Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Munitions de 25 mm Mle 1934

(25 mle 34)






Préambule

A l'issue de la première guerre mondiale, Le programme de réarmement de 1921 prévoit une mitrailleuse lourde ainsi qu’un canon antichar de petit calibre conduisant en 1927 à la présentation d’un canon de 20 mm au calibre insuffisant. Dès lors, le calibre de 25 mm s’impose et c’est en 1931 que les sociétés APX (Atelier de construction de Puteaux) et Hotchkiss présentent sans succès chacun un spécimen. En 1933, le prototype Hotchkiss est retenu pour devenir le canon de 25 mm SA modèle 1934.
APX, continuera à travailler sur un type plus léger pour enfin être adopté : le canon de 25 mm SA Léger modèle 1937.
Ces deux canons d’infanterie seront bien présents au sein des troupes de forteresse, notamment sur les positions intervalles, à raison de 946 canons Mle 1934 et 79 Mle 1937.



Historique de la cartouche de 25 mm Hotchkiss

Note préalable sur le vocabulaire des munitions : un projectile ne contenant pas de matière explosive est appelé balle pour un calibre inférieur à 30 mm et boulet pour un calibre supérieur. De même, pour une cartouche, la balle est montée sur un étui et un obus est monté sur une douille pour les calibres spécifiques de 20 et 25mm. Cependant, on peut trouver confondus ces deux appellations suivant les fabricants notamment sur les tracés respectifs. Conventionnellement, nous retiendrons étui pour balle et douille pour obus ou boulet.

Les premiers tracés de cette cartouche, développée par la société Hotchkiss, datent de 1931. Cette cartouche est alors constituée d’un étui conique à bourrelet en laiton 70/30 (70% de cuivre et 30% de zinc) de 193,5 mm de long, d’une charge de poudre d’environ 138g théorique de poudre H25 anti-lueur, d’un porte amorce spécifique et d’une balle chemisée de 25mm cylindro-ogivale, à noyau d’acier. La balle qui mesure 108,8 mm de long pèse de 315 à 329 grammes, suivant la nature des composants.

Etui à bourrelet de 25 mm - Tracé N° 14098B de la SFM de 1933 màj 1935 reprenant les tracés Hotchkiss à partir 1931.

Etui à bourrelet de 25 mm - Tracé N° 14098B




Balle Hotchkiss de 25 mm – Tracé N° 14097N de la SFM de 1933 reprenant le tracé Hotchkiss de 1932

Balle Hotchkiss de 25 mm – Tracé N° 14097N




Porte-amorce pour étui de 25 mm – Tracé N° 14097R de la SFM de 1933

Porte-amorce pour étui de 25 mm – Tracé N° 14097R




Dès lors, cette cartouche subie de nombreuses modifications, le profil de la balle est amélioré par la constitution d’une gorge formant ceinture de guidage (au-dessous de la gorge de sertissage), puis le porte-amorce est remplacé par le Tube Porte-Amorce Forgeat de 14/18 Mle 1933. L’étui est adapté pour recevoir ce nouveau porte-amorce. La cartouche de 25x193R est adoptée sous l’appellation de cartouche de 25mm Mle 1934.

Balle de 25mm améliorée (présence de la gorge) - Tracé N° 14097T de la SFM de 1934 màj en 1936

Balle de 25mm améliorée (présence de la gorge) - Tracé N° 14097T




Tube porte-amorce Forgeat de 14/18 Mle 1933 -Tracé N°18220D de la SFM de 1936 reprenant le tracé de l’ECP de 1933

Tube porte-amorce Forgeat de 14/18 Mle 1933 -Tracé N°18220D




L’étui est adapté pour le TPAF Mle 1933- Tracé N° 14098D de la SFM de 1934 reprenant celui d’Hotchkiss

L’étui adapté pour le TPAF Mle 1933- Tracé N° 14098D




La cartouche de 25 mm Mle 1934 dans sa silhouette définitive – Tracé N°14098E de 1934

La cartouche de 25 mm Mle 1934 dans sa silhouette définitive – Tracé N°14098E





Les cartouches utilisées dans les canons d’infanterie de 25 mm SA Mle 1934 et Mle 1937

Suivant les notices pour les canons de 25 mm SA d’infanterie, les munitions se déclinent en différents types de chargement, les munitions de guerre et les munitions d’exercice et d’instruction.

  • La cartouche de 25 mm à balle Perforante Mle 1934

  • La cartouche de 25 mm à balle Traceuse-Perforante Mle 1934

  • La cartouche de 25 mm à balle Ordinaire Mle 1934

  • La cartouche de 25 mm à balle à Portée Réduite Mle 1934

  • La cartouche de 25 mm à blanc Mle 1934

  • La cartouche de 25 mm inerte Mle 1934


Par ailleurs, il existe d’autres types de chargement dont certains n’ont pas dépassés le stade de projet, d’étude et/ou d’essais, voire certaines réalisations Hotchkiss destinées à l’exportation. Citons pour mémoire les cartouches à balle perforante de l’APX, à balle TP à traçage retardé, à balle Incendiaire au phosphore, à balles T & TP à double chemise, ainsi que les balles d’épreuve. Ces munitions ne font pas l’objet de cette présentation

Cartouche de 25 mm à balle Perforante Mle 1934

Cette cartouche, considérée comme munition de guerre, est constituée d’un étui à bourrelet en laiton 70/30 de 193,5 mm de long, pour une longueur totale de 263 mm et d’un poids de 900 grammes. L’amorçage est réalisé par le tube porte amorce Forgeat Mle 1933 renfermant un marteau, une amorce Mle 1924A, une composition d’allumage de 1,2 grammes de poudre noire comprimée (F3) et de 0,5 gramme de poudre noire superfine. La balle est composée d’un noyau en acier au tungstène surmonté d’une coiffe en plomb durci à 3% d’antimoine, recouvert d’une chemise en laiton 90/10. La balle P pèse environ 320 grammes pour une longueur de 108,8 mm. La charge propulsive théorique est de 138 grammes de poudre H25 anti-lueur conférant une vitesse initiale V0 de 920 m/s. Pour identification, la pointe de la balle P est noircie sur une hauteur théorique de 25 mm.

Cartouche de 25 mm à balle Perforante Mle 1934




Balle Perforante Mle 1934




La cartouche de 25mm à balle P Mle 1934 – Tracé N° 14118 de la SFM de 1936

La cartouche de 25mm à balle P Mle 1934 – Tracé N° 14118




Balle P Mle 1934 – Tracé N° 14118C de la SFM de 1936

Balle P Mle 1934 – Tracé N° 14118C




Cartouche de 25 mm à balle Traceuse-Perforante Mle 1934

La cartouche, considérée comme munition de guerre, est constituée du même étui amorcé que la cartouche à balle P et la charge propulsive est identique. Seule la balle est différente car le noyau en acier au tungstène trempé comporte un évidement de 8 mm de diamètre sur une hauteur de 21 mm, renfermant 2,8 grammes de composition traçante pour un poids compris entre 307 à 317 grammes. Pour identification, la pointe de la balle TP est colorée en vert sur une hauteur théorique de 25mm, la trace rouge est visible jusqu’à 1500 m. Les valeurs balistiques de cette cartouche sont identiques à la cartouche à balle P.

Cartouche de 25 mm à balle Traceuse-Perforante Mle 1934




Balle Traceuse-Perforante Mle 1934





La cartouche de 25 mm à balle TP Mle 1934 – Tracé N° 14119 de la SFM de 1936

La cartouche de 25 mm à balle TP Mle 1934 – Tracé N° 14119




Balle TP Mle 1934 – Tracé N° 14119B de la SFM de 1936
Balle TP Mle 1934 – Tracé N° 14119B



Cartouche de 25 mm à balle Ordinaire Mle 1934

La cartouche, considérée comme munition d’exercice soit à projectile d’instruction, est de même constitution que la cartouche de 25 mm à balle perforante. Seul le noyau d’acier de la balle est différent, ce dernier est en acier demi-dur. Les caractéristiques balistiques sont également identiques à la balle P mais le pouvoir perforant est moindre. Pour identification, la balle Ordinaire ne possède aucune couleur.

Cartouche de 25 mm à balle Ordinaire Mle 1934




Balle Ordinaire Mle 1934




La cartouche de 25 mm à balle O Mle 1934 – Tracé N° 14120 de la SFM de 1936

La cartouche de 25 mm à balle O Mle 1934 – Tracé N° 14120




Balle O Mle 1934 – Tracé N° 14120B de la SFM de 1936

Balle O Mle 1934 – Tracé N° 14120B



Cartouche de 25 mm à balle à Portée Réduite Mle 1934

La cartouche, est également considérée comme munition d’exercice soit à projectile d’instruction. L’étui et l’amorce sont identiques aux cartouches à balle P et TP, la charge propulsive théorique n’est que de 110 grammes. La balle est tronquée arrondie avec une large ceinture de guidage en laiton. Cette balle existe en 2 versions soit en acier demi-dur ou entièrement en laiton. Le poids de la balle varie de 276 à 286 grammes.

Cette cartouche d’exercice s’emploie dans les champs de tir restreint pour un tir compris de 200 à 800 m.

Cartouche de 25 mm à balle à Portée Réduite Mle 1934




Balle à Portée Réduite Mle 1934




Balle à Portée Réduite Mle 1934




Balle à Portée Réduite corps en laiton à gauche et en acier demi-dur à droite

La cartouche de 25mm à balle à Portée Réduite Mle 1934 – Tracé N° 14121 de la SFM de 1936

La cartouche de 25mm à balle à Portée Réduite Mle 1934 – Tracé N° 14121




Balle PR Mle 1934 – Tracé N° 14121B de la SFM de 1936

Balle PR Mle 1934 – Tracé N° 14121B



Cartouche de 25 mm à blanc Mle 1934

La cartouche, sans balle, est constituée d’un étui amorcé réglementaire coupé à une hauteur de 152 mm. La charge de poudre comprend une charge d’allumage de 4 grammes de poudre F3 et une principale de 80 grammes de balistite. L’étui est fermé par 2 opercules en carton cuir embouti.

Cependant la poudre usitée est particulièrement corrosive et elle est remplacée par une charge de 50 grammes de poudres T bis en vrac, un seul opercule de fermeture en carton cuir embouti subsiste.

A noter que l’utilisation de la cartouche à blanc n’assure pas le fonctionnement automatique des canons.

La cartouche de 25 mm à blanc Mle 1934 – Tracé N° 14122 de la SFM de 1937
La cartouche de 25 mm à blanc Mle 1934 – Tracé N° 14122




Cartouche de 25 mm inerte ou fausse cartouche Mle 1934

La cartouche est constituée d’un étui réglementaire sur lequel est soudée une balle ordinaire l’amorce est remplacée par un disque soudé comportant un logement pour la pointe du percuteur. La cartouche est lestée et présente les mêmes caractéristiques dimensionnelles que la cartouche perforante. Elle est identifiable par des trous non débouchant, à la base du culot et au collet, de 4mm de diamètre et dont le fond est peint en rouge.

Cartouche de 25 mm inerte ou fausse cartouche Mle 1934




Fausse cartouche de 25 mm– Tracé N° 14112 de la SFM de 1935

Fausse cartouche de 25 mm– Tracé N° 14112



Le marquage des étuis

Bien qu’il existe des étuis sans marquage, la plupart sont marqués au culot suivant le principe des munitions françaises de l’époque. Il existe donc des marquages à froid réalisés lors de la fabrication des étuis, ces derniers fond état :

  • à 12h : du fabricant de l’étui,

  • à 3h : de l’année de fabrication

  • à 6h : du fournisseur du métal

  • à 9h : du trimestre de fabrication.


Exemple d’étui fabriqué par ManuRhin, le 3ième trimestre, 1937 le laiton fourni par la Compagnie française des métaux


Etui fabriqué par ManuRhin, le 3ième trimestre, 1937 le laiton fourni par la Compagnie française des métaux




Marquage à froid du culot– Tracé n° M1456 de la SFM de 1935

Marquage à froid du culot– Tracé n° M1456




On retrouve sur certains spécimens, le marquage historique HOTCHKISS PARIS sur les cartouches commercialisées par cette société, y compris pour les contrats d’exportation.

Marquage spécifique de la société Hotchkiss– Tracé n° M1434 de la SFM de 1935

Marquage spécifique de la société Hotchkiss– Tracé n° M1434




Marquage précoce HOTCHKISS PARIS daté de 1934

Marquage précoce HOTCHKISS PARIS  daté de 1934




Le tube porte-amorce Forgeat de 14/18 Mle 1933 est un composant à part entière utilisé sur de nombreux étuis et douilles de différents calibres français. A ce titre, il porte un marquage du fabricant, de l’année de fabrication ainsi que d’un numéro de lot. Ce système permet un réamorçage plus rapide lors de la réfection des cartouches.

Les fabricants du TPAF Mle 1933 les plus fréquents sont :

  • MGM pour Manufacture Générale de Munitions,

  • CF pour Cartoucherie Française,

  • DBS pour Davey Bickford & Sons,

  • SAE pour Société Alsacienne d’Explosifs.

  • SF pour Société Française de Munitions


Marquage DBS




Boites en carton de 72 Tubes Porte-Amorces Forgeat de 14/18 Mle 1933

Boites en carton de 72 Tubes Porte-Amorces Forgeat de 14/18 Mle 1933




Également présent certains marquages réalisés, au nitrate d’argent, révélant les renseignements relatifs à la charge propulsive soit la nature et le lot de poudre ainsi que l’identification de l’atelier de chargement, le lot et la date de réalisation.

Marquage du culot au nitrate d’argent – Tracé n° M1456B de la SFM de 1936

Marquage du culot au nitrate d’argent – Tracé n° M1456B




Encaissage et transport des cartouches de 25 mm Mle 1934

Les cartouches de 25mm Mle 1934 à balle sont livrées initialement dans des caisses bois spécifiques contenant alors 40 cartouches de 25mm placées verticalement et maintenues par 2 plateaux percés 4 x10 spécimens.

Exemple de caisse initiale de 40 cartouches de 25mm à balle PR Mle 1934 – Extrait de la note allemande D50/8a - kennblätter Fremden Geräts Munition bis 3,6cm - Berlin 1941

Encaissage et transport des cartouches de 25 mm Mle 1934





Dans le cadre de la standardisation des encaissages, les cartouches sont ensuite livrées en caisse bois dite blanche car non peinte, N°3 modèle 1906-1923. La caisse renferme toujours 40 cartouches positionnées dans la caisse intérieure en zinc, elles sont alors disposées horizontalement, en deux colonnes de 20, emballées individuellement sous carton ondulé, les balles vers l’extérieur.

Ces caisses sont marquées du nombre et de la nature des cartouches sous différents libellés (Par ex : 40 CARTOUCHES DE 25m/m MLE 1934 P ou 40 CARTES 25m/m MLE 1934 A BALLE PERFORANTE). Afin d’identifier les différents chargements, les liteaux de la caisse sont peints en couleur soit : en vert pour les cartouches à balle perforante, en rouge et vert pour les cartouches à balle traceuse - perforante.

Marquage de caisses





Exemple de caisse N°3 modèle 1906-1923 de 40 cartouches de 25mm à balle Mle 1934 P – Extrait de la note allemande : D50/8a - kennblätter Fremden Geräts Munition bis 3,6cm - Berlin 1941

Exemple de caisse N°3 modèle 1906-1923 de 40 cartouches de 25mm à balle Mle 1934 P




Vue arrière de caisses N°3 modèle 1906-1923 de 40 cartouches de 25mm à balle Mle 1934 P

Vue arrière de caisses N°3 modèle 1906-1923 de 40 cartouches de 25mm à balle Mle 1934 P




Afin d’assurer la traçabilité du lot et de la fabrication de la cartouche encaissée une étiquette papier, est collée sur la face interne du couvercle de la caisse en bois. Une étiquette analogue, reprenant les caractéristiques de la munition, s’y retrouve quelques fois agrafée en liasse afin d’être dispatchée et collée dans le couvercle des caisses métalliques de 12 cartouches de 25 mm.

Etiquette de liasse servant à accompagner les cartouches dispatchées en caisses métalliques

Etiquette de liasse servant à accompagner les cartouches dispatchées en caisses métalliques




Pour le service du canon antichar de 25 mm, les cartouches sont, à partir des caisses de 40 cartouches, conditionnées dans des caisses tactiques, d’un poids unitaire de 13 kilogrammes, une fois garnie. Il s’agit de la caisse Mle 1936 pour 12 cartouches de 25 mm. L’étude de cette caisse est confiée à l’atelier de fabrication de Vincennes, par dépêche ministérielle n° 2.200-S-T/12 du 18 mars 1936 en concurrence du modèle proposé par la société Hotchkiss et une commande de 24000 caisses lui est notifiée le 30 avril de la même année. Cette caisse destinée uniquement aux munitions de guerre soit les cartouches à balle P et à balle TP devait initialement être peinte en noir pour les balles P et en vert pour les balles TP. Cette disposition n’est pas retenue et toutes les caisses sont peintes en vert olive avec marquage en blanc, ce qui conduit à des initiatives locales pour identifier le chargement. Ci-dessous 2 exemples non réglementaires :

Caisse Mle 1936 marquée sur les côtés d’un P pour Perforante

Caisse Mle 1936 marquée sur les côtés d’un P pour Perforante




Caisse Mle 1936 marquée sur la face avant T P pour Traceuse-Perforante ainsi que les renforts de poignée peint en rouge et vert

Caisse Mle 1936 marquée sur la face avant T P pour Traceuse-Perforante




A noter que les liasses d’étiquettes étant quelques fois absentes, ces dernières ont été reproduites par dactylographie pour être collées en caisse métallique.

Etiquette dactylographie pour être collées en caisse métallique




De même, également non règlementaire, la traçabilité du fabricant, de l’année et du lotissement de la munition peut être assurée par peinture sur la caisse Mle 1936.

Traçabilité du fabricant, de l’année et du lotissement de la munition peut être assurée par peinture sur la caisse Mle 1936




Les cartouches de 25 mm Mle 1934 utilisées pour les armes installées à demeure sous béton ou sous cuirassement.

Le canon de 25mm Mle 1934 se révélant une excellente arme antichar, grâce au pouvoir perforant de sa munition, il est décliné dans plusieurs configurations pour être installé à demeure en régions fortifiées. Dès lors, il est retenu au moins 3 versions présentant chacune une particularité de raccourcissement de la bouche à feu initiale, qui mesure 1,8 m, soit sous :

  • Cloche AM avec une longueur de 1,18 mètre,

  • Cloche et tourelle de mitrailleuses transformée en AM avec une longueur de 1 mètre,

  • Tourelle pour 2 AM avec ou sans mortier de 50 mm avec une longueur de 1,50 mètre.


Afin de conserver les valeurs balistiques et un pouvoir perforant optimum au tir antichar, les cartouches à balle employées dans les bouches à feu courtes voient leur charge propulsive théorique augmentée de 10 grammes. La cartouche de 25mm est alors désignée à CHARGE FORTE.

Nous n’avons pas trouvé de documentation officielle relative aux cartouches de 25mm à charge forte, ni par ailleurs celle spécifique à l’emploi des armes modèle 1934 et leurs munitions dans la fortification. Dés lors, il est difficile d’être affirmatif ou exhaustif sur l’utilisation voire l’existence de tous les types de chargement à balle produits à charge forte.
Cependant, nous retenons, avec certitude les munitions de guerre soit la cartouche à balle perforante et à balle traceuse-perforante puisque des spécimens existent en collection. Concernant les munitions d’exercice, il est à noter que la documentation allemande "D50/8a - kennblätter Fremden Geräts Munition bis 3,6cm - Berlin 1941 " identifie la cartouche à balle PR à charge forte. Etant donné qu’à ce jour, il ne nous a pas été permis d’observer un tel spécimen, il faut considérer cette information avec les réserves qui s’imposent.

Cartouches de 25 mm à balle Perforante Mle 1934 à charge forte

Cette cartouche est identique à celle à balle P, y compris la pointe de la balle noircie sur une hauteur théorique de 25 mm. Cependant la charge de poudre H25 anti-lueur est augmentée de 10 grammes portant à 148 grammes la charge propulsive théorique. Pour identification, la marque "CHARGE FORTE" est apposée, au nitrate d’argent, à 3 emplacements (120°) sur le pourtour de l’étui.

Cartouches de 25 mm à balle Perforante Mle 1934 à charge forte





Marquage CHARGE FORTE – Tracé n° M1456C de la SFM de 1936

Marquage CHARGE FORTE – Tracé n° M1456C de la SFM de 1936



Cartouches de 25 mm à balle Traceuse-Perforante Mle 1934 à charge forte

Comme son homologue, cette cartouche est identique à celle à balle TP, y compris la pointe de la balle peinte en vert sur une hauteur théorique de 25 mm. La charge de poudre H25 anti-lueur est également augmentée de 10 grammes portant à 148 grammes la charge propulsive théorique. Pour identification, la marque "CHARGE FORTE" est apposée, au nitrate d’argent, à 3 emplacements (120°) sur le pourtour de l’étui.

Cartouches de 25 mm à balle Traceuse-Perforante Mle 1934 à charge forte




Cartouches de 25 mm à balle à Porté Réduite Mle 1934 à charge forte

Identique à la cartouche à balle PR mais la charge également augmentée de 10 grammes porte la charge propulsive théorique à 120 grammes. Elle présente la marque "CHARGE FORTE" sur l’étui.

Cartouches de 25 mm à balle à Porté Réduite Mle 1934 à charge forte




Encaissage des cartouches de 25 mm Mle 1934 à charge forte

Les cartouches sont livrées en caisse bois, N°3 modèle 1906-1923. La caisse renferme toujours 40 cartouches positionnées dans la caisse intérieure en zinc, elles sont alors disposées horizontalement, en deux colonnes de 20, emballées individuellement sous carton ondulé, les balles vers l’extérieur.

Seul le marquage sur la caisse bois voire sur l’étiquette permet d’identifier la munition à charge forte soit après le libellé du type de balle, l’abréviation entre parenthèse : Ch.F ou ch.f. Cependant le carton ondulé enveloppant chaque cartouche possède outre les renseignements sur la nature de la charge et du chargement, l’indication en rouge bordurée : CHARGE FORTE.

Exemple de caisse N°3 de 40 cartouches à balle Mle 1934 P (Ch.F) – Extrait de la note "D50/8a - kennblätter Fremden Geräts Munition bis 3,6cm - Berlin 1941 "

Exemple de caisse N°3 de 40 cartouches à balle Mle 1934 P (Ch.F)




Exemple d’une étiquette pour caisse de cartouches à balle P à charge forte (ch.f)

Exemple d’une étiquette pour caisse de cartouches à balle P à charge forte (ch.f)




Exemple de cartouche à balle TP à charge forte avec son enveloppe individuelle de carton ondulé.

Exemple de cartouche à balle TP à charge forte avec son enveloppe individuelle de carton ondulé




Les cartouches de 25 mm Mle 1934 à charge forte sont également livrées en caisse métallique à cartouches Mle 1932, ce conditionnement, parfaitement étanche, est exclusivement réservé aux régions fortifiées pour les armes sous casemate ou cuirassement. Les cartouches, sous enveloppe de carton ondulé, y sont rangées tête bêche soit 8 par caisse.

Caisse métallique à cartouches Mle 1932 => cf : Munitions de 7,5 mm

Caisse métallique à cartouches Mle 1932




Exemple de caisse métallique à cartouches Mle 1932 pour 8 cartouches de 25 mm à balle TP (Ch.F)

Caisse métallique à cartouches Mle 1932 pour 8 cartouches de 25 mm à balle TP (Ch.F)




Points particuliers sur l’utilisation de la cartouche à charge forte dans une bouche à feu de 1,80 m

Par prescription N°2689 NT/IM du 11 mars 1938, il est demandé à la Section Technique de l’Infanterie d’examiner les conditions de tir de la cartouche à charge forte dans les canons de campagne, afin de simplifier les approvisionnements d’un seul modèle de cartouche commun aux matériels de campagne et à ceux de régions fortifiées. Par ailleurs, le gain de vitesse réalisé (V0 porté de 920m/s à 960m/s) permettrait d’augmenter d’environ 200 m la limite d’intervention.

Le 10 mai 1938, la STI rappelle cependant que l’augmentation de la vitesse initiale influence défavorablement la précision et entraine une usure rapide du tube, c’est alors ce qui avait été constaté (rapport n° 174/STI du 23 janvier 1937) lorsque que l’on a porté la V0 de 875 à 920 m/s sur le matériel de campagne par allongement du tube de 1,50 à 1,80 m. Dès lors, si pour avoir un nouvel accroissement de la ladite vitesse, on augmente, cette fois, la charge de poudre, on aura ainsi apporté à un matériel étudié avec sa munition, deux transformations portant une sur l’arme, l’autre sur la munition, sans s’assurer que les rayures ont le tracé optimum correspondant à l’arme et à la munition des types définitifs.

Il ne semble pas y avoir eu de suite à la prescription cependant la conclusion du 10 mai 1938 met en exergue la nature et les conditions d’emploi du canon de 25 mm monté en arme mixte utilisé sous casemate dont le tube fait 1,80 m de long. A noter, qu’un seul exemplaire a été installé au bloc 3 du WELSCHHOF et que nous n’avons pas trouvé, à ce jour, de documentation précise relative à cette bouche à feu,. Par ailleurs, est-ce ces raisons qui ont contrarié la diffusion de ce montage ?



Rédaction :
Eric KLAMEREK - Wikimaginot 11/2021


Sources :
Note D50/8a - kennblätter Fremden Geräts Munition bis 3,6cm - Berlin 1941
Instruction provisoire sur l’armement en service dans les casemates d’infanterie de régions fortifiées du 12 aout 1937




Page n° 1000934 mise à jour le 26/11/2021 - © wikimaginot.eu 2021




Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu