Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




SAINTE AGNES - SAG - EO9

( Ouvrage d'artillerie )


L'ouvrage est ouvert au public









Secteur Fortifié
SFAM - SF Alpes-Maritimes

Sous Secteur
Corniches

Quartier
Saint Agnes

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1938

Commune
SAINTE AGNES (06500)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
43.801276 - 7.463199

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940

Etat actuel





Notes et informations



ARMEMENT, Spécificités


Avec son artillerie sous casemate : canons-obusier de 135 et 75 , mortiers de 81 , le bloc de combat sud (bloc 2) est le bloc d'artillerie le plus puissamment armé de toute la ligne Maginot.


CONSTRUCTION, Cout


Le cout de construction de l'ouvrage de Sainte Agnés s'est elevé à 16 821 000 Frs de francs de l'époque


CONSTRUCTION, Description


L'ouvrage de Sainte Agnés est un ouvrage d'artillerie CORF composé de quatre blocs reliés par galerie et de deux blocs séparés.

Bloc 1: Entrée
Ce bloc est un bloc d'entrée type Alpes, prévu pour le matériel, les munitions et les hommes.
Il est ravitaillé par camions, le déchargement se faisant dans le hall d'entrée.
- 3 créneaux pour fusil mitrailleur 24-29
- 1 cloche LG (non équipée)

Bloc 2 : Casemate d'artillerie Sud
Bloc d'artillerie flanquant en direction de Menton
- 2 mortiers de 75mm modèle 31
- 2 mortiers de 81mm
- 2 lance-bombes de 135mm
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuse Reibel MAC 31
- 1 cloche LG (non équipée)
- 1 cloche GFM (Fusil mitrailleur 24-29 et mortier de 50)
- 1 cloche observatoire d'artillerie VDP (Vision Directe et Périscopique)- créneaux optiques vers Roquebrune et Mont Agel

Bloc 3 : Casemate d'artillerie Nord
Bloc d'artillerie flanquant vers Castillon situé sous les ruines du chateau de Sainte Agnés
- 2 mortiers de 75mm modèle 31
- 2 mortiers de 81mm
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuse Reibel MAC 31
- 1 cloche GFM (Fusil mitrailleur 24-29 et mortier de 50)
- 1 cloche observatoire d'artillerie VDP (Vision Directe et Périscopique)

Bloc 4: Observatoire
Observatoire d'artillerie et bloc de défense des abords Est de l'ouvrage
- 1 cloche observatoire par éléments de type normal
- 2 créneaux pour fusil mitrailleur 24-29

Bloc 5 : Casemate d'infanterie Sud
- Un créneau pour fusil mitrailleur 24-29

Bloc 6 : Casemate d'infanterie Nord
- Un créneau pour fusil mitrailleur 24-29

A noter que les blocs 5 et 6 ne sont pas reliés à l'ouvrage. Ils ont été construits ultérieurement pour combler les lacunes de la défense de l'ouvrage et sont des constructions allégées à l'épreuve du 75 seulement.


CONSTRUCTION, Environnement


On peut voir à proximité de l'ouvrage un blason comportant une impressionnante ancre de marine sculptée dans la pierre.
Ce blason a été édifié en 1932 par les Tirailleurs sur le col de Verroux et déplacé à son actuel emplacement en 1994, ce qui a sans nul doute permit d'assurer sa sauvegarde


DENOMINATION, Dénomination officielle


Aussi connu sous la codification SAG ou EO9.


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


L'effectif de l'ouvrage est de 310 hommes et 8 officiers principalement originaires du 86° BAF pour l'infanterie, de la 8° Bie du 157° RAP pour l'artillerie et du 215° Bataillon du Génie pour pour les transmissions et les sapeurs.

Cdt d'ouvrage : Cne Panzani
Major d'ouvrage : Lt Pinon

Cdt l'infanterie : Lt Nicolas
Cdt l'artillerie : Cne Testas
Cdt le SRA : Lt Contesso

Réserves mobiles : Lt Porre


EQUIPEMENT, Electrique


L'ouvrage est alimenté par le réseau civil, une usine électrique est chargée d'assurer l'alimentation de l'ouvrage en cas de coupure du réseau civil.

L'usine électrique est équipée de trois groupes électrogènes à moteur diesel SMIM 4 cylindres type 4 SR 19 développant 100 CV à 600 t/mn dotés d'un alternateur fournissant 95 KVA en 220V triphasé, ainsi que d'un groupe auxiliaire CLM 1PJ65 doté d'une génératrice 110V continus pour l'éclairage de l'usine et d'un compresseur débrayable déstiné au remplissage des bouteilles d'air utilisées pour le lancement des moteurs SMIM.

Le refroidissement des groupes électrogènes est assuré par une batterie permettant le réchauffage de l'air neuf du casernement et par un aérorefroidisseur utilisant l'air extérieur.
Le troisiéme groupe électrogène a été démonté par le Génie dans les années 1950


EQUIPEMENT, Hydraulique


L'ouvrage de Sainte Agnés est alimenté en eau par gravité depuis une source captée face au village du même nom.
L'eau est décantée puis stockée dans trois citrenes de 30 000 litres chacune.
Elle est traité par CarboChloration avant d'être consommée.


EQUIPEMENT, Mobilier et second œuvre


L'ouvrage est doté de 144 places de couchage pour la troupe, réparties en 6 chambrées de 24 lits.
Du fait du service en trois quart, et du principe de la 'Banette Chaude', les lits utilisés successivement par trois soldats permettent d'assuer le cou!chage de l'intégralité de l'équipage.
Seuls les officiers ont une chambre à part


EQUIPEMENT, Transmissions


L'ouvrage de Sainte Agnés est comme tous les ouvrages de la ligne Maginot équipé en matériel téléphonique type TM32.
Le central principal de l'ouvrage est un central à 80 directions composé de trois panneau muraux TM 32 (deux pour 32 abonnés et un troisiéme pour 16 abonnés) ainsi que de deux tables d'exploitation à 14 circuits.


ETAT ACTUEL , Etat - utilisation actuelle


Resté propriété de l'état défense, l'ouvrage de Sainte Agnés a été entretenu par l'armée jusqu'en 1990, date de sa cession à la commune de Sainte Agnés


HISTORIQUE, Chronologie


1940 - Le bloc 2 ouvre le feu à partir du 21 juin sur les routes côtières (75mm, 81mm et 135mm) et dés le 22 les mortiers de 75mm du bloc 3 entrent en action pour dégager les avant-postes de Scuvion et Pierre-Pointue dont les dessus sont pris d'assaut par les troupes italiennes.
Le 23 juin, le bloc 3 tire contre des troupes italiennes approchant Menton. Les tirs ne cesseront qu'avec l'armistice et auront forcé l'ennemi à refluer.

Seront tirés 1 201 obus de 75, 234 obus de 135 et 80 de mortiers de 81 mm.

Avril 1961, l'ouvrage de Sainte Agnés est réactivé comme d'autres ouvrages du SFAM dans la crainte d'un débarquement suite au putsch des généraux en Algérie.

1990 - La municipalité de Sainte-Agnès fait l'acquisition de l'ouvrage jusqu'alors resté propriété de l'Etat Défense. Source MinDef


La petite histoire : la gaffe ....

L'un des moteurs de l'usine a explosé lors de la réactivation de l'ouvrage en 1961. Selon la thèse officielle, la foudre est tombée sur l'ouvrage et a entrainé la destruction du moteur en question. Selon une source somme toute bien informée, un responsable du Service des Essences de Nice aurait eu l'idée de stocker de l'essence dans les cuves de l'ouvrage pour protéger le précieux carburant d'un éventuel plastiquage lors du débarquement que le commandement craignait suite au Putsch des Généraux.
L'information ne serait pas passée au niveau des agents du Service Electromécanique qui ignorant cela ont lancé le moteur du fond de l'usine lors de leur visite d'entretien planifiée. Ce moteur aurait alors explosé du fait du carburant inapproprié.
Tout le village l'a entendu et , semble t'il, cela sentait l'essence dans toute la vallée ....
Avec un moteur à explosion, tout est possible


le 22 juin 1940, les mortiers de 75 du bloc 3 ouvrent le feu pour dégager l'avant-poste de Pierre Pointue.
L'ennemie se replie sur la frontière.

" La ligne Maginot-Guide des forts à visiter" page 117


HISTORIQUE, Construction


Le marché de construction est attribué à l'entreprise Borie le 15 décembre 1931
La construction du gros oeuvre s'étale de novembre 1931 à octobre 1934, l'ouvrage sera achevé en 1938


du 6 au 12 septembre 1937, un nouvel appareil de téléaffichage (SATAS) est expérimenté à l'ouvrage mais non adopté.

réf: "la ligne Maginot, ce qu'elle était, ce qu'il en reste", J-Y Mary, page 155


DIVERS (Sans critère)


Lors de la réactivation de l'ouvrage en 1961, des personnes tentant de rentrer par effraction dans l'ouvrage des Banquettes ont été vues par le guetteur de la cloche observatoire.... et cueillis aussi vite par la gendarmerie.


Horaires d'ouverture au public


2015 :
Pendant la saison touristique du 1er juin au 30 septembre le fort sera ouvert tous les jours de 10h30 à 12h et 15h 19h
Pendant la fête du Citron du 14 Février au 4 mars 2015

Le reste de l'année il est ouvert uniquement le week-end de 14h30 à 17h30.

Tarifs 2014 :
adultes 5 € - enfant 2 € - groupe 3 €


Coordonnées et adresse


Télephone:
04 93 51 62 31
06 88 75 70 89

Fax :
04 92 10 35 14



© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 17/05/2018