Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot

Réseau de ronces artificielles - Tourelle de 75 mm

Lien-s partie Constructions :
VELOSNES (Ouvrage d'artillerie)


Fil ouvert par Phil56 ( 8 ) - Posté le 11/01/2022

Bonjour à tous,

La tourelle de 75 mm de l'ouvrage de Velosnes possède toujours une partie de sa protection contre l'infanterie (réseau bas de barbelés). La protection est assurée également par des rouleaux de ronces artificielles qui ressemblent très fort aux rouleaux Ribard utilisés en fortification de campagne.
Sont-ce les mêmes types de réseau ?
Si oui, était-ce d'un usage courant sur la Ligne Maginot ?
Je joins en annexe, une photo extraite de la "Notice au sujet des éléments de réseau Ribard" - Notice du Ministère de la guerre datant du 24 novembre 1917. (disponible sur la BnF numérique)

Merci pour les renseignements.

Philippe




Réponse de jolasjm ( 7019 ) - Posté le 11/01/2022
Dernière modification par jolasjm le 11/01/2022.
Bonjour

Les réseaux bas d'ouvrages CORF suivaient à la construction un standard bien précis (piquets à demeure de différentes hauterus, avec entrelacs de barbelés, le tout farci de queues de cochon) établi sur des largeurs standardisées. Ces réseaux normalisés n'ont rien à voir dans leur forme avec le réseau Ribard (ou Brun, ou la haie Morin...).

Ce réseau "type CORF" est défini par la notice STG du 30 Janvier 1933 sur les réseaux fixes de forteresse (voir schéma ci-dessous). Tous les ouvrages et une part importante des intervalles entre les ouvrages et casemates ont été équipés d'un tel réseau permanent (en plus des rails antichar et des éventuels fossés).

Les réseaux amovibles comme le réseau Ribard ou le réseau Brun ont été utilisés par les troupes d'intervalle essentiellement, comme réseaux antipersonnels ou antichars à pose rapide. Donc dans les intervalles de la ligne Maginot.

L'usage de ce type de réseaux (essentiellement le Brun, qui offre des déploiements plus longs de 30 mètres) furent régulièrement utilisés autour des fortifications de campagne/MOM ou sur certains ouvrages CORF construits par la MOM dans les Alpes (dans ce cas pour faire des économies...).

Alors pourquoi un élément Ribard à Velosnes ?
Je vois trois explications possibles, dans l'ordre de probabilité décroissante :
- présence de quelques éléments Ribard de 3m ou moins pour obturer les coupures du réseau CORF normal : le réseau standard d'ouvrage disposait de coupures pour permettre l'entrée/sortie de patrouilles. Ce type d'éléments permettaient éventuellement de fermer et de réouvrir facilement ces coupures au besoin (option la plus probable).
- stockage d'éléments Ribard à proximité pour réparer un tronçon de réseau permanent qui aurait été endommagé par un bombardement (moins probable... dans ce cas, les rouleaux Brun seraient plus facile et souple à l'usage)
- tentative de renforcement de circonstance du réseau CORF standard par ajout de de rouleaux Ribard pour sur-équiper une zone de réseau jugée exposée. Cette option est possible mais peu probable.

Cordialement
Jean-Michel




Réponse de molvange ( 534 ) - Posté le 11/01/2022
Dernière modification par molvange le 11/01/2022.
Bonjour

J'avais également noté (et photographié en partie) ces rouleaux.

Il me semble qu'ils sont bien trop près du bloc (à un ou deux mètres de l'ancien emplacement de la cloche GFM, on les deviens sur le haut de ma photo) pour correspondre à la première hypothèse.

Je pencherais pour la dernière hypothèse ... à moins que, comme je l'ai pensé, quand j'étais sur le terrain, ils n'aient été déposés après guerre ?

Cordialement

Michel




Réponse de molvange ( 534 ) - Posté le 11/01/2022

PS : c'était mon 400e message :-)


Réponse de aldom.perouffe ( 643 ) - Posté le 11/01/2022
Dernière modification par aldom.perouffe le 11/01/2022.
Bonsoir

Reste encore l'hypothèse d'un réseau de circonstance afin de rendre plus difficile l'accès au trou béant et au danger après la récupération de la tourelle. Avant la mise en place des rails.... Y a quand même eu au moins un accident (chute d'un enfant dans le puits de la tourelle)

Amicalement

Alain


Réponse de Pascal ( 5501 ) - Posté le 11/01/2022

Bonsoir

je penche aussi pour un réseau de circonstance déployé après guerre. Je rejoins assez l'hypothèse d'Alain , ce type de rouleaux étant pour la plupart postérieurs au conflit.

Amicalement, Pascal


Réponse de jolasjm ( 7019 ) - Posté le 11/01/2022

Bonsoir les amis

Oui, je n’avais pas pensé à de la sécurisation de ruines après guerre. Cette hypothèse n’est d’ailleurs pas incompatible avec les autres plus haut: ces rouleaux auraient pu avoir été récupéré sur un stock local d’avant guerre ou du conflit.

Amicalement
Jean-Michel


Réponse de aldom.perouffe ( 643 ) - Posté le 11/01/2022
Dernière modification par aldom.perouffe le 11/01/2022.
Rebonsoir

La dernière photo sur la page de l'ouvrage donne une partie de la réponse. Photo de Jean-Louis Nospeld en 1983
La photo 2 de Sébach également, dans une moindre mesure en 1987

Amicalement

Alain


Réponse de Phil56 ( 8 ) - Posté le 12/01/2022

Bonjour,

Merci à tous pour vos renseignements.
J'ajouterai la photo.


Amicalement
Philippe


Réponse de MDL/CHEF HARMAND ( 489 ) - Posté le 31/01/2022
Dernière modification par MDL/CHEF HARMAND le 31/01/2022.
Bonjour à tous .

Je prends le post en route , mais la présence de réseaux Ribard est également à signaler sur les dessus de l'ouvrage de La Ferté ( nous en avons sauvegarder les plus beaux ) Ces réseaux étaient disposés le long du réseau de rails antichar du bloc 2 ( en arrière de la maison d'accueil du site et à droite du chemin qui mène à ce bloc )

La pose des Ribards ne ce justifient pas dans une utilisation d'après guerre , les chicanes d'accès aux blocs ayant toujours été largement ouverte et ce depuis l'immédiat après guerre.

Personnellement je penche plus pour une utilisation non prévu à l'origine , le barrage antipersonnel ainsi crée permet d'éviter une trop grande circulation d'un ennemi à travers le réseau de rails. La Ferté est doté sur son bloc 1 de 3 réseaux de barbelés dont 1 bas à peu près 20 mètres des cloches , un réseau intermédiaire sur la pente donnant vers Margut et le réseau attenant aux rails.

Les photos ont été prisent au niveau du chemin d'accès du bloc 2 ( elle datent de 2020 )

cordialement

David




Réponse de onpp ( 22 ) - Posté le 21/09/2023

Bonjour à toutes et tous,
Ce post est ancien, mais je souhaite apporter un élément qui tendrait à prouver que l'utilisation des réseaux Ribard et Brun était un mode opératoire fréquent sur la TPM en 1939-1940.
Il s'agit d'un extrait du livre "Histoire d'un équipage" de Roger GUIARD (lieutenant chef de la casemate de Thonne-le-Thil après avoir dirigé l'ouvrage de La Ferté, en permutation avec le lieutenant BOURGUIGNON) que vous trouverez en pièce jointe.
En relatant une conversation téléphonique avec le chef de la casemate de Margut, GUIARD écrit que "le réseau de barbelés a totalement disparu et les projectiles de la journée volatilisent les quelques réseaux Brun ou Ribard posés pendant la nuit".
Ce genre de réseaux, en éléments "préfabriqués", devait donc présenter l'avantage de la rapidité de pose, à des périodes ou l'artillerie allemande savait se montrer présente.
Pour l'anecdote, GUIARD nomme le chef de Margut "lieutenant S", alors que je pensais qu'il s'agissait du lieutenant Labyt (donc L au lieu de S). Si quelqu'un a une explication ...



Réponse de jolasjm ( 7019 ) - Posté le 22/09/2023
Dernière modification par jolasjm le 22/09/2023.
Bonjour

Le commandant de la casemate de Margut est bien le Lt Labyt au moment des événements de Mai 1940, mais il ne l'a pas toujours été. Avant mars 1940, c'était le Lt Lamarle (ou La Marle selon des sources). Le "lieutenant S" est donc probablement une erreur : ce genre de confusion des souvenirs arrivait fréquemment dans les rapports ou documents écrits après guerre.

Les réseaux dépliants Ribard ou Brun étaient bien connus en 1939-40. Le réseau Ribard trouve son origine en 1916-1917 et les réseaux Brun ont été inventés avant 1914 (la notice descriptive date de 1908) ! Les documents du Génie (notamment le vade-mecum de l'officier subalterne du Génie de 1934) les mentionnent pour usages divers bien avant la guerre de 1939. Ils étaient couramment utilisés en secours pour reboucher des brèches ou couper rapidement un passage, ou en dotation normale pour la défense d'avant-postes.

Cordialement
Jean-Michel



Vous ne pouvez pas participer à ce fil de discussion, seuls les utilisateurs inscrits peuvent y répondre ou y contribuer.
S'inscrire sur le site est gratuit, rapide et sans engagement.