Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




16/3 - KILSTETT

( Casemate d'infanterie - double )









Secteur Fortifié
SFH - SF Haguenau

Sous Secteur
Herrlisheim

Quartier
Gambsheim

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
Commune
KILSTETT (67840)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
48.673255 - 7.860415

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Construit

Etat actuel
Incomplet





Notes et informations



ARMEMENT, Infanterie

La casemate de Kilstett était dotée de :
- 2 créneaux pour jumelages de mitrailleuses Reibel MAC 31 ou canon antichar de 47mm
- 2 créneaux pour jumelages de mitrailleuses Reibel MAC 31
- 1 cloche GFM type A à 5 créneaux (FM 24/29) et mortier de 50 Mle 35)
- 3 créneaux pour FM 24/29 de façade
- 1 créneau pour FM 24/29 de porte
- 2 goulottes lance grenades

Elle devait être équipée de deux projecteurs blindés en remplacement des projecteurs provisoires. L'installation de ces projecteurs n'a pas été terminée, seuls les mats sont en place.


CONSTRUCTION, Cartouche ou information constructeur

La construction a été adjugée à l'entreprise Charles Mehl de Haguenau
Source(s) :
Archives de la prefecture Bas-Rhin



CONSTRUCTION, Description

La casemate de Kilstett est une casemate d'infanterie CORF double type SFBR.
Elle est construite sur un seul niveau


EFFECTIF, Commandement et/ou unité

L'équipage de la casemate de Kilstett était composé de 25 hommes du rang et sous-officiers issus de la 10°CEC (ex 2°CEO du SFBR) du 70° RIF


EQUIPEMENT, Electrique

L'alimentation en électricité de la casemate était assurée par un groupe électrogène à moteur CLM 1PJ65.
Il est possible que la casemate ait été raccordée au réseau civil, des traces de tableau existent dans l'entrée qui corroborent cette hypothèse.


EQUIPEMENT, Transmissions

L'installation téléphonique de la casemate de Kilstett était composée d'un poste téléphonique étanche placé dans la chambre de l'officier la commandant et d'une prise téléphonique installée dans la cloche GFM.
Ces deux équipements était reliés à un répartiteur fixé au mur du couloir donnant sur la chambre de tir sur et la chambre du chef de casemate.


ETAT ACTUEL , Etat - utilisation actuelle

2000 - La casemate n’'a plus que son entrée et sa cloche de visible, le reste étant remblayé
2012- La casemate a été déblayée par l'association 'Les gardiens du Rhin' qui en assure la conservation et la restauration


HISTORIQUE, Chronologie

La casemate aurait été impliquée dans les combats de la libération. Une plaque commémorative à été inauguré à l’'occasion du cinquantenaire et se trouve sur la façade, à gauche de l’'entrée.
Il y entre autres quelques impacts sur la GFM.

La casemate a été déclassée du domaine public et reversée au domaine privé de l'état défense par décret du 21 juin 1966

Classement dans la première série des places de guerre le 27 mai 1938.
Source(s) :
Journal Officiel du 11 juin 1938


Approbation des délimitations des zones de servitudes et des fortification en commission le 30 juillet 1934, le 22 février 1935, le 28 mai 1935
Approbation du bornage des servitudes le 14 février 1938

Extraits de la revue Historica mentionnant la casemate lors des combats de janvier 1945.

5 janvier, Task Force B (Task Force Linden), compagnie F/232 :
"...Les secouristes, là aussi furent à l'honneur. James Horan eut un blessé dans sa section : Boris Bittker. James traîna Boris dans la neige jusqu'à un fossé (surement le Hanaurrhein, distant de 300 m de la casemate). Mais c'était une position trop exposée qu'ils durent abandonner. Après avoir donné les premiers soins à Boris, ils le poussèrent en dehors du fossé et lui dirent de gagner en rampant un bunker. Un homme courageux sortit du fossé en courant, prit Boris sur son dos et le porta jusqu'au bunker. Pendant ce temps, James Hummert, secouriste, allait de trou en trou, réconfortant les blessés..."

6 janvier, Task Force B (Task Force Linden), compagnie H/232, témoignage de Theodore Johnson :
"...Le lendemain matin nous nous joignîmes à l'attaque de la compagnie F. Bill Howard se porta volontaire pour retourner avec le Général Linden à notre ancien avant-poste afin de récupérer le matériel que nous y avions abandonné. Comme nous avancions, nous vîmes un bunker de la ligne Maginot. Il se dressait à l'extérieur de Kilstett en direction de Gambsheim. Un ou deux chars arrivèrent près du bunker. Bien sûr ils arrachèrent nos fils et nous dûmes les réparer. Les fantassins firent autant de prisonniers que possible. Notre secrétaire, Don Wyman, fut blessé dans le dos et nous l'emmenâmes dans le bunker.
Tard dans l'après-midi j'étais dans la tourelle du bunker en train d'observer les tirs de mortiers. Des halftracks sortirent du bois sur la droite. Je dis au lieutenant qui se trouvait avec moi qu'il fallait tirer dessus. Il s'y opposa : nous n'en avions pas l'ordre. Finalement nous appelâmes les tirs d'artillerie. Nous restâmes dans le bunker jusqu'à que nous soyons relevés par les français.
Personne ne connaissait le mot de passe. Howard suggéra que nous disions "ami" ce qui est le mot français pour "américain" et nous pûmes effectuer la relève. Nous allâmes à la wantzenau..."
Source(s) :
Historica n°27 Opération Nordwind - Janvier 1945 - Alsace du nord / éditions Heimdal / parution octobre 1992 / P. Perny - C. Siedel - J. Voltzenlogel - A. Debs - C. Walther - L.M. Pommois




Page n° 10691 mise à jour le 28/03/2020 - © wikimaginot.eu 2020




Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu