Haut de la page
Bas de de la page


Région Militaire

(RM)



La Région Militaire (RM) est une instance territoriale de l'Armée visant à la gestion administrative des troupes et organisations séjournant sur son territoire.

Ce type de structure remonte à la Révolution Française, basée sur de regroupements de départements, et a connu une organisation de détail variable au cours de temps. La structure en vigueur dans les années 30 remonte au découpage de la loi du 24 Juillet 1873 sur l'organisation de l'armée, corrigée d'un certain nombre d'ajustements reliés à la prise en compte de l'Algérie, puis à la récupération de l'Alsace-Lorraine en 1918.

Les Régions Militaires sont elles-mêmes découpées - du plus vaste au plus fin - en Groupes de Subdivisions, puis Subdivisions puis Places.

Le commandant de Région Militaire (RM) à en principe rang de général de corps d'armée.

Le rôle des Régions Militaires vis à vis de la ligne Maginot prend une tournure majeure à partir de la dissolution de la CORF en septembre 1935, avec mise en place effective au 1er janvier 1936. A partir de cette date, et jusqu'à la mobilisation de 1939, ce sont les RM qui sont en charge de définir les priorités de construction d'ouvrages défensifs, de discuter le budget annuel de travaux avec l'état-major général et le Ministère de la Guerre, et de distribuer ces fonds annuels alloués en central sur les différents projets en fonction des priorités. Ce rôle d'organisme de planification tactique sur le terrain sera rendu difficile par les contraintes budgétaires intervenues à partir de 1936 et du fait de l'augmentation des coûts horaires et de l'inflation.



Liste des Régions Militaires en Aout 1939


La France compte 21 Régions Militaires plus la Région Militaire de Paris, spécialement créée en 1923. En gras, celles concernées par la construction de la ligne Maginot, avec nom de leur commandant à la mobilisation de 1939.

- Région Militaire de Paris

- 1° Région Militaire : Lille

Général de corps d’armée SICARD
Départements du Nord et du Pas de Calais

Secteurs fortifies rattachés :
SF Flandres , SF Lille, SF Escaut, SF Maubeuge


- 2° Région Militaire : Amiens

Général de corps d’armée CORAP
Départements de l'Aisne, des Ardennes (Partie), de l'Oise et de la Somme

Secteurs fortifies rattachés :
SF Ardennes, SF Montmedy


- 3° Région Militaire : Rouen
- 4° Région Militaire : Le Mans
- 5° Région Militaire : Orléans

- 6° Région Militaire : Chalons ss Marne puis Metz après la 1ere guerre mondiale.

Général de corps d’armée LOIZEAU
Départements de la Meurthe et Moselle (Partie) et de la Moselle (Partie)

Secteurs fortifies rattachés :
Sf Crusnes, SF Thionville, SF Boulay, SF Faulquemont


- 7° Région Militaire : Besançon

Général de corps d’armée CHAMPON
Départements du Doubs, de la Haute – Marne (Partie, de la Haute – Saone, du Haut – Rhin, du Jura
et Territoire de Belfort

Secteurs fortifies rattachés :
SF Colmar, SF Mulhouse, SD Altkirch, SD Montbeliard, SF Jura


- 8° Région Militaire : Bourges
- 9° Région Militaire : Tours

- 10° Région Militaire : Rennes jusqu'à dissolution en 1934, puis Strasbourg à partir de Mai 1939

Général de corps d’armée FRERE
Départements des Vosges et du Bas-Rhin.


- 11° Région Militaire : Nantes
- 12° Région Militaire : Limoges jusqu'à dissolution en 1934, puis Reims à partir de Mai 1939
- 13° Région Militaire : Clermont-Ferrand

- 14° Région Militaire : Lyon

Général de corps d’armée TOUCHON
Départements de l'Ain, de la Drôme, de l'Isère, de Savoie et Haute-Savoie, des Hautes–Alpes, de Haute–Loire, de la Loire et du Puy de Dôme

Secteurs fortifies rattachés :
SD Rhône, SF Savoie, SF Dauphiné



- 15° Région Militaire : Marseille

Général de corps d’armée OLRY
Département des Alpes-Maritimes, de l'Ardèche, des Basses – Alpes, des Bouches du Rhône, de Corse du Gard, du Var et du Vaucluse

Secteurs fortifies rattachés :
SF Alpes-Maritimes, OD Corse


- 16° Région Militaire : Montpellier
- 17° Région Militaire : Toulouse
- 18° Région Militaire : Bordeaux
- 19° Région Militaire : Alger

- 20° Région Militaire : Nancy

Général de corps d’armée HUBERT
Départements de la Haute – Marne (Partie), de la Meurthe et Moselle (Partie), de la Moselle (Partie),

Secteurs fortifies rattachés :
SD Sarre, SF Rohrbach, SF Vosges, SF Haguenau, SF Bas-Rhin (jusqu'en Mai 1939 pour ces deux derniers)


- 21° Région Militaire : Epinal

L'Alsace-Lorraine libérée est distribuée entre les 6°, 7°, 20° et 21° RM.




Rôle de la Région Militaire


Outre son rôle administratif militaire en temps de paix sur le territoire couvert, la Région Militaire joue un rôle essentiel à la mobilisation par la constitution d'un Corps d'Armée (de même numérotation) lors de celle-ci, ainsi que dans la protection des structure stratégiques militaires et civiles locales.

On retrouve dans la RM la même structure organisationnelle que dans les autres unités : Quatre bureaux opérationnels et des commandements (Artillerie, Génie...) et service (Train, Santé, ...).


En temps de Paix


La RM couvre les instances et organisations suivantes :

- Divisions et CA d'active
- Défense aérienne du territoire (DAT) localement
- Organisations de Service : Intendance, Régiments du Génie, Transmissions, Train, Santé, Régiments Territoriaux.
- Directions Techniques du Génie et Chefferies locales, qui auront un rôle majeur dans la construction de la ligne Maginot.
- Commandement de places fortes, régions fortifiées et de secteurs fortifiés ou défensifs.
- Légions de Gendarmerie ou de Gardes Républicains Mobiles (surveillance de frontière)
- Centres d'instruction

Son rôle administratif porte sur la gestion du personnel (1er Bureau : effectifs, bureaux de recrutement, mutations, solde, affaires internes, gestion de l'évacuation éventuelle des civils...), le renseignement - en temps de guerre essentiellement - mais aussi la gestion sur son territoire des étrangers "suspects" (2e Bureau), les opérations, mouvements d'unités, constructions, gestions des dépôts de munitions ou de matériel et la gestion et protection des arrières (3e Bureau) et logistique, intendance, courrier (4e Bureau).

Les directions et services apportent un support spécialisé à la structure opérationnelle sur les sujets les concernant. Ils assurent aussi la gestion des groupes du subdivisions.

La RM gère la déclinaison locale des plans de mobilisation (Plan D, Plan E, E1, etc), et les mesures à prendre pour protéger usines, centrales électriques, réseaux téléphonique, voies de communication, et autres infrastructures.

Enfin, et ce n'est pas le moindre des rôles, elle assure le lien avec les organisations administratives civiles comme la Région ou les Départements.


En temps de guerre


Le rôle essentiel de la RM est d'assurer une mobilisation rapide et efficace des réservistes et la mise en place des grandes unités d'active ou de réserve.

Pour ce faire, elle s'appuie sur des Centres Mobilisateurs, pour l'infanterie (CMI), l'artillerie, le train, le génie, les chars de combat et la cavalerie.

Une fois la mobilisation effectuée, les RM de l'intérieur voient leur rôle se résumer en théorie à la protection du territoire local avec les troupes territoriales, à la gestion des flux et transits sur la région ainsi que la gestion des installations militaires fixes (casernes, camps, dépôts, fortifications à l'arrière...).

En pratique, du fait de la débâcle de Mai-Juin 1940 certaines RM arrières se retrouveront par la force des choses en première ligne et participeront avec leurs éléments organiques aux combats locaux.


Sources : wikipedia, Catalogue SHD - cartons 31 N 38 à 31 N 144
Rédaction : Jean-Michel Jolas - 29/08/2017 - © wikimaginot.eu







Vous aussi participez à l'enrichissement de cette page.

Ouvrir une discussion, apporterz des compléments ou corrections et poser une question ???.
C'est facile, il suffit pour cela de vous inscrire, c'est gratuit et sans engagement.