Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot

70° Bataillon Alp...
6° Bataillon de M...



80° Bataillon Alpin de Forteresse

(80° BAF)






Le 80° Bataillon Alpin de Forteresse (BAF) forme avec le 70° BAF et le 6° Bataillon de Mitrailleurs Chasseurs (BMC) la 16° Demi Brigade Alpine de Forteresse (DBAF).

80° Bataillon Alpin de Forteresse

Insigne du 80° BAF




Mobilisation

Le 80° BAF est une unité de réserve type mise sur pied par le CMI 141 à Beaufort et aux Chapieux entre le 24 et 27 aout 1939 à partir de la 2° Cie mixte du 70° BAF du temps de paix.Il comporte alors uniquement une CHR et une compagnie mixte en sus de son état major.
Le 19 octobre, la SES du 7° BCA envoyé sur le front du nord-est lui est rattachée et une seconde compagnie mixte crée le 9 novembre est officiellement affectée au bataillon le 27 décembre.

Il tient le quartier Chapieux et est encadré au nord par le 7° BCA puis le 199° BCHM et au sud par le 70° BAF puis le III/215° RIA.



Organisation et position

Au 10 juin 1940, l'effectif du bataillon est de 17 officiers, 77 sous-officiers et de 757 alpins.

Sa composition et sa position est alors la suivante :


  • Etat Major
    PC à Roselend
    CB Baud puis CB Boussuge à compter du 11 décembre 1939
    Adjudant Major : Cnes Fontès jusqu’au 15 décembre 39
    Officier de détail : Lt Bulle jusqu’au 17 février 40 puis Lt Clément Gardet
    Medecin:
    Transmissions:


  • CHR :
    Cne Valiz, Fontès, Lt Saul à compter du 11 février 1940 puis Lt Devaux à compter du 20 mais 1940


  • 1° Cie :
    Cne Grattier puis Fontès à partir du 15 décembre 1939
    Sous-quartier Mont Blanc
    PC au Chalets du Petit Mont-Blanc
    - 1° Section : SLt Drevon
    - 2° Section :
    - 3° Section : SLt de Castex - PA de Bellegarde


  • 2° Cie :
    Cne Granier puis Prevost à compter du 17 janvier 1940
    Sous quartier des Fours
    PC au Col des Fours


  • SES 80° BAF :
    Lt Saul puis Lt Bulle à compter du 17 février 40
    A proximité du Col de la Seigne


  • SES 7° BCA :
    SLt Guidot
    A proximité du Col de la Seigne



Autre personnel :

Sgt Applagnat (3/2° Cie), Sgt Decisier (3/2° Cie)

Alpins Deville-Larderat (3/2° Cie), Jurin (3/2° Cie), Marullaz (3/2° Cie),
Eclaireurs Rossat-Mignot (SES 80), Pierroz (SES 80), Yvon Mollier (SES 80), Ovide Blanc (SES 80)



Ouvrages :



Historique succinct

14 juin - Premier contact avec des échanges de feu entre la SES et les italiens au col de la Seigne

15 -17 juin - Attaque sur le col de la Balise (Lt Tom Morel)

16 juin - Attaque italienne sur le groupe Anxionnaz

17 juin - Les italiens occupent le col de la Seigne ou ils sont fixés. Ils se replient et Petain annonce la signature de l'armistice avec les allemands

17-20 juin - Altermoiements italiens, pas de faits marquants.

19 juin - Le Duce ayant compris qu'il n'avait rien à attendre des allemands et que que seules les positions occupées par l'armée italienne seraient considérées comme acquises à l'Italie donne l'ordre à ses troupes de reprendre l'assaut dès le lendemain et de conquérir le maximum de territoire français

20 juin - Les divisions alpines Tridentina et Taurinense et le groupement alpin Levanna lancement un assaut avec Bourg Saint Maurice comme objectif. Le bataillon Aosta lance une attaque sur la Redoute Ruinée et le bataillon Edolo est fixé par l'artillerie française alors qu'il débouche vers le Val des Glaciers.

Du 21 au 24 juin, la division italienne Tridentina attaque sans relâche en passant par les hauteurs. Elle reste fixée sous le feu de l’artillerie et des hommes du 80° BAF alors qu’elle tente d’approcher de l’avant poste de Séloges.

21 juin - Première tentative des Alpieri Arditi pour prendre le Mont-Tondu et laisser le passage au bataillon Duca degli Abruzzi. Les cordées italiennes repérées par la SES du 80° BAF sont arrosées par l’artillerie et emportées par une avalanche.

22 juin - Les Arditi se dirigent vers le col de l’Enclave ou est installée la SES du 80° BAF pendant que le bataillon Duca degli Abruzzi descendant par le ravin de Bellaval. La 52° Cie du bataillon Edolo emporte le point d’appui de Bellegarde tenu par le Lt de Castex et sa section, tuant ce dernier et quatre alpins.
Au col de l’enclave, c’est la SES du Lt Jean Marie Bulle qui bloquera toute la journée l’avance italienne, suspendu en rappel au bout d’une corde avec son FM

22juin - L’ordre de repli est donné dans la soirée aux avants-postes dont la situation est devenu difficile. Seuls la Redoute Ruinée (70° BAF) et Séloges restent occupés

Les journées des 23 et 24 seront plus calmes, les italiens concentrant leurs efforts ailleurs.

L’armistice entre en vigueur le 25 juin. Peu après, le bataillon se regroupe à Roselend et fait route vers Chambery où il est démobilisé.
Le personnel d’active est versé au 7° BCA et à l’Unité de Gardiennage UG 14/14 établie à Bourg Saint-Maurice.







Rédaction initiale :

Pascal Lambert





Sources :

Hommes et ouvrages de la Ligne Maginot T4 - JY Mary, A Hohnadel, J Sicard
Les carnets du capitaine Bulle, l’homme derrière la légende - Fabien et Gilles Emprin







Secteur(s) concérné(s) :SFS




Page n° 1000841 mise à jour le 09/07/2020 - © wikimaginot.eu 2020


70° Bataillon Alp...
6° Bataillon de M...


Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu