Haut de la page
Bas de de la page


Secteur Fortifié de Savoie

(SFS)



Généralités


Le Secteur Fortifiée de Savoie s'étend depuis le Beaufortain et le vallon de Séloges au Nord (limite à Flumet) jusqu'au camp des Rochilles près du col du Galibier au Sud. A sa droite se trouve le SF du Dauphiné et à sa gauche, le SD du Rhône.

Sa mission principale est la couverture voies de passage avec l'Italie, dont les principales sont le col du Mont-Cenis en Maurienne, et le col du Petit-Saint-Bernard en Tarentaise. Les passages secondaires protégés sont le val d'Arly, le Col de Seigne et le Petit Mont-Cenis.

La CORF a nettement privilégié les défenses en Maurienne compte tenu de la très longue frontière commune Est-Ouest avec l'Italie. Rappelons qu'à cette époque toute la zone du plateau du Mont-Cenis, ainsi que la vallée Etroite étaient italiennes. Les points de passage avec la France étaient donc plus nombreux que face à la Tarentaise. Cette même préférence s'est matérialisée quand le temps des économies est venu. Les coupures en Tarentaise ont été plus nombreuses qu'en Maurienne. Ce n'est qu'en 1937 que la question de la Tarentaise s'est posée à nouveau avec la réalisation de petits ouvrages tardifs et inachevés en 1940.

On a donc là un secteur plutôt déséquilibré du point de vue des fortifications, avec un Sud très puissant, à l'image de la partie Sud du SFAM ou du col de Larche dans le SFD, et au contraire une partie Nord plus légère.

Cette apparent déséquilibre est cependant gommé par une réutilisation importante des nombreuses fortifications de l'époque Séré de Rivières (barrage de Bourg-Saint-Maurice, fort de la Turra,...). Ce choix s'avérera à l'usage d'une redoutable efficacité.

Autre originalité de ce secteur, en plus du schéma classique Avant-Postes / Ligne Principale de Résistance, la MOM réalisera en 1939/40 une deuxième ligne de défense permettant de réaliser un barrage arrière dans toutes les grandes vallées du secteur (Maurienne, Doron, Tarentaise, Val d'Arly).

La liaison entre Tarentaise et Maurienne est réalisée au travers de l'AP du Col de la Vanoise, et se raccorde à la Maurienne au-dessus de Termignon vers Modane. Cela signifie que l'essentiel de la Haute-Maurienne, hors col du Mont-Cenis est non fortifiée et considérée comme zone de retardement.



Organisation et unités


Le SFS est, comme pour l'ensemble des secteurs, défendu par des troupes de forteresse et des troupes de renforcement. Le commandement général de secteur est le suivant:

  • Commandant : Gal LESTIEN puis Col MARTEAU (23/10/1939) puis Col Michel de la BAUME (02/01/1940)

  • Chef d'Etat-Major : Lt-Col CHOMEL de JARNIEU

  • Infanterie : Col MOREL

  • Artillerie : Lt-Col de FEYDEAU de SAINT-CHRISTOPHE

  • Génie : Lt-Col DEWULF

  • Transmissions : Lt-Col CHOMEL de JARNIEU

  • Train : CE SAINT MAURICE

  • Intendance : Intendant FAIVRE puis BELAMCEN

  • Santé : Médecin-Cdt COMBALLAT



Unités Organiques de Forteresse


  • 16° DBAF (demi-brigade Alpine de Forteresse, Lt-Col VERGEZAC), composée de :

  • 70° BAF (Bataillon Alpin de Forteresse, Cdt CARENCO)

  • 80° BAF (Cdt BOUSSUGE)

  • 6° BCM (Bataillon de Chasseurs Mitrailleurs, Cdt LEMAITRE puis Cpt JOUSSIN en Juin 1940)

  • 30° DBAF (Lt-Col LAFLAQUIERE), composée de :

  • 71° BAF (Cdt PARIS puis BOUTAIRE)

  • 81° BAF (Cdt SIMIAN)

  • 91° BAF (Cdt MICHOULIER)

  • I et II/440° Regiment de Pionniers (resp: Cdt LAGRANGE et Cpt NOITON


  • 164° RAP (Régiment d'Artillerie de Position, Lt-Col de FEYDEAU de SAINT-CHRISTOPHE) composé de 4 groupes


  • 214° Bataillon de Sapeurs-Mineurs (Cne VINCENT)

  • 214/81 - Compagnie Télégraphiste

  • 214/82 - Compagnie Radio



Unités de Renforcement


Le renforcement du SFS à la mobilisation est assuré par la 28° DIA (Division d'Infanterie Alpine - division d'active), rapidement remplacée par la 66° DI (Division d'Infanterie de Réserve B - Alpine). LA 66° DI avait son PC à St Jean de Maurienne et était composée de :


  • 215° RI (Lt-Col de BRANGES de BOURCIA)

  • 281° RI (Lt-Col ROUSSEL)

  • 343° RI (Lt-Col DUSSAUD

  • 53° GRDI (Groupement de Reconnaissance Divisionnaire)


  • 9° RAD avec 3 groupes de 75mm Mle 1897 (Lt-Col BARTIN)

  • 209° RALD avec groupes de 155mm C 17(Lt-Col GOLET à partir du 23/01/1940)



Ci-dessous, un résumé de l'organisation du SF de Savoie:


Organisation du SFS



Historique


Les premières réflexions concernant la fortification de Savoie débutent en 1925-26 suite à la montée du risque italien avec l'élection de Mussolini en 1924. Le Gal DEGOUTTE, nouvellement nommé à la tête de l'armée des Alpes, propose un premier projet en fin de 1926 après reconnaissance du terrain. Dans ce premier projet, les vallées sont fortifiées au plus près de la frontière et la défense s'appuie en profondeur sur les anciennes fortifications de la fin du 19e Siècle (système Séré de Rivières). Ce premier projet est cependant repoussé car trop cher et non conforme avec les vues et conceptions de la CDF. Cependant, des premiers crédits sont débloqués, qui iront prioritairement à la région fortifiée des Alpes-Maritimes. Ces débats amèneront à la conception d'un 2e programme par le Gal DEGOUTTE, plus restreint et qui est présenté fin 1927 pour un coût total de 500 MF. Ce nouveau projet sera à son tour rejeté par la CDF, mais aura malgré tout un impact dans la mesure ou une bonne partie des avant-postes qui seront construits ultérieurement par la MOM seront inspirés de ce programme. Ces échecs successifs entrainent le transfert de responsabilité de conception à la CDF, qui reprend les choses à zéro à partir de début 1928.

Fin 1928, la CDF assistée de la CORF propose donc de nouveaux principes, basés sur une ligne continue dans les Alpes Maritimes, et des puissants barrages de vallée au centre et dans le Nord des Alpes, sur une ligne largement en retrait de ce qui avait été prévu par DEGOUTTE.

L'organisation du SF est définie dés le 12 Février 1929. Pour la Savoie, il est prévu un budget de 200 MF permettant la construction d'un vaste programme de barrage des vallées de Tarentaise et Maurienne. Ce programme complet comporte la construction de 6 ouvrages mixtes, 19 ouvrages d'infanterie et la modernisation de 10 batteries ou forts de l'époque Séré de Rivières. Ce projet prévoit cependant un "Programme Restreint" en 1ère urgence, essentiellement centré sur la Alpes-Maritimes, mais qui prévoit toutefois pour 44 MF de constructions en Savoie (fortification Modane-Fréjus + barrage sommaire à Bourg-St-Maurice).

Le programme du 24 Décembre 1930 précise les choses. Il prévoit en Savoie la construction des ouvrages de St ANTOINE, St GOBAIN, SAPEY, LAVOIR, PAS du ROC, ainsi qu'une casemate isolée sous St ANTOINE. En 2e Urgence ferme, on note la modernisation du fort du REPLATON ainsi que la construction d'une tourelle de 145mm au SAPEY. Dans ce même programme, les organisations de Tarentaise, considérées comme non prioritaires, sont reportées en 2e Urgence éventuelle. Sont ainsi repoussés les ouvrages des CHAPIEUX, de CAVE à CANON, du CHATELARD, la modernisation de la batterie de VULMIX.

Les travaux priorisés en Maurienne débutent en 1931. L'inflation de coût et les restrictions budgétaires entrainent cependant l'abandon de ce qui était prévu en 2e Urgence ferme. C'est à cette même époque que les petits ouvrages d'avant-poste sont entamés par la MOM, sous initiative du Gal DEGOUTTE.

Le réchauffement des relations franco-italiennes en 1935 entrainent un arrêt temporaire de tous les travaux, qui reprendront en urgence au printemps 1936 suite à l'invasion italienne de l'Ethiopie. Or la CORF a été dissoute à ce moment. Donc à partir de cette date, la MOM engage les travaux de petits ouvrages qui avaient été mis en attente (ARRONDAZ, les ROCHILLES et abris d'AMODON de PLAN à MARIN) ainsi que la finition des ouvrages CORF inachevés, comme celui de PAS du ROC.

Il faudra attendre 1938 pour que les travaux en Tarentaise soient engagés, sur ordre du Gal MITTELHAUSSER, qui a pris la suite du Gal DEGOUTTE à la tête de l'Armée de Alpes. Les ouvrages de CAVE à CANON et CHATELARD sont entamés sur un plan réduit comparé aux projets initiaux de la CORF, mais malgré tout selon les standards de cette organisation. Ces deux ouvrages sont inachevés en 1940.

En 1940, le SF de Savoie dépend du 14° Corps d'Armée, qui constitue le nord de l'Armée des Alpes. Hors les unités organiques de Forteresse, il est renforcé par la 66° DI du Gal BOUCHER.

Les troupes du SF combattront avec efficacité entre le 21 et le 24 Juin 1940 face à l'attaque Italienne sur les cols de la Seigne, du Petit-S-Bernard, du Mt Cenis, d'Ambin, des la Roue, du Fréjus, de Vallée Etroite et de Valmeinier/Névache. A aucun moment les attaquants ne parviendront à approcher la ligne principale de résistance, sauf au PAS du ROC.

Le SF de Savoie est finalement dissout le 15 Juillet 1940 à Tencin.



Autres pages en rapport sur le site



Armée des Alpes dans la catégorie Grandes Unités


Documents



Equipements téléphoniques militaire du sous-secteur de Haute - Maurienne - Plan B2 n°25
Schéma du réseau téléphonique au 1/50 000 établi par la Chefferie de Chambery en septembre 1939.
Il est à noter que le réseau ayant été complété par la suite, ce schéma est incomplet. Auteur : Génie - Chefferie de Chambery
Document 20413 disponible en ligne (302.79 Ko)
Droits réservés

Secteur Fortifé de Savoie - Equipement téléphonique du Sous-secteur de Basse maurienne
Plan B2 n°26 produit par la Chefferie du Génie de Chambery en sept 1939 Auteur : Génie - Chefferie de Chambery
Document 20420 disponible en ligne (395 Ko)
Droits réservés

Secteur Fortifié de Savoie - Equipement téléphonique du Sous-secteur de Moyenne Maurienne
Cartographie au 20 000éme du réseau téléphonique du sous secteur Moyenne Maurienne établie le 19 aout 1939 et mise à jour à la date du 22 septembre 1939. Auteur : Génie - Chefferie de Chambery
Document 20492 disponible en ligne (422.66 Ko)
Droits réservés

ARMEE des ALPES - Guide de Secteur - BASSE MAURIENNE
Guide du Secteur Basse Maurienne (Rive gauche) établi par le Groupement de Canevas de Tir de l'armée des Alpes en 1940.
Ce guide recense les points et passages obligés, les casernement et cantonnements disponibles ainsi que les points d'eau ou postes téléphoniques. Auteur : Groupement de Canevas de Tir de l'Armée des Alpes
Document 20502 disponible en ligne (3.96 Mo)
Droits réservés

Organisation du SFS
Fichier excel à amender, améliorer, etc. Auteur : JOLAS, Jean-Michel
Document 45712 disponible en ligne (10.35 Ko)
CC BY-SA -Paternité - Partage à l'identique

Les documents disponibles en ligne ne sont accessibles que pour les utilisateurs enregistrés.



Bibliographie




Revue militaire suisse, n° 9 - septembre 1945
La défense de la Savoie et du Dauphiné par le groupement du général Cartier : juin 1940
MARTIN Paul-E - - 1945







Vous aussi participez à l'enrichissement de cette page.

Ouvrir une discussion, apporterz des compléments ou corrections et poser une question ???.
C'est facile, il suffit pour cela de vous inscrire, c'est gratuit et sans engagement.