fonction d'artificier-pourvoyeur. Il est remplacé pour cette dernière fonction par un quatrième homme en cas de tir soutenu.

De manière simplifiée, pour le premier coup, l'aide chargeur approvisionne la pièce, le chargeur assure le pointage en dérive et ferme la culasse, le pointeur-tireur assure le pointage en hauteur et fait partir le coup.
Pour les coups suivants, le pointeur-tireur assure seul les modifications du pointage, le chargeur et l'aide chargeur assurant l'approvisionnement de la pièce.

L'équipe est aux ordres du chef de chambre de tir, ce dernier donne les instructions de pointage et de tir pour les tirs repérés ou lorsqu'il a la vision de l'objectif. Dans le cas contraire, le pointage à vue est assuré par le pointeur-tireur à partir de la lunette de la pièce.






© wikimaginot.eu - CC BY NC - Rédaction initiale et mise à jour 02/2017 Pascal LAMBERT
Sources : Philippe Truttman - La muraille de France, wikipedia, ATF40, notice du 04 mars 1939




© 2015 / 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 05/11/2018