Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




LAVOIR

( Ouvrage d'artillerie )









Secteur Fortifié
SFS - SF Savoie

Sous Secteur
Moyenne Maurienne

Quartier
Cols du Sud

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1940

Commune
MODANE (73500)

Lieu-dit / Parcelle
Le Collet

Coordonnées
45.151617 - 6.632374

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Construit

Etat actuel
Incomplet





Plan sommaire








Notes et informations



CONSTRUCTION, Cartouche ou information constructeur

Le marché de construction du gros œuvre de l'ouvrage a été initialement adjugé à la Société Provençale de Travaux Publics.


CONSTRUCTION, Cout

Le cout de construction de l'ouvrage est approximativement de 15 Millions de Frs de l'époque.


CONSTRUCTION, Description

L'ouvrage du Lavoir est un ouvrage d'artillerie CORF à sept blocs dont deux entrées.

L'entrée des munitions :
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31, initialement prévu pour une arme mixte, orienté vers la route d'accès en aval.
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31, initialement prévu pour une arme mixte, coupant perpendiculairement la route d'accès. l'arme mixte était destinée à défendre un barrage de route non construit.
- 2 créneaux pour fusil-mitrailleur 24-29, dont un de défense intérieur du garage de déchargement.
- 1 cloche GFM type A
- 1 cloche pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31, initialement prévu pour une arme mixte. L'arme mixte devait couvrir la route d'accès en amont. La cloche non équipée sert d'issue de secours.
- 2 goulottes à grenades

L'entrée des hommes :
- 3 créneaux pour fusil mitrailleurs 24-29, dont un pour la défense intérieur du couloir de l'entrée.

Le bloc 1 (ex-casemate C1 du projet initial) :
- 2 créneaux pour canons-mortiers de 75mm mle 1931
- 1 cloche pour jumelage de mitrailleuse non équipée, utilisée comme issue de secours.
- 1 créneau pour fusil-mitrailleur 24-29
- 1 goulotte à grenades
Le bloc est équipé d'une issue de secours en fond de fossé.

Le bloc 2 (ex-casemate C4 du projet initial) :
- 2 créneaux pour canons-mortiers de 75mm mle 1931
- 1 créneau pour fusil-mitrailleur 24-29, de forme particulière (absence de redans sur les parties droite et supérieure, moins exposées).
- 1 goulotte à grenades
Le bloc est équipé d'une issue de secours en fond de fossé.

Le bloc 3 (observatoire) :
- 1 cloche VDP

Le bloc 4 (ex-casemate C3 du projet initial) :
- 1 cloche lance-grenades (non équipée)
- 2 cloches pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31 orientées vers la Roue (gauche) et la Vallée étroite (droite). La cloche JM "Vallée Etroite" aurait due être équipée d'une arme mixte.

Le bloc 5 (ex-casemate C2 du projet initial) :
- 2 créneaux pour canons-mortiers de 75mm Mle 1931, orientés vers la Vallée Etroite.
- 4 créneaux pour mortiers de 81mm Mle 1932, deux vers la Vallée Etroite et deux vers la Roue.
- 3 créneaux pour fusil-mitrailleur 24-29, dont un - celui des 75 mm - a une forme particulière, identique à celui du B2.
- 2 cloches GFM type A, l'une couvrant le plateau entre le B5 et le bloc cheminée, et l'autre couvrant les approches Sud et le B4.
- 3 goulottes à grenades
Le bloc est équipé d'une issue de secours en fond de fossé.

A ceci se rajoute un bloc passif en arrière, le bloc cheminée, servant à l'évacuation des gaz viciés de la cuisine et de l'usine ainsi que des fumées de l'usine et de la chaudière du chauffage central.


CONSTRUCTION, Mission, ou Fonction de l'objet

La mission de l'ouvrage est l'interdiction des débouchés des Cols du Sud, du vallon de la Roue et de la Vallée Etroite, ainsi que du soutien de l'ouvrage du Pas du Roc.

Bloc 1 :
Couverture d'artillerie de l'ouvrage du PAS du ROC et du col de Fréjus
Couverture d'infanterie vers la passe du Jeu

Bloc 2 :
Couverture d'artillerie de la Roue

Bloc 3 :
Observatoire au profit de l'ouvrage

Bloc 4:
Interdiction des débouchés du vallon de la Roue et de la Vallée Etroite

Bloc 5:
Couverture d'artillerie (mortiers de 81) en direction de la Roue
Couverture d'artillerie (obusiers de 75, mortiers de 81) de la Vallée Etroite


EFFECTIF, Commandement et/ou unité

L'équipage de l'ouvrage du Lavoir est composé de 7 officiers et 218 hommes principalement issus des 71° BAF, 164° RAP et 4° Génie.

Cdt d'ouvrage : Cne Deyris
Major d'ouvrage : Lt Pasquier

Cdt l'infanterie : SLt Cordier

Cdt l'artillerie : Cne Dubray
Cdt le SRA : Lt de La Chapelle
Cdt le PC Tir : Lt Comet

Cdt le B1 : Lt Calas
Cdt le B2 : SLt Ricour
Cdt le B3 : ?
Cdt le B4 : Asp Gachey
Cdt le B5 : Lt Naudy et Lt Chevilotte


EQUIPEMENT, Divers

L’ouvrage du Lavoir est équipé d’un plan incliné ascendant entre l’entrée munitions en bord de route et les parties souterraines de l'ouvrage situées 97 mètres plus haut. Le plan incliné présente une pente de 61% et une longueur de 185 mètres.

Le treuil de marque Coupé-Hugot est équipé d'un moteur de 15 CV. Cet équipement a fait l'objet d'un marché passé le 30/11/1937.

Il est équipé d’un chariot de transport pour un wagon. Ce chariot est muni d’un système de parachute permettant son freinage et son arrêt par serrage sur un rail central en cas de survitesse. Le treuillage est assuré par un câble double et un contrepoids circulant sous la voie permet d’équilibrer les charges.

Un funiculaire à deux bennes et évitement médian, à flux ascendant et descendant parallèle, était initialement prévu.
L'idée du funiculaire ne fut pas retenue bien que l'élargissement de la galerie à été construite !
Finalement on optera pour un grand monte-wagonnets conventionnel à contrepoids.


EQUIPEMENT, Electrique

L'ouvrage est alimenté par le réseau civil en moyenne tension (10 200V) par une ligne aérienne depuis Modane, cette ligne dessert également l'ouvrage du Pas du Roc. Elle a été posée au dernier moment au printemps 1940, mais sans protection parafoudre, qui devra être reprise après guerre.

En cas de disparition du réseau civil l'ouvrage est alimenté par sa propre usine électrique.
Celle ci est dotée de 4 groupes électrogènes à moteur CLM 408 de 95 CV avec alternateurs GRAMME délivrant 50KW chacun et d'un groupe auxiliaire à moteur CLM 1PJ 65 de 8 cv assurant l'éclairage de l'usine et la production de l'air comprimé nécessaire au démarrage des moteurs.

L'eau des moteurs est utilisée par un aérotherme permettant le rechauffage de la caserne.


EQUIPEMENT, Hydraulique

L'ouvrage est alimenté en eau par un captage dans le ruisseau du Charmaix à proximité de l'entrée mixte.
Le stockage principal est assuré par quatre citernes de 30 m3, soit 120 000 litres.

A noter la présence d'une galerie de captage dans le local des citernes, creusée en 1934. La source a été identifiée lors du roctage des galeries en 1932 mais s'est par la suite révélée d'un débit insuffisant pour les besoins de l'ouvrage. Elle avait dut être doublée par le captage du ruisseau à proximité de l'entrée mixte en 1936-1937. Ce second captage, initialement prévu comme secours, est finalement devenu la seule alimentation en eau potable de l'ouvrage. Ce captage a nécessité l'installation d'un dispositif de verdunisation (traitement à la javel) dans le local des citernes.


EQUIPEMENT, Transmissions

Le central principal de l'ouvrage est un central à 112 directions, composé de trois panneaux muraux pour 32 abonnés et d'un panneau mural pour 16 abonnés desservis par deux tables d'opérateur à 14 circuits.

Le central du SRA-PC Tir est un central à 64 directions composé de deux panneaux muraux 32 directions et d'une table d'opérateur à 14 circuits.

Un câble téléphonique entre dans l'ouvrage par l'entrée basse pour camions, et deux autres, dont celui venant des Granges de l'Arplane, par l'entrée haute.
On notera l'utilisation de boitiers translateurs pour augmenter le nombre de circuits de communication au delà de la capacité en nombre de paires des câbles le reliant au réseau de la fortification.

L'ouvrage était doté d'un poste émetteur-récepteur ER 50.


GENERALITES, Spécificités

L'ouvrage du Lavoir présente la particularité d'être établi sur 130 mètres de dénivelé, avec son entrée munitions à 1885 m et le bloc 5 à 2 015 m. Le plan incliné reliant l'entrée munitions aux oeuvres vives de l'ouvrage accuse 97 m de dénivelé pour 185 m de longueur.


ETAT ACTUEL , Etat - utilisation actuelle

2012 - Propriétaire : Commune de Modane


HISTORIQUE, Chronologie

La petite histoire : la gaffe ....

Selon une source somme toute bien informée, l'ordre donné de neutraliser les armes lors du Putsch d'Alger aurait été exécuté par le Génie avec un zèle particulier. Les tubes des pièces des ouvrages de ce secteur ont été découpés au chalumeau alors qu'il n'était à priori question que de retirer les culasses des matériels d'artillerie.
Neutralisation définitive effectuée, chef ...

Le 26 Avril 1940, le bloc 2 de l'ouvrage a fait l'objet d'essais d'attaque au lance-flamme, en présence de la STG. Ces essais confirmèrent la grande fragilité du système de ventilation filtrée à ce type d'attaque. Les filtres se colmatent très rapidement.

Plus largement, la même semaine d'autres essais de résistance des cuirassements aux fortes explosions furent réalisés en parallèle au Lavoir et à l'ouvrage du Sapey.
Source(s) :
SHD - 7N3792



HISTORIQUE, Construction

La conception et la construction de l'ouvrage se sont étalées entre 1931 et 1940 et subira plusieurs changements importants.

Partant d'un projet initial d'ouvrage à entrée haute et composé de blocs couvrant les descentes des trois cols de la Roue, de la Vallée Etroite et du Fréjus, le projet a évolué au gré des événements techniques et politiques. La construction de l'ouvrage peut être segmentée en quatre phases successives ou se recouvrant partiellement :

1931-34 : conception générale de l'ouvrage suivie de la conception de détail des éléments constitutifs (blocs, casernement, installations)

1932-35 : construction du gros oeuvre en saisons de travail entrecoupées d'arrêts hivernaux. Des difficultés géologiques entrainent une refonte du principe d'accès et d'entrée dans l'ouvrage, forçant à passer d'une entrée unique haute à deux entrées, dont la principale est située en fond de vallée et reliée à l'ouvrage par plan incliné;

1936-37 : quasi arrêt des travaux du fait de la détente politique avec l'Italie suite à la conférence de Strésa. Seuls quelques travaux de maintien et de sécurisation de l'existant sont réalisés.

1938-40 : reprise des travaux en accéléré, avec accent porté essentiellement sur l'achévement de l'équipement intérieur de l'ouvrage (usine, ventilation, équipements électro-mécaniques, mobilier, adduction d'eau,...).

En 1940, l'ouvrage est considéré - tout juste - achevé au terme de 9 ans de travaux.

Pour le lecteur souhaitant approfondir le sujet, le détail de cet hisorique peut être lu dans l'étude historique attachée à la fiche dans l'onglet "Documents".


DIVERS (Sans critère)

L'ouvrage est alimenté par un téléphérique dont la station basse est installée au Charmaix et la station haute au casernement du LAVOIR.




Fils de discussion



Deux créneaux AM/JM à l'entrée munitions ?
6 messages, le dernier est de jolasjm le 18/10/2021
L'accés à ce fil est réservé aux membres de l'association wikimaginot

Galerie dans local des citernes
3 messages, le dernier est de jolasjm le 01/10/2021
L'accés à ce fil est réservé aux membres de l'association wikimaginot

Complexe du lavoir
10 messages, le dernier est de Laurent38 le 17/10/2019



Page n° 10263 mise à jour le 27/11/2021 - © wikimaginot.eu 2021




La visite de ces constructions peut se réveler dangereuse, Mise en garde

Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu