Haut de la page
Bas de de la page



Ligne Maginot des Alpes et population dans les Alpes-de-haute-Provence




Fil ouvert par Jérémy04 ( 4) - Posté le 02/05/2018



Bonsoir,

Je suis actuellement Doctorant en Histoire contemporaine. Je mène des recherches sur les réactions des Bas-Alpins (Alpes-de-Haute-Provence) face au péril de guerre (années 30 et 40).
Je compte y intégrer la thématique des réactions des populations locales face à la construction de la Ligne Maginot des Alpes (sous-secteurs Ubayette, Jausiers) dans l'ambiance pacifiste des années 30. Auriez-vous des pistes de recherches, ouvrages à proposer car mes recherches restent pour le moment assez vaines (recherches en archives départementales) ?
Merci de votre aide.

JL


Réponse de jolasjm ( 13197 1300) - Posté le 02/05/2018
Edité par jolasjm le 02/05/2018.

Bonjour,

Le sujet est en effet peu couvert par la littérature, spécialement sur cette partie de la ligne Maginot qui est relativement délaissé du point de vue de la littérature.

On peut trouver des informations ou des anecdotes dans les écrits d'auteurs d'histoire locale comme L. Demouzon pour ce qui concerne le secteur fortifié de Savoie, ou de B. et R. Cima pour ce qui concerne le SF des Alpes-Maritimes. De façon plus générale, vous trouverez des éléments fragmentaires dans les livres généraux non techniques sur la ligne Maginot (voir bibliographie disponible sur le site). A titre de mise en contexte générale sur ces questions, je vous recommande, si ce n'est déjà fait, la lecture du livre de Paul-Emile Tournoux "Haut commandement, gouvernement et défense des frontières du Nord et de l'Est : 1919-1939", qui certes porte sur le contexte nord-est, mais qui décrit bien l'état d'esprit général politique autour de la ligne Maginot. Difficile à trouver, mais il en existe des exemplaires dans certaines bibliothèques universitaires.

Reste que la source la plus vaste sur la ligne Maginot reste sans conteste le SHD à Vincennes... et certaines sociétés historiques locales.

Pour avoir lu une bonne quantité de documents du Service Historique de la Défense à Vincennes concernant la 14° Région Militaire (cartons 7N3845 à 3847) et en particulier un certain nombre d'échanges entre autorités militaires et les politiques locaux, qui sont par principe "la voie du peuple" - parfois teintée de leurs intérêts propres - je peux vous dire que lors de la phase principale des travaux effectifs entre 1932 et 1935 il y avait plutôt une large bienveillance politique vis à vis de ces travaux:
- cela créait des opportunités d'emploi car la main d'oeuvre civile était souvent embauchée localement
- cela ouvrait des opportunités d'amélioration ou de création d'infrastructures aux frais (totalement ou partiellement) de l'armée. Pour la petite histoire, j'ai ainsi vu une demande au Génie d'un sénateur des Hautes-Alpes pour créer une route de montagne "militaire" par le col des Ayes entre Queyras et Briançon, permettant de désenclaver des villages de sa circonscription...

A contrario les chantiers et la garde des fortifications ensuite créait des zones de servitudes et d'interdiction de séjour qui devait générer quelques contraintes aux activités pastorales - ou de contrebande -. Mais la montagne est grande.

La période des années 30 était certes pacifiste, mais aussi une période de crise économique issue du krach de 1929 durant laquelle des grands travaux tels que ceux-ci étaient bienvenus. Le front populaire lui-même a relancé les constructions de fortifications sur les frontières après une période de ralentissement pour cause de maitrise de la dépense publique par le gouvernement précédent (Gvt Laval). Il était aussi probable que la frange de population consciente des évolutions politiques en Italie - certes minoritaire - à cette période devait regarder une organisation à vocation totalement défensive comme une chose positive. J'ai lu aussi quelque part un intéressant article sur les groupuscules fascistes italiens (ou inspirés par l'Italie) qui ont eu une période active vis à vis des populations dans le secteur des Alpes Maritimes.

Une partie du pacifisme issu de la grande guerre était aussi générateur en conséquence d'un désir de protection des frontières pour éviter le traumatisme des destructions endurées pendant plus de 4 ans par une bonne partie de la France. Probablement moins patent dans le sud-est, dont le territoire n'avait pas souffert directement, ce facteur était très présent dans le Nord et l'Est, au point que les populations du Nord de la France, laissé relativement de côté du programme Maginot, ont fait des pieds et des mains pour avoir "leur" morceau de ligne.

Pour finir sur votre point concernant les archives départementales, cela ne me surprend pas qu'elles soient relativement vaines : on y trouve peu de documents en lien avec les affaires militaires, et quand c'est le cas ils sont plutôt liés à des questions de travaux mixtes ou de gestion des eaux et forêts. Par contre, les sociétés historiques ou associations locales peuvent avoir des trésors de documentation accumulés par dons privés (lettres de conscrits, d'ouvriers de chantiers, correspondances diverses) ou d'archives municipales spécialisées. Avez-vous par exemple contacté Sabença de la Valeia à Barcelonnette ? A titre de comparaison, nous avons des contacts pour ce qui est de la Moselle avec l'association ASCOMEMO à Hagondange qui dispose d'une fond documentaire énorme et d'experts historiens de cette période des années 30-40.

En espérant que ceci vous aide.

Cordialement
Jean-Michel


Réponse de Jérémy04 ( 4) - Posté le 02/05/2018

Merci beaucoup Jean-Michel pour votre réponse fournie et très instructive. Vos pistes de recherches sont très intéressantes. Je vais les étudier.

Merci encore.

Cordialement,
JL


Réponse de alainH ( 64) - Posté le 03/05/2018

Bonjour Jérémy04,
Permettez-moi tout d'abord de vous féliciter et de vous encourager dans votre projet de recherche.

Dans le cadre des réactions des civils alpins, je vous indique quelques pistes précises:

>> Vote de la loi Maginot (députés et sénateurs): voir les interventions des élus locaux lors des débats parlementaires (à chercher dans le JO). Dé mémoire, au moins une intervention d'un élu alpin.

Lors également des débats concernant les dépassements de crédits: des interventions d'élus alpins ????

>> Interventions directes d'élus auprès du ministre de la Guerre : je rejoins ce qu'a écrit Jean-Michel. De mémoire, le député de Briançon avait protesté car il avait vu des barbelés et des chevaux de frise près de Montgenèvre !

>> Expropriations: réactions des populations locales à chercher dans les archives départementales et les journaux locaux.

>> Travaux et main d'ouvre: à chercher dans les journaux.
+ le grave problème de la main d'œuvre italienne qui travaillait dans les chantiers de fortif.

>> Zones de servitude: concerne surtout les zones fortement urbanisées comme Menton, Roquebrune, Sospel (en dehors du 04). Pas trop d'incidence pour les villages de montagne.

>> Construction de nouvelles casernes (avec retombées économiques pour la ville concernée): à chercher dans les journaux locaux.

>> relations troupes/populations locales ("fête des casernes"): à chercher dans les journaux.


A mon avis, vous ne trouverez pas grande chose dans la littérature existante.

J'espère que ces pistes vous aideront.
restant à votre disposition
alainH (auteur d'un mémoire de DEA, entre autres)


Réponse de Jérémy04 ( 4) - Posté le 03/05/2018

Bonjour alainH,

Merci pour vos pistes. Je vais me concentrer tout d'abord sur le JO.
J'ai déjà commencé à dépouiller certains journaux locaux et je pense que je vais m'y attarder un peu plus dessus.

Je retrouve bien certaines de vos observations :

- Pas de réelles protestations aux expropriations par les habitants mais de nombreux différents sur les prix d'achat qui font trainer dans le temps le début de commencement des travaux.

- J'ai souligné ici et là des réactions de Bas-Alpins posant une "préférence nationale" et même locale dans le choix des ouvriers.

- Le gros problème du contrôle des ouvriers italiens, les suspicions, plus généralement certains abus notamment sur des indigènes nord-africains dont les plaintes n'ont pas abouti.

- Développement d'une économie locale autour des ouvriers : cantines, marchands de vêtements...

Merci encore.
Cordialement,
JL


Réponse de alainH ( 64) - Posté le 03/05/2018

Ravi de constater que certaines pistes de recherche soient confirmées.
alainH


Réponse de Forstenried ( 25 29) - Posté le 16/05/2018

Bonsoir,

Sujet trés intéressant qui me fait penser que je n'ai jamais demandé aux anciens leur avis ou souvenirs de la construction des ouvrages de la ligne maginot du Briançonnais (d'où ma famille est originaire).
Je vais de ce pas essayer de collecter des temoignages en commencant...par mon pére.

Bonne chance pour vos recherches et votre thése.

Cordialement

DG


Réponse de drbajm ( 14) - Posté le 17/05/2018
Edité par drbajm le 17/05/2018.

Bonjour,
L’essentiel a été dit et correspond tout à fait à mes propres observations si ce n’est qu’on pourrait ajouter à la liste des publications ma modeste contribution à ce propos. Elle ne concerne toutefois que l’Alsace où les perceptions et les conditions géographiques sont bien différentes de celle qui vous intéresse. Qui plus est, ne s’agissant pas du sujet principal de mon propos, cette thématique n’a pas fait l’objet de développements considérables.
Enfin, s’agissant d’un travail réalisé dans les suites d’un colloque organisé par l’institut alémanique — Militärische Überreste in der Kulturlandschaft [20 février 2015] (cf. https://fortifications-neuf-brisach.blogspot.fr/2015/02/annonce-colloque-militarische-uberreste.html)—, j’ai été amené à rédiger l’étude concomitamment en français et en allemand… Un exercice assez intéressant !

BALLIET (J.M.) - Les strates d'occupation militaire en Alsace entre les deux conflits mondiaux. In : Alemanisches Jahrbuch 2015/2016, 2017, Alemanisches Institut, p. 71-85.
BALLIET (J.M.) - Die Ausbaustufen der militärischen Besatzung im Elsass zwischen den zwei Weltkriegen. In : Alemanisches Jahrbuch 2015/2016, 2017, Alemanisches Institut, p. 87-99.

Ces publications n’ont pas encore été mises à disposition sur Academia mais cela ne saurait tarder. Le cas échéant, si vous y voyez quelque intérêt, transmettez-moi vos coordonnées et je vous ferai parvenir un tiré à part ou son équivalent dans les meilleurs délais car, pour l’instant le médecin est allongé sur un lit d’hôpital :-/

Bien cordialement.

Dr Balliet



Réponse de Jérémy04 ( 4) - Posté le 17/05/2018

Bonjour,

Tout d'abord merci Forstenried pour vos encouragements.

Merci également à vous Dr Balliet pour votre contribution, je vais essayer de me procurer l'édition dans laquelle vous avez publié vos articles. Il est en effet toujours intéressant de comparer des études de cas différentes. Si je ne parvenais pas à me la procurer je reviendrai vers vous.
Je vous souhaite par ailleurs un prompt rétablissement.

Cordialement,
JL


Réponse de drbajm ( 14) - Posté le 17/05/2018

Bonjour,
Parfait !
S'agissant d'un annuaire, je ne suis pas certain qu'il soit largement diffusé dans les circuits commerciaux. Vous pouvez néanmoins consulter la page de l'institut alémanique : http://www.alemannisches-institut.de/cms/website.php?id=publikationen/jahrbuch.htm.
C'est un bel ouvrage — je ne parle pas de mes contributions — car très bien imprimé sur papier et une reliure de qualité.
Toutefois, si vous éprouviez quelque difficulté, mon offre de TàP tient toujours.
En vous souhaitant d'aboutir rapidement et avec un succès mérité lorsqu'il s'agit retraiter d'un sujet aussi particulier qu'intéressant.
Bien cordialement.
Dr Balliet JM


Vous ne pouvez pas participer à ce fil de discussion, seuls les membres peuvent y répondre ou y contribuer. S'inscrire est gratuit, rapide et sans engagement.