Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




AMODON

( Abri )









Secteur Fortifié
SFS - SF Savoie

Sous Secteur
Moyenne Maurienne

Quartier
Amodon

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
MOM

Année
1939

Commune
VILLARODIN BOURGET (73500)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
45.212911 - 6.675995

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Construit

Etat actuel
Complet





Notes et informations



CONSTRUCTION, Cout


Fin 1938, le Génie précise que le coût a été - à date - de 1,7 millions de francs. Aucun chiffre n'est précisé pour ce qu'il reste à réaliser.

Source : SHD, carton 7N3847


CONSTRUCTION, Description


Abri caverne MOM à une entrée (Sud), protégée par un créneau FM et disposant d'un sous-sol accessible par échelle et comportant le central téléphonique, et une issue de secours (Nord)


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


L'équipage était issu du 71° BAF et placé sous les ordres du Lt Blondel


EQUIPEMENT, Transmissions


L'abri était équipé d'un carter étanche pour centraux téléphonique TM32 à 12 directions (8+4)


HISTORIQUE, Construction


L'avant-projet de l'abri actif d'AMODON est déposé en même temps que celui de l'abri de PLAN à MARIN. Si il soulève les mêmes objections de fond que celui de son cousin d'outre Arc, sa conception est beaucoup plus rapide. Les plans définitifs de cet abri datent d'Aout 1932 (projet 798/S de la Direction du Génie de Grenoble). Conçus par la CORF, c'est pourtant la MOM qui va réaliser la construction de l'abri à partir de l'été 1932 et jusque Avril 1935.

Les travaux des locaux souterrains sont suffisamment avancés en 1934 pour que le projet des blocs d'entrée soit défini par Grenoble et présenté aux instances décisionnelles (projet 590/S du 28 Mars 1934). Rappelons qu'au même moment l'abri de PLAN à MARIN n'est même pas encore approuvé. Les entrées proposées pour AMODON ne donnent pas satisfaction car l'entrée Sud-Ouest ne couvre pas correctement l'issue de secours Nord-Est qui est hors vue du créneau FM. La DG de Grenoble propose d'installer une cloche GFM allégée par éléments sur l'entrée Sud-Ouest, mais ceci est repoussé par la CORF (avis 576/ORF) au motif que l'amélioration minime de protection ne vaut pas le prix de cette amélioration. Le projet, ainsi que celui des dispositifs de télé et radio-communication sont approuvés, respectivement le 26 Juin et le 5 Mai 1934. Fin 1934, l'abri se résume à un ensemble de galeries déroctées mais non recouvertes ni aménagées. Il reste les latrines à creuser, ainsi que le puits d'aération, ainsi que la mise au gabarit des fouilles déjà réalisées grossièrement.

Les deux blocs d'entrée sont coulés au printemps 1935, en même temps que les revêtements intérieurs d'une partie de l'abri.

L'absence de trace d'échanges, de rapports de construction ou d'avancement post Avril 1935 laisse penser que la construction du gros-oeuvre de l'abri s'est arrêtée lors du moratoire de construction lié à la détente avec les italiens en Avril 1935 (conférence de Stresa). Les travaux de gros-oeuvre et d'équipement ont cependant repris en 1937 et ont continué jusque lors de la "drôle de guerre".

Fin 1938, la chefferie de Chambéry précise dans son relevé des travaux que l'abri est loin d'être achevé. Sur 1939-40 sont prévus l'installation électrique, la ventilation, le chauffage et les réseaux extérieurs. Les transmissions sont installées à 25%.

Au final, les entrées sont achevées, mais l'interieur présente tous les stades d'avancement depuis la fouille jusqu'au bétonnage.

Des plans existaient en 1940 pour le compléter avec un bloc pour mortiers de 81 mm et un bloc pour mitrailleuses. Ces plans sont restés sans concrétisation.

Sources : SHD - cartons 7N3845 et 3847.



© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 06/04/2018