Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




BARBEYRAC de SAINT MAURICE Marie Armand François Roger, Général de Division






Le général Marie Armand François Roger BARBEYRAC de SAINT MAURICE, né le 1er Décembre 1874 à Oran, est connu avant tout pour avoir commandé la 2° Région Militaire (Amiens) entre 1933 et 1936, puis en 1939-40, où il donne son nom à un type de fortification de campagne légère mis en œuvre entre Hirson et Montmédy et le long de la Meuse.

Biographie


Le jeune marquis Marie BARBEYRAC de SAINT MAURICE, descendant d'une lignée de militaires, intègre l'école de St Cyr en Octobre 1894 (Promotion Alexandre III, qui accueille aussi les futurs généraux Billotte, Prételat, Oehmichen, Heusch,...). Il en sort Ss-Lt d'infanterie en 1896. Il épouse Régina Roussie en Janvier 1928.

Il décède le 29 Janvier 1942 à Pont-l'Abbé-d'Arnoult en Charente-Maritime.


Carrière militaire


BARBEYRAC de SAINT MAURICE est promu lieutenant en Octobre 1898 après un séjour en Crète et rentre en France en 1899, puis part pour la Cochinchine avec le 11° RIMa. Il est rapatrié pour cause médicale en 1902 puis part pour la Martinique où il reste jusqu'en 1904.

Promu capitaine le 3 Juillet 1904. Muté pour convalescence au 7° RI Coloniale à Rochefort, il y accompli essentiellement un travail de classement d'archives de la Marine. Il présente le concours d'entrée à l'Ecole Supérieure de Guerre en 1906, auquel il échoue. Rejoignant le 98° RI à Roanne, il prend le commandement d'une compagnie sur Lyon. Faisant face à des difficultés financières, il se met en congé de l'armée de 1910 à 1913 pour régler ses problèmes. A son retour au service en 1913, il rejoint le 3° RTA en Algérie et sert à Blida, Kenitra et en Kabylie.

La mobilisation de 1914 entraine le transfert de son régiment en France. Les premiers combats lui permettent de s'illustrer comme chef de bataillon, en rupture avec une carrière précédente en demi-teinte. Blessé le 17 Septembre 1914, il retourne au front en Octobre. Il est fait Chevalier de la Légion d'Honneur le 2 Janvier 1915 et promu Chef de Bataillon (TT) le 23 Janvier en prenant la tête du V/2° RZ. Combattant en Champagne, il prend la tête du 2° RZ en remplacement du commandant en titre, blessé. Il est promu Lt-Colonel (TT) le 28 Septembre 1915 et cité à l'ordre de la 4° Armée pour ses faits d'arme.

Rejoignant Verdun début 1916 avec son régiment, où il s'illustre comme meneur d'hommes lors de l'attaque initiale allemande. Cela lui vaut une nouvelle citation à l'ordre de la 2° Armée. Il est fait officier de la Légion d'Honneur le 01 Avril. Transféré en Champagne en 1917, le 2° Tirailleurs de Marche s'y comporte vaillamment ce qui vaut plusieurs citations supplémentaires au Lt-Col de SAINT MAURICE qui est promu Lt-Col à titre définitif le 6 Juillet 1917. De retour à Verdun à l'automne 1917, il y prend le commandement le 7 Juin 1918 de la 73° Brigade, devenue l'infanterie de la 37° Division d'infanterie. Il est promu colonel (TT) le 8 Aout 1918 et fini la guerre avec sa division en Picardie en totalisant 8 citations et montrant des qualités d'officier importantes mais un caractère indépendant difficile à canaliser.

Il prend le commandement du 119° RI en 1920 et y est promu colonel à titre définitif le 20 Décembre. Passant par divers régiments, le Col BARBEYRAC de SAINT MAURICE est à nouveau en convalescence médicale entre 1923 et 1925 date à laquelle il prend le commandement du 24° RI (8° DI) où, bien que faisant un excellent travail de perfectionnement de son régiment, il entretient des relations peu fluides avec sa hiérarchie qui lui reproche son attitude par trop indépendante. En 1927, il est promu général de brigade et prend en charge un groupe de subdivisions de la 14° Région Militaire et le commandement de la place de Lyon et cela jusqu'en 1930. Après un court passage par Paris, il prend le commandement de la 3° DI début 1931 et est promu général de division la même année.

Le 6 Septembre 1933, il prend la tête de la 2° Région Militaire (Amiens) jusqu'en décembre 1936, date à laquelle il est mis en section de réserve. Durant cette période à la 2° RM il se distingue par une implication personnelle forte dans les questions de fortification et de défense des frontières. Il sera l'instigateur d'un type de blockhaus qui portera son nom et ira jusqu'à superviser personnellement les études d'implantation de certains d'entre eux.

BARBEYRAC est rappelé de réserve à la mobilisation et reprend le commandement de la 2° RM jusqu'en Janvier 1940, date à laquelle il est remis en section de réserve définitivement.


Décorations


Légion d'Honneur :
- Chevalier en 1915
- Officier en 1916
- Commandeur en 1920
- Grand Officier en 1934

Croix de guerre 1914-18 - 8 citations
Croix du combattant
Médaille coloniale "Maroc"
Médaille commémorative de la grande guerre
Médaille interalliée de la victoire
Médaille du mérite agricole

Commandeur de l'Ordre du Ouissam Alaouite chérifien ,
Chevalier de l'Ordre royal du Cambodge ,
Chevalier de l’Ordre royal de l’Étoile de Karageorges ,
Médaille d'argent de la Valeur militaire (Italie)
diverses décorations Marocaine, Roumaine, et Serbe.




Source : SHD - 13 YD 365


Secteur(s) concérné(s) :DAA SDA




© 2018 / 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 25/12/2018



Fils de discussion



Date d'entrée à Saint-Cyr
3 messages, le dernier est de jolasjm le 25/12/2018






Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu