Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




TM 32 - Centraux téléphoniques de campagne à 4 ou 8 directions






Ces centraux ont été utilisés pour l’équipement des carters étanches de la fortification ainsi que comme centraux de campagne par les troupes d’intervalle.


Centraux type TM 32 à huit et quatre directions




Composition


Les centraux téléphoniques de campagne à 4 ou 8 directions TM 32 sont contenus dans une boite en tôle d’acier comportant les réglettes d’abonnés et le poste opérateur en face avant, les bornes de raccordement des lignes téléphoniques étant situées sous un volet rabattable en face arrière.
Une pièce percée d’un trou fileté est fixée en face inférieure du boitier et permet la la fixation du central sur le support du carter étanche ou sur le trépied prévu pour son utilisation en campagne, tous deux étant munis d’une vis imperdable prévue à cet effet.

Les centraux à quatre ou huit directions ne différent que par le nombre de réglettes dont ils sont équipés, et donc par leur largeur.


Poste opérateur


Le poste opérateur est un poste correspondant au schéma type TM 1932 donné ci après, identique à celui des postes téléphonique TM 32 de campagne. Il est doté d'une fiche à 4 plots permettant de raccorder un combine TM 32 ou un casque à laryngophone. L'alimentation du circuit microphonique est assurée par deux piles type O TM 1928.



Schéma du poste opérateur des centraux TM 32



Réglettes d'abonnés


Le central est équipé de quatre ou huit réglettes d'abonnés en fonction de sa capacité (1).

Central téléphonique type TM 32


Réglette d'abonné des centraux de campagne type TM 32



En partie supérieure de la réglette se trouvent les protections contre les surtensions , montées sur un support en Bakélite isolant . La protection est assurée par deux fusibles de 3 ampères et un éclateur réglable constitué d’une rondelle serrée sous une vis de fixation reliée au châssis métallique du central . Les deux vis situées de part et d’autre de l’éclateur correspondent à la ligne de l’abonné.

En partie médiane, une fenêtre pratiquée dans la réglette permet de visualiser le volet annonciateur du correspondant.
Ce volet, noir lorsqu’il est relevé, est libéré par l’action d’un électroaimant actionné par le courant de sonnerie du correspondant et laisse apparaître une partie blanche phosphorescente, signalant l’appel.
Simultanément, le courant de sonnerie est renvoyé sur la sonnerie du central. Cette sonnerie peut être coupée par un interrupteur situé sur le châssis du central.

Sous cette fenêtre, la prise jack permet à l'opérateur d’entrer en liaison avec l’abonné et de relever le volet annonciateur de sa réglette. Le cordon muni à son extrémité d’une fiche est destiné à mettre le demandé en liaison avec le demandeur.

Les deux trous en partie inférieure correspondent au circuit sonnerie commun du central et sont utilisés pour la fixation de la réglette sur le châssis du central. Ils permettent à titre exceptionnel le raccordement d’une sonnerie externe.



Emploi dans la fortification


Dans la fortification Maginot, ces centraux ont été utilisés montés dans les carters étanches pour central téléphonique pour la constitution de centraux desservant au maximum 16 abonnés. On les retrouve couramment dans les abris, casemates et les blocs d'ouvrage.


Central à 16 directions composé de deux centraux 8 directions et d'un carter étanche



Ce type de central possède la particularité de permettre l’interconnexion de plus de deux des abonnés qui y sont raccordés, autorisant
ainsi des communications simultanées entre eux ( type conférence) . C’est cette faculté dont ne dispose pas la table opérateur à quatorze circuits qui justifie leur utilisation dans les PC d’artillerie pour le central Tir, malgré un nombre d’abonnés souvent supérieur à seize .



Fonctionnement


Le principe de l’établissement d’une communication au travers d’un central TM 32 à 4 ou 8 directions est le suivant :


  • Le poste appelant manoeuvre sa magnéto d’appel .

  • Sur le central dont il dépend , la palette de la réglette correspondant à son numéro d’abonné tombe , passant de la
    position libre (couleur noire ) à celle d’occupé (couleur blanche phosphorescente) et signale sa demande . La chute
    de cette palette met son circuit en liaison avec la sonnerie polarisée contenue dans le central .

  • L'opérateur insère la fiche de son poste opérateur dans la réglette de l’abonné demandeur, se mettant ainsi
    directement en relation avec celui ci . L’insertion de cette fiche provoque le réarmement de la palette de la réglette
    de l’abonné .

  • L'opérateur se renseigne sur le numéro de l’abonné demandé, puis insère la fiche de son poste opérateur dans la réglette du
    panneau de l’abonné demandé .

  • L'opérateur actionne la magnéto du poste opérateur , envoyant ainsi un courant d’appel vers le poste de l’abonné demandé .

  • L’abonné demandé ayant répondu , il est mis en communication avec l’abonné demandeur par l’insertion de la fiche
    dépendant de sa réglette dans celle du demandeur .

  • L'opérateur retire la fiche de son poste opérateur de la réglette du demandé .

  • La communication terminée , le demandeur actionne sa magnéto. Le courant d’appel ainsi produit fait tomber la
    palette de la réglette de l’abonné demandé et actionne la sonnerie du central.

  • L'opérateur averti de la fin de la communication retire la fiche correspondant au demandé de la réglette du
    demandeur . Il réarme la palette de la réglette du demandé en y introduisant brièvement la fiche de son poste
    opérateur



  • Il est par ailleurs possible de réaliser une connexion directe et isolée du central entre deux abonnés en insérant la fiche de chaque abonné dans le jack de l’autre abonné ( croisement des fiches ). Cette disposition isole totalement les abonnés ainsi reliés du central lui même, qui en contrepartie ne peut plus être joint par aucun d’eux.




    1 - Lors de leur utilisation comme centraux de gare sur le réseau des voies internes à un ouvrage, ils pouvaient n’être équipés que de deux réglettes correspondant à la liaison omnibus établie entre les gares .



    Sources : TM 32, le téléphone dans la ligne Maginot - Pascal LAMBERT 1999, notices et instructions sur l'emploi de la téléphonie dans la fortification Maginot


    © wikimaginot 2017 - Rédaction initiale Pascal LAMBERT 2017




    © 2017 / 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 06/04/2017