Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




FERMONT - A2

( Ouvrage d'artillerie )


L'ouvrage est ouvert au public









Secteur Fortifié
SFCR - SF Crusnes

Sous Secteur
Arrancy

Quartier
Arrancy

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1935

Commune
BEUVEILLE (54620)

Lieu-dit / Parcelle
Bois de beuveille

Coordonnées
49.458418 - 5.659832

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Construit

Etat actuel
Complet





Notes et informations



ARMEMENT, Spécificités


La dotation en munitions de l'ouvrage d'artillerie de Fermont était la suivante :

Cartouches de 7,5 mm :
- 1 587 000 cartouches dont 790 000 au M1

Grenades de 50 mm :
- 24 000 grenades dont 12 900 au M1

Grenades standard (défense des fossés) :
- 960 grenades

Obus de 47 mm antichar :
- 1 800 obus dont 675 au M1

Obus de 75 mm :
- 32 000 cartouches dont 15 000 au M1

Obus de 81 mm :
- 6 400 obus de mortier dont 3000 au M1


CONSTRUCTION, Description


L'ouvrage de Fermont est un ouvrage d'artillerie CORF. Il compte 9 blocs dont deux entrées et est construit en puits.

Bloc 1 Tourelle d'artillerie
- 1 tourelle de 75 Mle 33 (n° 215)
- 1 cloche GFM type A (Mortier de 50 et FM24-29)
- 1 cloche LG (Lance Grenades, non équipée)

Bloc 2 : Tourelle d'infanterie
- 1 Tourelle de mitrailleuses Reibel MAC 31 (n°43)
- 1 cloche GFM type A (Mortier de 50 et FM24-29)

Bloc 3 Observatoire:
- 1 cloche observatoire d'artillerie VDP (Vision Directe et Periscopique)(indicatif O 3 rattaché à Fermont)
- 2 cloches pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31
- 1 cloche GFM type A (Mortier de 50 et FM24-29)

Bloc 4 : Casemate d'artillerie à trois pièces de 75 Mle 32 flanquant vers l’Est
- 1 cloche pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31
- 1 cloche GFM type A (Mortier de 50 et FM24-29)

Bloc 5 : Tourelle d'artillerie
- 1 tourelle de mortiers de 81 mm mle 1932 (n°319)
- 1 cloche GFM type A (Mortier de 50 et FM24-29)

Bloc 6 : Tourelle d'infanterie
- 1 Tourelle de mitrailleuses (n°34)
- 2 cloches GFM type A(Mortier de 50 et FM24-29)

Bloc 7 : Casemate simple flanquant vers l’Est:
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31 interchangeable avec un canon de 47 mm monté sur bi-rail
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31
- 1 cloche GFM type A (Mortier de 50 et FM24-29)
- 1 cloche LG (Lance Grenades, non équipée)

Entrée des hommes (en puits):
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31 interchangeable avec un canon de 47 mm monté sur bi-rail
- 2 cloches GFM type A (Mortier de 50 et FM24-29)

Entrée des munitions (type A en puits):
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31 interchangeable avec un canon de 47 mm monté sur bi-rail
- 2 cloches GFM type A (Mortier de 50 et FM24-29)
- 1 cloche LG (Lance Grenades, non équipée)


CONSTRUCTION, Phase ou tranche de construction


Cout de construction : 77 Mio Fr (1930)
Attributaire du marché : Sté de travaux publics ALLARY de Paris
La construction débute en 1931 et se termine en 1935
Le chantier comptera jusqu'à 600 ouvriers


DENOMINATION, Dénomination officielle


Ouvrage A2
Bloc 3 : Observatoire O 3 rattaché à Fermont)


La numérotation allemande de l'ouvrage était Werke 180


D'après une inscription murale dans le bloc 3 , l'ouvrage utilisait les dénominations suivantes pour les observatoires auxiliaires :

OA 17 - Beuveille (Casemate ?)
OA 18 - Bloc 2
OA 19 - Bloc 6 cloche Est
OA 20 - Bloc 6 cloche Ouest
OA 21 - Bloc 7

OB 5 - EH cloche Est
OB 6 - EH cloche Ouest
OB 7 - EM cloche Est
OB 8 - EM cloche Ouest


DENOMINATION, Indicatifs et n° d'abonné


Le numéro d'abonné de l'ouvrage d'artillerie de Fermont au réseau téléphonique de la fortification Maginot était 256


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


L'effectif théorique de l'ouvrage était de 572 hommes dont 19 officiers provenant principalement des 149° RIF (Régiment d'Infanterie de Forteresse) et 152° RAP (Régiment d'Artillerie de Position)

- Cdt de l'ouvrage : Cdt Brousse puis Cne Aubert à partir du 17 mai 40
- Cdt l'artillerie : Cne Faure puis Lt Braye (21° Bie d'ouvrage)
- Cdt l'infanterie : Cne Pelissier puis Rolland
- Cdt le Génie : Lt Baud
- Major d'ouvrage : Lt Peninou

- Cdt le Bloc 1 : Lt Boury
- Cdt le bloc 2 : Slt Carton
- Cdt le bloc 3 : Lt Delaye
- Cdt le bloc 4 : Slt Bouley-Emy
- Cdt le bloc 5 : Slt Bourbon
- Cdt le bloc 6 : Slt Martin
- Cdt le bloc 7 : Lt Scherb
- Cdt l'EH : Lt Garnier puis Lt Pomiés
- Cdt l'EM : Lt Pomiés


EQUIPEMENT, Electrique


Dans le cadre de son fonctionnement normal, l'ouvrage de Fermont absorbe une puissance de 450 KW.

L'energie électrique nécessaire est fournie soit par :
- une alimentation HT aérienne dite du temps de paix arrivant à l'entrée hommes
- une alimentation HT profondément enterrée (3 mètres aux abords de l'ouvrage) provenant du poste de transformation protégé de Xivry-Circourt pénetrant dans l'ouvrage par une entrée de cable spécifique située au niveau du garage des locotracteurs.
- L'usine électrique de l'ouvrage

Un poste de transformation est installé à proximité de l'usine électrique.

L'usine électrique comprend 4 groupes électrogènes SGCM diesel 4 temps 6 cylindres type GVU 33 développant 233 CV à 500 (600?) tours-minute démarrant à l'air comprimé et deux groupes auxiliaires de marque CLM type 1PJ65.
Le premier groupe entraîne un alternateur de 5KW utilisé pour l'éclairage de la partie technique de l'ouvrage et son accés (usine, sous station, postes de transformation et entrée des hommes)
Le second groupe auxiliaire entraine une génératrice 110v continu de 3 KVA pour l'éclairage de secours de l'usine et un compresseur Luchard M4 débrayable servant à gonfler les bouteilles d'air comprimé utilisées pour le demarrage des groupes électrogènes SGCM.

Les réservoirs journaliers des groupes électrogènes sont alimentés en fuel depuis des citernes assemblées sur place totalisant une capacité de 195 000 litres


De manière à limiter les pertes liées à la distance entre l'usine et les blocs de combat, la tension de 440 volts fournie par les groupes électrogènes ou les transformateurs est élevée à 1500 volts par la station principale située au niveau de l'usine et transportée jusqu'à la sous station A située au niveau des blocs de combat ou elle est ramenée à une tension de 440 volts avant d'être distribuée à chacun des blocs.

Les quatre tourelles de l'ouvrage fonctionnent sous une tension de 110 volts continus fournie par deux groupes convertisseurs installés au niveau de la sous station A.

Les locotracteurs nécessitant une tension de 600 volts continus pour leur fonctionnement, ils sont alimentés au travers de la caténaire depuis deux groupes convertisseurs de 70 et 40 KW installés dans la sous station principale.


EQUIPEMENT, Hydraulique


L'ouvrage de Fermont est alimenté en eau par un puit de 65 métres de profondeur.
Le stockage d'eau est assuré par une citerne principale de 45 m3 et des citernes de quelques metres cube installées au niveau des blocs. Les citernes des blocs peuvent être alimentées depuis la citerne principale ou par le recueillement des eaux de ruissellement de la dalle des blocs captés par la cunette les entourant.

Les eaux usées sont collectées par un réseau d'égout noyé dans le radier des galeries aboutissant au collecteur principal situé au niveau de l'entrée des hommes puis sont évacuées par une galerie d'égout de 220 mètres de long prolongée après un siphon par un tuyaux de 480 mètres de long débouchant à l'air libre


HISTORIQUE, Chronologie


le 16 septembre 1983,les dessus de l'ouvrage servent de cadres à des manœuvres.

le 14 juillet 1986, l'ouvrage accueil le Président de la République François Mitterrand.
Source : La ligne Maginot de 1945 à nos jours - page 84


- le 17 juin 1940, un Flak 88 perce le bloc 4... mais arrête heureusement ses tirs juste au moment de la percée. Le bloc sera réparé avec les moyens du bord.

- le 21 juin, l'ID 161 attaque l'ouvrage, sans succès. (nota : La source en référence semble préciser que des stukas participaient à l'attaque, ce qu'aucune autre source de référence connue ne confirme. A prendre avec précaution, donc)

- le 27 juin, l'équipage met bas les armes sur ordre et part en captivité.
Source : "La Ligne Maginot-Guide des forts à visiter", page 46


HISTORIQUE, Construction


L'ensemble de FERMONT est partie intégrante de l'avant-projet succinct du secteur Rochonvillers-Longuyon, présenté à la CORF et approuvé en Aout 1930.

Le plan de masse de l'ensemble de FERMONT (dossier 351/S accompagné de la lettre 85/ORF de la CORF du 4 Février 1931) est approuvé par l'EMA (DM 571 3/11-1) le 3 Mars 1931 moyennant le fait que ses approches par l'avant - mal vues de l'ouvrages - soient protégés par des "ouvrages complémentaires" sur l'épaule en avant, de façon similaire à ce qui est prévu pour ANZELING. A ce stade l'ouvrage s'est déjà vu amputé d'une tourelle frontale pour CO de 75mm et de sa tourelle de 135mm, comme les autres ensemble du secteur Rochonvillers-Longuyon. Autant dire que la demande du Gal WEYGAND demeurera lettre morte pour raison budgétaire et augmentera la liste de ce qui doit être fait en 2e cycle.

Conformément à ce plan de masse, un projet de plan d'implantation général (453/S) est présenté le 24 Avril 1931. N'appelant pas de changements majeurs, il est proposé pour approbation par la CORF (note 340/ORF du 18 Mai 1931).

Le projet d'avril 1931 prévoyait un magasin à munition principal (M1) constitué de six alvéoles assurant un stockage de munitions correspondant à l'ensemble des pièces d'artillerie et armes d'infanterie initialement prévues.

Le magasin M1 réalisé correspond aux besoins effectifs de l'ouvrage suite à l'ajournement des blocs initialement prévus et est constitué de trois alvéoles, la troisième alvéole est en fait non achevée et consiste en deux demi-alvéoles. Ces locaux ne sont pas dotés des moyens de protection contre l'incendie réglementaires.

Le projet d'extension du M1 en second cycle sera remanié en 1932 et relancé en Mai 1933. Du fait des restrictions budgétaires cela restera lettre morte (report acté par DM 2612 2/4-S du 1 Juin 1933).

Quatre blocs prévus au 2è cycle ne seront pas réalisés : 1 tourelle de 75-33, 1 tourelle de 135 et 2 blocs d'infanterie.

En Juin 1934 intervient un échange entre l'ITTF et la DTF de Metz-Ouest à propos de l'espace existant entre le monte-charge de l'EM et l'aiguille de voie de 0,60m. Suite à une faute de frappe dans les plans d'origine cette distance est de 6,14m alors qu'elle aurait du être au minimum de 6,19m pour permettre le transfert d'une plateforme Mle 1888 sur la voie de garage de l'entrée sans que les roues ne bloquent l'aiguille. Comme le bloc est déjà construit et la voie est posée, seule une vérification peut être réalisée. Celle-ci montre qu'avec le tampon contre la grille du monte-charge, cela passe malgré tout mais avec une marge inférieure au centimètre…
Source : SHD 2V244, 7N3809


Horaires d'ouverture au public


2014
L'ouvrage est visitable de mai à mi-septembre, horaires sur le site de l'association.
Il est visitable pour les groupes toute l'année sur réservation.

Tarifs 2014 :
Adulte : 9 euros
Enfant de 7 à 12 ans : 5 euros
Enfant de moins de 7 ans : gratuit
Groupe à partir de 30 personnes : 6,50 euros par visiteur
Groupes de moins de 30 personnes : forfait de 195 euros


Coordonnées et adresse


Association des Amis de l'Ouvrage de Fermont et de la Ligne Maginot (AAOFLM)
9 rue Albert Lebrun
54260 LONGUYON

Tel : (0033) (0)3.82.39.35.34

Fax : (0033) (0)3.82.39.26.46

E-mail : fort.de.fermont@orange.fr



© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 07/07/2018



Fils de discussion



note sur l'attaque sur Fermont
8 messages, le dernier est de NC le 20/05/2018

Fouille
4 messages, le dernier est de lia le 19/05/2018

Usine électrique d'ouvrage à identifier - FERMONT
7 messages, le dernier est de Pascal le 26/07/2017

photo qui ne coresspond pas au sujet
4 messages, le dernier est de jolasjm le 11/03/2016