Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Commissions techniques et d'études pratiques des différentes armes en lien avec la fortification






La construction des ouvrages et organes des Régions Fortifiées suscite assez rapidement des questions générales - et parfois communes aux trois armes concernées, Artillerie Infanterie et Génie - sur la façon d'utiliser et de gérer ce nouvel outil qui va être mis à disposition sous peu.

Cette demande assez prévisible et naturelle de modes opératoires, façons de faire standard, de schémas organisationnels, de méthodes de maintenance, etc, va générer la création de plusieurs commissions spécialisées dont la mission sera de proposer les meilleures réponses au problème posé.

C'est l'Artillerie qui ouvre le feu, si l'on peut dire, en demandant la création d'une Commission d'Etudes Pratiques de l'Artillerie de Région Fortifiée (CEPARF) courant 1932, ce qui sera acté et fait en Juillet de l'année.

L'Infanterie suit l'exemple et une commission similaires, la Commission d'Etudes Pratiques de l'Infanterie de Région Fortifiée (CEPIRF) voit le jour tout début 1933, avec des missions en pratique identiques de celles de la CEPARF, bien qu'adapté bien sur au cas de l'Infanterie.

La commission correspondante du Génie (la CEPGRF) ne sera créée que plus tard, le 12 Décembre 1935, suite à une demande du Gal BELHAGUE lors du processus de dissolution de la CORF.

Ces trois commissions sont placées sous la tutelle du Directeur de l'arme correspondante, et rapportent directement à son cabinet.

Missions génériques de ces commissions et résultats attendus


Elles ont pour rôle de définir et mettre au point les méthodes d'utilisation des armements ou équipements nouveaux associés à la fortification puissante de type CORF. Leur mission s'étend jusqu'à l'élaboration des organigrammes standards, des effectifs nécessaires, des méthodes d'organisation incluant les rôles et responsabilités.

La méthode de travail consiste essentiellement dans le recensement des bonnes pratiques passées, et présentes, leur analyse critique, la définition théorique des pratiques associées aux nouveaux équipements, leur test quand c'est nécessaire et possible. Le livrable des ces commissions est un jeu de rapports, notices techniques, instructions, modes d'organisation qui une fois validés par le Ministère deviennent applicables sur le terrain.

Sur le plus long terme, les différentes commissions auront un rôle d'amélioration continue des méthodes et organisations en s'efforçant de tirer les enseignements des périodes d'occupation des ouvrages. Elles seront donc amenées à produire les correctifs et additifs nécessaires aux différents documents définis.


Avec la perspective de la création de la CEPGRF, le risque d'incohérences voire de conflit entre les travaux des différentes commissions augmente encore sensiblement. Pour minimiser ce risque, le Ministère prend deux décisions importantes :

  • Il rattache fonctionnellement le 24 Janvier 1935 l'ensemble des commissions pratiques, qui dépendaient précédemment de leurs directions respectives, au général GEORGES - du Conseil Supérieur de la Guerre et futur major général aux armées - dont le rôle sera d'assurer la coordination de l'ensemble.

  • Il procède à la création le 3 Janvier 1936 de la Commission de Rédaction de Règlements sur le Service dans les Ouvrages (CRRSO) avec pour mission d'assurer une vision d'ensemble homogène et cohérente de l'ensemble du corpus documentaire toutes armes confondues relatif au fonctionnement des ouvrages CORF. Cette commission, présidée par le général HUBERT (Commandant la RF de Metz), est composée de représentants des autres commissions d'études pratiques et des différents services (Santé, ...).


  • Ces différentes commissions perdureront jusqu'à la mobilisation de fin Aout 1939.



    Rédaction : Jean-Michel Jolas - 10/10/2018 - © wikimaginot.eu
    Source : SHD - 7N3775




    © 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 10/10/2018