Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




66° Division d'Infanterie Alpine

(66° DIA)






La 66° DI est la division qui occupe la Maurienne à partir d'Avril 1940, en liaison avec le SF Savoie au nord (à la Vanoise) et avec le SF Dauphiné au sud (au Galibier).


Insigne 66° DI

Insigne de la 66° DI


Mobilisation et drôle de guerre


La 66° DI était une division de série B mise sur pied en XVI° Région Militaire le 2 septembre 1939.

- QG, Génie, Train et Services : Montpellier
- 215° RI: Mende par le CMI 161
- 281° RI : Béziers par le CMI 162
- 343° RI : Lodève par le CMI 163
- 53° GRDI : Carcassonne par le CMC 16
- 9°RA et 209° RAL : Castres par le CMA 16

La division était, à sa création, sous le commandement du Général SPITZ puis à partir du 16/11/1939 du Général BOUCHER. Comme toutes les Divisions de série B, le déficit en équipement, matériel, armement et véhicules y était important.
Du 11 au 17/09/1939 : Mouvement pat VF et VT vers les Alpes Maritimes pour relever la 2° DIC.
Du 7 au 14/09/1939 : Mouvement par VT vers la région de Brignoles pour l’instruction intensive des unités (complément de connaissances militaires, exercices, tirs, manœuvres, études de l’armement, etc..), nombre des mobilisés étaient des classes 20 et 30 et avaient eu des périodes de réserves lointaines.

Du 8 au 12/11/1939 : Mouvement par VF vers la région de Grenoble.
Le 8/02/1940 : le 281° RI est dirigé vers Amphion, Cluses, Sallanches pour être mis à la disposition du SDR.
Le 16/02/1940 : Mouvement par VT vers la région de Gex.
Le 29/02/1940 : Relève de la 64° DI entre La Faucille et le sud du lac Léman.
Du 26 au 30/04/1940 : Mouvement par VF et VT vers la Maurienne pour remplacer la 28° DIAlpine. La 66° DI fait désormais la liaison au nord avec le SFS et au sud avec le SFD.
Le 30/04/1940 la prise en compte du secteur est effective.

La mission du secteur «Maurienne» est :

  • barrer solidement l’axe routier du Mont Cenis par l’occupation des ouvrages de LA TURRA, des REVETS, du MOLLARD et des ARCELLINS.

  • retarder les mouvements débordants (mission des SES)

  • couvrir la frontière en direction du col de l’Iseran et de la vallée de l'Isère


Le secteur est lui-même divisé en 3 sous-secteurs :
- Sous-secteur Haute Maurienne : mission retardatrice vers le Mont Cenis et la haute vallée de l’Arc puis renforcement de la LPR après repli.
- Sous-secteur Moyenne Maurienne : défense de Modane vers l’est, le sud-est et le Sud.
- Sous-secteur Basse Maurienne : défense de arrières de Modane et interdiction du débouché vers St Jean de Maurienne.

Le secteur géographique de la Division est désormais:
- Limite Nord en liaison avec le SF Savoie , à savoir : Cime d’Ouin, Col de l’Iseran, pointes du Chatelard, pointe du Grand vallon, Pointe de Lancerlia, Dôme de Chasseforêt, aiguille de Peclet, pointe de Thorens, puis limite entre les arrondissements de Moutiers et d’Alberville d’une part Saint Jean de Maurienne et Chambéry d’autre part jusqu’à la pointe Chaurionde
- Limite Sud en liaison avec le SF Dauphiné, à savoir, Crête des Muandes, Grand Galibier , col du Galibier.
Entre cette période et l’entrée en guerre de l’Italie les unités effectuent la mise au point de la défense, des travaux et la préparation des destructions.

Le 10/6/1940 : déclaration de guerre de l’Italie



Structure et ordre de bataille au 10 Juin 1940

A cette date l’ordre de bataille de la Division est le suivant :

• Cdt la 66° DI : Général BOUCHER

• Cdt l’A.D. : Col MILLOT
• Cdt l’I.D. : Col BALTAZAR
• Chef d’état-major : Cdt De CUGNAC

Infanterie :

• 281° RI : Lt Col ROUSSEL
• 343° RI : Lt Col DUSSAUD

Artillerie:

• 209° RALD : Col GUGUEN

Cavalerie :

• 53° GRDI : Chef d’Esc De la MAISON NEUVE

Génie :

• Cie Sapeurs Mineurs 66/2
• Cie Télégraphistes 66/81
• Cie Radio 66/82

Train :

• Cie Hippomobile 66/16
• Cie automobile 166/16

Santé :

• Groupe sanitaire divisionnaire 66


Auxquels il faut rajouter des unités détachées du SF de Savoie et du XIV° CA :

Infanterie :

• 30° Demi-brigade Alpine de Forteresse: Col LAFLAQUIERE

o 71° BAF : Cdt BOUTAIRE
o 81° BAF : Cdt SIMIAN
o 91° BAF : Cdt MICHOULIER

Artillerie :

• 164° RAP : Lt-Col De FEYDEAU

• I° Groupe du 164° RAP : Cdt LEPRINCE
• II° Groupe du 164° RAP : Cap ANGLADE

• I° Groupe du 114° RALH : Cdt BOYER
• III° Groupe du 114° RALH : Cdt VACHON
• 2ième section de la 7ième Bie III/372° RALVF: Lt JANSSEN

Pionniers :

• III/440° RPionniers : Cne NOITON

Génie :

• Cie Sapeurs Mineurs 214/2
• Cie Télégraphistes 214/81
• Cie Radio 214/82

Train :

• Cie muletière 173/17, 174/17, 176/18, 141/54


Pour mémoire la 66° DI détache au SFS le 215° RI, la III/9° RAD et la CSM 66/1.
Les I et II/9° RAD seront détachées pour être envoyés combattre les Allemands dans le nord.


Infanterie du secteur

Infanterie 66° DI




Infanterie 66° DI





Artillerie du Secteur

L’artillerie de la 66° DI était sous le commandement du Colonel MILLOT. A sa création celle-ci comportait les 9° RA, 209° RAL et la 10° Batterie Antichars du 9° RA.

Le 30/04/1940, à la prise en compte du secteur, le 164° RAP (du SF Savoie) lui sera rattaché, ainsi que les I et III/114° RAL (du XIV° CA)
Le 08/06/1940, le 9° RA lui sera retiré, les I et II°/9° RA partant dans le nord et le III/9° RA détaché au SF Savoie. Il conservera toutefois la 10° BADC.

Les unités et la répartition des pièces au 10/06/1940 étaient donc les suivantes :

Artillerie 66° DI




Artillerie 66° DI




A ceci, il convient de rajouter pour mémoire le 372° RALVF, rattaché au secteur et dont le 7° Bie du III° Groupe (1 pièce de 340 B Mle 1912) est basée à la gare de Fourneaux.



Historique

Le dispositif italien

Les divisions italiennes face à la 66° DI appartenaient au I° Corps d’Armée du Général VECCHIARELLI. L’objectif des troupes du Duce était de prendre pied dans la vallée de l’Arc, selon un dispositif d’attaque sur 3 axes, de Bessans à Saint Michel de Maurienne pour prendre en tenaille Modane et ensuite descendre sur Saint Jean de Maurienne puis Chambéry.

Face aux troupes Françaises se trouvaient :
- Au centre, les groupes de bataillons « Val Susa » (3ième Groupe Alpin) et XI°cc.nn «Casalmonferrato» (chemises noires) devaient descendre le vallon d’Ambin pour rejoindre l’Arc à Bramans et empêcher toute menace venant de la haute vallée.
La 11° DI « Brennero » en deuxième échelon sera engagée à partir du 22/06/1940 avec comme objectif d’exploiter le passage du Mont Cenis et descendre sur Lanslebourg.
La 24° DI « Pinerolo » était en réserve tout comme la 102° DMotorisée «Trento».
- A droite se trouvait la 59° DIMontagne « Cagliari » avec comme objectifs de permettre le passage du col du mont Cenis aux moyens lourds et descendre le Val D’Ambin sur le Verney, Bramans et l’Esseillon.
- Sur la gauche la 1° DIMontagne « Superga » avec comme objectif Modane via les Cols du Sud (le bataillon d’Alpini «Val Dora» était également intégré au dispositif). Elle devait également descendre sur Saint Jean de Maurienne par Valmeinier, cette mission étant confiée aux bataillons d’Alpini «Esille» et «Val Fassa» du 3ième Groupe Alpin.



Récit des combats

- Le 10/06/1940 : L’entrée en guerre de l’Italie est suivie de l’évacuation des populations civiles de la haute vallée. Celles-ci seront évacuées par train spécial depuis Saint Michel de Maurienne vers la Haute-Loire.

- Le 11/06 : Mise en œuvre des destructions programmées de l’accès au col du Mont Cenis.
A Modane, le Génie fait sauter l’entrée nord du tunnel ferroviaire.

- entre le 11/06 et le 20/06 : Les SES observent une intense activité côté italien, leurs patrouilles échangent les premiers de coups de feu (le 11 la SES 91° BAF tire sur des Italiens ayant passé le col des Muandes) et font leur premier prisonnier le 19/06 vers le col du Fréjus.

- Le 20/06 : L’AP de LA ROUE est menacé par un détachement ennemi, l’ouvrage ouvre le feu faisant un tué et des blessés. Notre artillerie prenant le relais les font refluer de l’autre côté de la frontière.
La SES II/99° RIA fait quinze prisonniers dans les vallons d’Ambin et de Savines lors de deux incursions Italiennes.

- Le 21/06 : En Haute Maurienne, ou l’offensive est la plus forte, le commandement Italien a prévu , en plus de forcer le passage du col du Mont Cenis de le contourner par les vallons du Ribon sur la droite et d’Ambin sur sa gauche.
Le bataillon «Val Susa» descend sur Bessans par le vallon du Ribon, obligeant la SES 47° BCA et le détachement du 53° GRDI à se replier sur Lanslebourg comme cela était prévu. Décrochage également de la 10° Cie du 281° RI occupant les intervalles, laissant les équipages de LA TURRA, des REVETS et du PA des ARCELLINS avec pour mission de résister sans esprit de recul. Ceux-ci subissent de nombreux assauts qui restent à l’état d’échecs. L’ouvrage de La TURRA ouvre le feu avec ses 2 x 75/97 (il tirera 150 coups pour la journée) sur tous les regroupements dont des colonnes de chars légers Italiennes bloquées par nos champs de mines, il est pris à partie par les pièces de 149 des forts Italiens du Paradiso qui arrosent également les REVETS.
L’offensive dans le vallon d’Ambin est la plus la plus importante, celui-ci étant le plus dégarni car n’ayant que 6 SES et quelques détachements du 281° RI, les Italiens y envoient pas moins de 6 bataillons. Les unités refluent en combattant pour se regrouper sur la rive droite de l’Arc.
Le général BOUCHER donne alors l’ordre de repli du détachement de Haute-Maurienne. En effet dès le 10/5/40 le commandement avait décidé, en cas d’attaque sérieuse, d’abandonner toute la haute vallée de l’Arc jusqu’au verrou de Pont du Nant situé sous le fort Victor Emmanuel, laissant les PA et les ouvrages du Mont Cenis retarder la progression ennemie. Celui-ci a lieu de nuit dans de bonnes conditions, le Génie dynamitant les ponts de la haute vallée.
En Moyenne Maurienne, offensive de l‘infanterie sur les cols de Pelouse, Fréjus, la Roue, Vallée Etroite, Peyron. Action de l’infanterie et de l’artillerie Italienne sur les AP du FREJUS, LA ROUE et la VALLEE ETROITE, l’ennemi est repoussé par les mitrailleuses des ouvrages et notre artillerie.
Les forts du SAPEY, du REPLATON ainsi que Modane sont bombardés par l’aviation italienne.
En Basse Maurienne les Italiens se regroupent sur les cols de Névache, Valmeinier et des Muandes. Les détachements de SES observent des préparatifs : des hommes très chargés progressent difficilement dans la neige vers ces cols.

- Le 22/06 : En Haute Maurienne les ouvrages et PA du Mont-Cenis tiennent toujours, et bloquent la RN6. Alors que l'AP des REVETS subit une attaque d’infanterie, 4 blindés légers tentent de forcer le passage, le premier se présente devant le champ de mines et est projeté en l’air, les suivants font demi-tour. Dans l'après-midi, les blockhaus A2 des ARCELLINS, puis les A1 et C du MOLLARD sont pris par surprise à la faveur du brouillard par des éléments italiens descendus de la zone de la TOMBA. Leurs équipages (éléments de la 1° Cie du 281° RI) sont faits prisonniers.
La TURRA est pilonné par l’artillerie de campagne et de forteresse puis est attaqué par de l’infanterie qui est repoussée par l’équipage. Durant la nuit une pièce de 75/97 est déplacée en extérieur et tire une rafale de 25 coups sur des assaillants.
En Moyenne Maurienne dans des conditions météo exécrables (neige, brouillard) les AP du FREJUS, LA ROUE et la VALLEE ETROITE font face à de nouvelles attaques d’infanterie après avoir subi le bombardement de l’artillerie. Une pièce de 47 est même amenée au col de La roue mais celle-ci est détruite par le pilonnage de notre artillerie qui encore une fois stoppe l’offensive.
La pièce de 340 d’ALVF commence ses tirs sur la région de Suze avec 5 coups.
Sur Bissorte la SES 81°BAF est accrochée, les Italiens parviennent au lac mais sont repoussés par la contre-attaque d’un groupe du 343° RI et les pièces du 114° RAL qui arrosent le secteur entrainant leur repli.
En Basse Maurienne les italiens sont passés durant la nuit par les cols des Muandes et de Nevache et se sont installés au col de la Madeleine. Une attaque sur Notre-Dame-des-Neiges a lieu. Les 75/97 du Désert et les 105/13 des Verneys ouvrent le feu sur italiens descendant des cols frontière. Un mortier de 81 est même hissé par la SES 1/343° RI sur l’arête de la Madeleine et se met à arroser les regroupements d’Italiens, pris à partie également par les SES positionnés sur les crêtes dominantes. Le col de la Madeleine est reprit par une action simultanée des SES 91° BAF et 343° RI qui se solde par une douzaine de prisonniers.
Devant ce déluge de feu Les alpinis refluent sur le col de Valmeinier pour s’y abriter.
Les Italiens mènent, dans cette zone, une offensive perdue d’avance en raison de la neige restant en altitude, des conditions météos exécrables et ne bénéficiant d’aucun soutien de leur artillerie.

- Le 23/06 : En Haute Maurienne les ouvrages des REVETS et de LA TURRA tiennent toujours malgré le mauvais temps et l’isolement, la ligne téléphonique les reliant étant coupée. Une nouvelle tentative de prise de La TURRA a lieu au petit matin mais la pièce de 75/97 sortie la veille de sa casemate tire à nouveau une centaine de coups brisant l’élan des Italiens. La pièce est remise dans sa casemate à la faveur du brouillard. Dans l’après-midi des détachements d’infanterie et 20 à 25 chars légers sont aperçus à la faveur d’une éclaircie, les 75/97 ouvrent le feu et détruisent une partie de la colonne qui reflue. La batterie du Paradisio pilonne l’ouvrage de façon plus précise causant des dégâts matériels important mais aucun blessé. Une attaque est lancée sur la nouvelle position d’AP à l’Hortière et à l’Esseillon mais la 7/281° RI et des éléments du 71° BAF résistent, appuyés par l’artillerie des ouvrages et de l'artillerie de position. L'attaque fait encore de nombreux morts et blessés parmi les assaillants, ceux-ci se replient vers Bramans.
En Moyenne Maurienne, les Français positionnés dans les AP ou dans les intervalles, tout comme les Italiens, souffrent du froid, les températures en altitude étant négatives et des bourrasques de neige ont toujours lieu.
Toute la journée les Italiens tentent d’avancer mais ils sont repoussés par notre Artillerie et des contre-attaques locales. Une infiltration Italienne est observée à la charnière entre les sous-secteurs Haute et Moyenne Maurienne (environs de l’Hortière) entrainant un renforcement des PA.
Sur Bissorte une infiltration est également repoussée par l’artillerie. Toute la journée l’artillerie Italienne tire sur les positions Françaises (dont Modane et Fourneaux), les ouvrages recevant nombreux projectiles.
Les Français ne sont pas en reste répliquant également par des barrages d’artillerie.
La pièce de 340 d’ALVF tire de nouveau 5 coups sur la région de Suze.
En Basse Maurienne, la pression de l’offensive semble avoir diminuée, néanmoins les pièces de 155/77 du TELEGRAPHE dispersent les regroupements, de nombreux isolés Italiens se rendent.

- Le 24/06 : En Haute Maurienne, LA TURRA est soumis à un nouveau bombardement intense durant plusieurs heures suivi d’une attaque d’infanterie encore une fois repoussée grâce au 75/97 ressorti de sa casemate et qui arrose les assaillants d’une centaine de coups.
En Moyenne Maurienne la nuit est rythmée par les tirs de l’artillerie Française sur les cols.
A la faveur de la nuit et du brouillard les Italiens arrivent à proximité ou sur les dessus du FREJUS, de la VALLEE ETROITE, d’ARRONDAZ et du PAS DU ROC. Les ouvrages alentours s’arrosent mutuellement avec leurs jumelages et mortiers. Le FREJUS est pris sous le feu d’un 47 positionné au col du même nom.
L’artillerie Italienne pilonne durant plusieurs heures le LAVOIR Charmaix, Pra Dieu, les chalets d’Arrondaz et le PAS DU ROC. A 20h30 le PC informe toutes les unités que le cesser le feu aura lieu à 0h35.
Toutes les pièces d’artillerie du secteur se mettent à épuiser leurs munitions en tirant à grande cadence jusqu’à 0h35. La pièce de 340 d’ALVF tire 25 obus.
Au LAVOIR un des mortiers de 81/32 explose blessant 3 artilleurs
En Basse Maurienne de nombreux isolés sont encore fait prisonniers. En fin d’après-midi le fort du TELEGRAPHE est lui aussi informé que le cesser le feu aura lieu à 0h35. Là aussi toutes les pièces d’artillerie du sous-secteur tirent sur les positions occupées par les Alpinis jusqu’à épuisement de leurs munitions.

- Le 25/06 à 0h35 : cessation des hostilités, le calme revient dans tout le secteur..

En Haute Maurienne, LA TURRA a capté par radio l’ordre de cesser le feu. Les Italiens relèvent leurs morts et blessés. Un officier vient sommer la garnison de se rendre. Le S/Lt PRUDHON lui répond qu’il n’a qu’un seul ordre, celui de défendre l’ouvrage. Les Italiens font demi-tour néanmoins en raison du mauvais temps l’officier Français les autorise à s’abriter dans les baraquements, leur portant même du ravitaillement, du pain et du café chaud. Les jours suivants la garnison reste isolée mais sait que des pourparlers sont en cours pour leur évacuation. Celle-ci a lieu le 1/07/1940, avec armes et bagages, un détachement Italien leur rendant les honneurs. Les officiers sont même invités à déjeuner par le Général VECCHIARELLI. Au cours du repas les officiers italiens sont stupéfaits d’apprendre que seules deux pièces de 75/97 constituaient l’artillerie de l’ouvrage. Après la réception la garnison est reconduite, avec l’équipage des REVETS, en camion à la séparation des lignes, au pont de Nant, ou elle passe à nouveau devant un détachement italien présentant les armes.

En Moyenne Maurienne des négociations ont lieu avec les Italiens afin de laisser évacuer les blessés et gelés sur Modane. Les Français acceptent afin de les soigner dans les hôpitaux de la vallée mais impose le retour sur les cols des valides.

En Basse Maurienne toute la journée les Italiens évacuent leurs blessés et morts.

A partir du 26/06/1940 les unités se regroupent pour évacuer la vallée. La 66° DI quitte la Maurienne fin juin 1940 et se regroupe dans la région de Challes les Eaux. Le 343° RI et le 53° GRDI réoccupent la zone entre le Rhône et le lac du Bourget, libérée par les Allemands. La démobilisation à lieu à partir du 8/7/1940.




Rédaction initiale : Marc ENDINGER le 31/3/2020

Nota: ce résumé historique ne saurait être exhaustif, celui-ci étant une synthèse, entre autre, de diverses sources quelquefois discordantes (surtout au niveau des dates).

Sources : « Les grandes unités Françaises historiques succincts » SHAT ; « Savoie Juin 40 l’ultime victoire » Laurent DEMOUZON; « Languedociens et Savoyards , la bataille des Alpes en 1940 » Henry P.BOURJADE ; « La bataille des Alpes » E. PLAN et E. LEFEVRE ; « Hommes et ouvrages de la ligne Maginot » A. Hohnadel, J-Y. Mary, J. Sicard ; « extrait du journal de marche du 164° RAP , rôle joué par la section de 75/97 au fort de LA TURRA » Lt Cl de FEYDEAU ; document manuscrit «Petit historique de la SES 28° BCA » J. RIONDET ; « La bataille des Alpes » (E. PLAN et E. LEFEVRE), « Juin 1940 La guerre des Alpes » (LE MOAL – SCHIAVON)




Secteur(s) concérné(s) :SFS




Page n° 1000807 mise à jour le 22/07/2020 - © wikimaginot.eu 2020




Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu