Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Maison Breguet

(BREGUET)






Historique

La Maison d’horlogerie Breguet est créée à Paris en 1775 au 51 quai des Horloges par Abraham-Louis Breguet (Neufchatel 1747- Paris 1823).
Elle est spécialisée dans l'horlogerie et lui devra entre autres l'invention du système de tourbillon et de la montre-bracelet. Breguet collabore avec Chappe pour son télégraphe dont il imagine le mécanisme. Il est l’horloger de la marine française.

Il travaille dés 1807 en collaboration avec son fils unique Antoine-Louis Breguet (1776-1858) et l'entreprise prend le nom de Maison Breguet et Fils.

Antoine-Louis Breguet reprend la Maison Breguet et Fils à la mort de son père. Il se désintéresse de l’horlogerie agréés 1812 et laissera dés 1823 la tête des ateliers à son fils Louis-Clément François Breguet (Paris 1804- Paris 1883).
Ce dernier rachète l’entreprise en 1833 et s’associe alors avec des proches pour créer la Société Breguet, Neuveu et Cie.

Physicien et horloger, Louis François Clément Breguet se passionne à partir de 1832 pour l'électricité et ses applications.

L’entreprise reprend le nom de Maison Breguet en 1851, et le 8 mai 1870, se sépare de sa division horlogerie pour se consacrer aux télégraphes électriques et aux télécommunications.
C'est le contremaître et chef d'atelier de l'époque, Edward Brown, qui reprend la division montres de la maison Breguet. Breguet (horlogerie) est toujours en activité, et fait depuis 1987 partie du groupe Swatch après avoir été entre les mains des joailliers Chaumet à partir de 1970 puis d'Investcorp en 1987.
Pour différencier la source, les fabrications horlogères seront marquées Breguet, les appareillages électriques Breguet FT(pour Breguet Fabricant)

Télégraphe Breguet


Télégraphe Breguet (1844)
Inventeur Louis Breguet



Antoine Breguet (1851-1882), polytechnicien, succède à son père à la tête de la Maison Breguet. Il sera le plus prolifique des inventeurs de sa lignée et bien que décédé jeune, il égalera et surpassera même ses prédécesseurs.
Il enseigne à la Sorbonne et est le directeur de la Revue scientifique. Il se lance aussi dans la téléphonie en 1877 avec la collaboration de son cousin Alfred Niaudet.

A son décès en 1882, la Maison Breguet Electricité passe sous forme de société anonyme.

Son fils Louis Charles Breguet (1880-1955) reprend la direction de la division électrique installée à Douai à partir de 1906, avec comme collaborateur son frère Jacques Eugéne Henri Breguet (1881-1939).
Tous deux la quitteront en 1911 pour fonder la Sté anonyme des ateliers d’aviation Louis Breguet et se consacrer exclusivement à l’avionique. Cette société sera abordée par Dassault en 1967 (ou 1971?)

Après guerre, l'entreprise fusionne avec les établissements Sautter-Harlé pour donner naissance à la Société de Constructions Electriques Breguet-Sautter-Harlé en 1956.
La Société de Constructions Electriques Breguet-Sautter-Harlé sera absorbée en tant que filiale par la société sucrière F. Beghin en 1963 (devient en 1973 Beghin-Say) , puis absorbée par le groupe Fives Lille- Cail en 1966.

Ce groupe est toujours en activité en 2019 sous le nom Fives.



Domaine d'activité

Au delà de ses nombreux innovations et développements dans le domaine de l'horlogerie mécanique, la Maison Breguet innovera à la fin du 19° siècle avec de nombreux développements dans le domaine de l'électrotechnique. Elle sera l’installateur des premières horloges électriques à Lyon en 1856.
Elle est l'inventeur du parafoudre, de la sonnette électrique et sera le premier fournisseur des chemins de fer en matériel de télégraphie

Elle diversifie alors nettement ses activités et se rajoutent à ces produits la machine de Gramme (un traité avec Gramme fut signé en 1875), la dynamo électrique, le téléphone et les systèmes d'automatismes électromécaniques

Au début des années 1880, Mr Fayot alors directeur des ateliers de la Maison Breguet invente un tachymètre électrique destiné aux navires. Cet équipement sera installé entre autres sur le Courbet, Le Marceau et le Suchet.

La fin du 19° siècle voit la Maison Breguet produire des systèmes électromécaniques lourds tels que des groupes électrogènes et des motorisations diverses, thermiques et-ou électriques.
Elle fournira entre autres au ministère de la guerre des pompes, des projecteurs de DCA, des lunettes de visée, des transmetteurs d’ordre électriques, des mines sous-marines, des motorisations pour navires comme celle du sous-marin Mariotte en 1906 (Diesel et électrique) et du croiseur Pluton en 1928 (turbines) et réalisera l’équipement électrique de nombre de navires.

Elle sera aussi impliquée dans le développement et la réalisation de systèmes d’arme automatisés comme les tourelles d’artillerie de cuirassés et dans les années 30, elle sera retenue pour la conception la réalisation des motorisation et automatismes des tourelles de mitrailleuses, des tourelles de mortiers de 81mm et des tourelles d’obusiers de 75 - 33 destinées à l’équipement de la Ligne Maginot.






Sources :
- La Maison Breguet et les appareils - Fons Vanden Berghen - telegraphy.eu
- La Famille Breguet, bourgeoisie de Neuchâtel - web.archive.org
- The history of Breguet - Timeandwatches.com
- Grandes usines - Archive.org
- Breguet.com
- www.us20.archive.org
- divers web




© 2015 / 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 20/08/2019




Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu