Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Tourelle démontable modèles 1935 et 1937

(TDPM 35/37)






La Tourelle démontable pour mitrailleuses (TDPM) modèle 1935 ou 1937, aussi appelée Tourelle par éléments (1) ou Tourelle Déplaçable Pour Mitrailleuses est un cuirassement destiné à compléter la défense des intervalles ou l'ossature d'un Point d'Appui (PA).

Tourelle démontable pour mitrailleuse mle 35/37

Tourelle démontable STG mle 35/37




Genèse

La nécessité de disposer pour la fortification de campagne d'un système facile d'emploi et peu couteux permettant la mise à l'abri de l'infanterie d'une mitrailleuse et de ses servants est évoquée dans la note du 12 Octobre 1927 établissant le principe fondamental de la continuité des feux d'infanterie.
Il semble que la demande de renforcer la défense des intervalles de la fortification permanente ait été faite par le Conseil Supérieur de la Guerre (CSG) dans sa séance du 4 Juin 1932 traitant de l'affectation des crédits initialement prévus à la défense du Nord à l'étude et au renforcement des intervalles des RF existantes.
Le CSG demande ainsi dans sa séance de Juin 1932 que le développement "des matériels permettant de donner rapidement une capacité défensive à une fortification improvisée" (sic) soit accélérée.

Cette demande à conduit la Section Technique du Génie (STG) à développer sous l'égide de l'Inspection Générale du Génie (IGG) un cuirassement transportable et d'une mise en oeuvre simple, pouvant à terme être équipé au besoin d'un canon de 25mm antichar. Le développement de ce cuirassement alors aussi appelé Tourelle par éléments pour mitrailleuses Hotchkiss ou Tourelle déplaçable par éléments sera assuré sous le contrôle du SMF (Service des Matériels de Fortification) et la Commission d'Expérience d'Infanterie et des Chars. Le premier prototype est commandé en Janvier 1933 aux Ateliers et Chantiers de la Loire pour 114.000 Fr, incluant les frais de développement et de mise au point. Prenant en compte les enseignements de cette première version, une pré-série de 10 unités est commandée aux mêmes en Octobre 1933 pour 40.000 Fr/pièce environ. Cette présérie est soumise aux essais de résistance et d'usage qui seront effectués au camp de Châlons en Janvier 1934 et des tirs sur la tourelle au camp de Satory, puis dans des corps de troupes choisis à partir d'Aout 1934 (le 168° RIF recevra ainsi deux de ces 10 matériels pour évaluation). Après ces essais, le concept est officiellement validé par la DM 8357 2/4 S du 20 décembre 1934. Ces essais amènent encore des modifications qui sont intégrées dans le 1er contrat "industriel" de 50 unités, passé le 21 Novembre 1934. Celui-ci sera suivi du grand contrat de 295 unités type 1935.

La tourelle démontable modèle 1935 sera mise à disposition de l'infanterie au courant de l'année 1935 et sera suivie en 1937 d'une version légèrement améliorée.

Tourelle démontable pour mitrailleuse mle 35/37

Tourelle démontable STG mle 35/37



Ce cuirassement aura été le seul cuirassement autonome destiné à l'équipement des positions de campagne spécifiquement développé dans les années 30, tous les autres cuirassements utilisés lors du conflit étant des cuirassements déjà en service en 1914-1918.


Versions et variantes

Versions produites

La tourelle démontable STG a été produite en deux versions. Le modèle 1935 a été produit jusqu'au numéro de fabrication 495, toutes les tourelles dotées d'un numéro supérieur étant du modèle 1937.

L'inflation des couts constatée sur les premières commandes du Mle 1935 incitent l'EMA à demander une simplification de l'engin. Cette demande de nouveau développement d'une version "simplifiée" est approuvée le 27 Février 1936 (DM 469 3/EMA et 1422 2/4 S du Génie). Sur base de propositions faites par le SMF dés Décembre 1935 et de demandes faites par les premiers utilisateurs, la DPST (Délégation Permanente des Sections Techniques) est chargée mi-1936 de proposer celles de ces simplifications qui seront acceptables sur cette version "simplifiée" future de la TDPM. Les conclusions de ce travail tombent fin Aout 1936, et préfigurent la version "1937" de l'engin.

La version 1937 dite "simplifiée" diffère de la version 1935 par quelques optimisations et améliorations visant prioritairement à réduire le coût de la tourelle. Ce dernier modèle se verra doté d'un dispositif de repérage pour le pointage en hauteur et d'une circulaire graduée permettant de connaitre le pointage en direction et l'économie du système de came de tir nocturne très couteux. On en profite pour supprimer les dispositions et pièces installées pour l'équipement éventuel de la TDPM avec un canon AC de 25mm, sujet reporté aux calendes, avec en particulier le passage de deux orifices pour périscope à un seul utilisable, à droite.
Le siège du tireur sera modifié et réglable en hauteur sur le modèle 1937 alors qu'il était fixe et simplement doté d'un système à ressort dans la version 1935 rendant difficile pour le tireur de conserver une bonne position pour servir son arme. Le système de fauchage en direction des 1e tourelles (+/- 7°) est lui aussi supprimé, le fauchage se faisant par simple action en rotation de la tourelle.
Dernier changement notable, la tourelle est équipée d'un périscope d'infanterie modèle 30 pour le modèle 1935 remplacé par le périscope modèle 'K' pour le modèle 1937.
D'autres petites modifications portant entre autres sur le verrouillage de la porte seront apportées et différencieront les deux versions. Une demande faite par le commandement de la 2° Région Militaire pour une porte d'accès plus grande (pour atténuer l'impression de "cercueil" quand on est installé dedans !) sera rejetée aussi par la Délégation par crainte d'affaiblissement de la virole, mais prise en compte dans la version Lourde.


Version lourde (projet)

La version "simplifiée lourde" est théorisée en même temps que la version simplifiée légère qui sera à la base du modèle 1937. L'idée là est de développer une version moins couteuse - avec partie fixe et partie mobile en une seule pièce chaque - et qu'on puisse laisser à demeure en position sur le terrain, ce qui n'était pas le cas des tourelles standards, nécessitant stockage en parc sauf exception. Cette version n'était plus vraiment "déplaçable" manuellement, mais l'EMA s'était refusé à demander le développement d'un système de transport d'un bloc pour des raisons de coût là encore.

Du fait de l'importance de la défense anti-char, l'Etat Major des Armées confirme à ce que cette version "lourde" permette la mise en place indifféremment de la Hotchkiss ou d'un canon de 25 mm antichar (Bordereau 71-10/EMA de la SAET du 10 janvier 1935), reprenant ce qui avait déjà été demandé pour la tourelle d'origine mais abandonné. Cette exigence de versatilité, ajoutée à la demande de la Direction de l'Infanterie d'ajouter une ventilation filtrée le tout dans le même encombrement général, sera la cause principale du long délai de mise au point...
Cette modification basée sur l'utilisation d'un nouveau berceau pour l'arme sera étudiée par la société Hotckhiss et fera l'objet d'un avant-projet en octobre de la même année. Ce projet sera mis en sommeil dés décembre 1936, puis définitivement abandonné en février 1937 du fait d'un blindage insuffisant (Note 528 10/EMA).

Suite à la demande de l'EMA (Bordereau 4163 10/EMA du 3/12/1936) portant sur la poursuite du développement d'une tourelle démontable dotée d'une arme antichar ou d'une mitrailleuse et de ventilation (DM 9482-2/4 du 9 décembre 1936 et 1747-2/4 S du 24 février 1937), le SEMG (Service Electro Mécanique du Génie) relance une étude devant déboucher sur la mise à disposition d'une version "lourde" de la tourelle démontable prévue pour un canon antichar de 25 mm mle 34 Hotchkiss et devant résister au canon de 47 mm.
Il était prévu qu'un avant-projet soit livré en juin/juillet 37 et un prototype en janvier 1938, mais les études tournent en rond - bloquées par un cahier des charges qui de par ses contraintes ressemble à la quadrature du cercle.
Un marché est bien passé aux Ateliers et Chantiers de la Loire pour la fourniture d'un prototype le 7 décembre 1938 mais le développement de la tourelle démontable par éléments lourds butte toujours sur l'exigence de versatilité imposée dans le cahier des charges initial. Le premier renoncement intervient en Mai 1938 avec l'abandon de l'exigence de ventilation filtrée, suivi de celui de la versatilité mitrailleuse/canon de 25 dont l'abandon est confirmé fin 1938... Il est alors admis que la tourelle "lourde" sera prioritairement équipée d'un 25mm SA sans idée de changement au milieu de la bataille.

Le potentiel de ce cuirassement est néanmoins important puisqu'une prévision de commande à terme de 301 unités de ce type est confirmée par l'EMA en Juillet suivant, mais toujours pas de prototype à l'horizon, qui est maintenant au mieux annoncé pour Octobre 1938 puis Janvier 1939. Fin 1938, le budget pour acheter les 20 premières tourelles lourdes - pour un prix unitaire de 300.000 Fr ! - à l'horizon de fin 1939 est demandé, parallèlement à l'annonce d'un nouveau retard de sortie du prototype à Mars 1939. La réception du prototype intervient le 14 Avril 1939, réception qui sera suivie d'essais de tir à St Pierre en Quiberon. La commande de 20, à répartir équitablement sur les 6°, 7°; 10° et 20° Régions, est lancée avec livraison sur 1940. Elle n'a jamais été livrée aux troupes pour l'aménagement du terrain (2).


Variantes

Indépendamment de la version, les tourelles pouvaient être dotées d'une calotte supérieure qui existait en trois versions de hauteur différente. La calotte était choisie en fonction du débattement vertical nécessaire pour l'arme (Hauteur 250 mm pour terrains accidentés, 190 mm pour terrains à déclivité moyenne et 130 mm pour terrains plats).
Ce choix compliquant la logistique pour la mise à disposition des tourelles aux corps d'armées, il fut décidé que toutes les nouvelles tourelles livrées dans le nord-est seraient équipées de calottes de 190 mm, les calottes hautes étant réservées aux tourelles prévues pour les Alpes du fait du débattement plus important parmi à l'arme par cette calotte.

Les 50 premières tourelles (n° de tourelle jusqu'à 150) sont munies d'un manchon (carter de protection de l'arme) allongé. Il est probable que ces premiers manchons ont été fournis dans le cadre du premier marché passé avec les Ateliers et Chantiers de la Loire pour une production en série, les manchons (carters) suivants paraissant avoir été tous produits par les Acieries de Paris et d'Outreau(APO) et portent leur propre numéro de fabrication.



Description

La tourelle démontable est composée de deux parties principales, une partie fixe destinée a être enfouie dans la terre ou encastrée dans un massif bétonné, et une partie supérieure mobile blindée émergeant du sol assurant la protection de l'arme et du tireur.


Tourelle démontable mle 1935 - 1937

Tourelle démontable mle 35/37
Vue éclatée de l'ensemble



Partie fixe

La partie fixe est constituée de trois éléments. En partie basse, d'une cuve en tôle ordinaire surmontée d'une partie en tôle renforcée couvertes en partie supérieure par une couronne en acier moulé réalisée en deux parties pour en faciliter la manutention. Cette couronne est équipée d'un chemin de roulement supportant la partie mobile permettant à cette dernière de tourner sur 360 °.
La partie fixe comporte une porte permettant l’accès à la tourelle depuis, selon le cas, la tranchée ou le bloc dans lequel elle est intégrée.


Partie mobile


Tourelle démontable mle 1935 - 1937

Tourelle démontable mle 35/37
Vue éclatée de la partie mobile



La partie mobile est constituée de trois éléments en acier moulé superposés assemblés par des boulons articulés et d'un manchon protégeant l'arme monté sur une rotule.


  • La couronne inférieure tournant sur la couronne fixe grâce à six galets munis de roulements à aiguille.

  • La couronne intermédiaire .

  • Une calotte supérieure qui vient compléter le tout.


A la jonction des couronnes inférieures et intermédiaires sont pratiquées quatre fentes d'observation dotées d'un verre Triplex et protégées par des volets blindés et le logement de la rotule ou tourillonne le manchon destiné à la mitrailleuse.

La calotte supérieure est percée de deux orifices en partie haute destinés à la mise en place du périscope à droite ou à gauche de l'arme selon son type (2) et dotée d'une trappe permettant l’accès à la tourelle.
Le périscope est monté dans une gaine mobile assurant sa protection et pouvant être inclinée afin de permettre de régler au minimum la hauteur dépassant de la calotte ainsi que de modifier l'inclinaison du périscope afin que le champ couvert corresponde au débattement vertical de l'arme qui est supérieur à son champ.

La rotation de la tourelle est assurée par une manivelle débrayable. Un système de cames ajustables permet - dans la version initiale - de régler automatiquement la hausse de l'arme en fonction du relief lorsque la tourelle tourne, autorisant ainsi un tir de couverture de nuit ou sans visibilité. La hauteur de ces cames est ajustée en fonction du terrain lors de l'installation de la tourelle démontable.

Tourelle démontable mle 35 37

Circulaire

Tourelle démontable mle 35 37

Détail



Une nacelle solidaire de la partie mobile plongeant dans la partie fixe accueille le siège du tireur et les munitions.

La tourelle démontable est prévue pour résister aux armes à tir tendu de petit calibre (en pratique jusqu'à la mitrailleuse de 13,2mm, mais moins certainement au canon de 25 et de 37 comme le montreront les tirs d'essais initiaux) ainsi qu'aux coups d'artillerie explosant à proximité immédiate.

Accessoires

En sus de son armement, la tourelle est livrée avec un lot d'outillage, une lampe à magnéto et un nécessaire pour son camouflage composé d'une armature métallique, d'un filet adapté pour la tourelle (Cf. photos ci après) et d'un second filet destiné à la couverture de la tranchée d’accès.

Le lot d'outillage est placé sur la porte de la tourelle dans des supports prévus à cet effet (repères 121 à 124). Il comprend l'outillage permettant d'assembler et de régler la tourelle et ses équipements (sauf l'armement).

Tourelle démontable modèles 35 - 37

Schéma

Tourelle démontable modèles 35 - 37

Porte coté intérieur



Tourelle démontable mle 1935 - 1937

Tourelle démontable en position
Le boyau d'accès donne sur la trappe donnant accès à la tourelle.
Le filet destiné à supporter le camouflage de la tourelle est en place



Un nécessaire de manutention complète la dotation, il est composé de deux barres de transport longues équipées de chaines à crochet et deux deux barres de transport courtes avec des chaines à piton d’accrochage permettant de régler leur écartement en fonction de la pièce transportée.


Armement

La tourelle est dotée de deux mitrailleuses Hotchkiss 8mm mle 1914 dont une de réserve.
La mitrailleuse est montée sur un affut spécial solidaire du carter de protection (manchon) tourillonnant dans la rotule de la couronne intermédiaire.

Tourelle démontable mle 1935 - 1937

Affut spécifique pour la mitrailleuse Hotchkiss
Vue cote pointage latéral (fauchage)
Noter le galet (en blanc) reposant sur l'ensemble
de cames réglables (voir ci-après)



La portée de référence de cet affut est constituée d'un ensemble de cames réglables réparties le long de la couronne fixe servant de guidage et solidaire de cette dernière. Ce système permettait de régler la hausse minimale en fonction du terrain avoisinant, permettant ainsi le tir de nuit, mais sera abandonné dans le modèle 1937.

Tourelle démontable mle 1935 - 1937

Affut spécifique pour la mitrailleuse Hotchkiss
Version 1937 ( avec indicateur de hausse )



Le pointage se fait grâce à deux manivelles permettant le pointage en hauteur et le fauchage en direction. Le modèle 37 est dotée d'un indicateur de pointage en hauteur et d'une circulaire graduée solidaire de la couronne fixe, sans dispositif permettant le fauchage à position fixe de la tourelle.

La visée se fait au travers d'une fente aménagée en partie supérieure du manchon de protection alignée à une fenêtre pratiquée dans le système de rotule.

Les étuis sont collectés grâce à un collecteur spécifique et recueillis dans un sac étanche. Un second sac permet la continuité du tir pendant l'évacuation des étuis.

La ventilation de la tourelle est assurée par le carter de protection de l'arme agissant par dépression (effet venturi). Ce dispositif simple présente l'avantage de ne pas nécessiter d'action particulière et l'inconvénient de ne fonctionner que pendant le tir de l'arme. L'enfumage intérieur de la tourelle restera un des soucis évidents de fonctionnement lors de son utilisation de guerre, aggravé par le fait que les fumées d'explosions alentours pouvaient entrer dans la tourelle par les interstices (souci remarqué dès les essais initiaux).

En remplacement de la mitrailleuse l'équipant, la tourelle par éléments devait pouvoir être équipée - en théorie - d'un canon antichar de 25 mm dérivé du modèle SA Mle 1934 Hotchkiss alors en dotation dans l'infanterie moyennant l'utilisation d'un arceau spécial. Ce pré-équipement d'adaptation fut supprimé dans le modèle 1937 en attendant la mise au point du modèle "lourd" (cf. plus haut).
Bien que prévu par la notice provisoire de février 1939, aucun usage de cette arme antichar n'a été rapporté.


Caractéristiques

  • Poids : 1 420 Kg avec cuvelage et armement mais sans personnel (varie selon la calotte supérieure utilisée

  • Poids des éléments : de 150 à 280 Kg

  • Hauteur de l'ensemble : environ 2m

  • Diamètre de l'ensemble : 1,2 à 1,3 m

  • Epaisseur du blindage : de 30 à 84 mmm au niveau de la rotule.

  • Débattement en site négatif de l'arme selon la calotte :

- Calotte basse (130mm) : 13°
- Calotte moyenne (190 mm) : 16,3°
- Calotte haute (250mm) 20°

  • Périscope :

- Mle 1935 : Périscope modèle 30 - Grossissement 6
- Modèle 37 : Périscope mle 30 ou périscope spécial K - Grossissement 4



Mise en œuvre

N'étant mises en place pour la plupart qu'à la mobilisation, les tourelles sont réparties dans les Parcs mobiles de fortification ou les Parcs Régionaux du Génie.
Seuls les emplacements critiques et facilement surveillables sont dotés de leur cuirassement dés le temps de paix.

Elles sont mises en place dans des fouilles ou le plus souvent dans des cuves bétonnées et ensuite calées par remplissage avec de la pierraille ou des brindilles de l'espace entre la tourelle et la fosse.
Seule émerge alors la partie mobile blindée et le manchon protégeant la mitrailleuse, lesquels sont camouflés sous l'armature métallique et le filet prévus à cet effet, rendant l'ensemble difficile à distinguer ainsi que le montre la photo ci dessous.

Tourelle démontable pour mitrailleuse mle 35/37

Tourelle démontable camouflée



Un grand nombre de cuves bétonnées destinées aux tourelles démontables ont été construites dés le temps de paix et sont répertoriées sur wikimaginot.
Ces cuves ont toutes été réalisées sur le même principe, les plans type variant en fonction des régions. Pour la RFM, on trouve principalement deux types de constructions. Le premier est constitué d'une cuve bétonnée et l'accès se fait par une tranchée parfois couverte par des dalles de béton.

Bloc pour tourelle démontable Ct54



Dans le secteur de Montmédy, c'est un autre plan type que l'on retrouve le plus couramment, avec un boyau d'accès couvert par une épaisseur de béton.

Cuve pour tourelle démontable Mt9

Emplacement MT9



Un nouveau plan produit par le Génie de la RFM (plan 186) daté de février 37 et modifié en février 38 porte sur un modèle de cuvelage plus résistant, prévu pour la tourelle à éléments lourds et doté d'un accès par trappe doublé parfois par un accès de plain pied. On retrouvera principalement ce type de cuve dans le SF Montmédy et les Ardennes

Cuve pour tourelle Mt 123

Cuve pour tourelle démontable
La cuve inutilisée est obturée avec son couvercle



Plan pour emplacement léger pour tourelle démontable

Plan RFM - Génie n° 186
Emplacement bétonné léger pour tourelle démontable



Nombre d'emplacements ont été prévus et non construits comme ceux envisagés en 1938 en bordure immédiate du Rhin dans les secteurs de Mulhouse et d'Altkirch.

Un plan type concernant des abris bétonnés pour groupe de combat avec emplacement pour tourelles démontables type lourds pour mitrailleuse ou arme antichar a été produit par le Génie pour la RFM en juillet 1939. La construction de 16 abris de ce type avait été planifiée pour un montant de 4 mio de francs en aout 1939 pour un achèvement prévu en décembre 39.

M118T - HOLVING SUD 1 - (Blockhaus pour arme infanterie)

P,Pa d'Holving (Sarre) - Blockhaus Mt18
L'abri avec ses deux tourelles démontables



Tous les emplacement prévus n'ont pas toutes été équipés soit par manque de cuirassements, soit parce qu'une unité locale avait décidé de positionner la tourelle à un autre endroit, ce qui a entrainé un rappel à l'ordre de la part du Gal HUNTZIGER commandant la II° Armée en avril 1940 pour le SF de Montmédy.
Dans certains cas, cela a amené à couvrir la cuve initialement prévue pour une tourelle par un dôme en béton (3).

Ct36 ( Blockhaus pour arme infanterie )

Emplacement pour tourelle démontable reconverti
SF Thionville - Ct 36



Marchés et coûts

Couts

Le prix unitaire d'un cuirassement pour tourelle démontable est de 40 000 francs en 1934 (commande du 04/12/1933 aux Ateliers et Chantiers de la Loire), montant auquel il faut rajouter celui correspondant aux autres éléments et accessoires.
Du fait de l'inflation galopante de la fin des années 30, et malgré les tentatives de simplification pour contrôler cela, ce montant est passé à près de 160.000 F en 1939 (estimation budgétaire Génie).

Un crédit de paiement de 4 millions de francs en 1937 et un engagement de 6 millions de francs sur 1938 sont approuvés en avril 1937.
Les 6 millions de 1938, qui intégraient 2 millions pour des tourelles démontables de type lourd seront finalement totalement attribués à la construction de modèles légers .

La construction d'un emplacement pour tourelle démontable se monte quant à lui à 12 000 Francs en Aout 39 (chiffre émanant de la chefferie du Génie de Thionville), les montants correspondants étant du ressort des régions.


Marchés passés

La liste des marchés citée ci-après n'est pas exhaustive et d'autres marchés ont pu être passés. Certains de ces marchés connaitront par ailleurs des avenants augmentant la quantité totale de cuirassements commandés.

Les premiers marchés sont passés en 1933 et portent sur la fourniture d'un prototype et de 10 unités de présérie.


  • 04/12/1933 - Ateliers et Chantiers de la Loire
    1 Tourelle démontable à calotte surbaissée
    Il s'agit selon toute vraisemblance du prototype


  • 04/12/1933 - Ateliers et Chantiers de la Loire
    10 Tourelles démontables à calotte normale
    Répartition : Parcs régionaux du Génie des 6° et 20° Région (5 TD chacun)
    Ces tourelles ont été utilisés pour essais par les 168° RIF, 14° et 23° RTA et les 23° et 153° RI


L'année 34 verra la signature du premier marché portant sur la livraison des premières tourelles à Ateliers et Chantiers de la Loire.


  • 21/11/1934 - Ateliers et Chantiers de la Loire
    50 Tourelles démontables Mle 1935 à calotte intermédiaire - Prix unitaire 40 000 francs.
    Ce marché est une régularisation de commande passée en Juin 1934 et connaitra des avenants en 1937


La capacité de production des ACL étant insuffisante, une mise en concurrence permettra d'élargir le nombre des fournisseurs et d'augmenter la cadence des livraisons et nombre de marchés séparés seront passés pour 1935-36 portant sur la livraison de plus de 300 cuirassements (en réalité 295 unités au final pour rentrer dans le budget), 1/3 en version à calotte basse, et 2/3 en calotte normale.



Ces 345 TDPM sont à livrer entre Novembre 1935 et Avril 1936, mais elles accuseront un retard considérable de 3 à 6 mois, partiellement du fait de l'Armée qui impose au milieu de la fabrication un nouveau carter pour mitrailleuse développé par l'Etablissement Annexe d'Expériences Techniques des Armes Portatives de Versailles, et partiellement d'autre part au contexte social particulièrement compliqué en cette période de montée du Front Populaire et de mouvements sociaux. La moindre demande des autorités militaires doit avoir l'aval de l'Inspection du Travail et doit faire l'objet de négociations internes aux entreprises. Les grandes grèves de Mai-Juin 1936 amplifient ce retard. Les 140 issues des Chantiers de la Loire sont les premières livrées, de Janvier à Juin 1936. Les dernières à être livrées sont celles de Chatillon-Commentry et de Delaunay-Belleville.

L'ensemble des marchés ci-dessus semble n'ont porté que sur la fourniture des cuirassements puisque nombre de marchés secondaires ont été signés en 1935 avec d'autres entreprises pour la fourniture des éléments complémentaires nécessaires pour réaliser les 295 ensembles complets de la 2e commande. Cette approche aura été induite par le souci de réduire le prix de l'ensemble en permettant la mise en concurrence sur chaque élément séparé de la TDPM.


  • 03/06/1935 - Acieries de Paris et d'Outreau
    300 Carters de protection pour mitrailleuse


  • 31/05/1935 - Société d'Outillages RBV - Paris
    300 Supports de Camouflage


  • 19/06/1935 - SA des Usines du Paquis
    300 Jeux de caisse à outils


  • 21/06/1935 - Sté des Ateliers de Mécanique Moderne
    300 Habillages de camouflage de périscope


  • ....


. Le marché global de 300 unités, venant après celui de 50 initial, est en fin de compte limité à 295 en juin ou juillet 1935 pour rentrer dans le budget alloué. Aucun marché spécifique semble n'avoir été signé en 1936 et c'est à partir de 1937 que de nouveaux marchés sont passés pour le mle 1937 et des avenants signés aux marchés précédents pour la réalisation de nouvelles tourelles démontables et la fourniture d'accessoires divers. Début 1938, ce sont donc 90 tourelles supplémentaires qui sont en fabrication, toutes à calotte moyenne, avec livraison prévue entre 09/1938 et 04/1939. Ce total de 345+90 = 435 est encore loin du besoin total évalué fin 1937 de 655 unités, hors Alpes qui pour l'instant ne sont pas concernées (mais le seront pour 30 unités à partir de 1938).


  • 20/10/1937 - Sté Générale de Construction Electrique Alsthom (Paris)
    30 Tourelles par éléments pour mitrailleuse


  • Les derniers marchés sont passés en 1939 pour la fourniture de 60 tourelles à livrer en 1940 - dont 40 standard (30 à calottes hautes pour les Alpes et 10 à calottes normales pour Trélon-Valenciennes en 1° RM) et 20 "lourdes" pour canons AC de 25mm - et de leur accessoires.



    Déploiement

    Nombre de tourelles

    Ces cuirassements ont été déployés dans un premier temps sur le front du nord-est puis ensuite sur le front du sud-est. Le premier numéro de fabrication serait le numéro 100 et le dernier numéro de fabrication connu est le 625.

    La numérotation finale des tourelles ne pouvant être faite que par le service chargée de leur assemblage final ou de leur réception et non pas par les fournisseurs des éléments séparés, l'on peut donc supposer que leur numérotation a été pratiquement continue.

    Si tel est le cas, ce sont à minima 525 exemplaires de tourelles démontables mle 1935-1937 qui ont été livrés. Or un état interne de l'EMA du 30 Novembre 1938 précise en tous cas que 355 tourelles ont bien été livrées à cette date, que 90 restent à livrer début 1939 et que 40 sont en prévision de commande pour 1939-40 dont au moins 30 pour les Alpes, soit 485 unités au total. Le prix unitaire des tourelles standards à cette date est de 130.000 Fr, soit 4 fois le prix initial visé...


    Tourelle démontable n° 597 - Chatelard

    Tourelle démontable n° 597 - Chatelard
    Emplacement des marquages sur l'une des couronnes blindées
    Le numéro de tourelle est précédé de la lettre T
    Les autres marquages doivent correspondre à l'identification du fabricant et du numéro de série de la tourelle



    Répartition

    comme suite à la commande initiale du prototype passée en 1933 - et qui est soumis aux essais à Bourges -, un tout premier marché de présérie de 10 unités est passé aux Ateliers et Chantiers de la Loire le 4 Décembre 1933, pour livraison étagée sur la 2e moitié de 1934. Ces premières unités intègrent déjà des améliorations déduites des essais du prototype et sont livrées en 6° et 20° Régions, et une unité en 7° Région (Besançon).

    Les marchés passés en 1935 portaient sur la livraison de 50 unités, puis de 300 exemplaires du modèle initial et ce sont au final 50+295 tourelles qui seront livrées dans le cadre de ce dernier contrat. Les livraisons interviendront à partir de mai 1936 seront réparties entre les régions militaires du nord-est (1°, 2°, 5, 6°, 7°, 20° RM), les 36 premières tourelles étant livrées en priorité et à parts égales aux les 2° et 7° RM : 10 pour la 1° RM - Nord, 18 pour la 2° RM - Ardennes, 18 pour la 7° RM - Belfort et 4 pour les camps d'entrainement de Sissone et de Valdahon.

    Il faut noter au passage que 15 des tourelles qui avaient été initialement envoyées à la 1° RM (5 à Landrecies et 10 à Bourlon) seront finalement renvoyées pour équiper les défenses en Tunisie par décision prise en Novembre 1937.

    Cas du Sud-Est


    Les Alpes étaient hors du coup jusqu'à 1938 pour ce qui est du déploiement des tourelles démontables. Les calottes disponibles ne permettaient pas des angles de tir négatifs suffisants pour un relief montagneux, et le peu d'intérêt d'un tir fichant vers le bas par rapport au tir rasant et fauchant avaient dissuader de pousser en ce sens. Le développement d'une calotte "haute" permettant le tir à -20° environ permit de changer un peu la donne.

    Les tourelles livrées dans le cadre des marchés de 1938 et suivant commenceront à être réparties dans le SF Jura puis, à partir du 14 avril 1938, dans le sud-est (Demande du Gal GAMELIN au Gal MITTELHAUSSER). Le Gal MITTELHAUSSER fournit alors un plan de déploiement pour 45 tourelles dès le mois de Juin 198. 15 tourelles furent réservées sur la commande de 90 de fin 1937 puis la dernière commande de 40 unités, passée en 1939, fut essentiellement orientée vers les Alpes, avec 3/4 de calottes hautes. Cette répartition chronologique explique la répartition des numéros de fabrication entre le nord-est (premiers numéros) et le sud-est (derniers numéros).

    Déploiement des tourelles TDPM dans le Sud-Est

    Plan de déploiement du Gal MITTELHAUSSER et destination des tourelles des commandes correspondantes


    Au contraire de leur utilisation dans le nord est ou le terrain est plat, les tourelles démontables auront du mal à convaincre la 14° Région de leur utilité du fait de leur angle de tir limité verticalement - même avec calotte réhaussée - leur interdisant de couvrir des endroits très escarpés.


    La liste ci-dessous répertorie par numéro de fabrication les tourelles démontables dont les positions nous sont connues ou estimées.


    Lorsque les positions sont connues, un lien est établi vers la page correspondant sur le site. Lorsque leur emplacement-s est-sont supposé-s, il-s est-sont suivi-s d'un point d'interrogation.

    Cette liste très incomplète est établie selon les informations disponibles (avril 2020). Toutes les informations sont les bienvenues pour la compléter.



    • 151 - SFSA - Fabrication APS


    • 173 - SFSA - Huehnerberg (Exposée actuellement sur emplacement T18 à Barst) - Fabrication APS


    • 180 - SFMO - T17, T18 ou T19 ? - Fabrication APS


    • 212 - SFSA - Secteur de Achen - Exposé à la casemate d'Esch


    • 227 - SFFA - T18, T17, T5 ou T3 ? - Fabrication APS - Exposée à Rohrbach (Fort Casso)

    • 228 - SFSA - Sechhecken 2 ? - Fabrication APS


    • 315 - SFH - Hatten Ouest ? - Fabrication APS


    • 324 à 333 - SFBR SFC - 10 tourelles livrées en Octobre 1936 au dépôt du Génie de Sélestat - Fabrication Delaunay-Belleville

    • 334 à 342 - SDA - 9 tourelles livrées en Octobre 1936 au dépôt du Génie de Mézières - Fabrication Delaunay-Belleville


    • 336 - SDA - Td 13, Td 13b, Td 14 ou Td 14b ? - Fabrication APS


    • 355 - SFCR - Dt0 à Dt 4? - Fabrication Firminy

    • 358 - SFL - T8 - Fabrication Firminy - Exposée à la casemate du Mont-des-Buyéres)


    • 363 - SFL - T7 - Fabrication Firminy

    • 368 - SFJ - Granges Miroir - Fabrication Firminy


    • 374 - SFJ - Grange Boutheau 1 - Fabrication Firminy


    • 380 - SFJ - Remoray - Fabrication Firminy - Exposée à Uffheim


    • 398 - SDA - Td 13, Td 13b, Td 14 ou Td 14b ? - Fabrication Als.Thom


    • 402 - SFMA - T15 ou T16 ? - Fabrication Als.Thom

    • 409 - ? - Exposée au Musée de la ligne Mareth en Tunisie


    • 411 - ? - ? (Visible au musée du Simserhof) - Fabrication CD

    • 412 - ? - ? (Visible au musée du Simserhof) - Fabrication CD

    • 415 - ? - ? (Visible au musée du Simserhof) - Fabrication CD


    • 465 - SFMA - T15 ou T16 ? - Fabrication CCM


    • 507 - SFE - Pont du Sarteau est - Fabrication Cail


    • 556 - SFS - Les Rives - Fabrication CD

    • 557 - SFS - Longefoy - Fabrication CD

    • 558 - SFS - Champrion - Fabrication CD

    • 559 - SFS - Montavalezan - Fabrication CD


    • 561 - SFS - Pont des Chèvres - Fabrication CD

    • 564 - SFD - Chatelet 1 - Fabrication CD

    • 565 - SFD - Chatelet 2 - Fabrication CD

    • 566 - SFAM - Barbonnet - Fabrication CD


    • 586 - DAA - T80, T81, T82 ou T83 ?


    • 595 - SFE - Wargnies le Petit - Fabrication CD

    • 596 - SFS - Pont de Longefoy - Fabrication CD

    • 597 - SFS - Chatelard - Fabrication CD

    • 598 - SFS - Amodon - Fabrication CD

    • 599 - SFS - Plan à Marin - Fabrication CD


    • 600 - SFS - Amodon - Fabrication CD

    • 601 - SFS - Orgéres - Fabrication CD

    • 604 - SFD - Chapelle Saint-Simon - Fabrication CD

    • 605 - SFD - Chapelle Saint-Simon - Fabrication CD

    • 606 - SFD - PA des Sagnes 4 - Fabrication CD

    • 607 - SFD - PA des Sagnes 3 - Fabrication CD


    • 610 - SFAM - La Maglia - Sainte Anne 1 - Fabrication CD

    • 611 - SFAM - La Maglia - Sainte Anne 2 - Fabrication CD



    • 621 - SFAM - Valdeblore ? - Fabrication CD

    • 622 - SFAM - Venanson - Fabrication CD

    • 623 - SFAM - Valdeblore ? - Fabrication CD

    • 624 - SFAM - Valdeblore ? - Fabrication CD

    • 625 - SFAM - Nice ?


    Nombre de ces tourelles ont été récupérées par l'armée allemande et les collectionneurs de tous poils; il n'en reste aujourd'hui sur le terrain plus que quelques exemplaires forts incomplets.
    Seuls quelques musées permettent d'en voir des exemplaires restaurés et complets (Hatten, Uffheim, Fermont, Hackenberg, Simserhof ...)




    Notes

    1 - Selon certaines sources, la tourelle démontable par éléments aurait aussi été appelée Tourelle Dufieux. Julien Dufieux (1873 - 1959) était inspecteur général de l'infanterie et des chars de février 1931 à mai 1938. Son éventuelle implication dans la genèse de la tourelle démontable ne nous est pas connue mais la Commission d'Expérience d'Infanterie et des Chars a été partie prenante dans le développement de ce cuirassement.
    2 - Le périscope sera en fait monté principalement à droite, l'orifice de gauche prévu pour l'utilisation du canon de 25 étant obturé par un système de bouchon à vis.
    3 - Il convient de pas confondre ces emplacements couverts en seconde intention avec deux comme les tourelles de Haguenau qui n'ont jamais été prévus pour accueillir une tourelle démontable.




    Sources

    Prévisions budgétaires de la 4e Direction - 1937 - SHD Carton 7N3796; Avancement des études du SEMG au 30 juin 1937 - 9NN4421
    Diverses notes relatives au développement et à la production des TDPM - SHD Carton 7N3792
    Note sur l'organisation du terrain - Gal PHILIPPE - 1939 - SHD Carton 2V277
    Note sur l'organisation du terrain - Gal GUILLEMONT - 1938 - SHD Carton 33N130
    Plan n° 357 pour abris de combats avec ou sans tourelle. SHD
    Note du Gal Colson - Répartition des crédits 1937 - SHD carton 7N3757
    Note définissant les principes de l'organisation défensive des frontières et des travaux en temps de guerre - Gal Philippe (IGGF) - SHD 2V277
    Etat avancement des travaux de fortification au 1 aout 39 - Chefferie de Logwyon - SHD 7N3766
    Déplacement de tourelles démontables - Gal Huntzinger - SHD 29N90
    SHD Divers série 2V, 3V, 7N, 9NN, 33N
    La muraille de France - Philippe Truttmann
    ASCOMEMO - Fond Alain Hohnadel
    Atlantik-Wahl
    sudwallforum
    Hommes et ouvrages de la Ligne Maginot - T2 - Jean-Yves Mary , Alain Hohnadel et Jacques Sicard





    Page n° 1000200 mise à jour le 26/10/2021 - © wikimaginot.eu 2015 / 2021



    Fils de discussion



    Crinolines support de camouflage
    2 messages, le dernier est de Pascal le 13/07/2021






    Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
    Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

    Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
    Nous contacter au bas de cette page
    pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

    Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu