Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




LA FERTE

( Ouvrage d'infanterie )


L'ouvrage est ouvert au public









Secteur Fortifié
SFMO - SF Montmedy

Sous Secteur
Montmedy (tete de pont)

Quartier

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1935

Commune
VILLY (08370)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
49.585385 - 5.236051

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Construit

Etat actuel
Complet





Plan sommaire








Notes et informations



ARMEMENT, Infanterie


L'ouvrage de la Ferté ne possède aucune arme à tir courbe. Les mortiers de 50 mm adaptables aux rotules des cloches et aux créneaux pour FM (type B) n'avaient pas été installés , leurs supports n'étant pas livrés.
Ces armes permettant de battre les repli du terrain auraient certainement été fort utiles aux défenseurs de l'ouvrage laissés sans couverture par l'artillerie française après le décrochage des troupes d'intervalle le 14 mai.


CONSTRUCTION, Cout


L'ouvrage de la Ferté a été construit par la Sté Chesnel d'Antibes suite à adjudication.
Cette société était dirigée par Mr GASTON CHESNEL originaire d'Antibes Juan les pins et la direction ds travaux fut assurée par son gendre Mr Fernand LIEBSCHUTZ

Le cout de la construction a été de 14,5 millions de Frs de l'époque.


CONSTRUCTION, Description


L'ouvrage de la Ferté est un ouvrage d'infanterie de construction CORF.
Initialement prévu comme ouvrage d'artillerie, les restrictions budgétaires le réduiront à deux casemates d'infanterie reliées par une galerie sur laquelle sont greffées une cuisine et une infirmerie.

Initialement l'ouvrage aurait du être doté d'une tourelle de 75mm mle 1905 et une entrée séparée était à l'étude en avril 1940.

Bloc 1 : Casemate d'infanterie et entrée
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31 interchangeable avec un canon antichar de 47 mm sur birail
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31
- 2 cloches pour Arme Mixte (trumelage composé d'un canon antichar de 25 et d'un jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31 )
- 2 cloches GFM type B (FM 24/29)
- 2 créneaux pour FM 24/29
- 1 créneau pour FM 24/29 dans l'entrée
- 2 goulottes à grenades

Bloc 2 : Tourelle 2 AM
- 1 tourelle pour deux armes mixtes n° 571
- 1 cloche pour Arme Mixte (trumelage composé d'un canon antichar de 25 et d'un jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31 )
- 1 cloche GFM type B (FM 24/29)
- 1 cloche observatoire VDP
- 1 créneau pour FM 24/29
- 1 créneau pour FM 24/29 dans l'entrée
- 2 goulottes à grenades


DENOMINATION, Dénomination officielle


La numérotation allemande de l'ouvrage était PANZERWERK 505.


DENOMINATION, Indicatifs et n° d'abonné


Le numéro d'abonné de l'observatoire d'artillerie (cloche VDP) au réseau téléphonique de la fortification Maginot était O 201


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


L'équipage de l'ouvrage de la Ferté était composé de 106 hommes dont trois officiers, neuf sous-officiers et quatre-vingt-quatorze hommes de troupe principalement originaires de la 3°CEO du 155° RIF, du 3°Génie (Electromécaniciens et sapeurs), du 18° Génie (téléphonistes et télégraphistes) et de cinq observateurs du 169° RAP

Bloc 1 : Lt GUIARD puis Lt Maurice BOURGUIGNON à compter du 20 mars 1940 (vient de la casemate de Thonne le Thil)
Bloc 2 : SLt Henri THOUEMENT
Médecin : Médecin Lt Hervé FONTAINE
Transmissions : Adj SAILLY

Sgt Chef ANTOINE Désiré Louis,
BARBE (Génie), BAUMLER Georges, BERTIN (Génie), BIGAULT Eugéne, Sgt BORE René Jean (bloc 2 ,tourelle 2 AM N°6), BOREL Raymond, BRIE Christian, CAILLEAUX Jacques,
Sgt CASANOVA Jean Bernardin (bloc 1 ,cloche AM N°4), CAMPENOIS André, Sgt (Ou CHAMPENOIS ? - Génie), CHAUVENCY Antoine, Sgt CONRAUX R. (cloche GFM N°8), DELDIQUE (Génie), DEFORGES André, ESTENOUVE Louis,
Sgt FAFOURNOUX Marcel, MdL FERRIER M.( cloche VDP N°6bis)
GADIFFET Marcel, GARRE Ulysse, GEOFFROY (Génie), GOMEZ Paul, GOUDENOVE Michel, GOUIN Albert, GOURLOT Marcel,
Cal HOUDRY Fernand, HUBERT Georges,
KOESTERS Joseph, LAMBOTIN Paul, CChef LINOTTE André (Bloc 1), LANOTTE Lucien, LE SCOUARNEC François, LEDOUS Armand, FEFEVRE M. (Génie), LEGRAND Jean, Cal LEROY Paul, Cal LEVEQUE André, LHOTTE André,
MAGNY Cyprien, MICHON René, MOLARD Georges, MOTTE (Génie), NICOLAS Léon, PARIZEL Pierre, PATRY Lucien, PEROT (Genie), LELLEE (Génie), PETITFILS Roger, PRIEUX Raymond, BOBIN ( Génie), ROCHAT Eugéne, ROGER (Génie), Cpl REMOND Y., Sgt ROUSSELLE E. SABEL Charles, SERRIOT Alfred, SORIN Joseph, , Adj Chef SURMONNE M.( bloc 1 ), Adj SAILLY P. (communication)
THIEBAUT Gilbert, CCh TIEG Paul,
VANPEPERSTRAETE Raymond, VILLEVAL (Génie?), Cal VIX Charles,
WATEAU Jules, Cal WUILQUE Guy

Source(s) : genweb, David HARMAND (Comité des Défenseurs de Villy-la-Fèrté), divers.


EQUIPEMENT, Electrique


Chaque bloc de l'ouvrage est doté de sa propre centrale électrique, équipée de deux groupes électrogènes à moteur CLM type 108 développant 25 CV à 750 tours/minutes.

Les génératrices et les exitatrices électriques du bloc 1 de l'ouvrage sont de marque ATELIER ELECTRIQUE D'ORLEANS, type AT 22 8.
Elles génèrent 13KVA en 220V triphasé (54 ampères - 50 hertz )
Leurs numéros de séries sont N°163 690 et N°163 691
Les excitatrices rattachées sont également de marque ATELIER ELECTRIQUE D'ORLEANS, type CG1 SP générant du courant continu
(110 Volts ampère, 5,6 à 8,6 Ampères)
Leurs numéros de séries sont N°163 692 et N° 163 963

Les génératrices et les exitatrices électriques du bloc 2 de l'ouvrage sont de marque SCHEIDER WESTINGHOUSE (SW) de SAT 4,8m 22
Leur puissance nominale maximale est de 19 KVA en 210 Volts triphasé (52,5 ampères - 50 hertz
Leurs numéros de série sont 8236 et 8237
Les exitatrices en bout d'arbre sont de la même marque et du type S300 35, numéro de série N°8236 bis et N°8237 bis

Nota concernant la puissance effective délivrée par ces groupes.
Les moteurs CLM utilisés délivrent 25CV au maximum, ce qui correspond à une puissance électrique maximale de 18 KVA avec un alternateur parfait, sans tenir compte de son rendement ni de l'énergie absorbée par la génératrice.
Les alternateurs du bloc 1 devaient donc pouvoir débiter à leur puissance maximale nominale, soit 13 KVA sans souci particulier, par contre, la puissance maximale fournie par les groupes du bloc 2 ne devaient guère dépasser 16 KVA compte tenu du rendement des alternateurs.


EQUIPEMENT, Transmissions


L'ouvrage de la Ferté est equipé d'un central téléphonique à 32 directions.
Ce central est composé des matériel TM32 suivants:
- Panneau mural pour 32 abonnés
- Table opérateur à 14 circuits

Le bloc 2 disposait d'un central téléphonique à 16 directions sous carter étanche (installé dans le local de la cloche VDP ) qui est raccordé au central principal de l'ouvrage (B1) .

Les câbles desservant ce central seront sectionnés lors de l'abandon du B2 le 18 mai 1940 vers 20h00.


L'ouvrage était équipé d'un poste émetteur récepteur de radio type ER 250 F installé au niveau du bloc 2


EQUIPEMENT, Ventilation


Les deux blocs de l'ouvrage sont chacun dotés d'une salle de neutralisation équipée d'une batterie de cinq filtres SP 36 et disposant de cinq autres filtres stockés au titre le la rechange


GENERALITES, Localisation précise


L'ouvrage est situé dans le quartier de la Marche et dans le sous-quartier de LAMOUILLY qui correspond au III/ 23 RIC


HISTORIQUE, Chronologie


Les 18 et 19 mai 1940 une attaque allemande de grande envergure est lancée contre l'ouvrage de la Ferté, isolé depuis le départ des troupes d'intervalle.

Le 18 mai à 18h10, la cloche GFM du bloc 2 reçoit de plein fouet un obus de 88 mm, occasionnant trois morts. A 18h30, l'ennemi est sur le bloc 2. A 21h30, l'ennemi met une charge explosive de 40kg sur la tourelle.

Après que l'artillerie et les canons de 88 allemands se soient déchainés contre les deux blocs de l'ouvrage, ce sont les pionniers allemands du 171° bataillon de pionniers qui placeront des charges explosives contre les créneaux, les cloches et la tourelle de 2 armes mixtes, la faisant sortir de l'avant cuirasse.
L'assaut sera ensuite donné par deux compagnies d'infanterie allemandes des 191e et 211e régiments qui lanceront des grenades et autres charges explosives à l'intérieur du bloc 2.

L'équipage à qui le commandement demande de continuer le combat se réfugiera dans la galerie dépourvue de ventilation et d'issue de secours et suffoquera du fait des gaz résultant des explosions et de l'incendie du bloc. Les allemands découvriront au matin du 28 mai les corps des 107 hommes qui composaient l'équipage de l'ouvrage entassés dans la galerie.

L'ouvrage de la Ferté est le seul dont l'équipage ait ansi péri et cette situation trouve son explication non pas dans une quelconque supériorité de l'armée allemande mais bel et bien dans les choix et les non-choix désastreux faits par le commandement français en 1940 et la multiplication des erreurs qui lui sont imputables.

Source(s) : "La ligne Maginot-Guide des Forts à Visiter", pages 42 et 43


L'association de sauvegarde est la plus ancienne des associations de sauvegarde et de protection de la ligne Maginot , celle-ci date en effet de 1946 ; avec une refonte des statuts en 1967 (les visites ne se font alors qu'à l'occasion des commémorations en mai).

La vente de l'ouvrage par l'armée en 1973 aux deux communes de Villy et de La Ferté-sur-Chiers pour un franc symbolique marque le début de visites plus régulières bien qu'encore sporadiques ( Roger Bruge participe à un circuit sur les fortifications passant par La Ferté ).
La vente s'effectue sous la condition pour l'association, qui prend le nom de COMITE DU SOUVENIR DES DEFENSEURS DE VILLY-LA-FERTE, d'entretenir et de faire connaître le sort de la garnison.
Dans les années 80 , la fréquentation augmente et atteint près de 6000 visiteurs par an, puis une longue période de ralentissement s'enclenche. Elle perdurera jusqu'au milieu des années 2000, où le regain d'intérêt pour cette forteresse de béton entraîne une hausse de la fréquentation qui nous conduit jusqu'à nos jours et à la construction de la maison d'accueil .

Source(s) : Association COMITE du SOUVENIR des DEFENSEURS de VILLY-LA-FERTE


Le 21 mai 1950, un monument en hommage aux défenseurs de La Ferté est inauguré.

Source(s) : L'histoire de la Ligne Maginot - Jean-Pascal Soudagne


HISTORIQUE, Construction


Le plan de masse initial est daté du 16 mars 1934.
Ce plan de masse sera remanié à deux reprises, le 30 juin 1934 puis le 8 mai 1935.
Le plan d'implantation définitif est établi le 29 juillet 1935.

La construction débute en septembre 1935 par les fouille et les travaux de gros oeuvre. Les travaux de bétonnage nécessiteront une centaine d'ouvriers travaillant sans interruption à la coulée du béton. Le transport de matériaux et déblais était assuré par des wagons sur une voie de 60, tirés par un cheval.

Ils sont suivis des travaux de blindage et cuirassement, menés par les spécialistes d'une entreprise d'Argenteuil, Lagache et Glazmann, connue par ailleurs pour son expertise sur les carrosseries de voitures de sports dans l'entre-deux-guerres.

Outre les aménagements intérieurs et l'installation des matériels militaires, un élément important de la construction de l'ouvrage est aussi la pose du réseau téléphonique le reliant aux autres ouvrages.
Cette pose est effectuée par l'entreprise parisienne GT (Garczynski et Traploir).

La construction se termine en décembre 1937.

La livraison à l'armée est effectuée le premier janvier 1938,.

Quelques travaux complémentaires seront encore menés comme le projecteur extérieur qui est installé dans une niche bétonnée le 18 octobre 1939.

Source(s) : wikipedia


" on a envisagé, après coup, de relier tous ces organes entre eux et à un bloc d'entrée (note du 18 mars 1940 du génie du Secteur Fortifié de Montmédy) mais ce projet, s'il avait reçu un début d'exécution aurait posé d'importants problèmes techniques (notamment, étanchéités aux gaz des casemates à canons et présence d'un puits de service au milieu du fort...)"

Source(s) : Guide de la Ligne Maginot-Des Ardennes au Rhin, dans les Alpes.
Hohnadel Alain, Truttmann Michel
éditions Heindal 1988 - 96 pages
(pages 34,35)



DIVERS (Sans critère)


La dénomination française était OUVRAGE N°15


Description touristique


L’ouvrage de La Ferté, parfois surnommé ouvrage de Villy-La-Ferté, est une forteresse de la fameuse Ligne Maginot, situé dans le secteur fortifié de Montmédy à plus de 15 kms de Sedan.

Il demeure célèbre pour avoir été le seul fort de la ligne Maginot ou toute sa garnison périt asphyxié après les durs combats de mai 1940.


Horaires d'ouverture au public


Bâtiment d'accueil de l'Ouvrage ouvert de 13H à 18H30
Accès gratuit au parking, au musée et au court-métrage de 12 mins.

Saison touristique du 15 mars au 15 novembre.
Les départs de visite se font:
- du lundi au samedi: à 14H et 16H
- dimanche et jours fériés: dès 14H, 15H et 16H
- en juillet-août tous les jours à partir de 14H, 15H et 16H.

En dehors des horaires habituels, des visites restent possibles sur réservation via la section "Nous Contacter" du site internet ouvragelaferte.fr

A voir également:
- Un court-métrage de 12 mins racontant l'histoire de l'équipage.
- Un documentaire interactif sur La Ferté.
- Un documentaire sur les bénévoles de l'association.
- Des objets et documents historiques liés à l'ouvrage.

Ci-dessous différents évènements se déroulant tout au long de l'année 2018

- 15 mars: début de la saison; reprise des visites quotidiennes

- 19, 20 et 21 mai: cérémonies commémorant la chute de l'ouvrage de La Ferté et les combats de Villy. Grande reconstitution historique avec campement France 1940. Visite nocturne.

- 14 août: visite nocturne

- 15 septembre: visite nocturne (Journées européennes du Patrimoine)

- 16 septembre: bourse militaria (Journées européennes du Patrimoine)

- 15 novembre: fin de la saison; fermeture de l'ouvrage


Les commémorations des combats de 1940 , ce dérouleront cette année les 19 20 et 21 mai 2018 . Venez vous replonger dans l'ambiance de la campagne de France et visiter un campement français de la drôle de guerre . Présence de nombreux matériels français et allemands . Les visites seront tenues par des guides en tenues d'époques et auront lieu à partir de 10h00 et ce jusqu'à 16h00 durant le week end.

venez nombreux

Source(s) : David Harmand


Coordonnées et adresse


L'ouvrage de La Ferté se situe dans le département des Ardennes entre les villages de Villy et de La Ferté-sur-Chiers; à 20 km de Montmédy, à 50 km de Charleville-Mézières.

La visite commence au bâtiment d'accueil, près du parking.

Adresse email: contact@ouvragelaferte.fr
Numéro de téléphone: 03 24 52 97 47
Site internet: http://www.ouvragelaferte.fr/



© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 14/11/2018



Fils de discussion



Personnel de l'ouvrage de La ferté .
4 messages, le dernier est de jolasjm le 14/04/2018

SURMONNE MAURICE
22 messages, le dernier est de MDL/CHEF HARMAND le 09/04/2018

Photos d'époque: Ouvrage de la Ferté: Photo de propagande
2 messages, le dernier est de Pascal le 21/12/2017

PO La Ferté (SFM)
17 messages, le dernier est de JMBrams. le 21/06/2017

Identification pour GFM bloc 2 La ferté
5 messages, le dernier est de MDL/CHEF HARMAND le 26/05/2017

Grade de Antoine Désiré
2 messages, le dernier est de Pascal le 24/05/2017

Identification numéro tourelle 2AM la ferté .
2 messages, le dernier est de jolasjm le 22/05/2017

ouvrage de La ferté
2 messages, le dernier est de jolasjm le 30/12/2016

Boitier métallique sur le bloc 2 LA FERTE
4 messages, le dernier est de Pascal le 30/06/2016

Généralité spécificité
2 messages, le dernier est de Pascal le 28/06/2016