Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




18° Régiment du Génie

(18° RG)






Temps de paix


Le 18° Régiment du Génie est un régiment spécialisé dans les transmissions. Il est créé à Nancy (Toul) le 10 avril 1923. Initialement constitué de deux bataillons il passera à quatre bataillons dés la fin de cette même année. Le I° et le II° sont stationnés à Nancy, le III° bataillon à Lille et le IV° bataillon à Grenoble.


Insigne du 18° Régiment du Génie



Le 1er mai 1929, le régiment perd ses III° et IV° bataillons qui donnent naissance au 28° Régiment du Génie en combinaison avec le IV° bataillon du 8° Régiment du Génie, stationné à Toulouse.

Le 5 mai 1929 est remis sur pied un nouveau 3éme Bataillon à partir du 42e Bataillon de Génie, établi à à Mayenne. Ce nouveau bataillon rejoint le 29 juin 1930 les 1er et 2éme bataillons stationnés à Nancy et devient un bataillon spécialisé de région fortifiée. Il est alors composé de trois compagnies spécialisées affectées chacune à l’un des secteurs fortifiés couvrant la région fortifiée de la Lauter.

18° Génie, la 5° Cie


La 5° Cie caserne Molitor à Metz



Le 1er septembre 1935 le IV° Bataillon voit le jour. Ce bataillon type forteresse cantonné à Metz caserne Féraudy est composé de quatre compagnies (les 11°, 12°, 13° et 14° Cies) spécialisées dans les transmissions de forteresse couvrant chacune l’un des quatre secteurs composant la région fortifiée de Metz et du secteur de Montmédy.
Il comporte aussi la 9° Cie de Sapeurs Télégraphistes de Campagne, la 10° Cie de Sapeurs Radiotélégraphistes de Campagne et la 15° Cie stationnée à Bitche, affectée à la région fortifiée de Lauter, relevant elle directement de la portion centrale de Nancy lui est rattachée au niveau logistique.

Au début de 1939, le IV° bataillon est renforcé par la création de trois nouvelles compagnies, les 21° Cie de sapeurs Télégraphistes de Campagne et 20° et 21° unités mixtes de forteresse implantées au fort de Bellecroix.

En temps de paix, c'est le IV° Bataillon du 18° Régiment du Génie qui assure la gestion, l'entretien et les travaux relatifs au réseau de transmission de la Région Fortifiée de Metz. Le commandant de compagnie ou le chef de détachement est le Chef du chantier transmissions de la Chefferie des Travaux du Génie.



Les chefs de corps du 18° RG


Colonel ROLLIN - 1923 à 1928
Colonel SIVOT - 1928 à 1932
Colonel SAINTAGNE - 1933
Colonel CHANCENOTTE - 1934 à 1936
Colonel GOETSCHY - 1936 à 1938
Colonel GILSON jusqu’à la dissolution en 1939





Mobilisation


Dés la mobilisation, les régiments du génie sont dissous et leurs effectifs sont regroupés en bataillons du Génie de Forteresse, chaque bataillon couvrant un secteur fortifié.

Ces bataillons étaient composés de deux compagnies d’ouvriers du Génie et de deux compagnies chargées de l’exploitation et de l’entretien du matériel téléphonique (Cies xxx/81) et du matériel de radiotélégraphie (Cies xxx/82). Elles sont placées sous le commandement du Commandant des transmissions du secteur fortifié qui est l’officier (généralement un capitaine) qui dirigeait la compagnie qui couvrait le secteur fortifié en temps de paix .
Les sous-officiers en place dès le temps de paix et les sapeurs ayant pris une part active à la construction du réseau (dits sapeurs anciens) qui constituaient l’effectif de la compagnie du temps de paix forment dès la mobilisation l’encadrement des nouvelles compagnies constituées.

Le 18° Régiment du Génie est dissous à la mobilisation pour donner naissance le 02 septembre 1939 au Dépôt du Génie N°18 à Nancy. Ce dernier est constitué des bataillons et compagnies de sapeurs télégraphistes et de sapeurs radio-télégraphistes qui seront directement intégrée dans les unités organiques occupant les secteurs fortifiés de la RFM et de la RFL.

En exemple, la répartition (partielle) des unités pour la RFM et la RFL:


Secteur fortifié de Crusnes


204° Bon du Génie de Forteresse

- 204/1 Cie et 204/2 Cie
- 204/81 Cie de Sapeurs Télégraphistes
- 204/82 Cie de Sapeurs Radio Télégraphistes


Secteur fortifié de Thionville


203° Bon du Génie de Forteresse

- 203/1 Cie et 203/2 Cie
- 203T puis 203/81 Cie de Sapeurs Télégraphistes
- 203R puis 203/82 Cie de Sapeurs Radio Télégraphistes


Secteur fortifié de Boulay


202° Bon du Génie de Forteresse

CB Demézières
- 202/1 Cie et 202/2 Cie
- 202T puis 202/81 Cie de Sapeurs Télégraphistes (Cne Simonin Raymond, Lt Claisse Raymond)

- 202R puis 202/82 Cie de Sapeurs Radio Télégraphistes


Secteur fortifié de Faulquemont


201° Bon du Génie de Forteresse

- 201/1 Cie et 201/2 Cie
- 201T puis 201/81 Cie de Sapeurs Télégraphistes
- 201R puis 201/82 Cie de Sapeurs Radio Télégraphistes


Secteur défensif de la Sarre


208° Bon du Génie de Forteresse

- 208 /1 Cie et 208/2 Cie
- 208T puis 208/81 Cie de Sapeurs Télégraphistes
- 208R puis 208/82 Cie de Sapeurs Radio Télégraphistes


Secteur fortifié de Haguenau


206° Bon du Génie de Forteresse

- 206/1 Cie et 206/2 Cie
- 206T puis 206/81Cie de Sapeurs Télégraphistes
- 206R puis 206/82 Compagnie Radio


Secteur fortifié du Bas Rhin


210° Bon du Génie de Forteresse

- 210/1 Cie et 210/2 Cie
- 210T puis 210/81 Cie de Sapeurs Télégraphistes
- 210 R puis 210/82 Compagnie Radio




Après Guerre


Dans le cadre des restructurations après guerre, le régiment nouvellement dénommé 18° Régiment de Transmissions sera successivement recréé à Grenoble en novembre 1945, dissous en mars 1946 puis reconstitué en mai de la même année en Allemagne à partir des réserves de la 1ère Armée.


Insigne du 18 ° régiment de Transmissions




En juin 1947, il change de nom pour devenir le 42° Régiment de Transmissions et il rejoint Metz et Nancy à la fin de la même année.
En avril 1951, le régiment fait mouvement sur Epinal, l’un de ses bataillons étant détaché à Montmédy de 1956 à 1964.
En 1967 avec la fin de l’entretien des infrastructures Maginot, le régiment prend l’appellation de 18° Régiment d’Instruction des Transmissions (RIT) et retrouvera son appellation originelle de 18° RT le 1er août 1977 dans le cadre de la restructuration de l’armée de Terre.
Il est dissous le 22 mai 2010




Sources wikipedia; TM32- le téléphone dans la ligne Maginot; ATF40; Chasseurs de mémoire, R CIMA


Secteur(s) concérné(s) :SFMO SFCR SFT SFB SFFA SFSA SFR SFV SFH SFBR




© 2015 / 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 29/01/2018