Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot

CASTES RUINES 1



CASTES RUINES (CR)

( Ouvrage d'infanterie )









Secteur Fortifié
SFAM - SF Alpes-Maritimes

Sous Secteur
Sospel

Quartier
Braus

Maître d'ouvrage
MIL - Commandement

Constructeur
MOM

Année
1935

Commune
SOSPEL (06380)

Lieu-dit / Parcelle
Castès Ruines

Coordonnées
43.874771 - 7.468834

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Construit

Etat actuel
Incomplet





Notes et informations



CONSTRUCTION, Description

L'avant poste de Castès Ruines est un petit ouvrage d'infanterie MOM composé de deux entrées et de trois blocs reliés par galeries. Un bloc supplémentaire non relié a été rajouté.

Bloc 1 : entrée nord
Bloc 2 : entrée sud
Bloc 3 : 2 mitrailleuses
Bloc 4 : 1 mitrailleuse
Bloc 5 : observatoire
Bloc 6 : 'Tourelle' FM (non relié par galerie)

Un réseau de tranchées reliant des positions pour armes d'infanterie complètent le tout.


CONSTRUCTION, Environnement

En avant de l'A.P. deux S.E.S sont positionnées :
-S.E.S. du 95° B.A.F. ( Hte Bergevine )
-S.E.S. du 9° B.C.A. (Cuore)
Source(s) :
La Bataille pour Nice et la Provence Général A. Montagne



DENOMINATION, Dénominations alternatives

Les missions de l'ouvrage de l'AP de Castès-Ruines sont de battre la vallée de Bévéra, les pentes du Diaurus et celles du bois de Sues et l'observation d'infanterie (et d'artillerie?) de la vallée se Sospel


DENOMINATION, Indicatifs et n° d'abonné

Le numéro d'abonné de l'ouvrage d'avant poste de Castès-Ruines au réseau téléphonique de la fortification Maginot était O 265


EFFECTIF, Commandement et/ou unité

L'effectif de l'ouvrage est d'un officier, quatre sous-officiers et 40 hommes.
Il est placé sous le commandement du Lt Carmes


EQUIPEMENT, Transmissions

L'ouvrage est raccordé au réseau téléphonique de la fortification par une liaison aérienne depuis la chambre de coupure Saint Roch


HISTORIQUE, Construction

La construction du gros-oeuvre de l'ouvrage s'est étalée de 1930 à 1932, avec quelques compléments rajoutés par la suite.
Il a été construit par le 7° Génie à partir de Juillet 1930 comme part de la 1ére vague de construction de six AP entre la mer et Sospel. Le chantier étant placé à ses débuts sous la supervision du S-Lt Georges SOULÉS. Cette année là, les deux entrées sont percées ainsi que la galerie en fer à cheval qui les relie, la galerie vers le bloc mitrailleuse Sud et le début du percement du puits vertical de l'observatoire. En extérieur, un abri alpin est construit ainsi que le boyau d'accès à l'ouvrage. La pose du réseau barbelé périphérique débute. Le chantier ferme cette année là le 15 Octobre.

La campagne de construction 1931 est placée sous la direction du S-Lt BLANC. La galerie principale vers le bloc mitrailleuse double Nord est fouillée, puis maçonnée. Le bloc Nord est coulé (120 m3 de béton) et crépi. En intérieur, les locaux d'un futur moteur et les niches à munitions sont fouillées et maçonnées. Les radiers des galeries de 1930 et les escaliers des entrées sont coulés. Les piedroits et voutes sont finalisés pratiquement dans tout l'ouvrage. Des plateformes pour mitrailleuse sont construites dans les deux casemates.
Côté extérieur, le chemin d'accès est réaménagé, et les blocs actifs sont camouflés par rocaillage externe.
Le chantier ferme le 23 Septembre sur le début du dégagement des champs de tir.

Les années 1932 à 1936 sont des années blanches, sans travaux sur site hors la tourelle "Boucher" d'essai évoquée ci-dessous. Cependant, le relevé d'avancement des travaux de fin 1932 considère l'ouvrage comme techniquement achevé au niveau gros-œuvre, comme l'ensemble des six AP entre Sospel et la mer. Par ailleurs, 1936 voit un ralentissement général des travaux du fait de la détente avec l'Italie.

Les travaux reprennent activement en 1937, sous le commandement du S-Lt DURAND. Ils se traduisent dans la construction de nombreux postes de combat extérieurs, reliés par boyaux et galeries dans la logique des directives de la 15° RM de renforcement de la défense propre des AP. A ceci se rajoute la construction d'abris alpins et d'abris extérieurs à l'épreuve dans d'anciens locaux du château. En intérieur, les travaux portent essentiellement sur les finitions (mis en peinture des crépis et des parties métalliques, pose de la ventilation manuelle, des réservoirs d'eau. Un nouveau local dans le prolongement de celui qui était destiné à l'usine (maintenant stockage à munitions Stokes) est percé et maçonné, ainsi que l'amorce d'une galerie vers la coupole "Boucher" (nouveau bloc 6 de l'ouvrage) et un petit bloc cheminée de ventilation. Dans le cadre du renforcement des AP, une dalle de béton de 0,6m d'épaisseur est coulée au dessus des locaux les plus exposés et certains plafonds sont renforcés avec des fers IPN.

Les deux années suivantes voient la finalisation de l'équipement de l'ouvrage (portes intérieures, éclairage bougie, adduction et réservoirs d'eau...).
Source(s) :
SHD - 4V1613 - Historique de la construction des AP du SFAM


La "tourelle" pour FM, spécifique à l'ouvrage, est une initiative du Général BOUCHER, commandant la 15° Région Militaire en 1933, qui s'inquiète des capacités d'auto-défense propres des ouvrages d'AP. Il prescrit le 18 Avril 1933 (note 245 SD/3) au Génie de Région Militaire de regarder pour chaque AP les dispositions à prendre pour améliorer le plan de feu proche.

Le Génie ayant rendu son verdict en novembre, il préconise alors la construction de "tourelles" à calotte sphérique en béton permettant le tir toutes directions dans les pentes et recommande qu'avant toute généralisation un prototype soit réalisé dans l'un des AP du SFAM (Proposition : PIERRE-POINTUE ou SCUVION).

Le Génie prend note de la demande mais rétorque que la construction de coupoles sphériques nécessite des montages de coffrage complexes, hors de portée de la MOM. Le Général BOUCHER concède alors la possibilité de construire une coupole cylindrique avec toit plat ou légèrement bombé (Note au Génie 15°RM du 21 Décembre 1933).

Il semble qu'en fin de compte le prototype de réalisation ait été fait à CASTES-RUINES, sans suites ultérieures compte tenu de la complexité de construction et la vulnérabilité.
Source(s) :
SHD - carton 7 N 3845 - Echanges EMA-14° et 15° RM



Page n° 10160 mise à jour le 20/02/2021 - © wikimaginot.eu 2021


CASTES RUINES 1


La visite de ces constructions peut se réveler dangereuse, Mise en garde

Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu