Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Projecteur électrique pour casemate d'infanterie EVE et NOIZET

(EVE et NOIZET)






Généralité


Dans la fortification Maginot, la nécessité de disposer d'un dispositif permettant d'éclairer de nuit le champ de tir des blocs d'infanterie s'est naturellement imposée. Aucun système de vision nocturne n'étant disponible en 1940 (1), deux solutions ont été largement utilisées dans la fortification: les fusées éclairantes et les projecteurs lumineux. Cette dernière solution non prévue lors de la conception initiale fera l'objet d'un développement ultérieur.


Le projecteur blindé


Le projecteur électrique cuirassé de casemate d'infanterie fabriqué par les établissements Eve et Noizet sera retenu pour l'éclairement des secteurs de tirs couverts par les jumelages de mitrailleuses et canons antichar sous créneaux des casemates et blocs d'infanterie.
Ce projecteur blindé est dans les faits un ensemble constitué d'un projecteur électrique monté sur un support motorisé (télécommande électrique) permettant le balayage de la zone couverte commandé depuis une des cloches GFM du bloc. L'ensemble est protégé des coups ennemis par une niche blindée en acier. Un boitier d'alimentation fournissant les tensions nécessaires pour le projecteur et son système de motorisation complète l'ensemble.



Le projecteur de 350


Le projecteur se présente sous la forme d'un cylindre d'un diamètre de 350 mm doté d'une optique adaptée et d'un réflecteur parabolique. Il est équipé d'une lampe type 'projection' d'une puissance de 250 watts spécifiquement conçue pour cet usage. Le positionnement de la lampe étant comme dans tout projecteur d'une importance cruciale puisque le filament doit être positionné exactement au foyer du réflecteur parabolique, celle ci est dotée d'un culot type baïonnette possédant trois ergots asymétriques assurant un positionnement précis du filament de la lampe dans le système optique.
Cette lampe fonctionne sous une intensité nominale de 10,5 ampères (correspondant à une tension de 24 Volts) et offre à ce régime une durée de vie de 100 heures. Il est possible pour augmenter l'intensité lumineuse du faisceau produit de 'pousser' la lampe jusqu'à 11 ampères, ce qui réduit alors drastiquement sa durée de vie en la ramenant à 20 heures.
La dotation initiale de chaque projecteur était de 3 lampes dont deux de rechange.


Projecteur monté sur sa télécommande électrique



L'optique utilisée permet d'obtenir un faisceau lumineux homogène avec un angle d'ouverture de 10%, ce qui correspond à une bande éclairée d'une largeur de 10 mètres à une distance de 100 mètres. La portée utile du projecteur pour un observateur placé dans le bloc varie de 300 à 600 mètres en fonction des conditions météorologiques, de la taille et du contraste de l'objectif et bien sur de l'acuité de l'observateur. Pour un observateur placé à l'extérieur, elle peut atteindre 1 000 mètres à condition que cet observateur soit relativement proche de l'objectif éclairé.



Télécommande electrique


Le projecteur est monté sur un support en forme de lyre permettant au projecteur de se mouvoir autour d'un axe horizontal assurant ainsi le balayage en site, soit de haut en bas et de bas en haut. Ce support pivotant lui-même sur un axe vertical permet ainsi au projecteur de balayer en direction, soit de droite à gauche et de gauche à droite (cet axe est aussi appelé azimut).


Support (sans moteurs) en place dans la niche blindée



Les mouvements du projecteur sont assurés grâce à un système électrique composé pour chaque axe d'un moteur nommé transmetteur installé dans la cloche GFM de l'observateur et relié à un second moteur nommé récepteur monté sur le support du projecteur. Les deux ensembles transmetteur-récepteur ainsi formés pilotent chacun un axe, l'un en site et l'autre en direction.


Transmetteur installé dans la cloche permettant la commande en direction du projecteur




Moteur récepteur commandant les mouvements en site du projecteur



Ces ensembles fonctionnant sur un principe similaire à celui utilisé dans les transmetteurs d'ordre sont dans les faits l'ancêtre du moteur pas à pas actuel, ils sont équipés d'une collerette graduée en degrés.

Le champ maximal couvert par le support motorisé est de 60° dans l'axe horizontal comme dans l'axe vertical. Des vis de réglage permettent de limiter mécaniquement le débattement du projecteur afin de le restreindre au champ de tir couvert par l'armement du bloc, le réglage étant fait pour qu'à 100 mètres la zone éclairée corresponde exactement à celle couverte par le créneau principal du bloc. Il est clair que l'amplitude en site est de loin la plus restreinte, la zone a éclairer de haut en bas étant naturellement bien plus limitée que celle de gauche à droite.

Les projecteurs pouvant être installés soit sur la droite soit sur la gauche de la casemate, les télécommandes électriques sont livrées en deux versions. La télécommande type D avec la motorisation sur la droite et la télécommande type G avec la motorisation sur la gauche.


Etiquette d'identification



Boitier d'alimentation


Un coffret électrique placé en général au pied de la cloche de guet équipée avec les deux transmetteurs assure l'alimentation du projecteur et de son support motorisé. Ce boitier qui est alimenté à partir du réseau électrique de la casemate ou du bloc en 110V monophasé comporte sur sa face droite un interrupteur général en dessous duquel se trouve un volant permettant le réglage précis de l'intensité traversant la lampe. Un ampèremètre situé en partie supérieure du coffret permet de contrôler avec précision l'intensité effective délivrée.


Boitier d'alimentation du projecteur blindé - Ouvrage de Sentzich



A l’intérieur de ce coffret se trouvent l'interrupteur général, les fusibles protégeant l'ensemble et le transformateur permettant d'alimenter la lampe sous une tension de 24 V. Ce transformateur est doté d'un shunt magnétique commandé par le volant à droite du coffret qui permet en modifiant le couplage de réduire ou d'augmenter l'intensité traversant la lampe.


Petit ouvrage d'infanterie du BOIS de BOUSSE


Consignes affichées sur le boitier d'alimentation du projecteur




La niche blindée


Pour le protéger des tirs ennemis, le projecteur monté sur son support est logé dans un cuirassement en acier moulé fabriqué par les Chantiers et Forges de la Loire (CFL). Cette niche d'une épaisseur d'acier variant entre 4 et 6 cm est positionnée en hauteur sur un mât en acier plein ou parfois incluse dans une niche bétonnée du bloc même.


Casemate du Bois du Four - Niche blindée pour projecteur




Ouvrage du Bois-Karre - Projecteurs type D et G sur leurs mats support



Elle est obturée par un volet blindé d'une épaisseur de 10 cm monté sur des paumelles désaxées forçant sa re-fermeture du fait de son propre poids, ce qui permet ainsi de mettre le système à l'abri des tirs de l'infanterie ennemie. L'ouverture de ce volet est commandée par un cable acier depuis un treuil disposé à l'intérieur du bloc ou de la casemate à proximité de la cloche.
L'ensemble projecteur-support devant pouvoir être retiré rapidement de la niche si son replacement était nécessaire se met en place dans la niche grâce à deux glissières et est maintenu en position par une bride épaisse en acier boulonné sur sa face avant, cette bride assurant dans le même temps une protection supplémentaire de la partie basse de l'équipement une fois le volet en position ouverte. Une platine dotée de cinq connecteurs (un pour le projecteur et quatre pour les deux moteurs récepteurs) située à l’arrière de la niche permet la déconnexion ou la re-connexion rapide de l'ensemble.


Platine de connection de la niche blindée



Les projecteurs pouvant être installés soit sur la droite soit sur la gauche de la casemate, les niches blindées sont livrées en deux version. La niche type D avec le volet s'ouvrant vers la droite et la niche type G avec le volet s'ouvrant vers la gauche.




Caractéristiques


- Poids de la niche blindée : 1 350 Kg
- Poids du volet de protection : 500 Kg
- Diamètre du projecteur : 350 mm
- Mouvement maximal (site et azimut) : 60° (limité mécaniquement par vis de blocage)
- Alimentation électrique : 110V monophasé (réseau éclairage)
- Lampe 250 W - Tension nominale 24 V
- Ouverture du faisceau : 10%
- Portée 300 à 600 m



Installation de l'ensemble


Le boitier d'alimentation électrique se trouve au pied de la cloche GFM qui est équipée en partie haute des deux transmetteurs nécessaires pour commander le pointage en site et en direction et d'un interrupteur commandant l'allumage et l'extinction du projecteur. Le projecteur est installé à l'extérieur du bloc du coté opposé à celui de la cloche GFM d'ou il est commandé.
Le câble acier de commande d'ouverture du volet ainsi que câblage électrique permettant de relier les moteurs récepteurs avec le boitier de commande ainsi que l'alimentation du projecteur traversent la façade et longent ensuite cette dernière à l'extérieur jusqu'au projecteur, cette dernière longueur étant protégée par un profilé métallique de forte épaisseur destiné à la protéger des coups direct de l'infanterie ennemie (2).



Utilisation


Un projecteur étant par nature particulièrement facile à repérer et à neutraliser, le volet blindé obturant la niche est maintenu fermé en permanence et n'est ouvert que le temps du fonctionnement du projecteur.
Toujours dans l'idée de rendre plus difficile sa localisation par l'ennemi, l'utilisation du projecteur devait être la plus brève possible.
Il convient de noter que l'utilisation du projecteur, si elle permettait le balayage du champ de tir de nuit et facilitait la localisation des objectifs, présentait le gros inconvénient de rendre 'aveugles' pendant un certain temps les observateurs impliqués une fois le projecteur éteint du fait de l'éblouissement de ces derniers. Son utilisation nécessitait donc des précautions particulières afin de garantir la continuité de la surveillance et du guet.



Déploiement


L'utilisation de projecteurs n'ayant pas été prévue dans les projets initiaux, leur étude et leur fabrication ont été lancées aprés coup et dans l'attente, les ouvrages avaient été dotés de projecteurs fixes abrités des intempéries dans une simple boitier en tôle ou en bois fixé sur la façade et dont les supports sont encore souvent visibles sur les façades des blocs.


Casemate d'Oberroerdern sud - Projecteur fixe provisoire



Les équipements réalisés ont été livrés tardivement en 1940 et nombre de projecteurs blindés ne seront pas mis en place faute de temps et laissés sur place du fait des hostilités.


Casemate du Legeret . Le projecteur a été livré mais non installé.



En partant sur la base du nombre de blocs d'infanterie d'ouvrage et de casemates isolées (simples ou doubles), et en supposant qu'il ait été prévu de tous les équiper, nous en ariverions à un total de 870 projecteurs nécessaires, hors rechanges.
On peut dés lors estimer qu'environ 1 500 projecteurs ont du être commandés
Aujourd'hui peu d'exemplaires de ces matériels subsistent mais il est à noter un ensemble fonctionnel qui est présenté dans le musée de l'ouvrage d'infanterie de Rorhbach (Fort Casso).




1 - Il faudra attendre la fin de la seconde guerre mondiale pour que les premiers systèmes de vision nocturne basés sur l'utilisation des infra-rouges fassent leur apparition sous la forme de lunettes de tir pour l'armée américaine ou de système de vision nocturne pour les chars ou l'infanterie pour l'armée allemande, moins avancée dans le domaine.
A priori, la seule utilisation de la lumière infra rouge dans la ligne Maginot s'est résumée à un prototype de système de détection de passage (barrière lumineuse invisible) destiné à couvrir les axes routiers au niveau des avant postes pour détecter les mouvements de nuit (voir Blockhaus d'Obersteinbach .).

2 - Ce parcours extérieur des câbles le long de la façade ou ceux ci sont forts vulnérables est du au fait que l'installation de projecteurs ayant été décidée tardivement, aucune réservation n'avait été prévue dés la construction des blocs dans la façade pour leur raccordement. Les percements nécessaires dans les façades étant particulièrement difficiles à réaliser du fait de l'épaisseur de ces dernières, les câbles ressortent souvent au niveau de la porte d'entrée de la casemate, d'un créneau, d'un endroit ou le parement présente une épaisseur moindre ou parfois même d'un orifice initialement destiné à un autre usage.



Sources : la muraille de France, atlantik-wahl.com, wikipedia


© wikimaginot.eu - Redaction Pascal LAMBERT



© 2015 / 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 26/12/2017




Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu