Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




39° Régiment d'Artillerie Mobile de Forteresse

(39° RAMF)






Le 39° Régiment d'Artillerie Mobile de Forteresse (RAMF) est l'un des régiments fournissant l'artillerie couvrant le Secteur fortifié de Faulquemont en 1940. Il est issu du 39° Régiment d'Artillerie de Région Fortifiée (RARF) du temps de paix.


Le temps de paix

Le 39° RARF hérite à sa recréation à Metz en 1933 des traditions du 39° RA dissout en 1929 et qui s'est illustré lors de la grande guerre dans le nord de la France et à Verdun (1916). Son premier commandant est le Lt-Col CARBONNIER, qui deviendra le commandant de l'artillerie du SF de Faulquemont et qui sera aux côtés de son ancien régiment lors de sa reddition le 23 Juin 1940. En 1936, il est dédoublé et donne naissance au 46° RARF de Thionville, couvrant la moitié Ouest de la RF de Metz. Mais c'est en début 1938 qu'il prend sa vocation "mobile" et sa nouvelle dénomination de 39° RAMF (Régiment d'Artillerie Mobile de Forteresse) et ses équipements spécifiques (canons tractés et tracteurs Laffly et Somua).


Insigne du 39° RAMF

Insigne du régiment, avec sa devise "Semper Paratus" (Toujours Prêt)


La mobilisation

A la mobilisation, le 39° RAMF se dédouble à nouveau et donne naissance à deux régiments du temps de guerre : le 39° RAMF (de guerre) affecté au secteur fortifié de Faulquemont, et le 23° RAMF affecté au Secteur fortifié de Boulay.

Le nouveau 39° Régiment d'Artillerie Mobile de Forteresse (RAMF) est mis sur pied à Metz et rejoint le secteur fortifié de Faulquemont fin aout 1939.



Composition - Encadrement

Le régiment est constitué de trois groupes et d'un état major.


Etat-Major

Chef de corps : Col BRIGUET
Le PC du régiment est établi au BOIS de STEINBESCH Sud


I° Groupe

CE Maurice ROUSSEAU
3 batteries de 75 modèle 1897 Tractés (tracteurs Lafly 6 roues TT à raison de 2 par batterie, les deux autres pièces tirées par simple camion)
PC à ?. En batterie initialement au sud du Bois de Pontpierre, puis à partir du 11/09/1939 à la ferme Goldinholz.. Il finira en Juin 1940 par se trouver en appui du 82° RMIF (sous-secteur de LEYVILLER) avec ses trois batteries implantées au Nord et à l'ouest du village de Leyviller.


II° Groupe

CE GRENET, puis Cne (promu CE à titre temporaire) Jacques MAYER, adjoint : Cne POIROT
3 batteries de 75 modèle 1897 Tractés (tracteurs Lafly 6 roues TT à raison de 2 par batterie, les deux autres pièces tirées par simple camion)
PC à ?. Les trois batteries étaient initialement positionnées vers la corne sud du bois nord de Steinbesch (nord de Redlach)., puis seront régulièrement déplacées. En Juin 1940, l'une est à cette même corne sud du bois, l'autre dans les vergers nord de Laudrefang et la 3e près du cimetière de Redlach.


III° Groupe

CE LEGROS puis Cne de CASTELNAU (EM de l'artillerie du SF de Faulquemont) à compter 16 Décembre 1939
3 batteries de 155C Schneider Tractés (tracteurs Somua à chenilles, 4 par batterie).
PC à ?. Ces batteries étaient initialement localisées dans les vergers de Redlach, où elle restera une bonne partie du temps. En juin 1940, elle se retrouve à son point de départ dans les vergers Ouest et Sud-Est de Redlach.



Historique


Dés la mobilisation, le 39° RAMF fourni l’artillerie mobile couvrant le 146° RIF. Il apporte un support à la 2° DINA (Gal LESCANNE) dans le nord du SF lors de l' "offensive" de la Sarre en Septembre 1939. A son retour dans le secteur le 25 Septembre, le 39° RAMF est re-réparti en profondeur pour participer à la couverture de la nouvelle ligne de défense avancée L1, au plus proche de la frontière. Un groupe de 75 est avancé au moulin d'Ambach et renforcé d'une batterie de 105mm L 13 à Kleindal (issue du 121° RAL). Ce groupe avancé d'Ambach sera ensuite restreint à une batterie, appuyée par une batterie de 75mm du II/39° RAMF au nord de Laudrefang et une batterie de 75mm du I/39° RAMF dans le bois, 400m au nord du camp de Téting.

Durant l'hiver 1939-40, le 39° RAMF a peu l'occasion de s'entrainer et est déplacé deci-delà au gré des souhaits variables et parfois antagonistes des grandes unités qui se succèdent en couverture. Cette relative anarchie persiste malgré les protestations du commandement de l'artillerie du SF qui cherche à préserver son unité mobile.

Les choses se stabilisent un peu en Mars 1940, permettant à deux batteries du 39° RAMF de couvrir des coups de mains de groupes francs à la frontière avec la batterie installée à Ambach et deux batteries installées derrière la ligne L1 à la lisière sud de Carling. Le 16/05/1939, le I/39° RAMF est déplacé dans le secteur de Leyviller/Altrippe pour compenser le départ du 8° RAD.

Deux batteries de 155C du 3° Groupe du régiment participent à l'action d'ensemble contre les travaux allemands du monument de Ludweiler, à partir d'une position au sud de l'Hôpital.

Lors de l'attaque allemande du 2 Juin 1940 contre les avancées du Grossberg devant Biding et de Cappel, les pièces du I/39° RAMF installées au Nord-Est d'Altrippe participent activement au soutien de l'infanterie (3000 coups tirés ce jour là). L'attaque est arrêtée au réseau antichar...

Le 13 Juin 1940, l'artillerie du secteur de Faulquemont reçoit son ordre de repli comme l'ensemble des troupes d'intervalle. Le I/39° RIF, toujours détaché sur le sous-secteur d'Altrippe, retourne sous responsabilité du Régiment mais est prié de rester sur place jusqu'au 15 Juin à 2h.

Dans la journée du 14 Juin, les II et III/39° RAMF se repositionnent sur les emplacements reconnus. De son côté le I/39° supporte tant qu'il peut et efficacement les troupes d'infanterie frontalement attaquées par les allemands devant Cappel et Biding. Le groupe tire plus de 6000 obus et contribue à contenir l'avance ennemie dans Cappel, mais déplore 1 tué et 10 blessés ainsi que des pertes matérielles (camions, etc). Dans la soirée, il assiste le 163° RAP avec ses moyens mobiles pour replier leurs pièces, puis ira se positionner avec peine à Landroff.

Le 16 Juin, les I et II/39° sont à Jallaucourt et Gerbécourt respectivement, en appui des 146° et 156° RIF, toujours en arrière garde. Le III/39° est en action d'ensemble avec le I/142° RALH à Bezange la Grande au sud de la Seille. La situation tactique impose un repli dans la journée des I et II/39° qui passent à leur tour derrière la Seille.

Le 17 Juin, les ordres sont enfin plus positifs : il s'agit de tenir derrière le canal de la Marne au Rhin. Le régiment débute son repli en totalité derrière cet obstacle durant la nuit du 16 au 17 tout en couvrant l'arrière garde de la division (éléments du 146° et 156° RIF et le GRCA 15). Le II/39° passe le pont d'Einville dans la journée. Le I/39° arrive à ce même pont de Einville dans la soirée, pour le trouver déjà détruit par le Génie. Obligé de passer par Maixe, il arrive tardivement à sa position finale. A partir de là, le régiment sort de son jeu de plans directeurs au 1:20.000e pour le réglage de tir. Tout se fera dorénavant avec de simples cartes Michelin au 1:200.000e...

La journée du 18 est importante, avec combats intenses sur le canal de la Marne au Rhin entre Einville et Hénaménil. Le 39° RAMF apporte son soutien à la défense du canal par les 69° et 82° RMIF, mais les munitions commencent à se faire rare... Dans la soirée, la percée allemande du canal amène un nouveau repli du régiment, qui passe la Vezouze et se place à l'est de Lunéville dans la nuit du 18 au 19 Juin, puis dans la forêt de Mondon, puis derrière la Meurthe.

Le 19, le régiment est au sud de la Meurthe, et supporte le repli de la division de GIRVAL dans la forêt de Mondon et le passage de l'autre côté de la Meurthe. Peu de munitions et une virée au dépôt de Clézentaine ne permet pas de recompléter sérieusement les dotations.

Le lendemain 20, la pression allemande pousse le régiment à se replacer en arrière de la Mortagne, dans le secteur Mattezey-Remenoville. Il récupère le reste des munitions du 163° RAP car plus manœuvrier, il peut continuer à soutenir l'infanterie alors que le 163° est à bout de forces. Les batteries encore actives se placent à 3 km au nord de Rambervillers, mais une partie du III/39° RAMF est capturé à Clézentaine pendant sa mise en place pendant que la partie "lourde" du Groupe se replie sur Rouges-Eaux dans les Vosges (et perdra le contact avec son régiment). Le soir, les I et II/39° sont au sud-est de Rambervillers et appuient le repli de l'infanterie.

En début de matinée du 21, les groupes I et II sont à la Salle entre Rambervillers et St Dié puis atteignent St Michel sur Meurthe. Devant l'encerclement maintenant effectif, les batteries de 75mm restantes se placent en arc-de-cercle autour de la forêt de Mortagne pour une défense tous azimuts. Dans la soirée, le régiment reçoit l'ordre de détruire ses pièces restantes et de se replier vers le col de Haut-Jacques dans la massif de la forêt de Mortagne. Une seule pièce de 75mm et deux de 47mm sont conservées pour remplir un rôle antichar. La liaison avec le III/39° RAMF est rétablie dans la soirée : il arrive avec ses derniers 155mm. Le 22 Juin, le régiment reste sur les sommets et reçoit l'ordre en fin de journée de détruire ses dernières pièces encore disponibles : le 75mm, les deux 47mm et une douzaine de 155 C. Les pièces sont dynamitées et jetées dans un ravin et les tracteurs mis hors service (marche sans huile dans le moteur).

Le 23 Juin, le Régiment dépose les armes sur ordre du Gal CONDÉ, commandant de la 3° Armée et des troupes massées au col du Haut-Jacques. Il défile en bon ordre devant son commandant et son ancien premier commandant, descend à St Dié et part vers Sélestat. C'est le début de la captivité.



Sources : SHD-33N25, ATF 40, Hommes et histoire de la ligne Maginot T2

Rédaction initiale : Jean-Michel Jolas - © wikimaginot.eu - 03/2021


Secteur(s) concérné(s) :SFFA




Page n° 1000884 mise à jour le 23/03/2021 - © wikimaginot.eu 2021




Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu