Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Chambre de Coupure du réseau téléphonique souterrain

(CC)






Généralités

Les Chambres de Coupure sont des constructions destinées à abriter les répartiteurs du réseau téléphonique dans lesquelles aboutissent les câbles enterrés du réseau extérieur de la fortification.
Leur raison d'être est de permettre le brassage des circuits téléphoniques, le détournement de ceux-ci dans le cas de la coupure d'un câble (défaillance, artillerie, sabotage..) et le raccordement des lignes téléphoniques de campagne desservant les troupes d'intervalle. Elles sont dans certains cas utilisées pour abriter un central téléphonique.

Le réseau téléphonique de la fortification Maginot étant maillé, les chambres de coupure sont positionnées aux intersections des nappes et aux extrémités des antennes prolongeant le réseau vers l'avant de la position ainsi qu'à intervalle régulier sur les tronçons du réseau afin de permettre d'une part d'éviter de trop longues distances de lignes aériennes pour desservir les troupes d'intervalle et de faciliter le dépannage en cas de coupure de câble.

Structure schématise du réseau téléphonique Maginot

Structure schématisée du réseau téléphonique



Caractéristiques

La philosophie et les modalités de construction du réseau téléphonique ont fortement différé entre le Nord-Est et le Sud-Est, donnant naissance à des constructions sans point commun entre ces deux secteurs.
Ces deux régions sont traitées séparément ci-après.



Région Nord-Est

Plans-type

Dans le Nord-Est huit types de plans-type s'imposent très largement pour la construction des chambres de coupure du réseau téléphonique de la fortification, le choix étant déterminé par la fonction de la chambre de coupure, son implantation et le degré de protection requis contre les bombardements.

Ces plans-types ont été définis dès 1931 par les chefferies du Génie de Valenciennes et de Strasbourg, chacune de ces chefferies proposant des plans très similaires avec des appellations différentes.
Ils seront repris ensuite par les autres chefferies qui s'en inspireront pour la construction du réseau dans leurs secteurs.


  • Chambre type A1 , chambre de coupure abritant un central téléphonique
    Taille normale et protection renforcée - Accès de plain pied

  • Chambre type A2 , chambre de coupure abritant un central téléphonique
    Taille normale et protection renforcée - Accès en puits

  • Chambre type B1 , chambre de coupure
    Taille normale en protection renforcée - Accès de plain pied

  • Chambre type B2 , chambre de coupure
    Taille normale en protection renforcée - Accès en puits

  • Chambre type C , chambre de coupure
    Taille réduite en protection moyenne - Accès en puits

  • Chambre type D , chambre de coupure
    Taille réduite en protection renforcée - Accès en puits

  • Chambre type E , puits de coupure
    Taille moyenne en protection moyenne - Accès en puits

  • Chambre type F , puits de coupure
    Taille minimale en protection moyenne - Accès en puits


Les chambres dotées d'un accès de plain-pied (accès par porte) sont prévues pour les terrains à forte déclivité où elles peuvent être défilées des vues et de l'artillerie ennemies; celles avec un accès en puits (accès par trappe et échelle) sont elles prévues pour les terrains plats.
C'est naturellement celles avec accès en puits qui sont les plus répandues dans le Nord-Est du fait du relief.

Les chambres de coupure situées sur les avants de la ligne et plus exposées aux coups ennemis sont traitées en protection renforcée, la protection moyenne étant réservée aux chambres de coupure situées sur l'arrière de la ligne dans des zones peu soumises aux tirs ennemis.

La taille est quant à elle choisie en fonction de l'importance de l'équipement devant être abrité.

Les six premiers types concernent les chambres de coupure où transitent plusieurs artères de câbles. Ces chambres sont celles situées sur la rocade avant, la rocade arrière et les radiales et servent essentiellement de répartiteur pour le réseau enterré. En plus de cette fonction, les types chambres de coupure type A1 et A2 abritent un central téléphonique.

Les plans-types E et F correspondent à de simples puits de coupure construits en terminaison d'artère qui sont généralement implantés à proximité des emplacements où il est prévu que les troupes d'intervalle, les unités de repérage par le son ou la lumière ou l'artillerie de complément prennent position à la mobilisation.
En exemple les chambres 90M et 91M, prévues pour le raccordement de l'artillerie de complément prés de Distroff en Moselle

Vue extérieure

Vue de la chambre 89M prés d'Inglange en Moselle .
Cette chambre du type F est reliée à la rocade arrière par un câble à 14 paires.
Elle est destinée au raccordement des lignes de l'artillerie de complément et des troupes d'intervalle dans ce secteur.



Equipements

L'ensemble du matériel utilisé pour l'équipement des chambres de coupure était du type TM 32 (Téléphonie Militaire modèle 1932). Il s'agit de matériels spécifiquement développés pour la fortification Maginot.

L'équipement des chambres de coupure comprend invariablement un ou plusieurs répartiteurs, appelés boites de coupure .

L'équipement pouvait être complété par des dispositifs de prise de circuit composés d'une boite à borne et d'un boitier paratonnerre ne sont présents que dans les chambres de coupures dans lesquelles il était prévu que les troupes occupant les intervalles viennent raccorder leurs lignes de campagne ainsi que des boitiers translateurs lorsque la capacité en nombre de circuits téléphonique des câbles du réseau était insuffisante.

Les chambres de coupure comportent un couloir accessible depuis l'extérieur par une trappe ou une porte verrouillée où sont installées les boites à bornes permettant le raccordement des lignes de campagne. Ce couloir communique avec une pièce fermée par une porte verrouillée où débouchent les câbles du réseau qui s'épanouissent dans les boites de coupure.
Lorsqu'ils étaient nécessaires, en plus de ces répartiteurs étaient aussi installés les boitiers à paratonnerre pour la protection des boîtes à bornes et les boitiers translateurs.
Les troupes d'intervalle disposaient d'un double de la clef permettant d'accéder depuis l'extérieur au couloir pour y raccorder leur lignes, l'accès de la pièce étant exclusivement réservé les sapeurs téléphonistes chargés de l'entretien et des réparations du réseau.

Il est à noter toutefois qu'en Alsace, dans les constructions dépendant de la chefferie du Génie de Strasbourg, une boite à bornes d'un modèle différent est intégré directement dans le dormant de la trappe ou de la porte d'accès en remplacement du boitier prescrit par l'instruction officielle. Ce boitier accessible de l'extérieur permet aux troupes de connecter leurs lignes sans avoir à pénétrer dans la chambre elle même.

L'exemple ci-dessous donne l'équipement de la chambre de coupure 26T à Cattenom en Moselle.

Plan et equipement de la chambre de coupure 26T

Chambre 26 T - Cattenom (Moselle)



Les chambres du type A renferment en sus de ces équipements un central téléphonique extensible semi-étanche composé d'un ou plusieurs panneaux d'abonnés, de boitiers de protection et d'une table d'opérateur ainsi que le couchage des téléphonistes le desservant. Ces chambres sont parfois équipées d'un poêle à charbon et la porte ou la trappe peut être laissée entrouverte pour l'arrivée d'air frais en cas d'utilisation de ce poêle ou rendue étanche par l'utilisation de verrous excentriques la plaquant sur un joint en cas d'attaque par gaz.

L'exemple ci dessous donne l'équipement de la chambre de coupure 11A située à Niedervisse en Moselle.

Plan de la chambre de coupure

Chambre de coupure 11A
Plan et implantation des équipements



Dans certains cas et bien que cela n'ait manifestement pas été prévu au départ, des centraux téléphoniques ont été installés dans des chambres de coupure du type B afin de desservir des organes proches. Dans ce cas, les centraux téléphoniques étaient le plus souvent composés d'un carter étanche pour central téléphonique . C'est le cas par exemple de la chambre de coupure N3.

L'équipement des puits de coupure est lui bien plus sommaire. Ils sont équipés à minima d'un dispositif de prise de circuit composé d'une boite à borne et d'un boitier paratonnerre. Lorsqu'ils sont raccordés au réseau souterrain par des câbles de plus de 6 paires, une boite de coupure est insérée entre le câble et le boitier paratonnerre.


Cas particuliers

Toute règle souffre ses exceptions et dans les secteurs où le réseau a été construit tardivement, les chambres de coupure ont souvent été réalisées sur la base de plans 'locaux' n'ayant souvent rien à voir avec les plans type annoncés ci-dessus.

En exemple, dans le Sundgau (sud de l'Alsace) l'aménagement du réseau du massif du Glaserberg où les chambres de coupure sont remplacées par des massifs bétonnés hors-sol comportant un ou deux évidements abritant sur l'avant un dispositif de prise de circuit pour le raccordement des lignes de campagne et le cas échéant un second évidement sur l'arrière abritant alors un répartiteur (boite de coupure) Chaque évidement était fermé par un portillon métallique cadenassé.

Borne de raccordement téléphonique de HAGENTHAL le BAS

Borne de raccordement du Geisberg
La face avant pour le raccordement
des lignes de campagne



Borne de raccordement téléphonique de HAGENTHAL le BAS

Borne de raccordement du Geisberg
La face arrière pour le répartiteur



Un type de construction similaire se trouve aussi au Rebberg , en arrière des observatoires placés sur la crête. Là encore, seul un massif bétonné émerge du terrain, un évidement en face avant fermé par un double portillon métallique renferme les équipements.

REBBERG - (Chambre de coupure)

Chambre de coupure du Rebberg
Constituée d'un simple massif bétonné



Un autre plan particulier a été émis en 1936 par la chefferie de Haguenau pour la construction de Chambres d'abonnement au réseau téléphonique souterrain.
Ce plan concerne un massif bétonné duquel émergeait une boite métallique renfermant un dispositif de protection et une boite à bornes pour le raccordement de lignes de campagne. Aucun répartiteur n'était prévu, ce système ne pouvait se mettre qu'en terminaison d'artère souterraine et constituait une alternative moins couteuses au puits de coupure précédemment décrits.
La seule construction inspirée de ce plan connue à ce jour est la chambre de coupure K2 du Secteur Fortifié de Haguenau, la boite métallique étant toutefois non pas au niveau du sol mais surélevée sur une colonne bétonnée.

Chambre de coupure K2

Chambre de coupure K2




Sud-Est

Dans le Sud Est, aucune version standard ni règle générale ne s'applique. Chaque chefferie ayant développé ses propres plans, de nombreuses variantes existent dans chaque secteur souvent imposées par le relief et la nature du terrain ou par des travaux effectués tardivement avant ou pendant la guerre
La tendance générale est à la réduction des couts de construction et des travaux ainsi que du volume de béton nécessaire pour la construction des chambres et puits de coupure qui seront en grande partie réalisés par la Main d'Oeuvre Militaire (MOM)

On peut toutefois tenter de classer les chambres de coupure en fonction de leur conformation globale. Il en résulte trois familles très différentes les unes des autres regroupant la plus grande partie des constructions réalisées.



Chambre de coupure classique, accès de plain-pied

Le relief ayant permis de construire les chambres de coupure dans les à-pics rocheux ou sur de fortes dénivellations, l'accès s'y fait de plain pied par une porte donnant soit dans un couloir comme c'est le cas pour la chambre de coupure du Col de la Torre , soit directement dans le local ou sont installés les répartiteurs et les protections comme c'est le cas pour la chambre de coupure du Col de Granon .

Ce type de chambre de coupure est assez fréquent dans certains secteurs, la surface du local abritant les équipements variant selon les constructions, d'un local spacieux d'un peu moins de 8 mètres carrés au réduit avoisinant le mètre carré .

Col de La Torre-(Chambre de Coupure)

Chambre de coupure du Col de la Torre
L'accès à la chambre se fait par un couloir.



Chambre de coupure du COL de la TORRE

Chambre de coupure du Col de la Torre
Les boites à bornes installées dans le couloir d'accès



On retrouve toutefois fréquemment les boites à bornes pour le raccordement des lignes de campagne placées dans un évidemment du mur extérieur fermé par un volet métallique. La clef de ce volet est remise aux troupes devant s'y raccorder, celle de la chambre de coupure restant en possession des seuls spécialistes chargés du réseau.

Rimplas -chambre de coupure

Chambre de coupure de Rimplas
La porte donnant accès directement au local contenant les équipements
et l'évidement contenant les boites à bornes fermé par un portillon



CHAMBRE DE COUPURE DE TUEIS

Chambre de coupure de Tueis (Alpes)
Cette chambre est construite à contre pente.
La porte donne directement accès dans un petit local contenant les répartiteurs.
La trappe visible du coté droit ferme l'évidement contenant les boites à bornes
prévues pour le raccordement des lignes de campagne.



Ce type de chambre de coupure est assez fréquent dans certains secteurs, la surface du local abritant les équipements variant selon les constructions, d'un local spacieux d'un peu moins de 8 mètres carrés au réduit avoisinant le mètre carré comme par exemple la chambre de coupure de Levens .

Chambre de coupure de la Baisse de Levens

Chambre de coupure de Levens
Noter l'exiguïté du local auquel on accède directement
Sa taille est adaptée aux équipements protégés



Puits de coupure

La seconde famille regroupe l'ensemble des chambres de coupure en puits auxquelles on accède par une trappe au niveau du sol.
Elles sont nombreuses et on les retrouve dans la plupart des secteurs fortifiés du Sud-Est, en exemple, le Puits de coupure de Campaost ou le puits de coupure de Fontchristianne .

Vue de la chambre de coupure de Fontchristiane

Puits de coupure de Fontchristiane, Briancon .
La plaque l'obturant est maintenue en place par une barre de fer placée en travers et verrouillée par un cadenas.
Cette chambre placée sur une rocade de 14 circuits est équipée d'un répartiteur 56 circuits et d'un boitier de raccordement pour 6 lignes de campagne.



Chambre de coupure de CAMPAOST

Puits de coupure de Campaost



Bien que généralement d'une taille réduite ne dépassant guère le mètre carré, certaines chambre comme la chambre de coupure de Restefond sont dotées d'un local plus spacieux. Là encore, aucune règle ne semble être de mise.

Col de Restefond-Chambre de Coupure

Chambre de coupure de Restefond
L'accès direct au local contenant les équipements par une échelle



Massif bétonné

Cette construction se résume à un massif bétonné de petites dimensions possédant un évidement fermé par un portillon qui abrite les équipements. Il est de loin le plus répandu dans le Sud-Est et sans conteste celui le plus simple à réaliser au coût le plus bas.

Il se décline sous diverses formes et dimensions selon les secteurs.

Ouvrage de Flaut

Chambre de coupure de Fontaine Cretet
ce type de construction est typique du Secteur Fortifié de Savoie



CHAMP de TIR - Chambre de coupure

Chambre de coupure du Champ de Tir



Boite de coupure de Plan Caval

Chambre de coupure de Plan Caval



Equipements

Deux types de matériels ont été utilisés pour l'équipement des cambres de coupure dans le Sud-Est.

Le premier type est le matériel TM 32 déjà utilisé dans le Nord-Est où il est la règle. Pour sa description, repérez vous au paragraphe 'Equipements' de la partie Nord-Est.

Le second type très fréquemment retrouvé est de marque LMRT. La réalisation du réseau dans le Sud-Est ayant été en grande partie faite beaucoup plus tardivement que dans le Nord-Est, il est fort probable que ce matériel ait été celui utilisé pour le premier équipement des dernières tranches de travaux en remplacement du matériel TM32 dont la fabrication était vraisemblablement abandonnée.

Un fil de discussion a été ouvert à ce sujet.






Rédaction initiale et compléments:

Pascal Lambert



Sources:

- Instruction relative à l'organisation des transmissions téléphoniques dans les régions fortifiées - Génie 1931 - 1934
- wikimaginot
- TM32 - Le téléphone dans la Ligne Maginot - P. Lambert 1999
- Die Nachrichten Anlagen der Maginot-Befestigung / Nachrichten-Erkundungs-stab Frankreich - NARA microfilms
- Divers - SHD
- Divers - 43° RT





Page n° 100054 mise à jour le 16/01/2020 - © wikimaginot.eu 2020



Fils de discussion



Boitiers répartiteurs LMRT dans les Alpes
15 messages, le dernier est de jolasjm le 20/07/2018






Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu