Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Fortification du Sud-Est - le Programme des 362 millions de Francs (1931)






Le "programme des 362 millions de francs" (MF) est le plan de construction de fortifications dans les Alpes établi par la CORF - avec l'aide des délégations locales de Génie des 14° et 15° Régions Militaires - fin 1930. Il fait l'objet du document 434/FA du 14 Décembre 1930, établi par le secrétariat Sud-Est de la CORF.

Ce document est fondamental car c'est le document fondateur qui fait le lien entre les idées initiales de la CDF, discutées depuis 1928, et l'enveloppe budgétaire négociée avec le gouvernement, faites de 200 MF issus de la loi Maginot et de financements antérieurs abondés de 100 MF additionnels négociés par le Mal PETAIN avec le Ministère et de 62 MF grattés ici et là par la Direction du Contrôle du Ministère sur des budgets divers.

Ce programme encadre toutes les constructions CORF qui seront construites dans les Alpes entre 1931 et 1935.



Attendus de ce programme


La base de ce document est dérivée du "programme restreint de défense du Sud-Est" de la CORF, établi tout début 1930, et dont la 1° Urgence - très criticable techniquement, et critiquée par le Gal DEGOUTTE , car laissant découvert tout une partie de la frontière - n'était elle-même pas entièrement financée par les budgets déjà prévus.

Cette impasse tant technique que financière avait amené le Mal PETAIN à revisiter personnellement la question. Suite à une reconnaissance effectuée sur place dans les Alpes en Mai 1930 avec les généraux DEGOUTTE, BELHAGUE et WEYGAND , il se convainc du manque criant de moyens alloués et de la fragilité de ce qui avait été proposé dans le "programme restreint".

Il donne donc instruction à la CORF de revoir sa copie sur une base qui est un compromis entre l'approche de la CORF et celle du Gal DEGOUTTE :

  • il faut davantage aller vers un front continu dans les Alpes-Maritimes, on devra donc même rajouter des petits ouvrages intermédiaires de liaison de feu par rapport à ce qui était prévu par la CORF.

  • il faut construire raisonnablement puissant, quitte à faire des économies ailleurs.

  • il ne fait pas hésiter à rejeter en 2e cycle les secteurs moins exposés.

  • Comme suggéré par DEGOUTTE, il demande par ailleurs qu'une partie du programme soit réalisé par la Main d'Œuvre Militaire (MOM) ce qui permettra des économies significatives par rapport à une construction intégralement dévolue à des entreprises civiles. Ce point sera cependant intégré avec une infinie prudence par la CORF qui n'a qu'une confiance restreinte dans les capacités de la MOM à construire des choses complexes. Par contre elle aura moins de scrupules à utiliser des bataillons de "troupes indigènes"(sic) pour tracer ou améliorer des routes.


  • Le Gal BELHAGUE reprend donc le travail sur ces bases avec les DTF de Nice, Grenoble et Briançon.



    Le programme en détail


    Le programme du 14 Décembre 1930 comporte deux Urgences, le première étant totalement financée et à construire absolument. Une 2e Urgence est listée dans le cas où des fonds supplémentaires étaient dégagés ou des économies étaient réalisées sur la 1e Urgence. Cette deuxième urgence a la particularité d'être elle-même séparée en deux niveaux : une 2e Urgence ferme, et une 2e Urgence éventuelle. Seule la "ferme" est à considérer à ce stade, et la "éventuelle" se voit par ailleurs pondérée d'une échelle de priorisation additionnelle. Autant dire que se trouver en priorité 3 de la "2e Urgence éventuelle" ne laissait au final que peu de chances de voir une réalisation !

    Ainsi, les secteurs de Tarentaise et d'Ubaye sont d'emblée rejetés en 2e Urgence éventuelle du fait de leur faible exposition.

    Du fait des incertitudes sur le chiffrage des ouvrages, et pour rentrer dans le budget imposé, la CORF a été dans l'obligation de prendre quelques réserves par ailleurs sur ce qui était prioritaire :

  • La région fortifiée de Nice est provisoirement raccourcie d'un ouvrage au Nord. L'ouvrage de l'ARBOIN, qui devait en être le pilier gauche, est reporté en 2e Urgence. Le pilier gauche devient l'ouvrage de MONTE GROSSO.

  • L'ouvrage de CASTILLON, à la soudure entre la trouée de Menton et celle de Sospel, sera provisoirement limité à ses organes d'infanterie. La partie "artillerie" de l'ouvrage est reportée en 2e Urgence.

  • le reste du SF des Alpes Maritimes est restreint au barrage puissant des vallées de Vésubie et de Tinée. Les massifs intermédiaires (Authion, Tournairet, Mont Mounier-Haute Tinée) seront traités en fortification allégée à base d'abris souvent actifs, améliorables en 2e Urgence.

  • les parties les moins complexes à construire d'abris ou d'ouvrages de 2e importance seront réalisées à titre pratiquement gratuit par la MOM. En réalité, il sera prévu souvent des chantiers mixtes : les constructions souterraines faciles étant effectivement faites par la MOM, et les organes en béton armé ou cuirassés étant réalisés par main d'œuvre civile. Prudente, la CORF prévoit d'ailleurs des fonds pour les travaux MOM car si la main d'œuvre est - à peu près - gratuite, il y a du matériel et des matières premières à acheter qui le seront sur le budget spécial de 362 millions.

  • La défense de l'Ubaye est allégée aussi par report en 2e Urgence de deux ouvrages, celui des SAGNES et celui de FOUILLOUZE (Plate-Lombarde), ce dernier pouvant selon décision future être construit par la MOM.

  • Pareillement en Maurienne, l'ouvrage du REPLATON est rejeté en 2e Urgence comme celui d'ARRONDAZ, ce dernier pouvant être repêché par le biais d'une construction par la MOM

  • des économies sur l'approvisionnement en munitions sont faites : quand plusieurs armes battent la même direction, seule une d'entre elles a son approvisionnement en munitions complet. Les autres se contentent d'un demi-approvisionnement le complément étant par contre inscrit en 2e Urgence. Ceci permet aussi d'ajourner temporairement une partie des dépôts de munitions et magasins d'ouvrages.


  • Outre les ouvrages, le programme inclus bien sur les abris, les observatoires, les travaux d'infrastructure routière, électrique, de communication, ainsi que les téléfériques à construire et les DMP .

    Ces préalables étant posés, le bilan financier est le suivant :

    - la première urgence représente 362 millions de francs, tel que demandé et aux conditions et réserves listées ci-dessus.
    - la 2e urgence ferme, qui est nécessaire à la réalisation de ce qui est demandé par le Mal PETAIN comme suite à sa reconnaissance et pour combler les économies faites en 1e Urgence, se monte à 61 millions. Il faudra aller chercher un financement complémentaire.
    - la 2e Urgence éventuelle, qui est le complément de ce qui précède sur les secteurs moins critiques (massif de l'Authion, Queyras et Tarentaise) permettant d'arriver au "programme restreint" de début 1930. Ceci représente 41 millions de plus.

    Tarentaise


    La position s'étend du col du Bonhomme au Nord jusqu'à Villaroger au Sud, sensiblement sur le cours du Versoyen et de l'Isère. Ce tracé est parfaitement conforme aux préconisations du rapport DEGOUTTE de fin 1927 et de la CDF en 1929 et 1930.


    Programme 362 MF - Tarentaise

    Résumé du programme des 362 MF en Tarentaise



    Maurienne


    La position s'étend de l'Orgère au Lavoir en passant par l'Est de Modane. Ce tracé est différend des préconisations du rapport DEGOUTTE de fin 1927 et de la CDF en 1929. Il a fait l'objet d'un raccourcissement par souci d'économie en 1930.


    Programme 362 MF - Maurienne

    Résumé du programme des 362 MF en Maurienne



    Dauphiné / Hautes-Alpes


    La position s'étend des Rochilles au Janus puis aux Aittes en Briançonnais, puis à l'Est de Château Queyras dans le Queyras, et enfin de Plate Lombarde à Meyronnes puis au col de Restefond en Ubaye. Ce tracé est différend des préconisations du rapport DEGOUTTE de fin 1927. La CDF l'avait assez sérieusement remis en cause en 1928 et le programme en reprend les lignes, notamment sur la crête Granon-Buffère et Janus-Gondran. Côté Ubaye, le tracé se cale sur le rapport de la CDF de 1929.


    Programme 362 MF - Dauphiné

    Résumé du programme des 362 MF en Dauphiné



    Alpes-Maritimes


    La position s'étend du Cap-Martin à l'Arboin en passant juste sur Sospel, puis traverse la Vésubie au Sud de Roquebillière et la Tinée à Rimplas. Les position principales listées sont séparées de positions légères de montagne sur l'Authion, le Tournairet et la crête entre le Mt Mounier et la tête de Sanguinière, à la frontière avec la 14° Région Militaire. Ce tracé est assez différend des préconisations du rapport DEGOUTTE de fin 1927, dont le tracé est en général beaucoup plus proche de la frontière de l'époque. Entre mer et Authion, le programme intègre la quasi totalité des ouvrages qu'on connait de nos jours.


    Programme 362 MF - Alpes-Maritimes

    Résumé du programme des 362 MF dans les Alpes-Maritimes Sud



    Le tracé reste réservé sur l'Authion en absence de consensus total sur celui-ci, cela explique les atermoiements et débats ultérieurs qui ne seront tranché que très tard en 1938. Les ouvrages de 3 Communes et de l'Arboin, ainsi que les abris sous les forts de la Forca et de Millefourches sont placés en 2e Urgence et ne sont pas implantés sur le tracé défini par les Alpins et la CDF, qui passe plus à l'Est et au Nord. Le reste du tracé est tout à fait conforme à celui établi par la CDF en 1929.

    Le démarrage tardif des chantiers de haute-montagne menés par la MOM, la productivité plus faible de ce type de chantiers et la courte durée des saisons favorables à la construction expliquent l'état général d'inachèvement des ouvrages hors des barrages de vallée proprement dits.


    Programme 362 MF - Tarentaise 2

    Résumé du programme des 362 MF dans les Alpes-Maritimes Nord


    Le volet logistique d'équipement de la position défensive est tout à fait impressionnant, notamment au niveau du réseau routier ou téléférique créé pour l'occasion.


    Programme 362 MF - Alpes-Maritimes - 3

    Résumé du volet logistique du programme des 362 MF dans les Alpes-Maritimes





    Réalisation et suites


    Ce programme est approuvé formellement le 26 Janvier 1931 et sera mis en œuvre entre 1931 et 1935, reprenant au passage à son compte les chantiers qui avaient démarré avant (RIMPLAS, et les ouvrages lancés en 1930 sur la trouée de Menton et Sospel.

    Les mésestimations de budget - en 1930 les couts sont encore très vagues car les formes de construction ne sont pas complètement finalisées - et l'inflation sur les coûts de construction amènent l'état-major à progressivement reporter en 2e cycle un certain nombre d'ouvrages complets, de parties d'ouvrages, d'abris ou d'observatoires prévus, comme cela sera le cas dans le Nord-Est. Les Alpes-Maritimes représentant 70% du devis, c'est là que les plus grosses coupures seront réalisées. Passent ainsi par pertes et profit la quasi-totalité des "ouvrages intermédiaires" amenés par le Mal PETAIN, et des abris et observatoires de la partie Mer-Authion. Certaines routes et téléfériques seront aussi ajournés.

    Les secteurs laissés pour compte dans cette première phase de construction CORF (Authion, Buffère-Granon, Queyras, Tarentaise) seront équipés ou fortifiés ultérieurement à partir de 1937-38, généralement au standard léger de la MOM, et parfois au standard CORF dans de rares cas. Cela sera défini et engagé dans le cadre du "Programme d'Avenir" du Gal MITTELHAUSSER et mené à la suite menée par le Gal BESSON en 1939-40 (Programme des 200 millions de F).




    Rédaction initiale : Jean-Michel Jolas - © wikimaginot.eu - Janvier 2020

    Sources :
    SHD - carton 4V1510 et 7N3827
    Rapport 434/FA de la CORF décrivant le contenu du programme et son budget.



    Page n° 1000746 mise à jour le 31/01/2020 - © wikimaginot.eu 2020




    Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
    Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

    Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
    Nous contacter au bas de cette page
    pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

    Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu