Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




152° Régiment d'Infanterie - Diables Rouges

(152° RI)






Généralités :


Le 152° Régiment d’Infanterie, aussi connu sous le nom de ‘15-2, Régiment des Diables Rouges’ était à en 1939 essentiellement un régiment à pied. Sa dotation normale en véhicules à moteur était de 42 véhicules, dont 35 camionnettes et 6 chenillettes.
L’armement de base du régiment est le fusil MAS-36, complété de 81 FM (Fusils mitrailleurs) modèle 24/29, de 36 mitrailleuses Hotchkiss de 8 mm modèle 1914, de 8 canons antichar Hotchkiss de 25 mm (25 SA 34) et de 6 mortier de 81 mm. Le 18 octobre 1939, une section de mitrailleuses du 1er Bataillon sera dotée des canons de 20 mm en remplacement des Hotchkiss en dotation.
L'effectif de temps de paix du 15-2 est de 33 officiers, 154 sous-officiers et 1731 hommes de troupe ; soit au total 1918 hommes.
En 1934, du fait de sa mission de couverture, l'effectif réel passe à 77 officiers, 252 sous-officiers et 1990 hommes de troupe, soit 2319 hommes.
En 1935, le 15-2 fournira des personnels pour former le noyau d’active du 171° RIF (Régiment d'Infanterie de Forteresse) qui sera stationné à Neuf-Brisach et Mulhouse.
Le TEG (Tableau des Effectifs de Guerre) donne en 1940 pour le régiment les effectifs suivants : 78 officiers, 308 sous-officiers et 2585 hommes de troupe ; soit un total de 2971 hommes.
La mobilisation d’aout 1939 voit le 15-2 quitter la ville de Colmar où il est implanté depuis 1919. Le régiment reste positionné à proximité avec son PC implanté à Pfaffenheim puis à Sundhoffen.
Le 23 aout, le 15-2 entre de plein pied dans la drôle de guerre et occupe les positions de couverture avec les réservistes alsaciens.

Sa devise "Ne pas subir" : ni l'allemand; ni la saleté, ni l'ennui.



Effectifs


Les effectifs suivants sont ceux à la mobilisation au 2 septembre 1939


Etat-Major


Chef de Corps : Colonel TROLLEY DE PREVAUX à compter du 1-08-1939, Colonel GILLIOT à partir du 2-09-1939
Chef état-major : Commandant LE PENVEN
Capitaine Adjoint : Capitaine BAILLY
Officier renseignement : Lieutenant RUBAUD - Adjoint Adjudant MARIET
Officier détails : Lieutenant PIROULAS
Officier Liaison : Lieutenant REMOND
Vétérinaire : Sous Lieutenant BERTRAND
Médecin-chef : M-Cdt WAGNER
Aumônier: BESANCON


CDT - Compagnie de commandement

Cdt de Cie : Capitaine GUIFFRAY
1° section Service General : Sgt/Chef SINGUINIA
2° Section Service General - EM : Adj/Chef JUAN
3° section Service General - Trans & Rens : Lt FAURIE
4° section Service General - Pionnier : Lieutenant WALTZER
5° section Service General - échelon Moto : Lieutenant PISSY


C.H.R. (Compagnie Hors Rang):

Cdt Cie : Capitaine CHAMLEY
Dépannage : Lt DERESINSKI - Adjt. KELLER
Aprovt. : S/Lt MICHEL
Sce. Santé: Chef de musique Lt BON - S/Chef JACQUEL
Pharmacien: Lt FERRENBACHER
Ravitailt.: Lt PETIN
Dentiste: Auxiliaire HIRSCH 1 BAUMGARTEN



1° Bataillon


Chef de bataillon : Cdt DUVAU
Adjt Major: Cne FRANQUEVILLE
Lt Adjt : Lt SANDOZ
Adjudant bataillon: Adjt/Chef RUELLE
Médecin : Lt GUERICOLAS


1e Cie : Cne CAMY (a)

Adjt MASSON
Lt IWEINS
S/Lt PATENOTRE
S/Lt CORROENNE
Adjt/Chef GROLLEMUND


2e Cie : Cne GRINCOURT

Adjt THIEBAUT
Lt FERRIER
S/Lt JACOB
S/Lt HILD
Adjt/Chef GELOT


3e Cie : Cne BEAUPERE

Adjt REDT
Lt COUAILLER
S/Lt CHIGE
Asp. SASSARD
Adjt/Chef PELTIER



2° Bataillon


Chef de bataillon : Cdt HANRION
Adjt Major: Cne JANQUENET
Lt Adjt: Lt LOUVARD
Adjudant bataillon: Adjt/Chef ROUBAUDI
Médecin: Cne GRABY


5e Cie: Cne GLENAT

Adjt BOTACCI
Lt De LARDEMELLE
Lt LEVY
Lt ROLLET
Adjt GUSCHEMANN


6e Cie: Lt TASSEAU

Adjt RAVAL
S/Lt BERGER
S/Lt MICHEL
--
Adjt/Chef HELLE


7e Cie : Cne SANTINI

Adjt BARREAU
Lt THIRIOT
S/Lt ENGEL
Lt. HENRY
Adjt/Chef LETIENNE



3° Bataillon


Chef de bataillon: Cdt LOICHOT
Adjt Major: Cne SUPULCRE
Lt Adjt: Lt VALENTIN
Adjudant bataillon: Adjt/Chef SCHUELLER
Médecin: Lt RODIER


9e Cie: Lt MARTIN

Lt FRIESS
S/Lt ZINSZNER
Lt DULLIN
Adjt/Chef RABOUIN


10e Cie: Lt MAUGARD

Lt VILLON
Lt BERTRAND
S/Lt De NANTEUIL
Adjt/Chef GALLAIT
Adjt PINEL


11e Cie: Cne ALEXANDRE

S/Lt JUDES
Lt ZAESLLE
Asp BERTON
Adjt/Chef RANCON



CAB 1: Cne MEYER

Adjt BRENDEL
Lt FOUGERE
Lt FEVRE
Adjt/Chef GINDRE
Adjt SCHNEIDER
Lt DUMAS


CAB 2: Cne HUGUENIN

S/Cdt: Adjt PARIS
S/Lt MARION
Lt LEVIS
Lt THUAULT
A.C. : REMY
Engins : Adjt BRIANT


CAB 3: Cne LARTIGUE

Lt JEANJACQUOT
Adjt/Chef ETCHEBARNE
Lt LISBONNE
S/Lt PUJET


Comme pour les autres unités, l'encadrement du 152° RI a évolué au cours du temps. Ci-dessous la structure de commandement en Mai et en Juin 1940.


152° RI - Organigramme 13 Mai 1940




152° RI - Organigramme Juin 1940




Source : amicale des Anciens Diables Rouges & 152e RI, via Daniel Froehly




Historique


L'historique donné ci-après porte sur la periode 1939 - 1940. Il est établi à partir de sources diverses et d'extraits du JMO du régiment.

Une nouvelle organisation des Corps d'Armée est appliquée en 1923. Au sein du VII CA (Corps d’Armée - PC à Besançon) se trouve la 14° Division d'Infanterie de ligne, avec son PC à Mulhouse.
En sus du 15-2, la 14° DI est constituée des 2°, 4° et 31° BCP (Bataillons de Chasseurs à Pied) et du 35° (Régiment d’Infanterie)


23 août 39 : Le 152° Régiment d'Infanterie quitte sa garnison de Colmar pour occuper ses cantonnements d'alerte.

1° bataillon à Dessenheim
2° bataillon à Hessenheim et Artolsheim
3° bataillon et E.M (Etat Major), C.R.E. (Compagnie Régimentaire d’Engins) et C.D.T. ( ?) à Houssen


28 aout 1939, après relève par les échelons B des troupes de forteresse, le régiment se regroupe dans la zone de Hattstatt - Gueberschwihr - Pfaffenheim - Ste Croix en Plaine.

Le 31 aout les échelons B du régiment rejoignent les cantonnements.

2 septembre 1939 à 0h00 : mobilisation générale
Le 10 septembre 1939, le régiment est mis à la disposition du Général Commandant le Secteur Fortifié de Colmar (SFC), pour effectuer les travaux sur la position de couverture.

I/152 : Windensohlen - Urschenheim puis Muntzenheim
II/152 : Jebsheim
III/152 : Hirtzfelden - Roggenhouse - organesà Sundhoffen
La 9e Cie reste à Soultz pour l'entretien du parc de chevaux évacués


Entre le 2 et 28 septembre de nombreuses mutations internes au régiment ont eu lieu.

le 4 octobre 1939, le régiment reçoit une lettre élogieuse du Général CORADIN Cdt le SFC, pour les travaux effectués dans le SFC.

Le 5 octobre le régiment fait mouvement dans le secteur au sud de Mulhouse pour y effectuer des travaux.

10 octobre 1939 répartition des bataillons sur la bretelle sud de Mulhouse (Bretelle de Sierentz).

I / 152 : Koetzingen - Gross-Boock
II / 152 : Rantzwiller - Buchwald
III / 152 : Waltenheim - Geispitzen


Les hommes sont répartis sur 3 quartiers:


1er quartier : Rantzwiller - Buchwald.

3 Cies de Fusilliers-Voltigeurs (F.V.) , la CDT et la CHR plus une section de la CRE
Travaux : Achèvement des emplacements pour armes lourdes, création du réseau de fil de fer, dégagement des champs de tir des armes automatiques.
Transport effectué par une chenillette entre Rantzwiller et le Rebberg.


2e quartier : Koetzingen - Gross-Boock.

Une section de la CRE, la Cie de Pionniers.
Travaux : Fossé antichars et dégagement des champs de tir devant Kroetzingen. Achèvement des emplacements pour armes lourdes et de l'Observatoire Gross-Bock. Débroussaillages et abatis sur la lisière sud du bois du Lerchenberg (nord de la cote 328)


3° quartier : Waltenheim - Geispitzen.

La Cie du Génie.
Travaux Organisation des points d'appuis, achèvement de l'emplacement pour armes lourdes, Carrière et barrages du Muhlbach.
150 puis 250 travailleurs du III/152 sont mis à la disposition du Génie pour l'aménagement de l'obstacle sur le Muhlbach.


Le 16 novembre mise en alerte du régiment, certains indices font penser à une prochaine attaque par gaz. Cela entraina le renforcement du service de guet et d'alerte.

Le 14 décembre les travaux sur la bretelle sud cessent pour le 152 RI.

A partir du 15 décembre 1939, la 14° DI qui assurait jusqu’alors la couverture le long du Rhin rejoint la IV Armée en Lorraine. Le régiment fait alors mouvement vers ses nouvelles positions.
Le 16 décembre 1939 voit le départ des convois automobiles puis le 17, le reste du régiment quitte à son tour la position par chemin de fer.

19 décembre arrivé du régiment à Dieuze (57), et installation des troupes.

E.M et Organes - Loudrefing
I / 152 - Biderstroff
II / 152 - Bisfing - Angviller - Ferme de l'Esperance.
III / 152 - Mittersheim
Convoi auto - Lamathe


Après le 20 décembre le 15-2 est réparti dans tout le secteur (Kestastel, Schopperten, Harskirchen, Sarre-Union, Mittersheim, Nousseviller, Diebling, Metzing etc...)

2 janvier 1940 Note du Colonel Gilliot:

"le 15-2 monte en ligne. Une tache rude vous attend. Vous aurez froid, vous serez installés dans les conditions matérielles les plus mauvaises; vous aurez à travailler ou à veiller sans relâche de jour et de nuit.
Les souffrances qui qui attendent vous les supporterez avec courage et bonne humeur, convaincus qu'elles sont nécessaires au salut du Pays.
Le vieil esprit du 15-2 qui vous anime vous aidera"
Signé Gilliot


Le 4 janvier 1940, le 15-2 releve le 41e et 91e RI de la 19e DI.
Le régiment à comme mission en cas d'attaque d'assurer la résistance dans les avant-postes et en exécuter les travaux d'inviolabilité.

Au cours du mois de février un branchement en dérivation sur la ligne téléphonique Lixing à Grosbliderstroff est découvert.

15 mars 40 : Le Colonel BETANT prend le Commandement du Régiment.

En mars de nombreuses intrusions de patrouilles ennemies ont été surprises venant inspecter les travaux sur les avant-postes 6-10-12-13-14-15.

Ces intrusions ennemies ne sont pas restées sans réponse, le 15-2 ripostait en effectuant des coups de main et des embuscades avec ses groupes francs.

La nuit du 29 au 30 mars 40, une embuscade tendue en avant des avant-Postes du BRANDENBUSCH non loin du village de ZINZINS tenu par le Allemands, accroche vers 22 H une patrouille ennemie d'une dizaine d'hommes.
Cette embuscade mettait en œuvre des groupes temporaires d'une quinzaine d'hommes et commandé respectivement par les Sous-lieutenants ENGEL de la 7° Cie et CHIGE de la 3° Cie.
Le bilan :

3 allemands tués ramenés dans nos lignes : 2 sous-officiers et 1 caporal, 1 mitrailleuse, 1 pistolet-mitrailleur, 1 fusil et nombreuses munitions et grenades.
Côté français : 6 blessés dont le Sous-lieutenant CHIGE.



Les jours suivants sont marqués par une plus grande activité de patrouilles et une grande nervosité de la part de l'ennemi.

Le 10 avril 40 : Par ordre de la 14 ° D.I. le Général DE LATTRE cite en exemple à tous, l'embuscade tendue dans la nuit du 29 sur la position du BRANDENBUSCH:


"Cette opération de deux groupes francs préparée et conduite avec beaucoup de méthode, exécutée avec énergie et une discipline de feu exceptionnelle contre un adversaire résolu et courageux, est digne des traditions des DIABLES ROUGES du 152° R .I."


15 avril 1940 : l'effectif du régiment est le suivant :

6 Officiers supérieurs
72 Officiers subalternes
308 S/officiers
2585 Soldats
284 Chevaux


Du 18 avril au 22 avril 40, le Régiment est relevé et va en repos à SARRALBE.
Une prise d'Armes a lieu dans la cour du casernement de Sureté de SARRALBE où lecture est faite aux unités du Régiment de l'ordre général n° 7 de la 14° D.I. transmettant le témoignage de haute satisfaction du Général Commandant la 4° Armée à la 14° D.I. au moment où cette grande unité quitte le secteur de l'Armée .

28 avril 1940 : Le régiment passe en réserve d'Armée et va stationner dans la région d'ARRACOURT.

Le 13 mai 1940, le 15-2 est mis en alerte et quitte le secteur pour Vaux-Montreuil

14 mai 40 : Le 152 est alerté et s'embarque pour les Ardennes.


L'effectif du régiment est le suivant :

6 Officiers supérieurs,
70 Officiers subalternes
310 Sous-officiers
2 585 Hommes de Troupes


La composition du régiment est la suivante:

1 unité régimentaire comprenant : une compagnie de Commandement, une compagnie de reconnaissance et d'éclairage une compagnie Hors Rang
3 bataillons avec 3 Cie de combat et une compagnie d'appui
1er Bataillon aux ordres du Commandant BAILLY : 1°, 2° , 3° Cie
2e Bataillon aux ordres du Commandant HANRION : 5°, 6°, 7° Cie
3° Bataillon aux ordres du Commandant JAHAN : 9°, 10°, 11° Cie.


En mai 1940, le 15-2 recevra le choc de l'ennemi, à savoir les éléments de la 1ère PANZER DIVISION commandée par le Général KIRCHNER et appartenant au 19° Corps blindé commandé par GUDERIAN


Par Lucifer : Vive le 15/2
Et pour le 15-2 : Ne pas subir



D'aprés un texte original de Daniel FROELY


Secteur(s) concérné(s) :SFCO




© 2016 / 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 17/11/2017




Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu