Haut de la page
Bas de de la page


Système d'alerte au gaz



Les gros ouvrages CORF sont dotés d'un systéme d'alerte aux gaz diffusant une alarme générale dans les cas ou l'ouvrage fait l'objet d'une attaque par gaz ou d'une attaque chimique.
Ce systéme assure la transmission sûre de l'ordre de mise en régime gazé de l'ouvrage aux équipes chargées de sa mise en oeuvre (1).


Composition du système


Ce système est composé d'une part de coffrets émetteurs installés au niveau des entrées arriéres (Entrée Munitions et entrée Hommes lorsqu'elle existe) et du PC de l'ouvrage, et d'autre part, de coffrets récepteurs installés dans les parties de l'ouvrage directement concérnées par une attaque en cas de gaz comme l'usine électrique, la salle de neutralisation et les gros blocs d'artillerie.

Poste émetteur d'alerte aux gaz


Boitier émetteur



Poste récepteur d'alerte aux gaz


Boitier récepteur



Les coffrets sont dotés d'une sonnerie extérieure ou d'un avertisseur sonore puissant alimenté par le réseau électrique au travers d'un coffret de relayage dans les locaux bruyants comme l'usine ou la salle de neutralisation de l'ouvrage.

Relais de sonnerie


Relais de klaxon



Contrairement à une idée répandue, ce systéme ne fait que transmettre l'alarme et informer le PC et les entrées de leur acquit mais ne pilote aucun des équipements de la fortication. La mise en régime Gazé de l'ouvrage et effectuée manuellement par les personnels qui sont dédiés à cette tâche, les électromecaniciens chargés de l'usine et de la salle de neutralisation, les hommes chargés de la fermeture des portes des entrées et ceux chargés de la mise en route de la ventilation gazé des blocs avant de l'ouvrage.

L'ensemble du systéme fonctionne en courant continu basse tension et l'usage de relais différentiels permet la surveillance permanente de l'état des lignes et des équipements tout en minimisant le câblage nécessaire entre les coffrets.



Fonctionnement de l'ensemble


En période normale, les commutateurs d'alerte des postes émetteurs sont tous sur la position Libre et seules sont allumées les lampes Secteur de chaque boitier, indiquant que ceux ci sont en veille.

Lorsque une attaque par gaz est détéctée par le service Z ou qu'un observateur apercoit un nuage aprés des tirs d'artillerie, l'alerte est donnée en basculant le Commutateur d'alerte de l'un des trois postes émetteurs de l'ouvrage de la position Libre à la position Gazé.
Elle est aussitôt répércutée sur tous les autres boitiers émetteurs et récepteurs de l'ouvrage dont l'alarme sonore retentit et sur lesquels la Lampe d'alerte correspondant au poste ayant donné l'alarme s'allume (Lorsque l'alerte est donnée depuis le coffret émetteur PC de l'ouvrage, elle correspond à une alerte qui serait donnée simultanément par les deux entrées).

Les autres postes doivent alors acquiter la réception de l'alarme en basculant le commutateur Accusé de Reception correspondant à l'emetteur de la position Libre à la position Alerte, ce qui éteint la lampe d'alerte, allume la Lampe témoin correspondant au poste émetteur et coupe l'alarme sonore locale.

Sur le poste émetteur, un ampèremètre placé en partie centrale permet de vérifier la prise ,en compte de l'alarme par les postes récepteurs, chaque poste acquittant l'alarme faisant augmenter le courant traversant l'équipement(1).

Le scénario est trés similaire en fin d'alerte pour le retour à l'état Libre. L'information est donnée en basculant le Commutateur d'alerte du poste émetteur ayant donné l'alerte de la position Gazé à la position Libre.
Elle est aussitôt répércutée sur tous les autres boitiers émetteurs et récepteurs de l'ouvrage dont l'alarme sonore retentit et sur lesquels la Lampe d'alerte correspondant au poste ayant donné initialement l'alarme se rallume.

Les postes doivent alors acquiter la réception de l'alarme en basculant le commutateur Accusé de Réception correspondant de la position Alerte à la position Libre, ce qui éteint la lampe d'alerte et la Lampe témoin et coupe l'alarme sonore locale.

Sur le poste émetteur, un ampèremètre placé en partie centrale permet de vérifier l'acquit des postes récepteurs, chaque poste acquittant l'alarme faisant baiser le courant traversant l'équipement jusqu'à ce que le courant soit nul, ce qui indiquait que tous les postes étaient retournés en position 'libre' (1)



1 - Si l'un des postes récepteur oubliait d'acquitter l'alarme, il ne pouvait pas être directement identifié et le téléphone devait alors être utilisé pour contacter tous les postes les uns après les autres jusqu'à trouver le fautif.


© wikimaginot.eu - Rédaction initiale et mise à jour Pascal LAMBERT 2015 - 2017



Autres pages en rapport sur le site



Service Z(Z) dans la catégorie Divers
Principe de la ventilation dans les ouvrages CORF dans la catégorie Principes et généralités


Photos



Poste récepteur d'alerte aux gaz



Ligne Maginot - Poste récepteur d
Détail des consignes de mise en service
Auteur : LAMBERT Pascal

LAMBERT Pascal - CC BY-SA -Paternité - Partage à l'identique

Poste récepteur d'alerte aux gaz



Ligne Maginot - Poste récepteur d
Détail des consignes d'utilisation du système
Auteur : LAMBERT Pascal

LAMBERT Pascal - CC BY-SA -Paternité - Partage à l'identique






Vous aussi participez à l'enrichissement de cette page.

Ouvrir une discussion, apporterz des compléments ou corrections et poser une question ???.
C'est facile, il suffit pour cela de vous inscrire, c'est gratuit et sans engagement.