Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




HAUT POIRIER

( Ouvrage d'infanterie )









Secteur Fortifié
SFSA - SF Sarre

Sous Secteur
Kalhausen

Quartier
Haut Poirier

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1938

Commune
ACHEN (57410)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
49.050641 - 7.167709

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Construit

Etat actuel
Incomplet





Plan sommaire








Notes et informations



ARMEMENT, Infanterie


Bloc 1 : Casemate d'infanterie
- 1 créneau AM (remplacé par un jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31)
- 2 cloches AM
- 2 cloches GFM B (dont une équipée d'un périscope J2)

B2 : Casemate d'infanterie
- 1 tourelle pour 2 AM
- 1 cloche GFM b

B3 : Casemate d'infanterie et entrée
- 1 créneau jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31 interchangeable avec un canon de 47 mm AC sur birail
- 1 créneau jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31
- 1 créneau AM (remplacé par un jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31)
- 1 cloche AM
- 2 cloches GFM B (dont une dotée d'un périscope J2)

B4 : Entrée de type réduit et issue de secours , greffée sur l'égout visitable
- 3 créneaux pour FM


Selon le projet initial, l'ouvrage du Haut Poirier aurait du être un ouvrage d'artillerie. Dans les faits seuls seront construits les blocs d'infanterie et les blocs d'artillerie seront reportés en deuxième cycle, donc non construits.

L'ouvrage aurait du en supplément à ceux existants être doté des blocs suivants :
- Une entrée mixte (EM)
- Une entrée Hommes (EH)
- Deux blocs pour tourelle de 75 (B4 et 5)
- Un bloc pour tourelle de 135 (B6)
- Une casemate d'artillerie à trois 75-32.


DENOMINATION, Dénomination officielle


Le numéro d'abonné de l'ouvrage du Haut Poirier au réseau téléphonique de la fortification Maginot était O 220

Source(s) : Schéma des liaisons du commandement - Secteur de Rohrbach


Observatoires d'artillerie O 83 (Bloc 3) et O 84 (Bloc 1)


La numérotation allemande de l'ouvrage était Werke 434, les blocs étant numérotés a, b, c


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


L'équipage théorique de l'ouvrage est composé de 158 hommes et 3 officiers principalement issu des 133° RIF, 66° RAP et du 208° Bon du Génie de Forteresse.
L'équipage effectivement présent le 02 sept 39 est de 7 officiers pour 160 hommes.

Cdt ouvrage : Cne GAMBOTTI
Major d'ouvrage : Lt METTRAY, puis SLt DINOT
Génie : Cne SILVY

- Bloc 1 : Lt ISNARD
- Bloc 2 : SLt André SCHIMBERG
- Bloc 3 : SLt DINOT, puis Lt Robert BONHOMME en mars 1940
- O 83 (Cloche J2 du Bloc 3) : Lt BANON
- O 84 (Cloche J2 du Bloc 1) : Lt KIEFFER

Bloc 3 : Adj Gouraud, Sgt Beauverger, Sgt Avare, CCh Schoeb,


EQUIPEMENT, Transmissions


L'ouvrage du Haut Poirier était doté d'un central téléphonique à 64 directions composé de deux panneaux TM 32 muraux pour 32 abonnés et d'une table opérateur TM 32 à 14 circuits.

Les blocs 1 et 3 étaient dotés d'une antenne TSF en façade


ETAT ACTUEL , Etat - utilisation actuelle


L'ouvrage est une propriété privée, d'accès interdit et clôturé.


Depuis avril 2018 l'association AMEPA (Association pour la Mémoire et le Patrimoine de ACHEN) s'occupe de l'Ouvrage

Des travaux sont actuellement en cours pour permettre une ouverture officielle.


HISTORIQUE, Chronologie


Le vendredi 21 juin 1940, les Allemands qui viennent de percer à travers le secteur de la Sarre attaquent le Haut-Poirier par le sud (arriére de l'ouvrage). Dépourvu d'armement d'infanterie tirant vers l'arrière et de tout soutien d'artillerie, les tirs allemands non contrebattus perceront le béton sous le jumelage de mitrailleuses du bloc 3vers 18h30.
Un obus de 150 mm entra dans la chambre où se trouvaient 300 obus de 47 mm et les 500 bombes du mortier de cloche qui explosèrent à leur tour. L'explosion de ces munitions tua les 3 hommes restés sur place (le sergent BEAUVERGER, le caporal-chef SCHOEB et l'adjudant GOURAUD).

Le commandement se résout à la reddition, juste avant l'armistice du 22 juin 1940.

L'ouvrage est réparé dans les années 1950-1955 et est entretenu jusqu'en 1970.
Source wikipedia


- le 14 juin 1940 à 16 heures, le lieutenant-colonel BERTRAND (133° RIF) téléphone au capitaine GAMBOTTI pour l'informer du repli, de l'arrivée du CB JOLIVET et pour lui préciser sa mission: a) rester à son poste de combat; b) protéger le mouvement de repli; c)tenir la position jusqu'à la limite des moyen. Dans l'après- midi, le commandant JOLIVET se présente à l'ouvrage.

le 15 juin à 3h30, un motocycliste du 133° RIF apporte le contrordre au capitaine GAMBOTTI : repli de l'équipage d'ouvrage et des cinq casemates attenantes le 17 Juin pour rejoindre le gros du régiment. Ordre qui deviendra inapplicable du fait de l'arrivée des allemands sur l'arrière de l'ouvrage le 16, en provenance de la trouée de la Sarre.

"faites sauter la ligne Maginot" pages 423 et 424

- le 15 juin à 17h30, le sergent LARROUY, venu en liaison à l'ouvrage, rentre à la casemate d'Achen nord, porteur des ordres du commandant JOLIVET


"On à livré la Ligne Maginot" page 7-8


HISTORIQUE, Construction


L'ouvrage du HAUT-POIRIER fait partie des ouvrages "Nouveaux Fronts" du plateau de Rohrbach et marque l'extrémité ouest du tronçon fortifié de la RFL. Son projet d'origine prévoyait un ouvrage mixte relativement important. Le plan de masse de l'ouvrage (dossier 847/S) est arrêté en mars 1934 et approuvé en Mai, mais la décision de ne construire en 1er cycle que les blocs d'infanterie entraine une reconception de l'ouvrage.

Le plan d'implantation général - dossier 1793/S - de ce 1er cycle est présenté par la DTF de Strasbourg (20° Région Militaire) le 5 juin 1934 et ce projet est approuvé par le ministère le 12 Octobre 1934 (DM 6646 2/4-S). L'ouvrage est divisé en 3 cycles : le premier intègre les blocs d'infanterie avant, les communications afférentes et un casernement, le 2° cycle une tourelle pour CO 75mm additionnelle greffée sur les galeries existantes, et le 3° cycle plusieurs blocs d'artillerie (deux tourelles - 75mm flanquement gauche et 135mm frontale - et une casemate de flanquement pour 75mm à droite) et les entrées arrières. Les blocs de 1er et 2° cycle sont sommitaux et bénéficient de galeries peu profondes par économie alors que le 3° cycle est à contrepente et ses galeries sont plus basses : la liaison entre ces cycles se fera donc par un monte-charge sur la galerie principale permettant de rattraper la différence de niveau.

Ce plan d'implantation prévoit l'utilisation de cuirassements de type "anciens fronts" tel que les cloches GFM A ou JM sans aucune tourelle mitrailleuses. Le général Belhague, bien que validant ce plan d'implantation prévient tout de même la DTF de l'arrivée de nouveaux cuirassements (GFM B, cloches AM, tourelle 2xAM) qui devront être intégrées dans les plans d'implantation de détail de chacun des blocs.

L'ouvrage est livré en 1938 selon le cartouche apposé en façade.

L'occupant allemand envisagera de le modifier et y rajoutant deux blocs supplémentaires, ce projet de retournement ne verra pas le jour.

Source(s) : SHD - 9 NN 4 458 (Archives Russes - nouveaux fronts Rohrbach)


Coordonnées et adresse


Association AMEPA
www. achen-patrimoine.fr



© 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 28/01/2019