Haut de la page
Bas de de la page



Observatoire CORF isolé type RFM

(CORF - Observatoire isolé RFM)




Observatoire isolé spécifiquement développé pour la RFM





Généralités


Ces observatoires CORF type RFM constituent une évolution tardive du plan-type initial qui a fait l'objet d'une Instruction datant du 13 Mars 1930 relative à l’organisation des observatoires et des postes de commandement (DM 0665 2/4-S). Ils ont été exclusivement construits dans la RFM, entre Longuyon et Téting, entre mi-1932 et fin-1933 suite à des approbations courant 1932.

Ce type d'observatoire, largement plus compact et fonctionnel, est sensiblement différent de la version STG d'origine.

Conformément à l'option proposée dans l'instruction de 1930, certains d'entre eux devaient être reliés par galerie de communication à un abri à proximité. Ceci est clairement établi pour l'observatoire de HETTANGE-GRANDE , dont la communication vers l'abri homonyme a été entamée mais est restée inachevée, et celui de TRESSANGE qui a été reporté en 2° cycle avec son abri.




Effectif


L’effectif pouvant être logé est variable, dépendant du nombre d'observatoires annexes à gérer à partir de l'observatoire principal. L'équipage de base comporte un officier, deux sous-officiers et six ou huit hommes, auxquels il convient de rajouter si besoin trois hommes par observatoire annexe.




Construction et déploiement


Ces observatoires CORF sont usuellement composés d'une chambre pour les hommes, une pour l'officier et une pour les sous-officiers. A ceci se rajoute un local pour les observateurs, un pour la ventilation, des latrines et des réservoirs d'eau. La défense rapprochée est assurée par un seul créneau FM couvrant un fossé diamant. A la différence du plan type STG de 1930, ils comportent d'emblée un ou deux groupe(s) électrogène(s) et un filtre à gaz sur le circuit de ventilation.

Protection : ils sont construits en protection 3 - encore un écart par rapport au standard de 1930. Les dalles et murs frontaux sont donc de 2,50 et 2,75 mètres d'épaisseur respectivement et les murs de gorge font entre 1,50 et 1,25 mètres. La surface au sol employée par ce type d'observatoire est moins de la moitié de celle des observatoires imaginés par la STG en 1930, et dont des exemples seront construit à la même époque dans la RFL.

La cloche VP, et sa colonne à contrepoids font au total une hauteur de 7,71 m jusqu'au fond du puits de cloche. Le point bas de la colonne de cloche est donc inférieur à la cote du sol de l'étage.

Ces observatoires isolés étant moins critiques que les installations actives pour la continuité de la ligne de résistance, ils feront largement les frais des économies à réaliser lors de la phase de construction de la ligne Maginot entre 1929 et 1935. Sur les 26 prévus sur la RFM, seulement 12 d'entre eux seront effectivement construits, les premiers reports intervenant à peine quelques mois après l'approbation de ces constructions. Ensuite, le basculement vers une fortification continue mais de campagne, entrainera l'arrêt pur et simple de ce type de construction dans le Nord-Est, au profit d'observatoires de campagne en fortification légère.




Equipement


L'accès unique possède deux portes successives, une blindée avec créneau de porte et une étanche. Les cuirassements sont constitués d'une cloche à vision périscopique (VP) et d'une cloche GFM type A dite "conjuguée" , et d'un seul créneau FM de défense périphérique. La cloche GFM est placée sur le même plan que la cloche VP et non pas en arrière.

L'entrée est protégées par un fossé diamant.

On trouve un local téléphonique et TSF, une ventilation filtrée, une usine électrique, mais toujours pas de cuisine. Un stockage à munitions, un bloc latrine et un local pour citernes d'eau complètent l'ensemble.




Evolutions et variantes possibles


Cette typologie d'observatoires CORF/RFM a connu concrètement de nombreuses variantes :

  • Version avec cloche VP à droite ou à gauche, avec caponnière elle-même pouvant être inversée

  • Mode d'accès au puits de cloche VP variable. L'accès au fond de puits - situé entre 50 et 100 cm plus bas - se fait par un escalier ou une échelle descendante. Le local correspondant à l'étage inférieur peut être tronqué ou présenter un plafond en plan incliné descendant.

  • Un seul étage au lieu de deux. Cette configuration entrainant une surface au sol plus importante se trouve à ROUTE de LUXEMBOURG et PUXIEUX . Ce dernier cas est unique aussi au sens où une cloche JM y a été rajoutée pour protéger l'angle mort sur l'arrière de l'ouvrage de FERMONT .

  • Ajout d'une aire de stockage des périscopes. Un monorail est installé entre ce stockage et la cloche VP pour faciliter la manœuvre d'un instrument qui pèse plus de 200 kg. Cette modification fait l'objet d'un rectificatif à l'instruction initiale (n°1 du 1 Aout 1935 - DM 6198 2/4 S)

  • Disposition effective des locaux intérieurs.

  • Remplacement d'une cloche VP par une cloche VDP (cas de RESERVOIR et BOUST )

  • Ajout de créneaux FM de défense intérieure de l'accès ou non


Sources :
Instruction du 13 Mars 1930 relative à l’organisation des observatoires et postes de commandement - SHD carton 2V259

Rédaction initiale : Jean-Michel Jolas - 10/02/2018 - © wikimaginot.eu




Secteur(s) concérné(s) :SFCR SFT SFB SFFA




Photos

Observatoire CORF type RFM - Droite



Ligne Maginot - Observatoire CORF type RFM - Droite - Plan synthétique d
Plan synthétique d'observatoire type RFM isolé, avec cloche VP ou VDP à droite. Plan de principe réalisé par synthèse de réalisations réelles.
Auteur : JOLAS, Jean-Michel



JOLAS, Jean-Michel - CC BY-NC-SA - Patern. - Pas d'usage commercial - Partage à l'identique -   		

Observatoire CORF type RFM - Gauche



Ligne Maginot - Observatoire CORF type RFM - Gauche - Plan synthétique d
Plan synthétique d'observatoire type RFM isolé, avec cloche VP ou VDP à gauche. Plan de principe réalisé par synthèse de réalisations réelles.
Auteur : JOLAS, Jean-Michel



JOLAS, Jean-Michel - CC BY-NC-SA - Patern. - Pas d'usage commercial - Partage à l'identique -