Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Société d'Optique et de Mécanique de Précision

(SOM)






La Société d'Optique et de Mécanique de Haute Précision (SOM) était une société spécialisée dans les systèmes optiques.


Historique

La maison Berthiot a été fondée au 19 siècle par Claude Berthiot. Elle produit des objectifs photographiques renommés pour leur qualité dés 1857.

Il est rejoint en 1884 par son neveu Eugène Lacour qui reprend la direction dix ans plus tard en 1894, la dénomination de l'entreprise installée rue Amelot à Paris devenant alors Lacour-Berthiot.

En 1908, l'entreprise familiale change de statut et devient une société anonyme au capital de 500 000 francs sous la dénomination Établissements Lacour Berthiot. Elle est alors établie Rue Froissard à Paris avec une succursale à Turin (Italie).

En 1913, Schneider et Cie cherchant à étendre leurs activités dans le domaine de l'armement s'associe avec les Etablissements Lacour Berthiot et fondent ensemble la Société d'Optique et de Mécanique de Haute Précision, SOM en abrégé qui sera aussi dénommée Anciens établissements Lacour-Berthiot.

Cette société anonyme au capital de 2 500 000 Frs est controlée à 50% par Schneider et Cie et complète leur gamme de systèmes d'armement dans le domaine de l’optique ou de la mécanique de précision comme les gyroscopes.
Ces matériels marqués SOM MG, MG pour Ministère de la Guerre.
Suite à cette prise de contrôle, une usine spécialisée dans l’optique est construite 125 à 133 Rue Davout à Paris

Lors du premier conflit mondial, la SOM prend une part prépondérante dans le domaine des systèmes optiques militaires.
Elle implante à Toulon en 1929 un atelier de réglage des instruments destinés à la Marine Nationale.

SOM - Société d'Optique et de Mécanique de Haute  Précision

Encart publicitaire de la société SOM
Daté de 1929



En 1934, SOM rachète le fabricant d'objectifs de projection et de photographie Hermagis dont elle reprend les deux usines de Dijon installées 45, avenue Stalingrad et rue Nicolas-Berthot.

En 1934 puis en 1936 elle étendit son usine du boulevard Davout.

En 1936, le capital social de SOM s'élève à 10 375 000 Francs.

En 1937, elle ajouta à ses moyens de production les ateliers mécaniques de précision de la rue de la Croix-Nivert à Paris qui avait été construits en 1913 par Schneider & Cie.

Après le second conflit mondial, son activité connait une forte progression. Elle produit alors des équipements militaires, des objectifs pour la photographie et le cinéma ainsi que des systèmes professionnels comme les niveaux et théodolites pour le génie civil.

Elle sera l’un des leader dans le domaine de la photogrammétrie, technologie permettant la production de cartes d’aprés de vues aériennes, développée en collaboration avec l’IGN.

En 1954, SOM occupe plus de 1 300 personnes sur ses différents sites. Le siège social de l'entreprise et les services centraux sont toujours à Paris, boulevard Davout où se trouve aussi un site de production spécialisé dans l'optique où sont employées environ 600 personnes.
Le site de production installé rue de la Croix-Nivert à Paris est spécialisé dans la mécanique de précision et compte prés de 400 personnes.
L'usine de Dijon est spécialisée dans la fabrication des objectifs photographiques et cinématographiques occupe environ 300 personnes.

SOM fusionne en 1964 avec la société d'Optique et de Mécanique de Lavallois (OPL) pour donner naissance à la Société Optique , Précision, Electronique et Mécanique (SOPEM).
Cette nouvelle entité change de nom peu après et devient la SOPELEM.

La SFIM (Société Française des Instruments de Mesure) prend le contrôle de SOPELEM en juin 1991.

En 1993 , le chiffre d'affaire de SFIM est de 1,6 milliard de francs, dont 42% dans le secteur de l'armement.
Les années suivantes verront toutefois les marchés fondre et SFIM connaitre des difficultés.

En 1995, SFIM devient SFIM-ODS après le rachat dans les années précédentes de Matra Optique, Sopelem, Sofretec, Inspectronic, Kinoptics, Bodson et Clave.

SFIM-ODS est absorbée en 1999 par le groupe SAGEM, puis disparait en 2005 au sein du groupe Safran Electronics & Defense.

Elle fabrique encore à Dijon des appareils confidentiels pour la Défense Nationale.


Production

Production civile

Réputée pour ses objectifs photographiques et cinématographiques, la SOM a. Aussi fabriqué divers systèmes optiques à usage civil (jumelles, appareils photo, théodolites, niveaux, télémètres, sismographes, réfractomètres...).

En dehors de l'optique, elle a aussi développé et fabriqué nombre de système mécaniques de précision (équipements pour laiterie, systèmes amortisseurs, plateaux diviseurs pour machines outil, dispositifs gyroscopiques) ainsi que du matériel hydraulique de transmission.


Production militaire

La SOM a produit et réalisé nombre de systèmes optiques optique à usage militaire. La liste est longue, on notera des télémètres, des goniomètres panoramiques, niveaux de pointage, longues vues binoculaires, sections de réglages d'artillerie par coups fusants hauts, théodolites et niveaux topographiques, instruments optiques de chars, lunettes de visée, chambres balistiques pour l'étude des trajectoires et appareils de restitution, périscopes d'attaque ou de veille pour sous-marins, appareils et objectifs spéciaux de prise de vue aérienne, appareils de visée.
Les clients étaient répartis dans le monde entier. On verra ainsi en 1936 SOM faire une proposition de fourniture de périscopes à la Tchécoslovaquie pour l'équipement de sa ligne fortifiée.



Dans le cadre de l'équipement de la fortification Maginot, la SOM a fourni des systèmes otiques tels que des lunettes et des périscopes.

SOM - Société d'Optique et de Mécanique de Haute  Précision

Périscope type C n°5
Marquage du fabricant SOM
Noter le MG pour Ministère de la Guerre



Les prix de base pour les périscopes étaient en 1936 établis comme suit (1) :

  • Periscope type B - 70 000 Francs

  • Periscope type C - 75 000 Francs

  • Periscope type M - 30 000 Francs

  • Periscope type N - 28 000 Francs

  • Support goniométrique - 7 500 Frs




Rédaction initiale

Pascal LAMBERT




Sources

Unistra.fr
Wikipedia
Web.archive.org (Gérard Bandelier)
Galerie-photo.com

(1) SOM courrier AT/SD - Proposition de fourniture de périscopes de fortification à l'Etat Tchécoslovaque - 7 février 36












Page n° 1000824 mise à jour le 02/06/2020 - © wikimaginot.eu 2020



Fils de discussion








Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu