Haut de la page
Bas de de la page


Stand de Tir des Régions Fortifiées

(Stand de Tir)



Les principes de l'instruction au tir des troupes d'infanterie de forteresse impliquaient en pratique la construction de stands spécifiques, qui existeront en de nombreux exemplaires.

Le plan-type de ces stands est défini dans l'instruction correspondante. Sa conception vise essentiellement à éviter tout risque de projectile perdu ou de ricochet dangereux, et cela au moindre coût sans utiliser un confinement par murs continus comme c'est le cas pour le stand réglementaire n°1 de 50m ou 200m.


Description et caractéristiques


Le stand de tir type forteresse est constitué de trois parties distinctes :


- à une extrémité se trouve la casemate d'exercice, constituée de deux locaux mitoyens. Le premier local, à gauche, contient les créneaux et armes spécifiques à la forteresse. Le second, à droite, contient un pas de tir ouvert avec tranchée de tir desservant deux créneaux ordinaires pour le tir avec armes de campagne en dotation dans les RIF (mitrailleuse Hotchkiss, FM et canon de 25mm SA Mle 1934...).

Ce bâtiment à une dimension hors tout de 12,8 m x 11,6 m incluant une très volumineuse marquise (toiture inclinée) posée sur des murs parallèles aux axes de tir, en avant des créneaux. Ce dispositif, existant déjà dans les stands n°1, avait un rôle de sécurité et de confinement des tirs tout en contribuant à masquer les créneaux aux vues de l'extérieur. La marquise était constituée d'un sandwich de tôle ondulée posée sur une fine dalle de béton, elle-même posée sur une charpente croisillonnée en sapin tenue par des poutres UPN en acier. La partie la plus haute de l'intrados de la marquise recevait en outre un garnissage en laine de roche tenue par un treillage métallique, et la partie basse était protégée par une tôle inclinée permettant un ricochet vers le bas à fort angle d'incidence.

Le bâtiment est volontairement construit en hauteur par rapport au sol naturel pour limiter le risque de ricochet au sol.

Le stand de tir de MALEFOSSE



- à l'autre extrémité se trouve la ligne de cibles à 50m des créneaux et derrière celle-ci une butte réceptrice de 4,50m de haut englobée dans un bâtiment avec un grand auvent sur butte permettant de limiter là encore les effets de ricochet. Ce bâtiment important faisait environ 20m de large, pour 6,5m de profondeur et presque 7m de haut.

La ligne de cible est positionnée à la même altitude que la ligne de créneaux, soit à plus de 1,4m au dessus du sol naturel.

OERMINGEN ( Stand de tir )



- entre les deux, à 20m de la ligne de créneaux, un mur paraballe ouvert permet de canaliser les tirs dans l'empreinte géométrique de la butte réceptrice. Ce mur paraballe est haut de 4,35m pour 13m de large, avec une ouverture de 2,15m par 11,5m. La partie haute du mur paraballe en béton étant susceptible de recevoir des tirs à hausse maximale à partir des créneaux ordinaires, elle est protégée par un sandwich fait d'un entassement de madriers de 8cm d'épaisseur enfermant un matelas de 30cm de cailloux en vrac. Le tout est tenu par des tirants traversant l'ensemble et se prenant à l'arrière du mur en béton. L'angle inférieur du mur sommital du paraballe était protégé en principe par une plaque en acier à 45° permettant un ricochet droit vers le sol d'éventuels projectiles perdus.


Le stand de tir de MALEFOSSE



Le pas de tir "CORF" est entièrement fermé pour des raisons de sureté et de confidentialité.

L'éclairage est assuré par quatre fenêtre à barreaux et un lanterneau sommital en verre qui assure aussi une fonction de ventilation naturelle durant le tir. Cette casemate d'exercice était armée de deux jumelages sur trémies n°1 (compatible 37mm) et n°4 (compatible avec le 47mm de forteresse). Outre les canons AC de 37mm, le créneau avec trémie n°1 pouvait aussi accueillir une mitrailleuse lourde de 13,2mm de forteresse.

Ces trémies et créneaux sont ménagés dans un mur en béton partiellement armé de 0,60m, apte à encaisser le choc de recul des armes sur les trémies. Le reste du stand pouvait être construit en maçonnerie. Les canons antichars d'exercice étaient suspendus à des birails conventionnels tenus entre le mur frontal et un grand IPN de 300 transversal.

Entre les deux créneaux JM on trouve un créneau équipé du montage FM de cloche GFM A. Enfin, à droite du créneau à trémie n°4 se trouve une goulotte lance-grenade standard.

Stand de tir ERROUVILLE Est



Durant les tirs, les étuis et douilles étaient évacués par tubulures dans le vide ménagé en avant du mur.

Le pas de tir "de campagne" était équipé de deux créneaux ordinaires très simples selon design STG, permettant le tir d'armes de dotation des unités de campagne. Le pas disposait d'une tranchée de tir permettant de simuler ce type de condition de feu et était ouvert sur deux des quatre côtés, ces deux côtés ouverts pouvant être protégés de la pluie par des vitrages dans la partie haute. En pratique, ces vitrages fragiles seront souvent retirés.



Déploiement et variantes


Ce type de stand de tir compact a été installé à proximité de la plupart des camp de sureté établis après 1935 le long de la ligne Maginot du Nord-Est entre Montmédy et Mulhouse. On ne trouve que très peu d'exemples de ceux-ci dans le Sud-Est, en particulier compte tenu de la proximité des camps de sûreté d'anciennes places-fortes qui disposaient déjà de champs de tir. Hormis à Briançon, les stands construits dans le Sud-Est sont d'une conception simplifiée par rapport à ce plan-type.

Comme tout plan-type, celui-ci a connu un certain nombre de variantes. La plus fréquente est l'adjonction de grands murs d'aile incurvés de part et d'autre du paraballe et du bâtiment récepteur de tir, ceci pour d'évidentes raisons de sécurité. Dans la plupart des cas, le pas de tir "campagne" était fermé par un mur plein sur le côté extérieur pour améliorer la protection contre la pluie et le vent.

L'autre type de variante consiste dans l'équipement effectif du stand. Si le nombre et type de créneaux est relativement invariable d'un stand à l'autre, les armes qu'on peut y installer sont variables selon les besoins locaux. Ainsi, la mitrailleuse lourde de 13,2mm et son support pivotant ne sont pas installés partout. Il existe au moins un cas ou l'un des créneaux ordinaires de la partie droite du stand a été transformé ultérieurement en créneau pour FM sous béton, qui n'était pas prévu dans la partie "CORF" d'origine du stand*.



* lors de l'écriture de l'instruction définissant les stands, le créneau pour FM sous béton ou porte n'était pas tout à fait finalisé.


Source : SHD - Carton 7N3774 : Instruction du 6 Janvier 1934 pour l'exécution de tirs réels ou à blanc à effectuer par les unités d'infanterie des régions fortifiées

Rédaction initiale : Jean-Michel Jolas - 17/11/2017 - © wikimaginot.eu




Secteur(s) concérné(s) :SFCR SFT SFB SFFA SFSA SFR SFV SFH SFBR SFCO SFMU SFS SFD SFAM




Autres pages en rapport sur le site



Instruction au tir des troupes d'infanterie de forteresse dans la catégorie Principes et généralités


Photos



Stand de Tir de forteresse - Disposition



Ligne Maginot - Stand de Tir de forteresse - Disposition - Disposition générale selon plan type
Disposition générale selon plan type
Auteur : JOLAS, Jean-Michel

JOLAS, Jean-Michel - CC BY-NC-SA - Patern. - Pas d'usage commercial - Partage à l'identique

Stand de Tir de forteresse - bâtiment casemate



Ligne Maginot - Stand de Tir de forteresse - bâtiment casemate -
Auteur : JOLAS, Jean-Michel

JOLAS, Jean-Michel - CC BY-NC-SA - Patern. - Pas d'usage commercial - Partage à l'identique

Stand de Tir de forteresse - bâtiment casemate



Ligne Maginot - Stand de Tir de forteresse - bâtiment casemate - Coupe de la casemate d
Coupe de la casemate d'exercice
Auteur : JOLAS, Jean-Michel

JOLAS, Jean-Michel - CC BY-NC-SA - Patern. - Pas d'usage commercial - Partage à l'identique






Vous aussi participez à l'enrichissement de cette page.

Ouvrir une discussion, apporterz des compléments ou corrections et poser une question ???.
C'est facile, il suffit pour cela de vous inscrire, c'est gratuit et sans engagement.