Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




160° Régiment d'Artillerie de Position

(160° RAP)






Formé à partir du III/151° RAP de temps de paix, le 160° Régiment d'Artillerie de Position couvrait à la mobilisation les vieux forts des place-fortes de Metz et Verdun. Il a ensuite participé à la défense du Secteur Défensif des Ardennes et du Secteur Fortifié de Thionville.

Insigne du 160e RAP




Encadrement :




Historique

La mobilisation

Le 160° Régiment d’Artillerie de Position a été formé par le CMA 306 de Verdun à partir des éléments d’active du III/151° RAP. Il est affecté aux Réserves Générales d’Armée.

Le 160° RAP comprend trois Groupes, une STA (Section de Transport Automobile) et une STH (Section de Transport Hippomobile). Les 17 batteries de position et 10 batteries d’ouvrages du régiment occupent les anciennes places fortes de Metz (I/160° RAP) et Verdun (II/160° et III/160° RAP) :

  • I/160° RAP composé des 1°, 2° et 3° batteries avec 24 canons de 105 Mle 1913 et l’occupation des forts ex-allemands de Metz

  • II/160° RAP composé des 4°, 5° et 6° batteries avec des canons de 75 Mle 1897 et l’occupation des forts de la rive droite de la Meuse à Verdun

  • III/160° RAP composé des 7°, 8° et 9° batteries équipées de Saint Chamond 155 C et 155 L/1877 et l’occupation des forts de la rive gauche de la Meuse à Verdun

  • Les II/160° et III/160° servent les casemates de Bourges (2 canons de 75 sur affut) et les tourelles de 75 et de 155 des forts de Verdun

  • La 16° Bie est équipée de 150T et d’un obusier de 370 Filloux


Avec le CAC

Au cours de la nuit du 25 octobre, le I/160°, sous les ordres du chef d’escadron CHAVET, quitte Metz et fait mouvement par voie de terre, et en partie par voie ferrée, vers la région de Thionville où il est mis à la disposition du Corps d'Armée Colonial (CAC). Les batteries du groupe sont installées dans la région d’Elange où il relève le II/11° RALHC.

Le I/160° fait partie du Groupement Nord de l’Artillerie Lourde de Corps d'Armée du CAC qui est sous les ordres du Col DUCHAUSSOY (Cdt du 11° RALHC) et donne un appui à la 56° DI .
A la date du 25 janvier 1940, ce groupement est constitué des unités suivantes :

  • I/160° RAP : 105 L Mle 1913 en position à Elange, sous le Mont Saint Michel

  • Ibis/160° RAP : 105 L Mle 1913 en position vers Elange, au pied du Schwerenberg

  • IV/11° RA : 155 L Mle 1917 en position vers Guentrange

  • II/151° RA : 155 L Mle 1917 en position à la ferme Cense de Gand vers Hettange-Grande


Avec la 102° DIF

Le 16 janvier 1940, les II/160° et III/160° quittent la zone de défense de Verdun pour être affecté à la 102° Division d’Infanterie de Forteresse (anciennement Secteur Défensif des Ardennes ). Seule la 5° batterie reste sur place pour assurer la garde des vieux forts de Verdun. Les premiers éléments du 160° débarquent à Mézières le 19 janvier.

Les deux groupes sont constitués des batteries administratives suivantes :

  • 4° batterie : une batterie de 75 et une de 155 C

  • 5° batterie : 18 pièces de 150 T

  • 6° batterie : une batterie de 75, une de 155 C et armement de la casemate de Flize (un 75)

  • 7° batterie : trois sections de 155 L Mle 1877 (fort de Charlemont) et deux pièces de 75 sous casemate

  • 8° batterie : 15° Bie sur 155 C, 25° et 26° Bie sur 150 T

  • 9° batterie : une batterie de 75, une de 155 C, une de 150 T et l’armement de la casemate de Nouzonville (75)


Du 15 février au 15 mai, la 5° batterie et ses 18 pièces de 150 T sont rattachées à la 61° Division d’Infanterie.
Le 10 mai, deux sections de 155 L Mle 1877 sont transférées à l’ALCA (Artillerie Lourde de Corps d'Armée) du 42° CAF.

Les 25° et 26° Bies, avec leurs vieux 150 T, sont dissoutes le 13 mai.

Casemate d'artillerie A63 - NOUZONVILLE

Casemate de Nouzonville


Les pièces du 160° de la 102° DIF entrent en action à partir du 13 mai. Les casemates interviennent pour bloquer les troupes allemandes qui tentent de traverser sur la Meuse. Elles sont réduites au silence les unes après les autres. La dernière à tomber est celle de Nouzonville : après avoir tiré plus de 500 obus elle est détruite le 15 mai.
Les batteries de la région de Givet sont dispersées entre le 15 et le 16 mai et réaffectées à d’autres corps.

Avec la Division de Marche (DM) POISOT

Du côté de la Moselle, le CAC est relevé par le 6° CA à partir du 20 mai 1940 et quitte le secteur de Thionville. Le 160° passe sous les ordres de l’artillerie du SF de Thionville (SFT) et est rattaché au groupement d’ALL Ouest.

Le 21 mai 1940 : la section de 220 L de la 17° Bie du 151° RAP , en position dans la forêt de Cattenom, est rattachée au 160°.

Le 12 juin, le SFT forme la Division de Marche POISOT qui inclue des éléments du 160° RAP. Le 160° emmène toutes ses pièces (24 pièces de 105 L Mle 1913) à l’aide de l’attelage des STH (dont celle du 151° RAP) qui abandonnent 24 chariots.
La Division POISOT fait marche vers le sud et la région de Nancy.

Le 14 juin, les éléments du 160° rattachés au 169° RIF sont bombardés par des avions à Vernéville et doivent abandonner 3 pièces, les chevaux ayant été tués. Plusieurs hommes sont également tués et blessés. A 20h, l’Armée ordonne au 70° RAMF de faire mouvement vers Neufchâteau pour se mettre à la disposition d’une autre Grande Unité. Il ne reste alors comme artillerie à la DM POISOT que les 21 pièces de 105 L Mle 1913 avec au total 35 coups. Le commandement assure que des munitions de 105 seront disponibles dans la région de Toul.

Le 16 juin, les personnels des 151° et 160° RAP, non armé, qui faisaient la route à pied, sont embarqués par camion mis à la disposition de la DM POISOT par le 6e CA et mis en route vers la région de Gerbéviller pour y être armés.

Le 17 juin, on ne trouve pas de munitions de 105 à Toul. Le 160° est chargé de la défense de Hudiviller, entre Dombasle et Lunéville.

Le 18 juin, le 160° met en place des bouchons antichars à la lisière de la forêt de Charmes. Découvert sur sa droite, il doit se replier dans la forêt, avant d’être capturé.




Sources :
- SHD 30N255, 30N257, 34N617
- Les Grandes Unités Françaises Tome 3
- Hommes et ouvrages de la ligne maginot - Tome 2 - MARY Jean Yves, HOHNADEL Alain, SICARD Jacques

Rédaction initiale : Michel Teiten - © wikimaginot.eu - 03/2021


Secteur(s) concérné(s) :DAA SFT




Page n° 1000886 mise à jour le 18/03/2021 - © wikimaginot.eu 2021




Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu