Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Secteur Fortifié des Flandres

(SFFL)






Généralités


Le secteur défensif (puis fortifié) des Flandres (SFFL) s'étend de la mer du Nord jusqu'à la limite Nieppe/Armentières au Sud. C'est un secteur peu et qui plus est tardivement fortifié. On y trouve que des blockhaus MOM de petite taille et quelques gros blockhaus STG au Mont Noir et autour de Cassel.

Ce secteur est éloigné des régions considérées comme dangereuses, et largement accessible du fait du peu de relief. La plaine côtière entre Dunkerque et la frontière est marécageuse et permet une défense aisée articulée autour d'inondations défensives.

Les collines plus au sud, avec les Mont Noir, Mont de Boeschepe et des Cats et enfin le Mont Cassel permettent d'appuyer une bretelle Est-Ouest qui sépare la plaine côtière de l'intérieur.

En temps de paix, le SD des Flandres dépend de la 1ère Région Militaire (Nord, Pas de Calais)

Notons la récupération de blockhaus construits pendant le premier conflit mondial sur les dunes de Bray-Dunes.




Organisation


En Septembre 1939, le commandement SDFL est :

- Commandant de Secteur : Général RAPENNE Léon puis Gal BARTHELEMY Robert à compter du 06 novembre 1939
- Chef d'Etat-Major : Cdt CHAMBOREDON
- Infanterie Organique :

* 14° RRT : Lt-Col MIROU
* 15° RRT : Lt-Col PLOYART
* 221° RRT : Cdt CHAUVIN
* 21° Cies des 65e, 110e et 129e RI

- Commandant de l'Artillerie : Lt-Col RAUGEL
- Génie : 174° Bon de Sapeurs-Mineurs
- 5 compagnies de travailleurs espagnols et 2 de travailleurs français.



Histoire


Le tracé initial de la ligne dans le Nord, défini en 1923 par la CDT, et confirmé en 1926 par la CDF, passe droit de Hirson à Valenciennes et la forêt de Raismes via la forêt de Mormal, et continue vers St Omer en passant au sud de Lille et le long de la forêt de Nieppe. Ce tracé validé par la CDF est cependant remis en cause par le maréchal PETAIN lors d'une reconnaissance sur le terrain faite en Aout 1927. Concernant l'extrémité nord de la "zone d'armée" à fortifier éventuellement - futur SF des FLANDRES - il regrette amèrement l'abandon des remarquables points d'observation que constituent les monts Noir, des Cats et de Cassel, tout en reconnaissant que les deux premiers sont trop prés de la frontière et trop en lien avec les monts en Belgique pour que cela soit judicieux de les tenir. Il propose donc un tracé plus au Nord-Est que celui de la CDF, passant par Seclin, la forêt de Nieppe, l'est de Hazebrouck, et englobant le mont de Cassel.

En février 1930 l'état-major demande à la CORF d'étudier un avant-projet de détail permettant de fortifier à minima les deux forêts de Raismes et Mormal ainsi que le saillant de Cassel - dans l'ordre de priorité. Un budget de 50 MF est débloqué pour construire en priorité ces positions et la CORF reprend les recommandations de tracé issues de la visite de terrain faite par PETAIN, tout en l'ajustant au mieux. Concernant le troisième secteur, Cassel, la CORF émet un avant-projet (832/ORF) le 13 Novembre 1931. Ce projet prévoit dix casemates du même type que celles de Raismes et Mormal (type Nord Mle 1931) en cinq groupes de deux sur une ligne à l'est du Mont CASSEL, le tout pour un total de 8,2 millions (budget alloué sur les 50 millions : 6 ou 7 millions). Pour rentrer dans le budget, le général BELHAGUE propose de reporter en 2e cycle deux des dix casemates. En fin de compte, le projet ne sera pas mis en oeuvre.

Cette première approche de la CORF et les idées du maréchal PETAIN seront reprises d'une certaine manière dans les projets tardifs de 1938-1940.

Les premiers chantiers démarrent en 1937 (blocs 1° RM) mais l'essentiel des fortifications du secteur sont construites entre 1939 et Mai 1940 par la MOM. On trouve une ligne d'environ 180 blockhaus légers et type 1ère Région Militaire le long de la frontière, avec quelques points forts étayés par des casemates STG et FCR (Mont Noir, Hondschoote). Fin 1939, sous l'impulsion de la CEZF, une ligne de 7 gros blockhaus doubles STG type A et un de type B sont construit en avant de Cassel, perpendiculairement à la frontière.


A la mobilisation de Septembre 1939, le SDFL est transféré de la Région Militaire à la 1° Armée. Le 15 Novembre 1939, suite à la réorganisation du front demandée par GAMELIN, le SDFL passe sous contrôle de la 7° Armée qui prend position dans le Nord.

Le 20 Janvier 1940, le Secteur Défensif est renommé Secteur Fortifié.

Le 10 Mai 1940, la 7° Armée quitte le secteur pour se porter vers le nord de la Belgique conformément à la manœuvre Dyle-Breda. Le SFFL reste donc seul quelques jours. Les percées allemandes sur la Meuse et à Sedan entre les 12 et 14 Mai 1940 entrainent l'encerclement dés le 20 Mai des troupes aventurées en Belgique et des Secteurs Fortifiés situés entre les Ardennes et la mer du Nord. Grace à un repli rapide, une partie de la 7° Armée peut échapper à cet encerclement, mais c'est finalement tout le Groupe d'Armées N°1 et le BEF qui sont progressivement détruits.

Pour ce qui concerne le SFFL, c'est entre le 26 et le 28 Mai que les troupes allemandes remontent la ligne vers la mer, après avoir pris la ville de Lille. Entre le 31 Mai et le 2 Juin, les troupes du SFFL mènent des combats de retardement pour permettre le rembarquement de troupes, avec les restes des 7°, 9° et 1° Armées françaises. Le 4 Juin la bataille de Dunkerque est terminée, signant au passage la disparition du SF des Flandres.





© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 08/06/2018