Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




GRANGES COMMUNES

( Ouvrage d'infanterie )









Secteur Fortifié
SFD - SF Dauphiné

Sous Secteur
Jausiers

Quartier
Restefond

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1940

Commune
JAUSIERS (04850)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
44.339265 - 6.830190

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Inachevé

Etat actuel
Incomplet





Notes et informations



CONSTRUCTION, Description

Le Petit ouvrage (PO) des Granges Communes est un ouvrage d'infanterie construit à 2525 mètres d'altitude.

Initialement prévu avec trois blocs de combat et un bloc d'entrée, l'ouvrage se réduira à un bloc de combat et un bloc d'entrée.

Bloc 1 : bloc d'entrée
- 1 créneau pour Fusil Mitrailleur (FM)

Bloc 2 : bloc d'infanterie
- 1 créneau pour Fusil Mitrailleur (FM) orienté vers l'ouvrage du COL de RESTEFOND
- 2 cloches pour jumelages de mitrailleuses Reibel MAC 31,
- 2 cloches GFM (Fusil mitrailleur et mortier de 50) type A. Une d'entre elles est équipée d'un périscope J2 et porte l'indicatif O20, tactiquement rattaché à RESTEFOND.

Le bloc dispose d'une issue de secours dans le fossé diamant commun au créneau FM et à la prise d'air de l'ouvrage.

L'ouvrage comprend un casernement souterrain situé à 8-10 mètres sous le niveau d'entrée composé de chambrées, sanitaires, cuisine et différents locaux de stockage ou techniques dont une usine électrique.

Bloc 1 initialement prévu : entrée et casemate mixte
- 2 mortiers de 81, orientés vers RESTEFOND en les ravins en avant de l'ouvrage.
- 1 créneau arme mixte (JM et AC25)
- 1 cloche GFM
- 1 cloche lance grenades
- 2 créneaux FM de défense des abords et entrée

Les cuirassements non posés sont restés au niveau de l'ouvrage de Restefond.
Pour ce qui concerne le bloc 2, une des cloches JM aurait du être transformée en cloche AM (Jumelages de mitrailleuses et canon de 25 AC)


CONSTRUCTION, Mission, ou Fonction de l'objet

Cet ouvrage a pour but d'interdire le col des Granges Communes (appelé aussi Col de Raspaillon) et d'assurer l'appui réciproque de l'ouvrage de Restefond.

Les cloches sont disposées en L. La première paire couvre le col et la route venant du camp des Fourches, la seconde paire couvre le haut de la vallée de la Tinée et le hameau de Bousiéyas ainsi que la route d'accès au camp des Fourches


DENOMINATION, Indicatifs et n° d'abonné

Le numéro d'abonné de l'ouvrage de Granges Communes au réseau téléphonique de la fortification Maginot était O 1240

L'observatoire J2 de la GFM centrale du B2 portait l'indicatif O20.


EFFECTIF, Commandement et/ou unité

L'équipage de l'ouvrage de Granges Communes est principalement issu du 73° BAF.
Il est composé de 30 hommes et 2 officiers et est placé successivement sous le commandement des Lt Boileau, SLt Taxil, Lt Boulard puis à partir de juin 1940, du Lt Boileau


EQUIPEMENT, Electrique

L'ouvrage est alimenté en électricité par le réseau civil. Une usine électrique dotée de deux groupes électrogènes à moteur CLM 4 cylindres de 15 CV (?) est destinée à prendre le relais en cas de disparition du réseau civil.

Particularité, les groupes électrogènes sont capotés, sans doute pour assurer une isolation phonique car le casernement est attenant à l'usine.


GENERALITES, Spécificités

Le bloc d'entrée ne sera coulé qu'en 1956-1957.


L'issue de secours est aussi particulière, car le B2 ne dispose que d'un étage. Pour accéder à celle-ci il faut donc commencer par descendre dans un puits à échelons accessible à partir de l'intérieur du bloc, pour sortir et remonter à l'extérieur dans le fossé.


HISTORIQUE, Construction

L'avant-projet présenté le 9 Décembre 1930 prévoit un ouvrage d'infanterie à 3 blocs (entrée muletière avec mortiers de 81mm et deux blocs d'infanterie) et deux cheminées (une prise d'air avec issue de secours et un bloc évacuation des gaz d'échappement).

Ce projet est examiné en Janvier 1931 par la CORF, et approuvé le 5 Février 1931 (DM 436 2/4-S) sous réserve de modifications assez profondes des galeries souterraines pour assurer une meilleure protection sous l'arête très étroite sur laquelle est construite l'ouvrage. Ceci résulte dans la préparation le 4 Avril 1931 par la DTF de Briançon d'un projet des galeries et du casernement, qui est approuvé en Mai à temps pour l'adjudication des travaux de gros-œuvre. Ceux-ci sont attribués - pour les travaux souterrains - à l'entreprise "de HULSTER et FAIBIE" pour la période allant de 1931 à Décembre 1933, supposée suffisante pour les réaliser. La coulée des blocs est quant à elle attribuée en Aout 1932 à l'entreprise "Société des Procédés de Cémentation FRANÇOIS" (SPCF - aussi nommée plus tard "Les Travaux Souterrains") jusqu'à fin 1934.

Les travaux de percement des galeries débutent fin Juillet 1931 après la réalisation de la route d'accès. Le chantier présente deux attaques principales : l’une verticale à l’emplacement du futur bloc 1 (Entrée) et l’autre horizontale dans le prolongement de la galerie du futur bloc C, à l’opposé de l’ouvrage. La haute altitude du chantier ne permet pas d'avancer très vite du fait d'une période d'ouverture restreinte (typiquement mi-Juillet - fin-Septembre). Cette lenteur du travail entraine le report de la nécessité de concevoir les blocs de surface jusqu'en 1934.

Dans l'intervalle, le contrat "De HULSTER et FAIBIE" de percement et maçonnerie des galeries est arrivé à échéance, et un nouveau contrat d'achèvement des galeries de deux ans est attribué en fin Juin 1934 à la société "La Route" d'Aix en Provence avec échéance prévue fin 1935. La société éconduite – frustrée par les difficultés rencontrées et ayant dépensé bien plus que ce que n’aura finalement payé l’armée sur la base du réalisé - ne l’entendra pas de cette oreille et ira jusqu’à déposer un litige officiel au tribunal de Paris en 1936 qui entrainera un audit et une enquête en 1938.

Côté blocs, c'est donc en février 1934 que la DTF de Briançon propose le projet technique couvrant les deux blocs d'infanterie (blocs B et C), les cheminées et un rectificatif des locaux souterrains. Ces dernières s'avèrent être insuffisamment protégées entre l'entrée et le bloc B consécutivement à l'augmentation du degré de protection demandé (passage de 2 à 3) et la nature peu résistante du terrain. Ceci nécessite un changement de tracé de la galerie de liaison, qui permet de contourner une zone de terrain moins stable (d'où son profil actuel très particulier en zigzag). On procède aussi à un renforcement par l'intérieur de l'épaisseur de piédroits et de la voute en béton.

La CORF profite du dépôt de ces projets pour requestionner le nombre de blocs cheminées, d'autant que celui renfermant la prise d'air de l'ouvrage et l'issue de secours est à peine à 20 mètres du futur bloc d'entrée. L'ITTF propose donc de supprimer cette prise d'air, de la déplacer dans le bloc d'entrée et de mettre l'issue de secours dans la cheminée d'évacuation des gaz et air vicié. Ce premier changement important est validé à la fin Mars 1934, entrainant par voie de conséquence l'annulation du projet du bloc d'entrée qui était en attente depuis fin 1933. Un deuxième projet de l'entrée (Bloc A) est reconstitué et proposé en Février 1934 (projet 151/S) intégrant, outre l'entrée muletière et une casemate pour mortiers de 81mm, la prise d'air principale de l'ouvrage, l'installation d'une arme mixte dans le créneau de façade de droite et le déplacement de l'une des cloche GFM à gauche de l'entrée pour améliorer la défense périphérique. Ce nouveau projet d'entrée est approuvé en Mai 1934.

Mais la CORF ne s'arrête pas là dans son effort de rationalisation de l'ouvrage. Elle pousse la Chefferie de Gap à proposer en Mai 1934 un ajustement au projet initial en remplaçant les deux casemates d'infanterie frontales - similaires à celles alors prévues à l'ouvrage de RESTEFOND - par un bloc unique, pour le coup simplement équipé de cloches. La chefferie propose ce nouveau projet en Octobre 1934 (dossier 3109/S), avec bloc actif unique positionné à la place de la cheminée/issue de secours qui y est intégrée, ce qui permet d'économiser un bloc de plus !. L'ouvrage est donc passé progressivement de 5 blocs à 2... et ce n'est pas fini. Ces diverses remises en cause et changements font que l'année 1934 est une année blanche en matière de travaux extérieurs sur le site, mettant de facto la SPCF en situation de chômage technique sur ce chantier...

Cette nouvelle implantation radicalement différente du projet initial fait l'objet de plusieurs aller-retours avec l'ITTF et la CORF, modifiant notamment la conception de la cheminée, de l'issue et de son créneau FM de défense. Ceci est approuvé formellement en Mars 1935 (DM 1934 2/4-S).

Le marché SPCF étant arrivé à échéance dans l'intervalle, un nouveau marché d'achèvement des blocs des ouvrages de Restefond est ouvert en Juin 1935 pour 3 ans (1935-37) et c'est l'entreprise DEBERNARDY et PERRIER de Tullins-Fures (Isère) qui le remporte et prend la suite. Au même moment, et dans le cadre plus général de la question de l'équipement des ouvrages des Alpes en armes mixtes, la décision d'équiper l'ouvrage de deux armes mixtes est prise (Note 35/ORF de la CORF) : une dans une cloche JM du bloc 2 et l'autre dans un créneau de l'entrée (futur B1). Cette décision se justifie par le projet de construction de la RN205 Nice-Jausiers dont GRANGES COMMUNES deviendrait en quelque sorte un ouvrage de barrage. Le défaut de livraison de ces armes dans les Alpes fera que la cloche JM du B2 ne sera finalement pas convertie.

L'entreprise "La Route" rencontrera des difficultés majeures et accusera un retard considérable. Fin 1935, à l'échéance de son contrat, seul 50% à 60% de ce qui devait être réalisé l'a été effectivement. L’armée n’insiste pas, quitte à s’exposer à un deuxième litige après celui de « Huster et Faibie », et éconduit « la Route » pour passer la poursuite des aménagements souterrains à Debernardy, qui devient seul interlocuteur du chantier. "Debernardy et Perrier" débute enfin les travaux en surface en fin de campagne 1935 : avant fermeture du chantier, 735 m3 de terrain sont fouillés à l'emplacement du futur bloc B2.

Là-dessus tombe le diktat conséquence de la détente avec l'Italie (Conférence de Stresa). Les travaux dans les Alpes sont réduits au minimum vital, sauf aux endroits où les contrats en cours entraineraient des pénalités importantes à l'état en cas d'arrêt de son fait. Ceci explique que les travaux du secteur de Restefond perdureront durant cette période d'embargo, absorbant à eux seuls quasiment tout le budget alloué à la Direction de Briançon. Néanmoins, Le chantier démarre tard en 1936, le 20 Juillet, du fait des grandes quantités de neige à déblayer tant pour dégager la route, rendre le chantier accessible et vider les fouilles, induisant un nouveau retard.

Durant cette saison de travail des maçonneries intérieures sont réalisées. Côté extérieur du B2, les fouilles entamées l’année précédente sont achevées fin Juin, et le puits du bloc de 20m de haut est excavé sur Juillet, puis bétonné et équipé de son escalier en Aout-Septembre. Côté intérieur, la galerie d'accès audit bloc - inédite dans le plan de l'ouvrage car, rappelons-le, ce bloc est à un emplacement non prévu dans les plans souterrains d'origine - est excavée et revêtue… sans plus d'autres travaux de bétonnage sur l'année. Les travaux, matériaux et transports compris, se montent à 700.000F pour cette année-là, mais le résultat en volume effectif réalisé est pour le moins modeste.

Les travaux accélèrent en 1937 par suite d’une intervention du Général MITTELHAUSSER qui désespère de voir le nombre de chantiers inachevés dans un contexte de montée des tensions avec l’Italie. 1937 est néanmoins une année peu active sur le chantier de GRANGES COMMUNES car la priorité cette année-là est mise sur l’ouvrage de RESTEFOND. La coulée du B2, pourtant prévue en Aout 1937, est reportée pour l'essentiel en 1938. Tout au plus se contente-t-on de vider la fouille du B2 des gravats délités depuis 1936 et réalise t'on l'excavation de 1 mètre supplémentaire correspondant aux murs de fondation du bloc (100 m3 excavés de plus) et le massif de maçonnerie entre ce mur périphérique de fondation et le puits du bloc. En octobre, juste avant clôture du chantier, la 1ère coulée (radier bas et partie inférieure des fondations) est réalisée, représentant 116 m3 de béton, suivie in extremis du début de la 2e coulée (étage inférieur partiel, limité à l'issue de secours, le haut du puits de bloc et la partie basse du fossé de l'issue) pour 379 m3 supplémentaires. La partie la plus importante du bloc attendra 1938...

Le marché "Debernardy et Perrier" arrivant à échéance fin 1937 et les travaux n'étant toujours pas achevés, il fait l'objet d'un avenant (avenant n°6) permettant de le prolonger sur tout 1938.

Fin 1937 le constat est pathétique comme le relève un rapport très critique de la Direction du Contrôle du ministère de la guerre. On a là un ouvrage totalement inutilisable où on a dépensé plus de 2 millions en pure perte. La consigne de reprendre les travaux sur 1938 avec la plus grande énergie et des moyens augmentés tombe début 1938 avec l’appui de MITTELHAUSSER, en priorisant l’achèvement des travaux en cours.

Après un démarrage de chantier 1938 (1) réservé aux réparations des dégâts de l’inter-saison (glissements de fouilles, etc), la coulée principale du bloc B2 (3° coulée – étage de combat et dalle de toiture) intervient à l'été, après presque deux ans de ralentissement du chantier. La certitude de construire le B1 n'étant pas garantie, le B2 se voit complété - en tous cas de manière temporaire - de la prise d'air initialement prévue dans l'entrée, en plus de l'évacuation des fumées et de l'issue de secours prévues dans le bloc cheminée précédent… En septembre, on procède au rocaillage du bloc sur son pourtour, puis au réglage/délardement final du terrain pour aménager les champs de tir. Les chapes, cloisons maçonnées et enduits intérieurs du bloc sont seulement partiellement réalisés en fin de campagne 1938.

1938 voit par ailleurs la réalisation de la fouille de l’égout dans les galeries de l’ouvrage et le percement de son évacuation dans la pente en arrière du futur bloc 1. Cette sortie d’égout servira par ailleurs d’entrée des câbles téléphoniques et de la conduite d’adduction d’eau. Enfin, deux locaux supplémentaires (locaux XI et III bis) sont réalisés et bétonnés :
- Local XI servant de réserves de vivres et charbon en face de la cuisine
- Local III bis (futur SR d'ouvrage) dans le prolongement du local III (PC d'ouvrage en bout de galerie principale), utilisant la galerie de service du chantier sous l’ancien bloc C d’origine.

Les travaux d’enduits des murs, de chape du sol et de construction des cloisons séparatives du casernement démarrent enfin en Aout 1938 à la suite des fouilles de l’égout.

La conception du bloc d’entrée B1 – qui n’existe toujours que sur le papier – est reprise une nouvelle fois en fin d’année. Les dessinateurs y intègrent durant l’hiver 1938-39 un PC d’infanterie, un PC des mortiers de 81mm et des locaux de traitement des gazés à la place du local TSF, réduit pour l’occasion. On en profite pour agrandir la section du puits de bloc pour pouvoir y insérer un monte-charge ainsi que l’étage inférieur du bloc pour y installer une petite salle de filtration… au cas où (2) ce dernier point étant réservé le temps d’une décision formelle sur le principe d’équiper l’ouvrage contre les gaz. La forme générale du bloc s’en trouve changée et son cubage de béton augmenté. Ces changements sont approuvés en Avril 1939.

Fin 1938, la chefferie du Génie de Gap considère l'ouvrage achevé à 50%.
- Seul le bloc 2 est coulé et partiellement fini intérieurement, mais les cuirassements sont absents.
- les locaux souterrains sont constitués à 88%, partiellement cloisonnés et enduits. L’usine et le local des réservoirs n’a toujours pas reçu ni radier ni enduits…
- les deux puits de bloc sont achevés (celui du B1 est provisoire car le bloc définitif a pas moins de 4 étages dont l'inférieur est de plain-pied avec la galerie de l'ouvrage !).
- l'équipement intérieur est inexistant. Ni usine (et pour cause), ni ventilation, ni chauffage.
- les réseaux de protection en surface sont absents.
Les dépenses cumulées à date sont de 3.470.000 F de l'époque. Il reste à engager 3.899.000 F rien que pour le Génie, hors armements et munitions.

L’Inspection Générale du Génie et des Fortifications (Gal GRIVEAUD), dans son rapport de fin septembre 1938 au Chef d’Etat-Major Général de l’Armée sur l’état de fortifications en 14° Région, insiste lourdement sur la nécessité de prioriser les travaux sur le massif de Restefond, à commencer par les deux blocs d’entrée de GRANGES COMMUNES et RESTEFOND, avant de lancer toute autre construction sérieuse. Dans le cadre du programme BESSON des 200 millions de Fr, qui fait suite au programme d’Avenir des Alpes du Gal MITTELHAUSSER, ces recommandations sont reprises. Enfin au printemps 1939 on s’intéresse à la réalisation des plans de détail et de construction du B1 de l’ouvrage, figeant ainsi un design qui a évolué constamment au fil du temps.

Le chantier redémarre en Juin 1939. L’accent est porté initialement que l’achèvement des finitions intérieures (cloisons, radiers, enduits…) et la pose des cuirassements essentiels (les quatre cloches du B2 en particulier, qui sont posées en… fin Aout 1939). Le 7 Aout 1939, le ministère valide enfin le principe de l’équipement de l’ouvrage en ventilation filtrée, ce qui fige définitivement le plan du Bloc 1 et de son entrée d’air principale (l’entrée d’air du bloc 2 devient celle de secours et ne sera donc pas équipé de canalisations). Les plans de construction (ferraillage, vides à prévoir, etc) du B1 sont enfin émis.

Sans attendre, les fouilles du B1 sont engagées dès le mois de Juillet. La coulée du bloc, prévue initialement sur 1939, est reportée du fait de la mobilisation et du départ des hommes de l'entreprise Debernardy. Les travaux étaient proches si on s'en réfère aux nombreux sacs de ciment abandonnés là et maintenant "fossilisés".

L'équipement intérieur de l'ouvrage était juste en cours de finalisation en Juin 1940.

Les travaux du bloc d'entrée seront repris en 1960 (3), en version réduite, dans le cadre de la remise en état de la ligne Maginot. Il est probable que l’usine qui existe dans l’ouvrage soit aussi une réalisation d’après-guerre.


Notes :
(1) Le chef de chantier change : le Cne CHINOUILH, qui commandait la section des travaux de fortification (STF) de Restefond et dirigeait les chantiers locaux jusque-là est remplacé en 1938 par le Cne LEFEVRE.
(2) La filtration des gaz n’était pas prévue au départ compte tenu du faible risque perçu d’un tel mode attaque en haute montagne.
(3) Les plans du petit bloc qu’on connait actuellement sont datés du 19 Mai 1960…

Jean-Michel Jolas - © wikimaginot.eu - Sept 2019 - Février 2020
Source(s) :
SHD - carton 7N3847, 2V246, 4V370, 4V526, 9NN4451
Registre d’attachement n°2 du chantier de l’ouvrage -1935-1938
Source(s) :
SHD - carton 7N3847, 2V246, 4V370, 4V526, 9NN4451



Page n° 11036 mise à jour le 25/10/2021 - © wikimaginot.eu 2021




La visite de ces constructions peut se réveler dangereuse, Mise en garde

Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu