Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




GRANGES COMMUNES

( Ouvrage d'infanterie )









Secteur Fortifié
SFD - SF Dauphiné

Sous Secteur
Jausiers

Quartier
Restefond

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1940

Commune
JAUSIERS (04850)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
44.339265 - 6.830190

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940

Etat actuel





Notes et informations



CONSTRUCTION, Description


Le Petit ouvrage (PO) des Granges Communes est un ouvrage d'infanterie construit à 2525 mètres d'altitude.

Initialement prévu avec trois blocs de combat et un bloc d'entrée, l'ouvrage se réduira à un bloc de combat et un bloc d'entrée.

Bloc 1 : Bloc d'entrée
- 1 créneau pour Fusil Mitrailleur (FM)

Bloc 2 : Bloc d'infanterie
- 1 créneau pour Fusil Mitrailleur (FM) orienté vers l'ouvrage du COL de RESTEFOND
- 2 cloches pour jumelages de mitrailleuses Reibel MAC 31,
- 2 cloches GFM (Fusil mitrailleur et mortier de 50) type A. Une d'entre elles est équipée d'un périscope J2 et porte l'indicatif O20, tactiquement rattaché à RESTEFOND.

Le bloc dispose d'une issue de secours dans le fossé diamant commun au créneau FM et à la prise d'air de l'ouvrage.

L'ouvrage comprend un casernement souterrain situé à 8-10 mètres sous le niveau d'entrée composé de chambrées, sanitaires, cuisine et différents locaux de stockage ou techniques dont une usine électrique.


Bloc 1 initialement prévu : Entrée et casemate mixte
- 2 mortiers de 81, orientés vers RESTEFOND en les ravins en avant de l'ouvrage.
- 1 créneau arme mixte (JM et AC25)
- 1 cloche GFM
- 1 cloche lance grenades
- 2 créneaux FM de défense des abords et entrée

Les cuirassements non posés sont restés au niveau de l'ouvrage de Restefond.
Pour ce qui concerne le bloc2, une des cloches JM aurait du être transformée en cloche AM (Jumelages de mitrailleuses et canon de 25 AC)


CONSTRUCTION, Mission, ou Fonction de l'objet


Cet ouvrage a pour but d'interdire le col des Granges Communes (appelé aussi Col de Raspaillon) et d'assurer l'appui réciproque de l'ouvrage de Restefond.

Les cloches sont disposées en L. la première paire couvre le col et la route venant du camp des Fourches, la seconde paire couvre le haut de la vallée de la Tinée et sur le hameau de Bousiéyas ainsi que la route d'accès au camp des Fourches


DENOMINATION, Indicatifs et n° d'abonné


Le numéro d'abonné de l'ouvrage de Granges Communes au réseau téléphonique de la fortification Maginot était O 1240

L'observatoire J2 de la GFM centrale du B2 portait l'indicatif O20.


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


L'équipage de l'ouvrage de Granges Communes est principalement issu du 73° BAF.
Il est composé de 30 hommes et 2 officiers et est placé successivement sous le commandement des Lt Boileau, SLt Taxil, Lt Boulard puis à partir de juin 1940, du LtBoileau


EQUIPEMENT, Electrique


L'ouvrage est alimenté en électricité par le réseau civil. Une usine électrique dotée de deux groupes électrogènes à moteur CLM 4 cylindres de 15 CV (?) est destinée à prendre le relais en cas de disparition du réseau civil.

Particularité, les groupes électrogènes sont capotés, sans doute pour assurer une isolation phonique car le casernement est attenant à l'usine.


GENERALITES, Spécificités


Le bloc d'entrée ne sera coulé qu'en 1956-1957.
On peut s'étonner d'une date aussi tardive. Il faut se souvenir qu'a cette époque, le site avait été envisagé pour l'implantation de missiles qui seront, en fait, installés sur le plateau d'Albion.

L'issue de secours est aussi particulière, car le B2 ne dispose que d'un étage. Pour accéder à celle-ci il faut donc commencer par descendre dans un puits à échelons accessible à partir de l'intérieur du bloc, pour sortir et remonter à l'extérieur dans le fossé.


HISTORIQUE, Construction


Le projet présenté le 9 Décembre 1930 prévoit un ouvrage d'infanterie à 3 blocs. Ce projet est examiné en Janvier 1931 par la CORF, qui propose en Mai 1934 un ajustement au projet initial en remplaçant les deux casemates d'infanterie frontales par un bloc unique équipé de cloches.

Les travaux accusent un retard considérable, et le bloc B1 (entrée et mortiers de 81 mm) ne sera finalement jamais réalisé, alors que la coulée du B2 n'intervient qu'en 1938. Le chantier du B1 prévu est cependant engagé si on s'en réfère à l'importante fouille réalisée pour ce bloc, ainsi que les nombreux sacs de ciment abandonnés là et maintenant "fossilisés".

Fin 1938, la chefferie du Génie de Gap considère l'ouvrage achevé à 50%.
- Seul le bloc 2 est coulé et partiellement équipé, mais les cuirassements sont absents.
- les locaux souterrains sont creusés à 88%, les deux puits de bloc existent.
- l'équipement intérieur est inexistant. Ni usine, ni ventilation, ni chauffage.
- les réseaux de protection en surface sont absents.
Les dépenses à date sont de 3.470.000 F de l'époque. Il reste à engager 3.899.000 F rien que pour le Génie, hors armements et munitions.

L'équipement intérieur de l'ouvrage était juste en cours de finalisation en Juin 1940.

Les travaux du bloc d'entrée seront repris dans les années 50, en version réduite, dans le cadre de la remise en état de la ligne Maginot.

Source(s) : SHD - carton 7N3847



© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 02/04/2018