Haut de la page
Bas de de la page


Secteur Fortifié du Jura

(SFJ)



Généralités


Le Secteur Fortifiée du Jura (SFJ) s'étend de Saint Hyppolite/Goumois au Nord (vallée du Doubs) jusqu'à Morez au Sud. Cela en fait le plus long Secteur Défensif de toute la ligne Maginot. A sa droite se trouve le SD du Rhône, et à sa gauche le SD de Montbéliard.

Sa mission principale est la protection des voies de passage entrantes en provenance de Suisse. Ce pays était neutre et donc pas considéré comme une menace directe, cependant l'Etat-Major a tardivement envisagé une possible violation de cette neutralité par l'Allemagne ou l'Italie pour contourner le gros des forces et fortifications françaises.

Le nord du SFJ est efficacement protégé par le cours du Doubs, bien encaissé dans une vallée profonde, tandis que le sud du secteur, plus montagneux, ne possède qu'un nombre limité de voies de passage possibles.

Le secteur fortifié est initialement divisé en deux sous-secteurs , Morteau et Pontarlier, puis en trois sous-secteurs, Nord, Centre et Sud à compter du 20 novembre 1939.



Insigne du Secteur Fortifié du Jura


Insigne du Secteur Fortifié du Jura




Organisation et unités


Le SFJ est, à l'inverse des autres secteurs, défendu uniquement par des troupes de position n'appartenant pas à la forteresse. Il est rattaché à la 7° Région Militaire dont le PC est à AVOUDREY.

Le commandement du secteur fortifié est le suivant:

  • Commandant : Gal de brigade HUET

  • Chef d'Etat-Major : Cdt MERIC de BELLEFON puis Cdt SCINDER à partir du 05 04 1940



  • Eléments organiques à la mobilisation


    Le SFJ a connu plusieurs mouvements de troupes organiques successifs entre Septembre 1939 et Mai 1940, et de nombreux rattachements et détachements d'unités. A la mobilisation, c'est la 57° DI qui prend progressivement position dans le Secteur, et en particulier sa 8° Demi-Brigade de Chasseurs à Pied - 8° DBCP - (66° BCP sur le sous-secteur Morteau et 68° et 26° BCP sur le sous-secteur Pontarlier). Ces troupes sont renforcées par la GRM et le 77° Régiment Régional.

    Le SF dépend initialement de la 7° Armée (Sud-Alsace à Haute-Saone - Gal GIRAUD), mais il est rendu indépendant pendant quelques mois quand cette armée est transférée dans le Nord de la France en Novembre 1939.

    Mi-septembre, le 57° DI dépêche sur place la 2° Cie du 57° Génie pour entamer les travaux de fortification. Deux mois plus tard, soit mi-Novembre, c'est la 2° DBCPyr (Demi-Brigade de Chasseurs Pyrénéens) qui arrive du Sud-Ouest pour s'installer autour de Morteau en entamer les travaux de défense entre Consolation et Morteau. A ce moment, le SF Jura initial est séparé en 3: l'ancien sous-secteur Nord est affecté à la 57° DI, le sous-secteur Centre devient le SF du Jura Centre, et l'ancien sous-secteur Sud est affecté à la 63° DI.

    La 2° DBCPyr restera jusque mi-Décembre, date à laquelle elle est mise à disposition de la 63° DI et relevée par la 1° DBCPyr, qui occupe le SF Jura-Centre après avoir stationné à Valdahon entre le 5 Décembre et mi-Décembre.

    En janvier 1940 est créé le 45° Corps d'Armée de Forteresse (CAF) qui prend la supervision du Jura et assure de façon autonome la jonction entre la 8° Armée en Alsace et l'Armée des Alpes. Le SFJ est alors rattaché à ce 45° CAF, qui perdra son autonomie par rattachement à la 8° Armée (Alsace - Gal GARCHERY puis LAURE) le 19 Mai 1940.

    Début Janvier 1940, la 4° DBILA (Demi-Brigade d'Infanterie Légère d'Afrique) arrive détachée du 45° CAF et prend position avec ses 28° et 23° BILA (Bataillons d'Infanterie légère d'Afrique).


    Le SFJ était composé en Mai 1940 des unités de position suivantes :


    Infanterie

  • 1° DBCPyr (Demi-brigade de Chasseurs Pyrénéens - Col CONRAUX) (1)

  • - 1° BCPyr (Bataillon de Chasseurs Pyrénéens - Cdt LLENSE)
    - 2° BCPyr (Cdt LAFOND)
    - 6° BCPyr (Cdt MARTY)


    Artillerie:

  • II/170° RAP (CE MACHIELS), équipé de 36 pièces d'artillerie du 75mm au 155 mm


  • Génie

  • 213° Bataillon du Génie (Cdt FALCY


  • 2° Cie du 57° Bon du Génie (2)


  • Unités diverses

  • 2° et 4° Cies du 10 Bataillon Douanier

  • II et III Bon du 77° Régiment Régional



  • 1 - La 1° DBCPyr ne rejoint en réalité le secteur le 5 Décembre 1939, la position ayant été tenue jusqu'alors par la 8° DBCP - Chasseurs à Pied - (26°, 66° et 68° BCP) puis la 2° DBCPyr.
    2 - Ces compagnies détachées de la 57° DI à compter du 15 septembre participeront aux travaux d'organisation de la position, notamment la construction prévue de 24 casemates dans le sous-secteur de Morteau et 28 casemates dans le sous-secteur de Pontarlier



    Unités de renforcement


    Les unités organiques et le SFJ seront absorbés et renforcés en Janvier 1940 par le 45° Corps-d'Armée de Forteresse, nouvellement créé pour faire la liaison entre la 8° Armée au Nord et l'Armée des Alpes au Sud.

    Le 45° Corps d'Armée de Forteresse (CAF), commandé par le Gal DAILLE, est composé des :


  • 57° DI (Division d'Infanterie) du Gal de Brigade TEXIER - 235°, 260° RI, 8° DBCP, 47° RAD, 247° RALD - qui sera transférée au 44° CAF, plus au Nord, le 21 Mai 1940

  • 63° DI, division de réserve B, commandée par le Gal PARUY - 238°, 298°, 321° RI, 53° RAMD

  • 2° DBILA (Demi-brigade d'Infanterie Légère)



  • Historique


    Ce secteur - faiblement et tardivement - fortifié est ignoré par la CORF compte tenu de la neutralité Suisse. Il ne fait l'objet d'aucune étude spécifique, d'autant que la Région Fortifiée de Belfort / Haut-Rhin, à son Nord immédiat, disparaît rapidement des priorités par absence de crédits.

    La menace potentielle d'une violation de la neutralité Suisse entraine à la mobilisation de 1939 l'accélération de travaux MOM engagés en temps de paix pour protéger les pénétrantes principales (Villers-Morteau et Joux-Pontarlier) et les points de passage frontaliers sur le Doubs au Nord du secteur. Notons au passage que le traité de 1815 avec la Suisse interdisant tous travaux de fortification/militarisation d'une bande de territoire français de 12 km en arrière de la frontière ne sera que très imparfaitement respecté...

    Les anciens forts Séré de Rivières du Jura (Joux, St Antoine, Larmont, Risoux) sont réoccupés parallèlement, sans renforcements particuliers.

    Fin 1939, la CEZF préconise et lance la réalisation de deux barrages à Morteau et Pontarlier, faits de casemates STG importantes. Ces deux lignes défensives seront cependant à peine entamées lors des combats de Mai-Juin 1940: seuls 7 blocs seront coulés et juste bruts de décoffrage sur les dizaines prévus.

    Historique de combats :

    Le secteur est calme entre le 10 Mai et le 19 Mai 1940. Devant la dégradation de la situation dans le Nord, les choses changent rapidement ensuite.

    Entre les 21 et 22 Mai 1940, les deux 57° et 63° Division sont retirées pour renforcer les positions sur le front. La 57° vas en Alsace (Sous-Secteur de l'Ill), et la 63° est mise à disposition de la 8° Armée. Il ne reste donc plus en place que les deux demi-brigades (1° DBCPyr et 4° DBILA)

    Le 9 Juin 1940, la 1° DBCPyr est retirée du SF du Jura Centre pour aller se positionner sur les cols des Vosges.

    Les combats de Mai-Juin 1940 ne mettront qu'anecdotiquement la fortification en oeuvre, dans la mesure où l'essentiel de l'action se tournera vers l'arrière pour empêcher les allemands des PanzerGruppen de Guderian et Kleist de refermer la nasse du Nord-Est en atteignant la frontière Suisse. Cela sera cependant chose faite les 16 et 17 Juin 1940 (Besançon puis Joux), scellant la fin du Secteur Fortifié du Jura, et entrainant l'encerclement des centaines de milliers de soldats en Lorraine et dans les Vosges. Nombre de ces formations encerclées traversèrent d'ailleurs la frontière pour aller se réfugier en Suisse, comme par exemple les troupes de la 2e Division polonaises ou les défenseurs de Morteau. 42.600 soldats seront ainsi internés ou tenus en captivité, peu de temps pour les troupes françaises, mais jusqu'en 1945 pour les polonais.

    La frontière atteinte, les troupes allemandes remontent alors le Jura vers le Nord-Est entre les 18 et 20 Juin pour faire leur jonction avec la 7e Armee qui descend d'Alsace vers Belfort après avoir traversé le Rhin le 15 Juin (opération Kleiner Bär).

    Le 22 juin 1940 la 63° DI disparaît dans les poches des Vosges, et, le 25 juin, l'armistice signe la fin de ce qui reste de la 57° DI.


    Lire à ce propos les excellents livres de Roger BRUGE sur la campagne de France dans l'Est et le destin des troupes encerclées.



    Bibliographie




    Les combattants du 18 juin - Tome 2 - Les derniers feux
    Les derniers feux ouvre une nouvelle page sur le mois de juin 1940: la dernière bataille livrée par la cavalerie française, la percée du groupement Guderian jusqu'à la Suisse, l'arrivée de la 1 re Panzer sur la Saône, l'assassinat du général .......... Lire la suite ...
    BRUGE Roger - FAYARD - 1984 - ISBN : 978-2213011882 - 650 pages

    Les combattants du 18 juin - Tome 3 - L'armée broyée
    L'armée broyée. Après avoir suivi les épuisants combats en retraite, nous avons assisté au plus grand encerclement de la Seconde Guerre mondiale " dans le Kraal de Lorraine ", comme l'écrit avec une pointe de mépris le général allemand Halde .......... Lire la suite ...
    BRUGE Roger - FAYARD - 1987 - ISBN : 9782213015088 - 438 pages



    Liens, autres pages sur la toile








    Vous aussi participez à l'enrichissement de cette page.

    Ouvrir une discussion, apporterz des compléments ou corrections et poser une question ???.
    C'est facile, il suffit pour cela de vous inscrire, c'est gratuit et sans engagement.