Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




BERSILLIES

( Ouvrage d'infanterie )









Secteur Fortifié
SFMA - SF Maubeuge

Sous Secteur
Hainaut

Quartier

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1938

Commune
BERSILLIES (59600)

Lieu-dit / Parcelle
Fort de Bersillies

Coordonnées
50.327058 - 4.006982

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940

Etat actuel





Notes et informations



ARMEMENT, Infanterie


Bloc 1 : Casemate simple flanquant à gauche - Entrée
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuses et canon AC47
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuses
- 1 cloche GFM type B
- 1 cloche pour arme mixte à deux créneaux
- 1 cloche lance-grenade
- 3 créneaux FM de défense des abords.

Bloc 2 :
- 1 tourelle à 2 armes mixtes (n° 560)
- 2 cloches GFM type B, celle de gauche (Ouest) étant équipée d'un périscope J2 d'observation lointaine.
- 2 cloches pour armes mixtes, à deux créneaux chaque. La cloche Est (droite) protège les approches de la façade du bloc et flanque vers la Salmagne, la cloche Ouest (gauche) flanque vers l'avant du bloc 1 et apporte un action frontale et de protection du réseau.
- 2 créneaux FM de défense croisée des arrières et de l'issue de secours.


ARMEMENT, Observation


La cloche GFM Ouest du bloc 2 est équipée d'un périscope J2 et est utilisée pour l'observation d'artillerie. Il est codé "Ob".


CONSTRUCTION, Cout


Le cout total du marché de construction est de 6 040 000 francs de l'époque, auquel se rajoute le coût d'équipement et munitions.


CONSTRUCTION, Description


Le Petit Ouvrage de Bersillies est un ouvrage d'infanterie CORF à deux blocs reliés par galerie souterraine.
Il est établi sur l'ancien Fort de Bersillies (1890)


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


L'effectif théorique de l'ouvrage est de 3 officiers et de 97 hommes issus de la 104° CEO du 87° RIF

Commandant de l'ouvrage (et de la 104°CEO) : Cne PUJADE
Officier adjoint : Lt VERCHAIN
Cdt le Génie : Lt VIATTE

Cdt le Bloc 1 : Ss-lt LILLE
Cdt le Bloc 2 : Lt BOCQUET

Observation d'artillerie: Ss-Lt BRASSEUR

Médecin: Lt SANDRET


EQUIPEMENT, Transmissions


L'ouvrage de Bersillies était équipé d'un central téléphonique constitué d'un panneau mural à 32 directions et d'une table opérateur à 14 circuits, le tout étant du type TM 32.

Outre ce central d'ouvrage, il était prévu un central observatoire dans le bloc 2, à côté de la cloche GFM/J2. Ce central avait un carter à 12 directions relié au central principal, à la cloche GFM, au PC, à la cloche AM Ouest et à la boite de coupure du bloc 2, elle-même reliée aux abonnés du bloc 2.

Un central téléphonique secondaire était initialement prévu dans le bloc 1, mais il sera annulé compte tenu de la proximité du central principal, proche du pied du bloc. Les abonnés du bloc 1 seront donc reliés directement au central principal, hors le poste TSF émetteur, qui lui est relié aux postes récepteurs du bloc 2.

L'ouvrage disposait en outre d'un poste TSF émetteur dans le bloc 1 et de deux postes récepteurs dans le bloc 2. Les deux locaux TSF étaient reliés par une ligne téléphonique directe.
Source : SHD 2V244


ETAT ACTUEL , Etat - utilisation actuelle


L'ouvrage a été ferraillé par les allemands durant l'occupation, en 1942.


L'ouvrage est occupé par une société de chasse, à laquelle demander une autorisation de visite.


HISTORIQUE, Chronologie


- 20 Mai 1940: les bombardements terrestres et aériens débutent sur l'ouvrage et la casemate de CREVECOEUR.

- À partir du 22 Mai 1940 au matin, les troupes allemandes de la 28°ID tirent sur les façades du bloc 2, avec des canons placés hors de portée des armes de l'ouvrage, sans plus être gênés par l'ouvrage de la SALMAGNE qui vient de tomber.

- Le 23 au matin, les pièces allemandes s'approchent encore jusqu'à 500 mètres, réussissant à mettre hors de combat la tourelle, puis à détruire la prise d'air du bloc 2.
À 10 h, l'infanterie d'assaut allemande couronne les dessus du bloc, neutralisant les dernières armes.
L'ouvrage se rend à 10 h 15

Source : wikipedia & Bibliographie


HISTORIQUE, Construction


Le plan et dossier d'implantation général de l'ouvrage est produit par la DTF de Valenciennes le 26 Juillet 1934. Il subit une première approbation le 11 Septembre 1934 après un premier round d'examen. La CORF revient cependant sur le dossier début Octobre 1934 pour requérir que les cloches AM du bloc 2 soient équipées de deux créneaux au lieu d'un seul. Le créneau additionnel de la cloche de droite parfait le flanquement vers l'ouvrage de la SALMAGNE et celui de la cloche de gauche est orienté Nord-Est. A ceci se rajoutent des améliorations requises par l'ITTF.

L'approbation finale moyennant ces modifications est obtenue par DM 6542 2/4-S le 9 Octobre 1934, pour un budget prévisionnel de 9,486 millions de francs.

Les plans des locaux souterrains sont disponibles dés le 10 Novembre 1934 (dossier 47/S). Il est convenu avec l'ITTF que ces plans établis par la DTF sur base des enseignements de ceux de la SALMAGNE, seront considérés comme un "plan-type" applicable en principe aux autres futurs ouvrages du secteur. Ils adoptent une structure en U rationnalisée, qui fera malgré tout l'objet d'un rectificatif fin 1935 pour les étendre avec une chambre supplémentaire pour 18 à 24 hommes et une chambre pour blessés.
L'approbation de ces locaux intervient le 4 Janvier 1935 par DM 64 2/4-S.

Les plans de détail et le dossier du bloc 1 sont finalisés le 21 Novembre 1934 (dossier 76/S). Le cas de ce bloc casemate/entrée est intéressant car, à la demande expresse du général BELHAGUE, il est - comme pour les locaux souterrains - pris par l'ITTF comme cas prototype de blocs futurs similaires à construire dans les autres ouvrages type Nouveaux Fronts du Nord. L'inspection va mettre beaucoup d'efforts avec les autres services centraux (SMF, STG, CORF…) pour peaufiner les détails de ce bloc en vue de cette fonction ultérieure de "plan-type" à proposer à la DTF de Valenciennes. Les principes fondamentaux de ce plan-type sont :
- de séparer de façon optimale les locaux actifs ou spécifiques au bloc de ceux qui sont liés à sa fonction d'entrée d'ouvrage. Ceci permet de rationaliser la ventilation et les circulations de personnes.
- d'optimiser au plus juste les surface d'usage pour minimiser le coût, tout en garantissant les dégagements nécessaire. Par exemple dans la partie "entrée" on s'attache à faciliter le passage des équipements et pièces encombrantes vers le sous-sol.
- de placer les locaux techniques au plus près de leur usage. Par exemple, la distance entre local TSF et position d'antenne est minimisée.
Ceci explique aussi le délai un peu plus long d'approbation (DM 1315 2/4-S du 20 Février 1935).

Le marché de la construction est daté du 5 novembre 1934 pour un montant prévisionnel de 6.039.00 F. Les travaux réels ne débutent qu'au mois de Mars 1935, l'hiver ayant été simplement limité à de la préparation de chantier.

Le dossier d'implantation détaillé du bloc 2 (196/S) est présenté le 6 Février 1935. A l'examen, il apparait que les demandes exprimées antérieurement par la CORF de rajout de créneaux aux cloches d'arme-mixte n'ont pas été intégrées, ce qui est redemandé. Le projet dépassant de 246.000 F le budget prévisionnel du bloc, l'ITTF préconise une réduction de distance 9,5m à 9m entre les deux cloches de droite pour gagner en compacité et réduire ce coût. La même logique de gain de taille se traduit par :
- une réduction des locaux de la cloche AM de gauche (ouest), conformément à une note générale de l'ITTF aux DTF émise quelques jours plus tôt et allant dans ce sens,
- une réduction du local TSF.
- le remplacement de deux chambres de 10 et 2 hommes par une chambre de 12 hommes
- enfin, la rectification du tracé de l'issue de secours, permettant de réduire la largeur du bloc vers son puits.
Côté ventilation, plusieurs modifications sont aussi demandées, comme l'augmentation légère du débit et le rajout d'une porte étanche sur l'issue, et enfin un déplacement de la descente du refoulement de la filtration pour éviter qu'il ne passe dans la chambre de repos (bruit…).
La CORF de son côté réserve son avis quant à l'implantation des cloches GFM à l'établissement du plan de feux de défense rapprochée, qui n'existe pas encore.
Le surcout résultant de 215.000 F au niveau de l'ouvrage étant jugé dans la limite de 8% d'imprévus du budget, ce dossier du bloc 2 est approuvé par DM 2812 2/4-S du 12 Avril 1935.

La logique d'optimisation ne s'arrête malgré tout pas là. En juin 1935, la DTF propose de remodifier le bloc 2, déjà approuvé depuis Avril, en allant dans le même sens que le bloc 2 de l'ouvrage d'ETH. Cette modification consiste à tourner l'implantation de la tourelle pour deux armes mixtes de 90° de manière à placer le balancier parallèle au front du bloc. Ceci permet de gagner environ 100 m3 de béton et de rendre le bloc encore plus compact. Cette amélioration est validée par DM 5281 2/4-S du 28 Juin 1935.

Les travaux ont été achevés en 1938
Source : SHD 2V244



© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 19/10/2018