Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Répartition des unités du Génie de forteresse en 1940






L’arme du Génie recouvre dans l’entre deux guerres nombre de spécialités d’ordre technique, à l’exception de l’armement et de l’artillerie. On y retrouve regroupés par des régiments spécialisés les transmissions, le génie civil, l’électromécanique, la construction, les ponts et chaussées…..

La mobilisation et les réorganisations successives des grandes unités entre septembre 39 et juin 40 verront l’arme du Génie changer radicalement de structure et ses unités d’appellation à plusieurs reprises. De quoi y perdre son latin et compliquer les recherches dès lors que l’on parle d’unités élémentaires comme les compagnies ou les bataillons.

L’objectif de cette page est de tenter de clarifier un peu la situation en fournissant des éléments relatifs aux modifications successives de structure et d’appellations qui ont eu lieu entre septembre 1939 et l’armistice. Elle ne porte que sur les unités organiques ayant servi dans le cadre de la fortification permanente aux frontières (Ligne Maginot).

Cette synthèse est incomplète et recèle très certainement des erreurs ou inexactitudes. Nous vous invitons de tout coeur à y participer en usant les fils de discussion pour apporter corrections et compléments et partager votre savoir


Temps de paix

La définition du système défensif

La définition des formes de la forteresse sera faite par la CORF (Commission d’organisation des Frontières) dont le Génie est partie prenante, la conception des équipements seront elles assurées par des services centraux comme la STG (Section Technique du Génie) , l’ ITTF (Inspection Technique desTravaux de Fortification) , le SEMG (Service Electro-Mécanique du Génie) ou encore le SMF (Service des Matériels de Fortification) .


La construction des organes permanents de la fortification

Pour assurer la maitrise d’oeuvre de la construction, il est créé dès 1926 des Délégations locales du Génie dans les régions militaires ou sont lancés les premiers travaux. Avec l’ouverture de nombreux chantiers, une organisation nouvelle se doit d’être mise en place et dès 1929 la construction est supervisée dans le Nord-Est par les DTF (Directions des Travaux de Fortification) dont dépendent les Chefferies des Travaux de Fortification assurant le suivi de la travaux, chacune en charge de son secteur fortifié. Les délégations locales du Génie sont provisoirement maintenues dans le sud-est.
A partir de 1936, l’organisation se rationalise quelque peu et les intitulés changent, tant dans le nord-est que dans le sud-est. Chaque secteur fortifié est placé sous le couvert de sa propre Chefferie du Génie qui est rattachée à une Direction des Travaux du Génie (DTG) .


Liste des Directions et des Chefferies des Travaux du Génie en 1939




L'exploitation et la maintenance de l'ensemble

Avec la mise en chantier d’un système faisant largement appel à des techniques de pointe, le ministère de la guerre procède renforcement de l’arme du Génie qui se doit de former les spécialistes qui seront chargés de l’exploitation et de l’entretien de la forteresse et de ses équipements techniques.

On assiste dés les années 20 à la mise sur pied de nombreux régiments du Génie . A partir de 1933, ces régiments se voient dotés de bataillons ou de compagnies de région fortifiée regroupant les spécialistes dédiés à la fortification (sapeurs-mineurs, sapeurs électromécaniciens, sapeurs radio, sapeurs télégraphistes, sapeurs du chemin de fer, sapeurs téléphéristes…) qui prennent en charge une portion de la ligne défensive selon sa spécialité

Les régiments du Génie suivants ont formé et fourni le personnel nécessaire à l’exploitation de la fortification. Il convient de se souvenir que jusqu’à la seconde guerre mondiale, c’est le Génie qui avait en charge les transmissions, l'arme des Transmissions ne verra le jour qu’après 1945.


Sapeurs mineurs, électromécaniciens, téléphéristes:

1° RG (Strasbourg) - RFL
2° RG (Metz) - RF Metz
3° RG (Arras) - Nord et Mézières
4° RG (Grenoble) - Alpes
7° RG (Avignon - Nice) SF Alpes-Maritimes et SD Corse
10° RG (Belfort) - RF Belfort (SF Colmar? et SF Mulhouse?)


Sapeurs du chemin de fer

5° RG (Versailles) - Chemin de fer en voie normale
15° RG (Toul) - Chemins de fer en voie étroite (Voie de 60)


Sapeurs télégraphistes et radio (transmissions)

18° RG (Nancy - Metz) - Transmissions du Théatre d'Opérations du Nord-Est
28° RG (Montpellier-Grenoble) - Transmissions du Théatre d'Opérations du Sud-Est
48° RG - Pour mémoire (1)



Temps de guerre

Mobilisation

A la mobilisation, les régiments du Génie sont dissous et deviennent des Dépôts de Guerre du Génie. Le numéro de ces dépôts est celui du régiment.
A ces dépôts sont associés des Centres Mobilisateurs du Génie (CMG) chargés de la mise sur pied de guerre des unités affectées à la fortification et à la répartition des différentes compagnies dans les Bataillons du Génie de Forteresse rattachés aux grandes unités en place (Secteurs Fortifiés/Corps d'Armée de Forteresse, Région Fortifiées).

En exemple, le 4° RG devient le Dépot du Génie n° 4, la mise sur pied des unités auxquelles il donne naissance à la mobilisation est assurée par le CMG n°4.


Restructuration

En février et mars 1940, l’organisation de la position défensive est modifiée. Cette restructuration verra à partir de mars la constitution de Corps d’Armée de Forteresse (CAF) et de Divisions d’Infanterie de Forteresse (DIF) reprenant les unités de certains secteurs fortifiés/défensifs dissous.
Cette restructuration verra aussi la dissolution des régions fortifiées et l’apparition des Directions des Services Techniques de Forteresse (DSTF) reprenant les compagnies précédemment affectées aux régions fortifiées.
Cette réorganisation verra la dissolution des Etats-Majors des bataillons du Génie non-utilisés dans la nouvelle structure.

S’ensuit une valse des numérotation des bataillons restant affectés sur place et l’éclatement de certains d’entre eux voyant leurs compagnies réparties entre différentes unités.



Les unités du Génie de Forteresse

Corps d’Armée de Forteresse

Le Corps d'armée de Forteresse (sans numéro) est créé à la mobilisation. Il est affecté dés le 14 septembre au SF Montmédy et aura une existence éphémère puisqu'il laissera la place le 20 novembre 39 au 24° CA qui le remplacera. Il ne dispose pas d'unités organiques du Génie.
Le 41° CAF est créé le 20 janvier 1940 et sera dissous le 21 mai 1940.
Les 42° à 45° Corps d'Armée de Forteresse sont constitués le 16 mars 1940 en remplacement de certains secteurs fortifiés dissous.
Le Numéro du bataillon du Génie de Fortification qui leur est attribué est composé du numéro du corps d’armée auquel il faut rajouter 100.

Les mouvements et changements indiqués sont ceux faits dans le cadre de la réorganisation en février mars 1940


141° BGF

Ce bataillon créé le 20 janvier 1940 est affecté au 41° CAF

- La Cie 141/1 provient du 221° BGF de la RF Metz
- La Cie 141/81 est issue des éléments du 41° CA déja affectés sur place
- La Cie 141/82 est issue des éléments du 41° CA déja affectés sur place
- La Cie 141/83 est constitué par les soins de la direction des transmissions du GQG
- La Cie 141/21 (type réduit) est issue du 221° BGF de la RF Metz


142° BGF : 42° CAF (ex SF Crusnes )

- Les Cies 142/1 et 142/2 proviennent du 204° BGF (SF Crusnes)
- Les Cies 142/81 et 142/82 proviennent du 204° BGF (SF Crusnes)
- La Cie 142/83 provient du 221° BGF de la RF Metz


143° BGF : 43° CAF (ex SF Vosges )

- Les Cies 143/1 et 143/2 proviennent du 205° BGF (SF Vosges)
- Les Cies 143/81 et 143/82 proviennent du 205° BGF (SF Vosges)
- La Cie 143/83 provient du 222° BGF (RF Lauter)


144° BGF : 44° CAF (ex RF Belfort )

- La Cie 144/1 provient du 212° BGF (SD Montbéliard) (212/1?)
- Les Cies 144/81 et 144 /82 proviennent du 223° BGF de la RF Belfort
- La Cie 144/83 provient du 223° BGF de la RF Belfort


145° BGF :45° CAF (ex CA du Jura après le 15 décembre 1939)

- La Cie 145/1 provient du 222° BGF (RF Lauter)
- Les Cies 145/82 et 145 /82 proviennent des réserves de l’EM de la 7° Région.
- La Cie 145/83 est constituée par la direction des transmissions du GQG
- La Cie 145/21 (type réduit) est issue de ?



Bataillons de secteur fortifié

Ces bataillons sont affectés à un secteur fortifié et reprennent l'intégralité des unités du Génie qui le servent.
Ils sont numérotés de façon discontinue de 201 à 220.

Les mouvements et changements indiqués sont ceux faits dans le cadre de la réorganisation en février mars 1940


201° BGF : SF Faulquemont

- Cies 201/1 et 201/2
- Cies 201/81 et 201/82


202° BGF : SF Boulay

- Cies 202/1 et 202/2
- Cie 202/81
- Cie 202/82 (Aboncourt)


203° BGF : SF Thionville


204° BGF : SF Crusnes puis SF/SD Montbéliard après mars 1940

- Cie 204/1 provient du 222° BGF (RF Lauter)


205° BGF : SF Vosges puis SF/SD Altkirch après mars 1940

- Cie 205/1 provient du 212° BGF (SD Montbéliard)


206° BGF: SF Haguenau

- Cies 206/1 et 206/2
- Cies 206/81 et 206/82


207° BGF : SF Robrbach

- Cies 207/1 et 207/2
- Cies 207/81 et 207/82


208° BGF : SD/SF Sarre

- Cies 208/1 et 208/2
- Cies 208/81 et 208/82


210° BGF : SF Bas-Rhin jusqu’en mars 40

Devient le 228° BGF le 16 mars 1940


211° BGF : SD/SF Montmédy

- Cie 211/1
- Cies 211/81 et 211/82


212° BGF : RF Belfort puis SF/SD Escaut après mars 1940

- Cie 212/1 passe au SD Altkirch et prend le numéro 205/1
- Nouvelle Cie 212/1 du Sd Escaut provient du 221° BGF (RF Metz)



214° BGF : SF Savoie


215° BGF : SF Alpes-Maritimes


216° BGF : SF Dauphiné


...


220° BGF : SD Corse



Bataillons de Région Fortifiée

Ces bataillons sont affectés à une région fortifiée et reprennent les unités du Génie qui lui sont directement rattachées. La réorganisation de mars 1940 les verra basculer vers les Directions des Services Techniques de Forteresse qui succèdent aux régions fortifiées dissoutes.
Ils sont numérotés de 221 à 224.

Les mouvements et changements indiqués sont ceux faits dans le cadre de la réorganisation en février mars 1940


221° BGF : Région Fortifiée de Metz (RFM)


Affecté à la RF Metz jusqu'en jusqu’en mars 1940 puis à la Direction des Services Techniques de Forteresse n°1 (3° armée)
- Cie 221/1 devient la Cie 212/1 affectée au SF Escaut
- Cie 221/2
- Cie 221/3 devient la Cie 226/1 affectée à la 101° DIF (ex SF Maubeuge)
- Cie 221/4 devient la Cie 141/1 affectée au 41° CAF
- Cies 221/81 et 221/82 deviennent les Cies 227/81 et 227/82 affectées à la 102° DIF - Ex SD Ardennes)
- Cie 221/83 devient la Cie 142/83 affectée au 42° CAF (ex SF Crusnes )
- Cie 221/21 - Compagnie de Parc de Forteresse type réduit
- Cies 221 et 231 (Compagnies d’Electro-Mécaniciens de Région Fortifiée) deviennent les Cies 390/31 et 390/33 et restent affectées à la DSTF n°2 - ex RF Metz


221° BSCF/F Région Fortifiée de Metz

221° Bataillon de Sapeurs de Chemins de Fer de Région Fortifié affecté à la RF Lauter.
Aussi appelé 221° Bataillon de Chemin de Fer de Forteresse , il change de dénomination en février 40 et devient le 607° Groupe de Sapeurs de Chemin de Fer de Région Fortifiée .
Il est affectée à la Direction des Services Techniques de Forteresse n°1 (3° armée) le 16 mars 1940.


222° BGF : Région Fortifiée de la Lauter (RFL)

Affecté à la RF Lauter (RFL) jusqu’en mars 1940 puis à la Direction des Services techniques de Forteresse n°2 (5° armée)
- La Cie 222/1 devient la Cie 142/1 affectée au 45° CAF (ex CA du Jura)
- La Cie 222/2
- La Cie 222/3 devient 229/1 affectée à la 104° DIF (ex SF Colmar)
- La Cie 222/4 devient la Cie 141/1 affectée au 41° CAF
- Les Cies 222/81 et 222/82 deviennent les Cies mixtes 229/84 et 230/84 affectées respectivement à la 104° DIF (Ex SF Colmar) et à la 105° DIF (ex SF Mulhouse)
- La Cie 222/83 devient 143/83 affectée au 43° CAF (ex SF Vosges )
- La Cie 222/21 - Compagnie de Parc de Forteresse type réduit devient 226/21 affectée à la 101° DIF (ex SF Maubeuge)
- La Cie 222 (Compagnie d’Electro-Mécaniciens de Région Fortifiée) devient 390/32 (Reste à la DSTF n°2 - ex RF Lauter


222° BSCF/F Région Fortifiée de la Lauter

222° Bataillon de Sapeurs de Chemins de Fer de Région Fortifié affecté à la RF Lauter.
Aussi appelé 222° Bataillon de Chemin de Fer de Forteresse , il change de dénomination en février 40 et devient le 608° Groupe de Sapeurs de Chemin de Fer de Région Fortifiée .
Il est affectée à la Direction des Services Techniques de Forteresse n°2 (5° armée) le 16 mars 1940.


223° BGF : Région Fortifiée de Belfort

Affecté à la RF Belfort jusqu’en mars 1940 puis à la Direction des Services techniques de Forteresse n°3 (8° armée)
- La Cie 223/1 devient 144/1 affectée au 44° CAF (ex RF Belfort )
- La Cie 223/2 devient 212/1 affectée au SF Escaut
- La Cie 223/21 - Compagnie de Parc de Forteresse type réduit formée à partir de la 222/21 (RF Lauter)
- La Cie 223/81 devient 144/81 affectée au 44° CAF (ex RF Belfort )
- La Cie 223/82 devient 144/82 affectée au 44° CAF (ex RF Belfort )
- La Cie 223/84 est affectée au 144° BGF 44° CAF (ex RF Belfort )


224° BGF : Région fortifiée de la Sarre

Affecté à la RF Sarre (2) jusqu’en mars 1940 puis à la Direction des Services techniques de Forteresse n°4 (4° armée)
- La Cie 224/21 de type réduit



Divisons d’Infanterie de Forteresse

Les Divisions d'Infanterie de Forteresse sont créées en mars 1940 et remplacent certains secteurs fortifiés dissous. La numérotation du bataillon est obtenu en ajoutant 125 au numéro de la division à laquelle il est directement rattaché.

Les mouvements et changements indiqués sont ceux faits dans le cadre de la réorganisation en février mars 1940


226° BGF : 101° DIF (ex SF Maubeuge après mars 40 )

- La Cie 226/1 est issue du 221° BGF de la RFM


227° BGF : 102° DIF (ex SF Ardennes après mars 40 )

- La Cie 227/1 est issue du 221° BGF de la RFM
- Les Cies 227/81 et 227/82 sont issue du 221° BGF de la RFM


228° BGF : 103° DIF (ex SF Bas-Rhin après mars 40 )


229° BGF : 104° DIF (ex SF Colmar après mars 40 )


230° BGF : 105° DIF (ex SF Mulhouse après mars 40 )



Divers

Compagnies d’Electromécaniciens de Région Fortifiée

Ces compagnies rattachées directement aux régions fortifiées seront renommées Compagnies d’Electro-Mécaniciens de Forteresse à partir du 16 mars 1940, date de la dissolution des RF. Elles conservent leur numéro d’origine.
- 221° CEMF : Région Fortifiée de Metz puis Direction des Services techniques de Forteresse n°2 (3° armée)
- 222° CEMF : Région Fortifiée de la Lauter (RFL) puis Direction des Services techniques de Forteresse n°2 (5° armée)
- 231° CEMF : Région Fortifiée de Metz puis Direction des Services techniques de Forteresse n°2 (3° armée)

- 390/6 CEMF - Compagnie d’Electro-Mécaniciens de Forteresse
Cette compagnie est mise sur pied par le CMG n°7 et est affectée à l'Armée des Alpes.
Initialement rattachée à la 6° Armée, elle change de numéro en prenant le 390/10 en passant à la 10 Armée (3)


Compagnies de Sapeurs télephéristes

325° GCT - Groupement de Compagnies de sapeurs Téléphéristes


Compagnies d’écoute et de Radiogoniométrie

Les Compagnies de Radiogoniométrie sont pour la plupart rattachées directement aux armées et portent le numéro 851 suivi du numéro d’Armée
- Cie 851/1 à Cie 851/9
La cie 851/6 puis 851/10 est affectée au front du Sud-Est (Alpes) (à vérifier)

Deux compagnies dépendent directement du commandement du groupement des transmissions du GQG (2° bureau) et sont affectées sur le front du Nord-Est.
- Cie 866/1 - Cie d’écoutes
- Cie 905/1 - Cie de radiogoniométrie



Numération des compagnies du Génie

Les Bataillons du Génie comportent des unités élémentaires (Compagnies) dont la numérotation est celle du bataillon suivie d'un suffixe correspondant à leurs spécialité.
Une partie de ces suffixes dont ceux utilisés dans la forteresse est donnée ci-après.

En exemple: la Cie 206/81 était la compagnie de sapeurs télégraphistes du secteur fortifié de Haguenau (206° BGF)

Comme toute règle souffre ses exceptions, ce principe n'a pas toujours été appliqué, mais il reste valable pour les Bataillons du Génie de Forteresse.


1 - Cie de Sapeurs-Mineurs
2 - Cie de Sapeurs-Mineurs
3 - Cie de Sapeurs-Mineurs
4 - Cie de Sapeurs-Mineurs

21 - Cie de Parc
31 - Cie d’ Électro-Mécaniciens de forteresse (pour mémoire, plus utilisé après la mobilisation)
32 - Cie d’ Électro-Mécaniciens de forteresse (pour mémoire, plus utilisé après la mobilisation)
33 - Cie d’ Électro-Mécaniciens de forteresse (pour mémoire, plus utilisé après la mobilisation)


81 ou T - Cie de Sapeurs Télégraphistes, aussi appelée Cie Fil
82 ou R - Cie de Sapeurs Radios, aussi appelée Compagnie Radio
83 - Cie de Sapeurs Colombophiles (seuls les CAF semblent en être dotés)
84 - Cie mixte Radios et Télégraphistes







1 - La mise sur pied du 48° régiment du Génie était prévue le 1er octobre 1939 (DM n° 2434 3/4S du 2 aout 1939 - SHD 34 N 778-16). Du fait de la mobilisation, ce régiment ne verra pas le jour

2 - La Région Fortifiée de la Sarre créée le 01 septembre 1939 devient le 25 septembre 1939 Région Fortifiée de la 4° Armée et sera dissoute le 27 octobre 1939 (SHD 33 N1)

3 - L’Armée des Alpes aurait du recevoir le numéro 10. Dans les faits, elle n'a pas hérité de ce numéro mais il a été utilisé pour numéroter certaines de ses compagnies organiques. De manière générale, les unités dont le numéro fait apparaître le 10 comme numéro d’Armée peuvent appartenir soit à la Xème armée, soit à l’Armée des Alpes.





Rédaction initiale :

Pascal LAMBERT




Sources :

- Hommes et ouvrages de la Ligne Maginot - Jean-Yves Mary - Alain Hohnadel ,
- ATF 40,
- GUF,
- Note du GQG 2198/1/NE du 9 février 1940 - SHD 33N1 (Réorganisation au 16 mars 1940)
- SHD - 33N..
- DM n° 2434 3/4S du 2 aout 1939 -SHD 34 N 778-16 (Création du 48° RG)





© 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 24/11/2019



Fils de discussion



Unités du Génie - nomenclature & spécialisation
4 messages, le dernier est de Pascal le 20/11/2019






Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu