Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




AUENHEIM Nord

( Casemate d'infanterie )









Secteur Fortifié
SFH - SF Haguenau

Sous Secteur
Sessenheim

Quartier

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1932

Commune
AUENHEIM (67480)

Lieu-dit / Parcelle
Spitzacker

Coordonnées
48.817670 - 8.016827

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940

Etat actuel





Notes et informations



ARMEMENT, Infanterie


1 cloche JM par opposition (flanquement vers la casemate Auenheim Sud)
2 cloche GFM à trois embrasures chacune
1 emb JM-AC 37
1 emb JM
3 FM , 1 emb. FM de protection de fa
Défense du fossé diamant assuré par des goulottes lance grenade


3 jumelages de mitrailleuses (dont 1 de cloche)
1 canon antichars de 37
2 fusil mitrailleur de cloche
2 mortier de 50
2 fusils mitrailleurs de défense d'entrée

Source : Note relative aux ouvrages bétonnés, Note n°1271 S.R/3, SHAT Archives du 68ème RIF


ARMEMENT, Observation


Munitions entreposées en temps de paix

Pour chaque casemate de Auenheim :
- pour mitrailleuses 240 000 coups
- pour fusil-mitrailleurs : 40 000 coups
- pour canon : 600 coups


CONSTRUCTION, Cartouche ou information constructeur


Cartouche '1932' au-dessus de la porte d'entrée


CONSTRUCTION, Description


Casemate simple (Double avec la JM pour le flanquement Sud) à étage unique, deux chambres de troupes, une chambre de tir, deux locaux technique. Fossé diamant, pas de visière sur porte.


Aux casemates de Auenheim, l’on peut y découvrir deux particularités locales. La première est la mise en œuvre de blocs de béton coulés sur la dalle, contre la cloche GFM, entre les créneaux. Ces blocs devaient vraisemblablement protéger les créneaux de tirs latéraux mais peut être également tromper l’ennemi sur le profil de la cloche et rendre ainsi le repérage des créneaux difficile à grande distance. Ces aménagements ont été réalisés et subsistent aux casemates de Auenheim nord et sud.

A la casemate nord, les deux créneau FM ont la particularité d’être protégés par une trémie supplémentaires. Cette trémie devait protéger le créneaux FM de tirs directs, un aménagement appréciable quand on sait comment le tube de l’arme est exposé. Néanmoins, le tir devait être réduit en hausse. De plus, l’absence de document d’archive ne nous permet pas de juger de l’effet d’un tir dans la trémie depuis l’intérieur. Il y a fort à parier qu’une balle qui aurait touché la trémie aurait projeté des éclats et endommager l’arme.

Ces aménagements, jusqu’à présent n’avait pas pu être daté et le fait que ce n’était qu’une initiative locale ne restait qu’une hypothèse.

Suite à une rencontre récente avec le fils du Lieutenant Fernand Elchinger, commandant les casemates de Fort-Louis, nous avons découvert quelques documents qui confirme l’initiative locale et qu’ils ont été réalisés durant la drôle de guerre.

Antoine SCHOEN
22 avril 2017


CONSTRUCTION, Fresques ou peintures, grafitis


Grafitis datant de l'occupation et-ou de la libération à l'intérieur de la casemate ainsi que dans l'une des niches de stockage.


CONSTRUCTION, Mission, ou Fonction de l'objet


Outre sa fonction défensive primaire, la casemate avait aussi fonction d'observatoire d'infanterie, apparaissant en tant que tel dans une liste des observatoires du sous-secteur de SESSENHEIM.

Source : SHD - 34N87 - Note 992/SR/2 du Lt-Col Blanloeil - 7 Novembre 1939.


CONSTRUCTION, Phase ou tranche de construction


Avant-Projet de l’ouvrage de Auenheim

Le 19 avril 1929, l’avant projet 123S « comprenait 2 casemates de flanquement pour mitrailleuses, une tourelle de mitrailleuses, un tourelle de mortier de 75, 2 tourelles de mortier de 81, la caserne et le magasin à munitions correspondant à l’effectif et l’armement ». « Son prix de revient (…) avait été évalué à 11,7 millions, chiffre que les renseignements reçus postérieurement à l’établissement de l’avant-projet ont révélé d’ailleurs beaucoup trop faible. »

Les restrictions de budget n’autoriseront en novembre 1929 que 2 millions pour Auenheim avortant ainsi rapidement (janvier 1930) cet avant-projet qui ne tenait d’ailleurs pas compte de la nature du sous-sol le terrain qui n’est plus constructible en dessous de 9 mètres de profondeur. De ce fait, le terme « ajournement » n’est même pas retenu par les service du génie de la 20ème Région.


Plan feu des casemates

En mars 1930, la copie est donc revue plus raisonnablement en retenant un couple de deux casemates doubles pour mitrailleuses établies à 500m l’une de l’autre :
- « la casemate de gauche (nord) est près de la route nationale qui constitue le seul cheminement d’accès possible ,
- la casemate de droite est à l’extrémité est d’une levée de terre bordant au nord une ballastière en partie couverte de buisson , ses communications avec l’arrière par le village d’Auenheim, le Biegrund et la ballastière sont très bien couvertes ,
- ces deux casemates seront construites sans sous-sol , de ce fait, leur prix peut être évalué à 1 500 000 Francs non compris les cuirassements. »

« Le plan de feu de ces deux organes a été dressé dans l’hypothèse où les troupes de campagne opèrent dans les intervalles s’étableraient en arrière de l’obstacle de la Moder et utiliseraient l’Unterwald comme couvert pour masque les organisations du moment et les communications. » Les casemates doubles se flanquent réciproquement. Le flanquement gauche de la casemate nord « croise ses feux avec la casemate sud de Rountzenheim ». « Sur sa droite, la casemate sud balaie la rive nord de la Moder et enfile le chemin d’Auenheim à Fort-Louis.


Conception de la casemate double nord

Située à 550 mètres au nord de Auenheim, elle jouxte la route de Strasbourg-Lauterbourg qui est en remblai de 0,70m. L’axe des créneaux doit alors être à 0,80m au dessus de ce niveau, soit à 1m50 au dessus du terrain naturel contre 1m en conditions normales. L’axe des créneaux de gauche sont à 1m au dessus du terrain naturel , la visière au dessus de ces créneaux est ainsi conçue plus épaisse pour rattraper le niveau plus élevé des créneaux de flanquement gauche.

« En raison de la présence de l’eau à faible profondeur, il n’y a qu’un étage : les chambres de repos sont accolées aux chambres de tir. Pour parer à la diminution de protection résultant de la suppression du sous-sol, l’épaisseur du radier a été porté à 1 mètre. En outre, le mur de fond protégé par un radier à été prolongé de à 0,50m en dessous du radier. »

A défaut de boyau de communication le fossé de la route constitue le meilleur cheminement d’accès à la casemate. La situation des lieux ne se prête à aucun dispositif spécial de camouflage.

Quant à l’observation, elle est assurée dans de bonnes conditions par les deux cloches cuirassées qui dominent de 4 mètres le terrain environnant. Aucune de ces deux cloches n’est indispensable pour le tir, puisque la défense des abords est assurée en avant par la casemate voisine. »

Le coût de construction et l’acquisition des terrains est estimé à 850 000 francs et 250 000 pour les blindages (202 000 pour les deux cloches petit modèle, 23 000 pour les portes et créneaux) pour la casemate nord.


Conception de la casemate double sud

Situé « à 100m au nord du chemin de Fort-Louis à Auenheim et 500m au nord de cette dernière localité. , à l’extrémité est d’un fossé artificiel recouvert de buissons et figuré sur la carte à 110 000ème ». Ce fossé permet d’ailleurs à l’équipage de se déplacer à couvert vers les arrières.

Le coût de construction est estimé identique à celui de la casemate nord.


Révision du projet de la casemate Nord

Le 7 juillet 1930, le général BELHAGUE estime que la casemate double nord doit être remplacée par une casemate simple flanquant vers ses voisines de gauche, les casemates de Rountzenheim. Adossée contre la route nationale, la casemate comporterait « une cloche pour mitrailleuse qui assurerait la mission de feu de flanquement antérieurement aux deux jumelages sous casemate de droite. »

Toujours organisée sur un unique étage, la casemate perd donc la chambre de tir au profit d’une cloche pour mitrailleuse qui tire au dessus de la route vers sa voisine, la casemate sud. Le mur Est est ainsi terrassé, le protégeant des tirs directs qui proviendraient du Rhin, ce qui a probablement motivé la CORF à faire modifier les plans. La cloche est complètement noyée dans la dalle qui est échancrée dans la direction du tir, la dalle faisant alors à cet endroit 3,20m d’épaisseur au lieu des 2,50. L’axe de son créneau domine la route de 3m ayant pour inconvénient des tirs fichants et non rasants.

La façade frontale de la casemate est parallèle à la route, les deux cloches GFM, à 3 créneaux chacune, couvent les talus de la route qui est en léger remblai.

« Les murs non terrassés sont entourés d’un fossé diamant de 1m de largeur et de 2m de profondeur. Ce fossé est flanqué, pour la partie gauche, par les créneaux défilés situés en avant des embrasures de la chambre de tir, pour la partie arrière par une caponnière qui contribue en outre à la défense de l’entrée. »

« L’air frais est aspiré à l’arrière au voisinage de l’entrée. On a prévu 2 sorties d’air vicié : l’une débouche dans le mur défilé en avant de la chambre de tir, elle sert à l’aération des locaux de gauche , l’autre débouche au voisinage de la caponnière, elle sert l’aération des locaux de droite. La fosse des latrines est pourvue d’un conduit d’aération spécifique débouchant dans le fossé diamant. »

Le coût de construction et l’acquisition des terrains est estimé à 734 000 francs, 343 000 pour les cloches et 23 000 pour les portes et créneaux.


Révision du projet de la casemate Sud

En octobre 1931, le plan de la casemate sud est à son tour revu pour remplacer la chambre de tir sud-est par une cloche, protégeant la casemate des coups directs et surtout une meilleure couverture de mitrailleuse vers le Rhin.


DENOMINATION, Dénomination officielle


En tant qu'observatoire d'infanterie, elle était codée PO22.


DENOMINATION, Indicatifs et n° d'abonné


Numéro d'abonné téléphonique : CA 924


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


« La garnison de sûreté prévue en mai 1933 pour chacune des deux casemate de Auenheim est de 1 sous-officier et 4 hommes en temps de paix, de 2 sous-officier et 12 hommes en temps de guerre. Deux sapeurs électriciens s’y ajoutent. »

L’équipage est fourni par le 68ème Régiment d’Infanterie de Forteresse.


1 officier
2 Sous-Officiers
4 caporaux
17 soldats

Source : Note relative aux ouvrages bétonnés, Note n°1271 S.R/3, SHAT Archives du 68ème RIF


EQUIPEMENT, Hydraulique


Alimentation en eau assurée par un puit


EQUIPEMENT, Extérieurs


Cuirassement de projecteur blindé Nouveau Modèle. Niches de stockage extérieures.


GENERALITES, Spécificités


L'entrée de la casemate est curieusement aménagé en chicane avec un créneau de défense qui tire dans l'axe de la porte.


ETAT ACTUEL , Etat - utilisation actuelle


Réaménagé par des jeunes du village voisin (2004-2005), la casemate est normalement verrouillée. L'intérieur à perdu de son aspect originel. Les équipements ont quasiment tous disparu (état postérieur à l'occupation actuelle), seules les portes blindées et les portes intérieures sont quasiment toutes conservées. Certaines parties métalliques sont repeintes, la chambre de tir à été récemment incendiée (vandalisme).



© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 24/02/2018